Et la fraude fiscale continuera de plus belle

Ayrault peut bien fanfaronner sur la disparition de la fraude fiscale alors que lui et ses copains sont ceux qui, sans honte, la mettent en place.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
cahuzac_fraude

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Et la fraude fiscale continuera de plus belle

Publié le 17 juin 2013
- A +

La France s’embourbe. Le gouvernement comprend, confusément, que pour la question « finances 2013 », ça ne va vraiment pas le faire et qu’il ne s’agira pas d’un petit ajustement d’un ou deux milliards. Alors, pour changer, il cherche, fébrilement, de l’argent. Beaucoup d’argent. Dans sa panoplie, de plus en plus dépouillée, la lutte contre la fraude fiscale ressort, inlassablement.

L’idée générale est la suivante : la France est un pays de cocagne et tout le monde se bouscule pour y vivre. Pour conserver ce paradis sur Terre, il faut une armée de fonctionnaires, des syndicalistes précautionneux des droits des travailleurs, un système de protection sociale que le monde nous envie par son efficacité, des politiciens affûtés et des médias soucieux d’impartialité et d’informations toujours plus pertinentes. Toutes ces excellences ont un coût.

Ce coût sera, essentiellement, supporté par l’impôt. Pour éviter que les gogos contribuables ne s’aperçoivent du décalage entre ce qu’ils payent vraiment et ce qu’ils obtiennent en retour, on va multiplier les appellations rigolotes pour la ponction opérée : taxe, cotisation, prélèvement, contribution, l’inventivité sera sans fin. Malgré tout, certains comprennent qu’en fait de paradis sur terre, c’en est un pour l’avocat fiscaliste, l’inspecteur des impôts ou le douanier, mais pas trop pour le contribuable à mesure que son stock de vaseline s’épuise, et qui en vient donc à user d’évasion fiscale pour amoindrir ses souffrances.

cahuzac lutte contre la fraude fiscaleDevant son ampleur, le gouvernement agit… enfin, agite ses petits bras. Expliquant qu’il vaut mieux régulariser maintenant (i.e. : faire savoir qu’on s’est évadé, et payer en sus une bonne petite amende bien douloureuse, mais pas plus), il nous annonce maintenant que cette perspective a réussi à ferrer plusieurs milliers de pigeons contribuables, qui reviennent donc dans le giron français. Toute analogie avec les femmes battues qui reviennent malgré tout au domicile conjugal, pourtant lieu de leurs souffrances, parce qu’elles espèrent un retour d’affection n’est pas fortuit : les mécanismes psychologiques sont les mêmes. Du reste, la fin le sera aussi : l’Etat continuera de cogner copieusement sur eux (et les autres), jusqu’à ce que mort s’en suive. On est en France, après tout, et être riche est tout de même une sacré honte qu’il faut bien expier d’une façon ou d’une autre.

En attendant, un peu d’analyse sur ces chiffres fabuleux de repentis, revenus au bercail par gros troupeau bêlant et joyeux, nous est offert de façon perpendiculaire par un certain Pierre Condamin-Gerbier. Si ce nom ne vous dit pas grand-chose, c’est normal puisqu’il avait été relativement discret jusqu’à présent ; évidemment, maintenant qu’il explique vouloir dévoiler le nom de plusieurs personnalités politiques de haut rang, dans l’actuel gouvernement et dans le précédent, qui ont des comptes bien garnis en Suisse, on comprend que sa discrétion va s’épuiser. En effet, le 12 juin dernier, l’ex-banquier de Genève s’est entretenu au Sénat a déballé tout ce qu’il sait sur les combines actuellement en place pour, justement, exfiltrer des capitaux hors de France, fussent-ils détenus par des politiciens réputés honnêtes (ici : rires).

De cet entretien, on peut certes retenir qu’il a de croustillants dossiers sur des politiciens (qui, de nos jours, n’en a pas ?) ; pour ma part, j’ai surtout retenu, des propos qui sont rapportés par Slate, que ce sont surtout les petits poissons et les personnes pas forcément les mieux outillées qui reviennent dans le giron fiscal français ; selon Condamin-Gerbier,

« Les cellules de dégrisement que nous avons mises en place n’ont attiré que les petits. »

pierre condamin gerbier sur les évadés fiscaux

Et surtout, l’ensemble de la déposition de l’ex-banquier ne laisse aucun doute sur le caractère littéralement industriel de ces évasions, ni sur le fait, évident jusqu’à présent mais seulement supposé et chuchoté loin des micros journalistiques et des prétoires judiciaires, que les bonnes magouilles sont d’abord et surtout utilisées … par les politiciens, qu’ils étendent ensuite aux petits copains.

C’est parfaitement éclairant : en parfaits hypocrites que Cahuzac aura diablement gênés, tous les principaux politiciens sont à l’évidence entrés dans le métier pour le pouvoir et, une fois les rouages compris, auront vite usé de celui-ci pour accumuler de solides fortunes qui se seront, magiquement et de façon indolore, déplacées vers des cieux plus cléments. Condamin-Gerbier explique plusieurs méthodes qui permettent de passer de fortes sommes au nez et à la barbe de Bercy, et explique aussi le mécanisme qui permet à des politiciens d’en bénéficier. Autrement dit, nos élus, ceux-là mêmes qui nous agonisent de taxes et d’impôts tous aussi débiles et incapacitants les uns que les autres, tous sont parfaitement au courant que la France est un enfer fiscal, et tous font ce qu’il faut pour s’en échapper.

Pour nos politiciens, l’enfer, c’est pour les autres. Mieux : le fameux 1%, celui qui s’opposerait dans l’iconographie populaire aux 99% restants, ils en font partie, ils s’y complaisent joyeusement et ils font absolument tout pour y rester, quitte, d’ailleurs, à saborder le pays avec ce genre de « démarche solidaire » qu’ils nous préconisent sur tous les tons dès qu’ils sont à portée de micro. En somme, c’est la révélation, feutrée, discrète, peu médiatisée et pourtant évidente du Moquage de Visage le plus total de toute une caste vis-à-vis de ceux qui les ont porté là.

C’est même du Foutage de Gueule élevé au rang d’art à côté duquel la Chapelle Sixtine ferait figure de gribouillage rapide d’attardés mentaux : les informations de cette audition n’ont même pas encore été digérées par les journalistes et les Français que déjà, Jean-Marc Ayrault prend la parole et nous fait part de son opinion sur … la fraude fiscale, avec cette décontraction que seul un parfait hypocrite professionnel est capable de rassembler sans déchirer son pantalon.

Fiscal Park

Le pitre à l’actuelle place de Premier Ministre s’est en effet fendu, samedi dernier, d’une déclaration grandiloquente au sujet de la fraude fiscale, montrant qu’une hontectomie réalisée suffisamment tôt dans la vie d’un politicien ne laisse absolument aucune trace de remords ou de réflexion morale approfondie, et permet une carrière brillante de saprophyte dodu :

« Venez voir les services de l’État pour que vous puissiez régulariser votre situation. Le temps de la fraude, le temps des paradis fiscaux, ce temps-là est en train de disparaître. Ceux qui pensent qu’ils vont pouvoir se mettre à l’abri doivent en être conscients »

ayrault : j'ai merduEh oui les petits amis : tout sera fait pour choper l’impétrant qui tente de s’expatrier ou d’exfiltrer ses capitaux sans payer sa dîme, sa gabelle, sa taille et les 1232 autres taxes et impôts du code fiscal allégé. Bon, bien sûr, les fanfaronnades de Ayrault à ce sujet laisseront de marbre ses petits copains déjà affairés à trouver la prochaine tubulure chromée reliant leur compte bancaire français à un paradis fiscal de façon insoupçonnée et insoupçonnable. Il faut bien comprendre que Jean-Marc, là, il ne parle pas des élus. Il n’évoque pas le sénateur ventripotent. Il n’a pas en tête le député malin. Il ne pense pas à ces ministres qui déclarèrent des patrimoines à fort potentiel de LOL.

Ce qu’il veut dire, le Jean-Marc, c’est qu’il entend bien choper les petits, les sans-grades, les benêts, les sans-réseaux. Ceux-là, ils vont prendre cher. Les autres, bien sûr, auront tout son soutien, toute sa discrétion. Pour eux, la fraude fiscale continuera de plus belle.

Après tout, c’est lui et ses copains qui l’ont inventée, pour ainsi dire.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • De même pour le petit monde entrepreneurial. Les AE déclareront 18500 de CA et tout ce qui dépasse sera de la prestation « pas en chèque s’il vous plaît ». Les artisans continueront allègrement le « sans facture » comme à l’accoutumée, les restaurateurs laisseront traîner du cash dans leurs poches, et tant d’autres professions, sans aucun complexe puisque la fraude est devenue légitime du fait de l’oppression manifeste exercée par le gouvernement. Dans le fond on peut remercier Hollande et son gouvernement car leur action a totalement déculpabilisé les fraudeurs; maintenant la fraude n’est plus simplement une tricherie, c’est carrément de la résistance à la tyrannie.
    J’aurais dû voter pour lui !

  • La fraude fiscale c’est aussi profiter de l’argent des autres pour bénéficier d’un service qui a besoin de financement.
    C’est le cas en particulier de la fraude, (plutôt encouragé par les libéraux) à la redevance audiovisuelle, .

    Donc, quand parmi les plus gros consommateurs d’audiovisuel , on retrouve les plus forts pourcentages de gens, de mauvaise foi, qui déclarent ne pas avoir d’écran chez eux et font ainsi payer leurs loisirs avec « l’argent gratuit » de gens honnêtes, il y a un moment où il faut siffler la fin de la récréation.

    Par la faute de ces tricheurs, c’est davantage de lois répressives que le gouvernement est obligé d’adopter.

    http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2013/06/17/la-redevance-ne-peut-plus-etre-assise-que-sur-les-televiseurs_3430418_3236.html

    • Trabuc, vous êtes fatigant. Votre nouvel hobby c’est de troller sur Contrepoints ?
      Pourtant à chaque fois, les gentils internautes vous expliquent la position des libéraux qui ne sont pas des fraudeurs, ni des fascistes.
      Par contre vous….

    • Mais c’est aussi de l’argent mis à l’abri de la destruction de richesse planifiée en haut lieu.

      Avant même de savoir comment financer un service – d’autant plus quand c’est une initiative d’état – il faut surtout s’interroger sur la légitimité dudit service.

      La fraude à l’audiovisuel que vous citez est un parfait exemple de services d’Etat (en multitude) qui permettent à tout le monde de s’efforcer de vivre aux dépends de tout le monde (je ne cite plus la source, un grand classique sur contrepoints ;).

    • Décidément, ces fascistes socialistes sont toujours aussi obsédés par l’argent des autres.

      Il leur en faut toujours, toujours plus.

      Trabuc, vous êtes un fasciste, envieux, jaloux, socialiste. BerK. Allez vous cacher, cancrelat.

    • Perso, je n’ai pas la télévision. Payer la redevance pour le service lamentable que l’on nous propose, ce n’est pas de la fraude, c’est de l’escroquerie. Et puis honnêtement, quelle économie de temps et d’argent que de ne pas regarder la télé!!!Le problème reste de ne pas savoir qui boycotter des annonceurs de cette télé fascisante, FR3, qui brime ses employés.

    • @trabuc

      Votre accusation ne tient pas la route 2 secondes car le service audiovisuel est imposé à tous. Même ceux qui ne veulent pas regarder les chaines publiques sont taxés de gré ou de force. c’est une mesure dicatatoriale que d’imposer un service à quelqu’un qui n’en veut pas et de l’obliger à payer pour. Enfin croire et dire que ce sont seulement les libéraux qui fraudent et appelle à frauder, c’est totalement ridicule. C’est comme si vous disiez que seuls les employeurs libéraux licencient! En vertu de quoi?

    • Personne n’a besoin d’un télévision publique, ni de médias publiques !!! Forcément dépendants du pouvoir exécutif !!!

      Et en plus vu l’extrême médiocrité de ce que l’on y voit ou entend…

      • Voir les manifs de dizaines de milliers de Grecs pour rétablir la television publique est quand même plus reconfortant que les commentaires réjouis et hâtifs de quelques naifs qui croyaient que c’était une affaire classée.
        Ceux qui veulent imposer un seul modèle de télevision à la botte des groupes capitalistes se trompent lourdement

        • Plusieurs 10aines de milliers de manifestants, c’est le nombre de salariés et leur famille, quoi…

          • C’est quand même assez significatif de la deconnexion de la réalité des éditoriaux de Contrepoints que penser qu’il n’y aurait aucune reaction.,à un tel coup d’Etat, que l’argent aurait le dernier mot.
            « On ferme, bonsoir m’sieur dames Pour la pluralité d’expression , (garantie par l’audiovisuel public), on n’a plus les moyens financiers. ».

          • C’est assez comique de voir les gauchistes d’aujourd’hui adorer ce qu’il vomissaient hier : l’ORTF.
            Parce que deux chose l’une : ou bien le gouvernement oriente un tant soit peu les programmes, et on est en présence d’un média de propagande gouvernementale, et ce machin doit disparaitre.
            Ou bien le gouvernement est parfaitement neutre (ouarf ; MdR), et rien ne justifie qu’on verse un sou public à FT, ou du moins un sou de plus qu’à TFI, Europe 1, les web-media etc. Dans les deux cas, France télé doit aller à la poubelle.
            Et ceux qui tienne à voir certain programme feront ce qu’on aurait jamais du cesser de faire : financement par souscription.
            Le coup d’état (permanent) c’est l’existence de l’audiovisuel public.

          • @ trabuc, certaines remarques m’interpellent.

            « que l’argent aurait le dernier mot » .

            Mais l’argent a toujours le dernier mot, la gratuité n’existe pas. Le problème est de savoir si le financement doit provenir d’un système coercitif organisé par la cour, ou être issu d’un échange volontaire et libre. De plus, il est assez étonnant de citer le cas de la télé grecque qui atteint des summum de malhonnêteté dans un pays rongé par la politique mafieuse.

    • Euh, c’est AgitpropTV qui profite de l’argent des autres. Pas ceux qui ne paient pas la spoliation audiovisuelle…

      Enfin, pour Trabuc, j’imagine qu’un preneur d’otage n’est pas responsable de la mort de son otage mais sa cible qui n’a pas cédé…

    • Y fait quoi dans la vie ce monsieur ?
      Serait il un des bénéficiaires des innombrables taxes nécessaires à l’entretien de non moins innombrables parasites du système?
      l’exception culturelle a bon dos !! une de plus avec celle des syndicats, etc…

  • H16, vous êtes un homme génial. Vos interventions me réchauffent le cœur.
    Etant moi-même un évadé fiscal (à mon petit niveau), je ne peux qu’applaudir votre analyse. S’il vous plait, n’allez surtout répandre ce que tout le monde sait plus ou moins. Il y a les malins (nous) et les kékés (pas vous, mais les mecs sincères et gentils, voire un peu benêts il faut bien le dire).

    Après mon argent, je pense moi aussi lever les voiles, marre de se faire accuser de tout les maux.

    Parce-que selon François, c’est de la faute des riches si nous sommes dans cette situation. Oui des sales riches, mais surtout pas de 40 ans de gouvernement amateur et incompétent.

    Chut.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'inflation s'est accélérée en juillet pour atteindre 6,1 % sur un an, selon l'Insee.

 

L’inflation est de retour

C’est une erreur de penser que ce que l’on appelle communément « inflation » se résume simplement à l’augmentation des prix à la consommation.

L’inflation ne doit pas se définir comme une augmentation des prix à la consommation, mais comme une augmentation de la masse monétaire. L’augmentation des prix à la consommation n’est que l’un des symptômes de l’inflation, tout comme l’est l’augme... Poursuivre la lecture

impôts de production bruno le maire
9
Sauvegarder cet article

Mardi 26 juillet 2022, l’Assemblée nationale n’a pas pu trouver un accord pour voter la Loi de finance rectificative. En clair, un texte qui avalise que la loi de finance initiale a dérapé et que donc le déficit sera revu à la hausse. La Loi pouvoir d’achat ayant été votée par les députés, l’adoption de la PLFR bute sur le dossier de la renationalisation d’EDF (une bricole à 9,7 milliards d'euros qui viendra s’ajouter à un océan de dettes de 2900 milliards).

« Débats interminables », « pure politique politicienne », s’agace le ministre... Poursuivre la lecture

Notre Bruno garde le cap ! Ou tout au moins son cap. Si le second mandat d’Emmanuel Macron s’ouvre dans une configuration législative bien moins printanière qu’en 2017 et si les acteurs actuels de la petite majorité présidentielle se démènent en tous sens pour essayer de reprendre la main dans le show politicien, rien de tel chez Bruno Le Maire, plus égal à lui-même que jamais : il a toujours eu l’art de dénoncer sur un ton fabuleusement outragé les politiques qu’il a lui-même mises en œuvre et ce n’est certainement pas aujourd’hui qu’il va c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles