Mise en garde du FMI contre la bureaucratie

Selon une récente étude du FMI, le poids des bureaucraties publics a des effets négatif sur l’emploi.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
bureaucratie

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mise en garde du FMI contre la bureaucratie

Publié le 23 juin 2013
- A +

Selon une récente étude du FMI, le poids des bureaucraties publiques a des effets négatifs sur l’emploi.

Par Daniel J. Mitchell, depuis Washington D.C., États-Unis.

J’ai de nombreuses fois expliqué que l’économie keynésienne est bancale parce que chaque somme dépensée par l’État doit d’abord être détournée du secteur productif de l’économie, ce qui se traduit par des augmentations d’impôts ou par plus d’impression de monnaie.

Par conséquent, à moins d’être réellement convaincu que les politiciens dépensent de façon rentable et efficace, cela implique que la croissance est plus forte quand le poids de la dépense publique est limité (et si la dépense publique est cantonnée aux « biens publics », qui peuvent avoir un rendement positif pour l’économie).

Je me suis aussi plaint (au point d’être agaçant) qu’il y a trop de bureaucrates au sein de l’État et qu’ils coûtent trop cher.

Mais je n’aurais jamais cru qu’il y aurait quelqu’un au FMI pour exprimer publiquement les mêmes idées. Et pourtant, c’est exactement ce que deux économistes ont conclu dans une récente étude. Voilà quelques passages importants du résumé de l’étude :

Nous étudions dans quelle mesure l’emploi du secteur public étouffe l’emploi du secteur privé en nous appuyant sur des données collectées pour l’occasion dans un large panel de pays développés et en voie de développement… La comparaison du taux d’emploi dans le secteur privé et du taux de chômage avec les taux d’emploi public indiquent un effet d’éviction total. Ce qui veut dire que des taux élevés d’emploi public, qui entraînent un coût fiscal non négligeable, ont un effet fortement négatif sur l’emploi privé et ne réduisent pas les taux de chômages globaux.

Donc même une bureaucratie internationale reconnaît désormais que les bureaucrates « représentent un coût fiscal non négligeable » et « ont des conséquences fortement négatives sur le taux d’emploi privé ».

Me voilà sonné !

Bientôt nous aurons la surprise de voir un de ses bureaucrates nous dire que la dépense publique, dans son ensemble, handicape la prospérité. Attendez voir, la Banque centrale européenne et la Banque mondiale ont déjà donné de telles conclusions. Et l’OCDE a même expliqué comment les dépenses plombent la croissance en désincitant au travail.

Bien entendu, ce sont des résultats de recherches faites par des économistes, que les politiques de ces bureaucraties ignorent régulièrement. Néanmoins, il est bon de savoir qu’il y a de solides arguments en faveur d’une diminution de l’État, au cas où nous trouverions un jour des politiciens qui cherchent réellement à aller dans la bonne direction.


Sur le web. Traduction : Constance Mas pour Contrepoints.

Lire aussi : Selon une étude de la BCE, les dépenses publiques nuisent à la croissance par Daniel J. Mitchell

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • J’ai appris samedi matin sur France inter que les entreprises fournissent a l’administration un état précis des salaries exposés à des environnements  » pénibles » …
    Et que ce n’est utilisé réellement par personne… En tout cas pas pour la notion de pénibilité vis a vis des retraites…
    Un exemple sans doute…

  • Qui se soucie de l’emploi ? Ce qui compte, c’est d’avoir de jolies statistiques et le sourire des syndicats.

    Le système est si efficace que bientôt tous les emplois du privés seront également subventionnés d’un moyen ou d’un autre …

    C’est la soviétisation sournoise, et on sait ce que cela donne …

  • le FMI met en garde contre la bureaucratie?
    Celui qui répand les germes mortels mete en garde contre les même germes?
    Rappelez moi le statut des membres du FMI

  • Le FMI n’est-il pas lui-même une bureaucratie?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À l’heure où l’Union de la gauche reprend tous les poncifs anti-marché qu’elle a dans sa manche pour améliorer le bien-être social (comme le contrôle des prix, l’augmentation du salaire minimum, etc.), il est temps pour les lecteurs et moi-même de repartir à la découverte de théories d’auteurs abandonnés, inexploités, et pourtant très pertinentes, pour comprendre les problèmes de notre pays.

Nous parlerons donc aujourd’hui de la théorie classique du chômage, et de son plus grand défenseur, l’économiste William Harold Hutt.

Les e... Poursuivre la lecture

Le taux de chômage baisse enfin en France et les pouvoirs publics ne manquent pas de faire du triomphalisme.

Ainsi Bruno Le Maire interviewé le 18 février dernier par Ouest-France, a évoqué avec la plus grande satisfaction une « grande victoire  française ».

On lit sur le JDN, un site d’information très suivi :

« Du jamais vu depuis 2008 : le taux de chômage a atteint son plus bas niveau à 7,3 % de la population active au premier trimestre 2022 selon l’INSEE, contre 7,4 % au trimestre précédent. Le nombre de chômeurs au s... Poursuivre la lecture

La situation des finances publiques n'est pas brillante. Le niveau de dette s'établit à 112,9 % du PIB (2800 milliards d'euros, soit 164 000 euros par foyer imposable, environ 17 millions), le déficit public est attendu à -5 % en 2022 après -6,5 % en 2021. La trajectoire de retour au déficit sous les 3 % en 2027 suppose une croissance des dépenses limitées à 0,7 % sur la période, ce qui n'a jamais été réalisé sur plusieurs années et suppose des économies massives. Par ailleurs, la hausse des taux d'intérêt va augmenter mécaniquement la charge... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles