Bévues de notre président surmené

En visite à Tokyo, François Hollande a confondu les Japonais avec les Chinois.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bévues de notre président surmené

Publié le 11 juin 2013
- A +

En visite à Tokyo, François Hollande a confondu les Japonais avec les Chinois.

Un billet d’humeur de Fang Shuo, depuis la Chine.

Les prestations présidentielles de ces dernières semaines ne sont guère convaincantes. Signalons deux faits qui seraient amusants si… Bref, ça parle de soi même.

— 1 —

Le 7 juin 2013, un certain M. Hollande, en visite officielle au Japon, et s’adressant en présence de l’Empereur (en français fort heureusement) à un auditoire attentif et poli comme savent l’être nos délicieux amis japonais, déclare :

Je rappelle que le Japon a été frappé, comme la France, lors des attentats en Algérie, et  j’ai exprimé-euh les condoléances du peuple français à l’égard du peuple chinois.


Hollande confond « peuple japonais » et « peuple… par lemondefr

Hum. Si si, il l’a dit. Après tout c’est vrai, le Japon et la Chine, arrêtons de chipoter mesquinement, c’est grosso-modo la même chose. En tout cas, vu de la rue de Solférino, qui est tout de même le vrai centre du monde. Ou de la rue du Faubourg Saint-Honoré, si vous préférez.

Et qu’on ne me dise pas que cela n’a pas d’importance, que l’erreur est humaine, et donc française aussi. Certes ! Elle ne passe malheureusement pas inaperçue pour autant : c’est mon camarade de classe polonais hilare, qui m’a appris la consternante nouvelle ce matin en cours de mandarin. Et comme le relate un célèbre blog français du Monde.frThe Guardian, organe de presse britannique, a lui aussi noté la bévue et se permet de rappeler :

La première règle en visite officielle à l’étranger est généralement de savoir dans quel pays on se trouve.

En effet, nous ne sommes pas exactement dans la situation où les relations entre les deux pays ici confondus seraient particulièrement complexes. Voire un tantinet tendues. Un brin conflictuelles. Après cette saillie détonante, on peut se demander si Senkaku, cela évoque à Hollande autre chose qu’un « bon mot » dont il est, là aussi, paraît-il, coutumier. L’Élysée évoque un « surmenage » coupable. Bien. Nous ne saurions que trop conseiller à son locataire de prendre des vacances, aussi longues que possibles. Et avec tout son gouvernement. Tant pour son bien que pour celui du pays, et de ses habitants.

Ce qui est plus grave, c’est qu’il y avait déjà (au moins) un précédent :

— 2 —

En septembre dernier, le 27 précisément, dans l’après-midi, ce n’est qu’à la fin d’un entretien de plus d’une heure avec le PDG du groupe métallurigue Arcelor-Mittal, que le président-surmené a réalisé qu’il ne s’adressait pas à M. Mittal fils (38 ans), comme il le croyait, mais bien au père (62 ans) !

« Best regards to your father » aurait-il glissé à son interlocuteur à la fin de l’entretien, d’après BFMTV. Celui-ci lui aurait alors rétorqué : « c’est moi, le père ».

Ici, The Guardian pourrait souligner (avec une certaine espièglerie) que généralement, avant d’insulter des milliardaires dont les entreprises emploient des milliers de personnes en France, on se renseigne un minimum sur leurs états de service. Oui, insulter : car il faut bien le rappeler, M. Montebourg s’était permis à l’époque de considérer à voix haute que la famille Mittal « n’était plus la bienvenue en France ». Propos qui, étonnamment, avaient trouvé plus d’échos dans la presse nationale que dans celle du surmené de service.

En résumé, ceux qui ont élu cet homme pour présider notre charmante république de plus en plus bananière, et dont on sait dorénavant que la première et même la seule motivation était d’éliminer le précédent tenant du titre, devraient commencer à s’inquiéter : avec ses prouesses en tout genre, c’est un véritable boulevard que M. Hollande ouvre à Nicolas Sarkozy pour l’élection de 2017. Si toutefois la chose France existe encore à ce moment-là.


Sur le web.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • parce que vous pensez que sarkozy serait réelu ? vous pensez qu’en terme de dirigeant il est mieux que les autres ? ça fait belle lurette que la france n’a pas eu un président digne de ce nom , sinon la france ne serait pas dans l’état ou elle est ;

    • marie : « ça fait belle lurette que la france n’a pas eu un président digne de ce nom »

      C’est toute l’oligarchie qui a un sacré problème, rien ne peut émerger dans et de ce poison.

  • La liste est interminable de cet ethnocentrisme villageois déjanté qui fait que jamais les français ne prennent la température de l’eau dans laquelle ils vont plonger.
    Ils sont donc désormais attendus partout avec résignation et hilarité, pour un genre de « jeu des 7 bévues » …
    En Belgique, nos princes consacrent 3 mois à étudier le pays de leur prochaine mission économique, à potasser tous les dossiers, à connaître par coeur le CV de toutes les personnes qu’ils rencontreront, à s’initier aux us et coutumes et à la bienséance locale.
    D’où leur succès incroyable, et des villes exotiques littéralement tapissées de leurs portraits 8 jours avant leur arrivée.
    Idem pour Mme Merkel qui, ayant bien assimilé les bonnes manières chinoises, où on ne discute pas affaire avant plusieurs jours de préliminaires à parler de la pluie et du beau temps, a consacré 8 jours à son voyage en Chine.
    Les campeurs zoolandeux, eux, ont voulu tout régler sur place … en 48 heures, et à la hussarde : c’est vrai, quoi, le temps de matraquer ces faces de citrons du rayonnement de la Fwance …
    Les exportateurs apprécient …

  • hippolyte canasson
    11 juin 2013 at 8 h 40 min

     » Je rappelle que le Japon a été frappé, comme la France, lors des attentats en Algérie, et j’ai exprimé-euh les condoléances du peuple français à l’égard du peuple chinois.  »
    Même si on passe sur le lapsus calamiteux du président Nerdairlande, la construction de sa phrase au passé et à la troisième personne démontre sa non implication intime.

  • Je rappelle que les USA ont été frappé lors des attentats du 11 septembre, et j’ai exprimé-euh mes condoléances à l’égard du peuple mexicain.

  • Benêt 1er … ce surnom lui convient de plus en plus ..

  • Conseillé pas un ministre diplômé de géographie qui place le Japon dans l’hémisphère sud, il n’est pas surprenant que Flanby raconte n’importe quoi à l’étranger. C’est l’esprit grégaire des minables : parce qu’ils se ressemblent, ils s’assemblent.

    Cette inconséquence méprisante vis-à-vis des Japonais n’est que le reflet du racisme ordinaire des socialistes (on se souvient d’Edith Cresson qui assimilait les Japonais à des fourmis).

  • Le problème c’est que nous n’avons pas d’information digne de ce nom il nous faut regarder dans les médias étranger pour mesurer

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Le 17 janvier 2022, aux Cafés Géographiques, Michel Bruneau a présenté son livre, L’Eurasie. Continent, empire, idéologie ou projet.

Voici ce que j’en ai retenu.

L’idée générale est de comprendre que l’Europe et l’Asie forment un seul continent et notamment que les États ou les empires (une vingtaine) ont souvent été à cheval sur les deux. Les plus connus sont ceux d’Alexandre, l’empire romain puis byzantin, ceux des turco-mongols dont l’empire ottoman, et la Russie.

La géo-histoire

Michel Bruneau commence par une rapide ... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Ce qui m’a frappé au cours de cette année 2021, ce n’est pas le virus, mais l’extension de l’autoritarisme sous sa forme dramatique comme sous sa forme rampante et bureaucratique. J’ai remarqué également la numérisation et le retour en force des marchés qui « se vengent » des dictatures notamment par l’inflation. Bien sûr, le virus a joué son rôle, mais il a plutôt été l’occasion que la raison de fond.

La violence autoritaire

Cette violence a gagné une grande partie du monde, et s’il fallait donner un premier prix, il reviendrait au My... Poursuivre la lecture

Par Chloé Froissart. Un article de The Conversation.

Les élections législatives qui ont eu lieu le 19 décembre à Hong Kong ont parachevé l’alignement du système politique hongkongais sur celui de la Chine.

Pékin célèbre ce scrutin comme une victoire de la démocratie, en dépit du fait que les Hongkongais ont voté Non avec leurs pieds.

Ces élections, marquées par un taux d’abstention record (la participation n’a été que d’environ 30 %), ont vu les candidats pro-Pékin rafler 89 des 90 sièges du Parlement.

L’orchestration... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles