Les enfers fiscaux

Par l’existence des enfers fiscaux, les gouvernants s’assurent de la longévité des paradis fiscaux qu’ils prétendent combattre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les enfers fiscaux

Publié le 6 juin 2013
- A +

Par l’existence des enfers fiscaux, les gouvernants s’assurent de la longévité des paradis fiscaux qu’ils prétendent combattre.

Par Michel de Poncins.

C’est devenu une coutume dans le paysage politico-médiatique d’assister à la lutte contre les paradis fiscaux. Le plus admirable est que ce sont les gestionnaires des enfers fiscaux qui ouvertement prétendent mener ce combat. On vient de les voir en bande organisée et en grande pompe poser pour la photo officielle. Ils ne sont pas hilares, mais pourraient l’être tant leur action est comique. Ceux d’entre eux qui croient, dans un autre domaine, au véritable enfer et au vrai paradis savent que le vrai paradis gagnera. L’enfer qu’ils créent ou alimentent gagne à tous les coups et par ricochet crée les paradis. Ils se livrent à l’enfer pour leur intérêt personnel et celui de leurs partis. Cela s’analyse comme une véritable punition infligée aux peuples victimes : paupérisation et chômage en sont les fruits les plus amers.

Où sont les paradis fiscaux ?

Aux dernières nouvelles il y a 270 paradis. En fait, dans ce méli-mélo général, les gestionnaires de l’enfer ont chacun leur petit paradis bien à eux. Au risque d’en oublier mentionnons Monaco pour la France. Le Luxembourg et l’Autriche sont paradisiaques par définition. Le Royaume-Uni a Jersey plus un autre dans les Caraïbes. Singapour est bien connu. Les USA sont gâtés. Dans l’État de Delaware, vous pouvez arriver avec votre valise de billets et personne ne vous demande rien.

La lutte contre les paradis fiscaux ressemble à un accès de fièvre qui retombera pour reprendre ensuite. L’explication est claire. Les créateurs ou gestionnaires de l’enfer profitent personnellement dans leur richesse propre du déchaînement des impôts ; ils n’ont donc aucun désir d’arrêter de souffler le mauvais vent ! Pour arrêter ils devraient faire des économies ce qui est parfaitement possible. Mais eux-mêmes ou leurs camarades profitent largement de la dépense publique.

En Suisse le secret bancaire est inscrit dans la constitution et celui qui le viole est sanctionné au pénal. Le secret bancaire semble absolument légitime et nécessaire comme le secret médical ou d’autres. Bien entendu dans un pays civilisé, il serait indispensable que le fisc n’ait pas le droit de briser ce secret.

La richesse pour tous

Si par un miracle « républicain » la France devenait un paradis fiscal, l’effet sur le PIB serait considérable et ce serait un événement de portée mondiale, car le monde entier attend que la France se réforme.

Il faudrait un gel fiscal total pendant deux ans par exemple. Parallèlement, pour rassurer les marchés des économies massives seraient nécessaires. Dans un pays socialisé à plus de 75 % elles sont faciles à trouver.

Ce serait la richesse pour tous. Est-ce un rêve ?

Si le rêve ne se réalise pas, les créateurs de l’enfer vont poursuivre à leur profit leur sinistre besogne avec conséquence la multiplication des paradis .

—-

La légitimité du rôle des paradis fiscaux.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • La France se croit la mesure de toute chose et, vu ses prélèvements, elle a transformé d’un coup de baguette fiscale le monde entier en paradis .

    Puis, elle pousse encore le bouchon en réclamant une uniformisation « vers le haut » …

    Si sa faillite organisée n’était inquiétante, ce serait le gag qui fait rire le monde entier.

  • La France un paradis fiscal?Oui mais seulement pour le Quatar cette dictature moyenne-orientale.Et pendant ce temps on préfere villipender Israel qui à une économie relativement libre et prospère.En plus d’etre une des seules démocraties du moyen-orient avec Chypre!Ce qui ne veut pas dire être d’accord avec tout ce que fait ce pays…

  • dans les années 50-60 la france était un paradis fiscal,puis l état qui avait été nettoyé par la guerre est revenu…..depuis tout vas mal…. !

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
ENA, école de fonctionnaires
4
Sauvegarder cet article

Clémenceau disait :

« La France est un pays extrêmement fertile : on y plante des fonctionnaires et il y pousse des impôts ».

En effet plus il y a de fonctionnaires, plus il y a d’impôts. Diminuer le nombre des fonctionnaires est un moyen efficace pour diminuer les impôts.

Mais ce n’est pas facile. Car les fonctionnaires savent défendre leurs avantages : emploi à vie, études supérieures gratuites (et même rémunérées), avancement à l’ancienneté, temps de travail réduit, retraites avancées et plus élevées (75 % de la moyenn... Poursuivre la lecture

Contrepoints a pu s'entretenir avec Benoît Perrin, le nouveau directeur de l'association Contribuables Associés, la principale organisation de défense des contribuables de France. C'est l’occasion d'aborder les problèmes liés au poids de l'État français.

 

Contrepoints : Pouvez-vous vous présenter et nous décrire votre parcours professionnel ?

Benoît Perrin : Originaire de Bordeaux, j’ai 42 ans et suis diplômé en dro... Poursuivre la lecture

L'inflation s'est accélérée en juillet pour atteindre 6,1 % sur un an, selon l'Insee.

 

L’inflation est de retour

C’est une erreur de penser que ce que l’on appelle communément « inflation » se résume simplement à l’augmentation des prix à la consommation.

L’inflation ne doit pas se définir comme une augmentation des prix à la consommation, mais comme une augmentation de la masse monétaire. L’augmentation des prix à la consommation n’est que l’un des symptômes de l’inflation, tout comme l’est l’augme... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles