Complémentaires santé d’entreprise : le Conseil Constitutionnel évite le pire

Le Conseil Constitutionnel a rejeté la disposition imposant un assureur par branche professionnelle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Complémentaires santé d’entreprise : le Conseil Constitutionnel évite le pire

Publié le 14 juin 2013
- A +

Le Conseil Constitutionnel a rejeté la disposition imposant un assureur par branche professionnelle.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Contraire à la liberté d’entreprendre et aux règles de concurrence

Saisi par des parlementaires de l’UMP, le Conseil constitutionnel a globalement validé hier, jeudi, la loi sur la sécurisation de l’emploi, à l’exception d’une disposition concernant le choix des complémentaires santé, selon un communiqué des Sages.

Seule la disposition sur les clauses de désignation pour les complémentaires santé a été jugée inconstitutionnelle, au nom de « la liberté d’entreprendre » et de la « liberté contractuelle », les autres recours sont rejetés. Dans un avis rendu fin mars, l’Autorité de la concurrence avait déjà recommandé que chaque entreprise puisse choisir librement son organisme en matière de complémentaire santé.

Dans sa décision, le Conseil constitutionnel a jugé inconstitutionnel l’article du code de la Sécurité sociale qui permettait aux partenaires sociaux des branches professionnelles d’imposer un assureur santé pour l’ensemble des entreprises de la branche.

Un non sens qui va coûter cher aux salariés pour une garantie inadaptée

Cette disposition imposant un contrat collectif de complémentaire santé est un non sens en termes de protection des citoyens ? Comme nous l’avons évoqué, ces contrats reviennent plus cher que les contrats individuels. Même si l’assuré ne le voit pas parce qu’il n’en paie directement qu’une partie, la partie payée par l’entreprise l’est sur la part de plus value par lui générée, pour une couverture la plupart du temps inadaptée. C’est-à-dire que c’est de toute manière le fruit de son travail, donc la contrepartie de celui-ci, qui paiera la complémentaire. En clair, cela constitue une part de salaire en moins. De plus, les prestations offertes par le contrat sont lissées, identiques pour tous, alors qu’un jeune célibataire n’a pas les  mêmes besoins qu’un adulte proche de la retraite, qui n’a pas les mêmes besoins qu’une mère célibataire avec trois enfants, qui n’a pas les mêmes besoins qu’une famille dont un enfant a une pathologie chronique. Lorsque vous vous adressez à un professionnel, les contrat individuels sont adaptés à chaque cas, à chaque besoin. Les contrats collectifs sont des cotes mal taillées qui n’iront à personne et certains paieront très cher pour des prestations qui ne les concernent pas, d’autres seront obligés de prendre des sur-complémentaires ou de payer très cher de leur poche.

Un risque de corruption écarté

En plus de cette aberration en termes d’assurance, le projet prévoyait qu’un seul prestataire pouvait être choisi par les « partenaires sociaux » par branche professionnelle et être imposé à toutes les entreprises de la branche. Non seulement, comme l’a très bien relevé le Conseil Constitutionnel, cela est totalement contraire aux règles les plus élémentaires de la concurrence, mais il est clair que nos chers « partenaires sociaux » avaient une petite idée (de financement occulte) derrière la tête. Syndicats, tant professionnels que salariés ne crachent jamais sur une petite enveloppe leur permettant de financer leurs bonnes œuvres. Cette interdiction du Conseil Constitutionnel, s’il ne résout rien en termes d’assurance et de pertinence de garanties, évite au moins un risque important de corruption.


Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Les institutions de prévoyance et certaines mutuelles financent les syndicats corrompus en détournant les cotisations d’assurance complémentaire santé des salariés pigeons.

    Organismes à interdire d’urgence pour nettoyer le secteur !

  • En gros le corporatisme ne peut être établie en France tant que la constitution n’est pas amendée dans ce sens !Car l’idée qui se cache derrière est de revenir de manière globale à un système corporatiste qui prévalait jusqu’à la révolution de 1789…Quelque soit l’habillage idéologique…

  • Et il ne peut pas déclarer inconstitutionnel le monopole de la Sécu et autres monopoles étatiques le Conseil Constitutionnel ?

    Un Conseil Constitutionnel qui trouve constitutionnel qu’on impose a delà de 50% le revenu (on a vu des foyers à + de 100% l’année qui vient de passer!)… ce n’est pas un Conseil, c’est une farce.

    Mais bon, là il a fait son job.

    Vivement une nouvelle constitution… avec de préférence des taux maximum pour interdire toute fiscalité abusive et toute création d’un Etat-Socialiste… comme imposer l’impôt proportionnel, le limiter à 20% maximum. Interdire de voter un budget d’Etat en déficit, interdire les monopoles étatiques. Voilà une bonne constitution.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lawrence Reed. Un article de The Foundation for Economic Education

Cet automne marquera le trentième anniversaire du départ du 10 Downing Street de Margaret Thatcher, première femme à la tête du gouvernement britannique et Premier ministre qui sera resté le plus longtemps à ce poste au XXe siècle. Quels mandats stupéfiants !

 

De la dépendance à l’autonomie

En 1979, la Dame de fer est devenue Premier ministre d’un pays tourmenté par des conflits sociaux, bloqué par la stagflation et ruiné par des décennies d’État... Poursuivre la lecture

Le Conseil constitutionnel n’est pas une institution anodine de notre ordre juridique. Comme le rappelait son président en 2021, il est le garant libéral de l’État de droit. Pourtant, sa composition ainsi que les nouvelles nominations annoncées soulèvent des questions, notamment sur l’indépendance de ses membres.

En effet, un rapide aperçu démontre des liens ténus entre les membres du Conseil et l’exécutif et plus généralement la sphère politique. Pour remédier à cela, il serait nécessaire de nommer des juristes (magistrats et professe... Poursuivre la lecture

Ainsi, députés et sénateurs auront été jusqu’au bout ! Le texte sur le passe vaccinal a été adopté dimanche 16 janvier par nos parlementaires, enterrant encore un peu plus la démocratie libérale. Pour autant, une soixantaine de députés de toutes tendances, ainsi que les sénateurs du groupe socialiste, poursuivent le combat et ont saisi lundi le Conseil constitutionnel.

Pass vaccinal : le texte devant le Conseil constitutionnel

Essentiellement emmené par le groupe La France Insoumise (vous ne rêvez pas, c’est bien LFI qui se pose en déf... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles