Le Japon en plein coma économique : pourquoi ?

La crise du Japon ne date pas d’hier. Pourtant, aucun gouvernement japonais n’a réussi à sortir son pays de ce marasme économique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Japon en plein coma économique : pourquoi ?

Publié le 6 juin 2013
- A +

La crise du Japon ne date pas d’hier, elle a commencé dans les années 90, peu après les décennies de croissance qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Pourtant, aucun gouvernement japonais n’a réussi à sortir son pays de ce marasme économique.

Par Quentin Georges.

 

Le Japon est en pleine crise économique, cela ne date pas d’hier malheureusement pour lui, avant de parler de la situation actuelle qui me semble relativement catastrophique, il convient de nous attarder sur le passé de ce pays et plus particulièrement sur les raisons de la naissance d’une crise dont ce pays n’a toujours pas réussi à s’extirper.

La « décennie perdue » du Japon

Nous sommes en 1985, outre la création du jeu vidéo légendaire Tetris par Alekseï Pajtinov, les accords du Plaza sont signés en septembre à New York entre les membres du G5 qui sont à l’époque les États-Unis, le Japon, la RFA, le Royaume-Uni et la France. Ceux-ci sont surtout relatifs aux taux de change, le but étant l’interventionnisme de ces pays sur le marché des changes pour déprécier le cours du dollar par rapport au Deutsche Mark et au yen. En effet, suite à la fin des accords de Bretton Woods en 1973, ces États estiment qu’il faut intervenir sur ce marché pour stabiliser les taux de change et ainsi aider les États-Unis à lutter contre la bulle spéculative sur le dollar.

Or, ces accords sont une véritable catastrophe pour le Japon puisque le yen devenu fort entache les exportations, en conséquence la croissance économique du Japon passe de 4,4 % à 2,9 % en moins d’un an. Le Japon se retrouve alors coincé dans un étau puisqu’il a accumulé une épargne extérieure somme toute considérable principalement en dollar. Or ce dernier est en train de se déprécier fortement ; ainsi en 1986 le Japon rapatrie cette épargne pour éviter sa perte de valeur. Dans le même temps, le gouvernement japonais adopte une politique monétaire basée sur le crédit facile où l’on voit les taux d’intérêts passer de 5 à 2,5 %. Alors qu’une grande bulle spéculative stimulée et encouragée par ces taux d’intérêts faibles commence à inquiéter le gouvernement, celui-ci décide alors de passer le taux de 2,5 à 6 % en 1990. Cette tentative désespérée pour stopper celle-ci est trop tard, la bulle éclate, le marché avec.

En moins de 3 ans, le Nikkei évalué à 40 000 points en 1989 s’écroule à 15 000 points en 1992 soit une baisse de plus de 60 %. Le secteur le plus touché est l’immobilier, là où a débuté la bulle spéculative ; on enregistre alors une baisse des prix de plus de 80 % entre le début des années 90 et la fin de celles-ci. Le chiffre le plus alarmant est sans doute celui du chômage, il double passant de 2,1 % à 4,7 %, chiffre sans doute en deçà de la réalité (nous connaissons tous les méthodes biaisées pour calculer le chômage dans les pays développés). Certes il ferait rougir bon nombre de pays occidentaux, mais il faut garder à l’esprit le contexte culturel du Japon où il est de tradition qu’un travailleur garde son emploi à vie ; de plus ce taux n’avait jamais franchi la barre des 3 % auparavant.

La baisse des valeurs boursières entrainant la chute du Nikkei a pour conséquence de voir les institutions financières prêteuses d’argent, comme les banques, tenter de recouvrir leur dette. Or, de nombreuses entreprises ne sont pas en mesure de payer ; ainsi, au lieu de les obliger à exécuter la procédure de liquidation judiciaire pour ensuite déclarer faillite, ces institutions choisissent de prêter à nouveau de l’argent pour que les entreprises puissent payer les intérêts des prêts antérieurs. Avec cette pratique contreproductive, il est difficile de s’en sortir pour celles-ci.

Que fait le ministère des Finances japonais me direz-vous ? Il convient donc de parler du « magnifique » système de reconversion des hautes fonctions de fonctionnaire, car oui, il est naturel de voir au Japon un bureaucrate mis en retraite prendre un petit emploi dans une entreprise qui fait partie du secteur qu’il était chargé… de surveiller. Par cette pratique, on peut dénoter l’instauration d’un échange de bons procédés entre la haute bureaucratie et les banques japonaises, cette première promet de ne pas agir contre celles-ci en prenant des mesures concrètes pour lutter contre l’endettement des entreprises tandis qu’en échange, des postes hauts placés sont réservés aux futurs retraités bureaucrates. Cette inaction du gouvernement tout comme la dissimulation de l’étendue de cette crise au peuple japonais va finalement se révéler au grand jour en 1994 par la faillite des caisses de crédits. Il est déjà trop tard, les créances pourries se sont multipliées et le fait d’avoir caché l’ampleur de cette crise a empiré la situation du secteur financier déjà très fragile.

Ainsi, pour résumer, en moins de 10 ans, alors que ce pays sort de plusieurs décennies économiques florissantes, l’économie japonaise ne fonctionne plus, le gouvernement n’arrive pas à trouver un remède et les japonais ont perdu confiance envers leurs élites qui ont masqué la vérité dans leur propre intérêt.

L’application d’une politique monétariste et keynésienne en guise de « solution »

Après s’être rendus compte (un peu tard tout de même) de la situation critique dans laquelle est plongé le Japon, les politiciens doivent s’empresser d’agir pour résorber celle-ci. Le Graal apparaît alors sous le jour de la théorie keynésienne. Pas de chance, ce « remède » n’est pas adapté à la maladie contractée par le Japon.

Revenons un instant sur la thèse keynésienne. Ici, l’effondrement de l’investissement est analysé comme un facteur psychologique chez les entrepreneurs qui choisissent ou non de s’implanter suivant un niveau de pessimisme/optimisme difficile à prévoir. Ainsi en l’espèce on ne se questionne pas sur l’énorme bulle spéculative qui a précédé la chute de la bourse japonaise, on analyse uniquement le manque d’investissement boursier par le pessimisme des entrepreneurs. Dans ce cas présent, le gouvernement se doit alors de baisser les impôts d’une part, et d’autre part d’investir en masse pour combler le manque d’investissement privé, relancer la demande des consommateurs et ainsi éviter la récession. Pour éviter de voir les banques ne pas prêter de l’argent aux investisseurs, c’est l’État lui-même qui devient le prêteur direct dans le cas d’une trappe de liquidité. Toutefois cette pratique ne permet en aucun cas le rétablissement de l’économie puisque le prêt devient politisé ; car c’est l’État qui décide et non le marché et la préférence des consommateurs, comme l’analyse Benjamin Powell. Ainsi l’État empire la situation car il ne répond pas à la demande du marché et donc répartit maladroitement ses investissements.

S’appuyant sur cette théorie, le Japon va abaisser l’impôt sur le revenu en 1994 et  se lancer dans plusieurs programmes d’investissement public jusque 1995, évalués à près de 65 mille milliards de yens. Aucun résultat. On recommence en 1998 avec près de 24 mille milliards de yens. Aucun résultat. On recommence en 2000 avec 11 mille milliards de yens. Aucun résultat. Enfin si, le Japon devient le premier pays de l’ex G7 avec une dette publique dépassant les 100% du PIB.

Comme l’explique Benjamin Powell :

En se concentrant sur la demande globale, les partisans de Keynes oublient le problème essentiel du Japon : une non correspondance entre les structures actuelles de production et la demande spécifique des consommateurs. Les programmes keynésiens de dépenses n’ont pas seulement failli à leur objectif de tirer l’économie japonaise hors de la récession, ils ont aussi placé le gouvernement dans une position financière critique et introduit une distorsion supplémentaire qui pousse l’économie plus loin encore des préférences du consommateur.

En parallèle à ces programmes, une politique monétariste est mise en place. Ainsi, le Japon se lance dans une expansion monétaire pour stimuler l’économie japonaise. Le principe est simple : il s’agit d’abaisser le taux d’escompte (taux de crédit à court terme) pour faciliter le prêt mais aussi la demande. Ainsi le taux d’escompte évalué à 4,5 % en 1991 diminue de façon drastique pour arriver à 0,5 % entre 1995 et 2000. Or, il s’avére que les banques japonaises préfèrent accroître leur liquidité plutôt que leurs prêts, ce qui marque l’échec de cette politique. On peut noter que la masse monétaire japonaise connait une croissance de près de 25 % entre 1991 et 2001. Jeffrey Herbener explique cet échec de manière simple : « l’absence de crédit effectif, même après expansion de la base monétaire M0, n’est pas causée par le fait que des investisseurs potentiels s’attendent à ce que les taux d’intérêt futurs vont monter, mais plutôt par l’énorme quantité de mauvaises dettes dans le système bancaire qui pousse les banquiers à ne pas prêter. »

La déflation japonaise (1997-2006)

L’éclatement de la bulle spéculative de 1991 combiné aux politiques mises en place conduit le Japon a une déflation qui semblera interminable. Celle-ci va débuter en 1997 et chaque année, une baisse d’environ 0,7 % sera constatée.

En effet, comme nous l’avons vu, la Banque du Japon a, durant la récession, choisi de faciliter l’accès au crédit en abaissant peu à peu son taux d’escompte jusque 0,5 % en 1995. Le 1er avril 1998, une loi accorde à cette BoJ une indépendance vis-à-vis du gouvernement japonais, Masaru Hayami devient donc le premier gouverneur de cette banque centrale soi-disant indépendante. Dans le cadre de sa mission d’assurer la stabilité du système financier, celle-ci va abaisser le taux d’escompte à… 0 à partir de 2000 toujours dans l’optique de favoriser le recours au crédit. Bien entendu, dès 2001 elle va se lancer dans une politique de quantitave easing (QE) qui se caractérise par une émission massive de monnaie, la planche à billets donc. Le but de cette émission massive de monnaie est de créer de l’inflation pour lutter contre la déflation. Outre cela, elle va également se lancer dans un vaste plan de rachat de bons du Trésor japonais, le Japon rachète sa propre dette en quelque sorte, ce qui est bien entendu contraire aux fondamentaux. Il s’agit malgré tout des conséquences logiques d’un QE qui se symbolise par l’expansion du bilan de la banque centrale par l’acquisition d’actifs constitués entre autres de titre de créance obligataire ou encore des dettes d’agences par exemple.

Pourtant, il peut (peut-être) vous paraître absurde de lutter contre la baisse des prix, car oui, de prime abord, cela semble bon pour le consommateur car son pouvoir d’achat grandit. Pourtant, la déflation est sans doute encore pire que l’inflation. En voici l’explication : la déflation pénalise les emprunteurs car ceux-ci vont rembourser plus que ce qu’ils avaient à la base emprunté, et ce même si le taux d’intérêt est de 0 %. Or, qui a besoin d’emprunter le plus ? Les entreprises qui dynamisent l’économie par leur production et leur investissement. Ainsi elles peuvent soit être découragées de s’endetter pour booster leur activité en achetant du matériel par exemple, soit être conduites à la faillite par une trop grosse déflation entrainant une trop grande dette. Ce raisonnement s’applique pour tous, État comme citoyen. De plus, tous ces milliards imprimés ne peuvent pas être contrôlés par une quelconque banque centrale ; ce n’est pas elle qui va décider de son utilisation. Ainsi, il faut tenir compte de la circulation effective de cette masse dans l’économie réelle. Qu’en est-il ? La plus grosse partie de cette masse est allée dans les banques. Or, comme nous l’avons vu, les banques refusent de prêter de l’argent et c’est donc l’État japonais qui s’impose comme prêteur. Par conséquent, on peut dire que cette « fausse monnaie » n’a pas l’effet inflationniste attendu puisque celle-ci ne circule pas dans l’économie réelle, elle va donc se dégrader au cours du temps. C’est ainsi que l’on détruit une monnaie.

Comme l’explique Olivier Crottaz :

Nous assistons donc à un combat titanesque entre inflation et déflation. D’un côté les États et leurs banques centrales qui dépensent et créent de la « monnaie », dans des proportions gigantesques, et de l’autre principalement le secteur privé qui a accumulé tellement de dettes qu’il ne peut plus les supporter, et, par le biais des faillites qui se multiplient, provoque une destruction de « monnaie ». D’un côté, on crée de la « monnaie » pour soutenir un système condamné à la faillite (en réalité, on ne fait que d’acheter du temps à crédit), de l’autre, on en détruit ou on refuse de l’utiliser (on dépense moins, on épargne plus). Résultat : on n’utilise plus autant la « monnaie » et sa vitesse de circulation diminue.

Finalement, un léger mieux se fait ressentir en 2006 lorsque les prix augmentent plusieurs mois d’affilée mais de manière sensible. De ce fait, la BoJ annonce l’arrêt de son QE mais maintient malgré tout sa politique du prêt à taux zéro. Pourtant, on peut légitimement se demander si la fin de cette déflation est réellement due à l’action de la BoJ ou non. Officiellement, la BoJ a « sauvé son pays » par le rachat massif de créances douteuses, la baisse de son taux d’escompte et l’émission massive de monnaie dans le circuit. Pourtant, lorsque l’on analyse de plus près la situation, on peut constater une baisse significative du yen par le QE certes, mais aussi par la pratique du carry trade qui consiste pour les investisseurs à emprunter au Japon à des taux d’emprunt très faibles pour ensuite aller investir dans d’autres pays qui, eux, ont des taux beaucoup plus hauts. Cela a permis au Japon d’avoir également une balance commerciale positive : ainsi on a pu parler d’exportation de la déflation. On peut donc affirmer que si le Japon a réussi à sortir la tête de l’eau, ce n’est pas forcément grâce à l’action de ses gouvernants d’autant plus que la situation n’en est pas bonne pour autant.

La crise de 2007 et ses conséquences actuelles

Alors que l’on pensait voir la situation du Japon s’améliorer peu à peu, survient la crise mondiale de 2007. Inutile d’en faire un roman, chacun sait ce qu’il s’est passé. Intéressons-nous plutôt à ses conséquences actuelles.

Tout d’abord, on peut dire que le chômage a progressé, même si ce taux ne cesse d’augmenter en continu depuis les années 1990. Le Nikkei qui était revenu aux alentours de 14 500 points chute brutalement aux alentours des 7000 points dès 2009. La production industrielle chute elle aussi fortement la même année de près de 8,5 %. Et les faillites augmentent de 21 %. Une fois encore, les banques connaissent un ralentissement et enregistrent un recul de 58 % de leur résultat par rapport à 2007. Ainsi, le crédit redevient à nouveau difficile pour les entreprises.

En réponse à tous ces facteurs inquiétants, la BoJ décide de ne pas changer sa politique « gagnante » à savoir prêter à taux 0 tandis que le gouvernement japonais annonce un plan de relance de près de 75 000 milliards de yens ce qui a pour effet d’aggraver la situation. Que fait alors le gouvernement en 2009 ? Il engage à nouveau un plan de relance, cette fois-ci évalué à 13 930 milliards de yens. Aucun facteur positif enregistré.

En effet, par cette politique, le gouvernement espère exporter d’une part, et vendre beaucoup à sa demande intérieure d’autre part. Or aucune de ces deux espérances ne se produit : les exportations baissent significativement, surtout en direction des États-Unis, et les japonais ne consomment pas plus. De plus, les investissements privés se contractent. La catastrophe de Fukushima n’arrange rien à la situation, contrairement aux espérances de certains stratégistes expliquant qu’il s’agit d’une aubaine pour le Japon pour relancer sa croissance ; nous connaissons le résultat…

L’arrivée de Shinzo Abe au pouvoir en décembre 2012

Accrochez-vous : en tant que premier ministre « libéral démocrate », il déclare qu’il va régler tous les problèmes économiques du Japon. Alors certes, tous les QE précédents n’ont pas fonctionné et ont même aggravé la situation. Mais lui prétend détenir la solution par un… QE illimité. Je me contenterai de citer Olivier Delamarche : « QE illimité, emmerdement illimité ». Plan de relance évalué à plus de 20 200 milliards de yens. Son but est de créer près de 600 000 emplois. Pour financer ce grand projet, la TVA qui était évaluée à 5 % passe à 8 %, puis à 10 % en 2014 et 2015. En parallèle, le BoJ émet une masse monétaire encore plus forte que celles déjà faites auparavant, dans le but de relancer la consommation, le crédit et les investissements. Celle-ci a par ailleurs un objectif d’inflation de 2%, ce qui explique pourquoi elle émet de la monnaie de manière très significative.

Ce plan a-t-il des chances de réussir ? Oui, selon les mass médias, notamment Le Monde qui titrait que les Européens devaient s’inspirer de ce modèle. Bien entendu, ce plan aura quelques résultats positifs, à court terme notamment, au niveau boursier, car c’est lui qui va profiter au maximum de cette émission de fausses monnaies ; mais à plus long terme, cela va aggraver le problème de manière significative.

Intéressons-nous aux données dont nous disposons : actuellement, la dette du Japon est estimée à plus de 230 % du PIB, conséquence de l’endettement contracté par les nombreux plans de relance. Il est improbable, voire impossible, d’inverser une telle situation. À côté de cela, le Japon va émettre en 2013 plus de dette que les revenus japonais. La balance commerciale est en déficit malgré la baisse du yen qui était censé favoriser l’exportation. Mais à qui exporter ? La Chine en excédent ? L’Europe en récession ? Les États-Unis ayant autant de problèmes que le Japon ? La vente au détail des japonais a, quant à elle, baissé de 2,3 % en février 2013 sur un an.

Ainsi, alors que le plan de relance est censé permettre aux Japonais de consommer plus et surtout d’exporter, aucune de ces deux espérances n’est atteinte. Pire encore, alors que la déflation a augmenté, les prix à l’importation, eux, ont logiquement augmenté de 30 % par la baisse du yen. À terme une hyperinflation se profile en parallèle à l’effondrement de la monnaie japonaise. Le Japon se dirige droit vers la République de Weimar.

Alors que tous ces indicateurs sont au rouge, le Nikkei progresse comme une fusée (+60 % en 6 mois) depuis novembre et se situe au plus haut depuis plus de 5 ans, tout simplement parce que celui-ci aspire toute la monnaie créée ; ainsi celle-ci ne va pas dans l’économie réelle. Toutefois, après être passé de 8000 à plus de 14 000 points sans aucune raison valable, le Nikkei commence à chuter très sérieusement, symbolisé par cette séance historique du 23 mai dernier où il a connu une volatilité de 1450 points sur une seule et même séance, autant que le 15 mars 2002 lors de la catastrophe de Fukushima ! Près de 10 séances de gain se sont envolées en une seule journée, et cela n’est pas fini.

Revenir aux fondamentaux

Alors que l’inflation va exploser par la baisse du yen qui défavorise le Japon dans les importations et par la probable augmentation des taxes, alors que le chômage va augmenter par le nombre de faillites, alors que le Japon se retrouve endetté jusqu’au cou, alors que la population japonaise vieillit de plus en plus, il est temps de dire stop et de mettre fin à cette ineptie.

Les QE, combinés à de faibles taux d’emprunt, n’ont jamais marché : en 25 ans, nous avons eu droit à plusieurs plans de relance, toujours fondés sur le même principe, mais jamais aucun d’entre eux n’a réussi à résoudre la situation. Pire encore, ils l’aggravent par l’endettement. Ce QE illimité est exactement la même chose que ce qui a déjà été fait. Ce n’est pas parce qu’il est beaucoup plus important qu’il va réussir. Multiplier la bêtise ne rend pas intelligent. Lorsque le QE s’arrêtera, le Japon plongera. S’il continue, alors la bulle s’amplifiera encore plus et lorsqu’elle éclatera, elle en sera d’autant plus violente.

La théorie autrichienne nous explique qu’accroître la masse monétaire par des taux d’escompte bas constitue un message pour les entrepreneurs d’investir davantage. Or ces taux ne représentent pas la demande des consommateurs. Par conséquent, ceux-ci vont soit moins investir pour consommer davantage ou faire l’inverse. Or cela n’est viable qu’à court terme. Et lorsque la banque centrale arrête d’émettre de la masse monétaire, la récession s’impose. Celle-ci est naturelle car elle va liquider les mauvais investissements et la demande des consommateurs va repasser au premier plan. Cette contraction est nécessaire pour que l’économie se régule elle-même et revienne à l’équilibre. Bien entendu, pour que l’économie se corrige d’elle-même, il faut un certain temps. C’est pour cela que l’on parle d’analyse macroéconomique.

Toutefois, lorsque l’on voit l’interventionnisme effréné dont a fait preuve le Japon pour lutter contre cette récession, ce qui a eu pour effet d’aggraver la situation, on peut imaginer que lorsque l’on cessera cette destruction de richesse, il faudra un bon nombre d’années pour corriger 20 ans d’erreurs semblables et répétées…

Voir les commentaires (25)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (25)
  • Je vais régulièrement à Tokyo, au moins deux fois par an (je m’y trouvais quelques jours après le grand tremblement de terre du Kanto qui eut lieu je vous le rappelle le 11 mars 2011 et non pas en 2002) et même après le tremblement de terre, je n’ai pas remarqué le moindre signe de crise comme vous le prétendez. J’étais à Tokyo au mois d’avril dernier. Le nombre de chantiers immobiliers qui sortent de terre partout dans la ville est impressionnant, les nouveaux trains à grande vitesse qui battent des records, l’envahissement des voitures hybrides, une quantité invraisemblable de maisons individuelles en travaux pour améliorer l’isolation et le chauffage (sans aucune aide de l’Etat) car la facture énergétique a carrément doublé depuis l’arrêt des réacteurs nucléaires, de nouvelles lignes d’interconnection de chemins de fer et de métro (l’exemple le plus frappant est la nouvelle connexion à la station de Shibuya) sans oublier les travaux titanesques de la station de Shinjuku qui ont débuté peu après le tremblement de terre. Pour ce qui est de l’activité économique, tous les secteurs sont en pleine effervescence, y compris l’industrie gazière puisque comme vous ne l’ignorez pas le Japon est sur le point d’exploiter les hydrates de méthane dont les eaux territoriales japonaises sont richement dotées ainsi que les dépôts minéraliers de terres rares au niveau de la fosse du Kanto là où eut lieu le grand séisme. Vu de loin le Japon est dans le coma … mais je peux vous assurer que les banques d’investissement vous répondront le contraire. Le tissu industriel innovant domine mondialement certains secteurs. Le Japon est le deuxième détenteur de devises étrangères dans le monde après la Chine, le premier investisseur dans la zone économique asiatique. Pouvez-vous m’expliquer pourquoi les fonds de pension américains et européens investissent des centaines de milliards de dollars dans l’industrie japonaise s’ils devaient in fine tout perdre ? Quant à la dette japonaise, elle n’a rien à envier à celle de la France qui tous postes confondus est de plus de 240 % du PIB. La dette japonaises et pour plus de 90 % entre les mains des résidents (fonds de pension, banques, la poste, les grandes entreprises et aussi des particuliers) et les soubresauts actuels tant du Nikkei que des taux d’intérêts du marché obligataire japonais variant en sens inverse comme vous avez pu le constater (le 23 mai les taux obligataires ont brusquement augmenté de 100 points de base entrainant la chute du Nikkei) mais ces fluctuations n’impliquent qu’une infime partie des émissions d’obligations. Vue de loin et avec des arguments d’analyse théorique l’économie japonaise semble atone. C’est totalement faux ! Et j’ajouterai qu’en cas de crise, la population japonaise saura faire le nécessaire pour sauver son pays par simple civisme comme ce fut le cas durant l’été 2011 pour réduire la consommation d’électricité afin d’éviter un black-out, aucun autre pays au monde aurait pu faire un tel effort et si besoin est les Japonais feront de nouveaux efforts. Croyez vous que les Français sont prêts à faire des efforts pour sauver leur pays du collapsus généralisé qui l’attend ?

    • Dans ma ville aussi, cela fait des mois qu’il y a des travaux partout. Cela veut donc dire que tout ce que l’on raconte à propos de l’économie française est totalement faux. La France va très bien!

    • jacqueshenri : « le grand tremblement de terre du Kanto qui eut lieu je vous le rappelle le 11 mars 2011 … je n’ai pas remarqué le moindre signe de crise comme vous le prétendez.  »
      ¨
      Cétait au large du Tōhoku , et non pas dans le Kanto (même si ils l’ont pas mal ressenti aussi).
      Et en effet, même remarque que vous : au Japon, on ne ressent pas du tout cette crise supposée par l’auteur, ça construit, ça tourne, ça bouge, les gens consomment, ils vivent, quoi… Ils ne paraissent pas neurasthéniques et lobotomisés comme les Français. Peut-être ne lisent-ils pas ce genre d’articles (?).

      • « Et en effet, même remarque que vous : au Japon, on ne ressent pas du tout cette crise supposée par l’auteur, ça construit, ça tourne, ça bouge, les gens consomment, ils vivent, quoi…  »

        Ce n’est pas parce que vous ne la ressentez pas qu’elle n’existe pas. Ce n’est pas parce qu’on est en crise que l’on s’arrête de « construire, bouger et consommer ». Ce n’est pas à partir de l’agitation de 1 000 ou 10 000 personnes autour de soi que l’on peut déduire que tout va très bien pour l’économie d’un pays qui en compte 130 millions! Heureusement que les statisticiens et économistes ne s’arrêtent pas au ressenti d’une personne pour tirer des conclusions sur l’état et l’évolution de la situation économique d’un pays comptant plusieurs millions d’habitants!

    • Oui, et ?
      Ce n’est pas parce que la vie économique du Japon est beaucoup plus dynamique que la notre (comme si c’était dur…) que la situation n’est pas catastrophique comparativement aux années 80.

  • Le mythe de la « décennie perdue » au Japon:
    http://mises.org/daily/5170/

  • Attention aux er/é tout de même…

  • Bravo à l’auteur, l’article est très bon.

    Sinon, un économiste autrichien avait aussi dénoncé l’interventionnisme du gouvernement dans certaines industries non compétitives (chantiers navaux par exemple). Pour lui, la faillite et la déflation n’avaient pas été assez loin. Par contre si on regarde la croissance du PIB/hab en tenant compte de la baisse de la population active, la décennie perdue est moindre.

  • Il y a une chose qui est bien au Japon, c’est que si tu encourages les gens à travailler, ils travaillent beaucoup.
    Même si l’émission de yen à outrance comme le fait Shinzo Abe n’est pas bien du tout, ça m’a toujours fait marrer ces gens qui critiquent systématiquement le Japon, comme ici et aussi la plupart des journaleux français et qui ne balayent pas avant devant leur porte.

    Rien à voir mais deux remarques : malgré la dégringolade du yen vs USD et euro, ici au Japon, le prix des carburants n’a pas augmenté. J’ai posé la question du pourquoi à mes amis et proches japonais, ils n’ont pas pu me répondre (certains disent qu’ils sont toujours sur les stocks d’avant la dévaluation).
    Et puis je viens d’apprendre que Flanby Hollande arrive au Japon, ça veut dire qu’on va se taper trois jours de pluie… fait ch*er !

    • « ça m’a toujours fait marrer ces gens qui critiquent systématiquement le Japon, comme ici et aussi la plupart des journaleux français et qui ne balayent pas avant devant leur porte. »
      –>

  • Je me permets de répondre brièvement à certaines de vos remarques:
    Tout d’abord je n’ai absolument rien contre le Japon, cet article me paraissait intéressant aux vues des « on dit » français dans la presse à propos de ce pays, je n’ai en aucun cas critiqué son peuple qui, je vous l’accorde, possède une grande volonté lorsqu’il faut s’adapter et faire des efforts par rapport aux français, mais cela n’est pas le sujet en l’espèce.

    La situation au Japon est plus comparable à celle des Etats-Unis que celle d’Europe où ici la planche à billet tourne moins fort, je ne dis pas qu’elle est meilleure.

    Le titre est sans doute mal trouvé, je me base sur une analyse macro économique donc je suis surtout axé sur ce qu’il va se passer, bien entendu les gens consomment (déflation), il y a de nombreux chantiers (investissement public) mais à terme cela changera négativement selon moi.

    Cordialement,
    Quentin Georges

  • « La théorie autrichienne nous explique (…) » … Euh… Vous êtes au courant que l’ABCT c’est n’importe quoi ? Milton Friedman anyone ?

    • Passionnant,
      ici tout le monde sait ça, mais c’était très bien formulé. Bon j’aimerais juste souligner la non prise en cause dans l’article des changement sur le statut des travailleur par le gouvernement de Koizumi et ses conséquences.

    • « l’ABCT c’est n’importe quoi ? »

      Pour celui qui n’a rien compris ou ne l’a pas étudié, c’est effectivement n’importe quoi!

  • Pourquoi ?

    Parce qu’ils sont vieux, voila, pourquoi.

    La jeunesse est une bien belle qualité économique.

  • Le Japon , nouveau Weimar?Sans retour au standard -or et agrent cela est probable..Vous connaissez tous la suite de l’histoire…

  • Certains ont pu dire à l’époque que les accords du Plaza étaient une manipulation inventée par les Américains pour affaiblir la concurrence japonaise. D’autres ont émis l’hypothèse que l’effondrement du dollar qui s’en est suivi (crise financière d’octobre 1987) a servi à ruiner les maigres réserves de changes des soviétiques, réserves indispensables à la survie de l’empire socialiste démoniaque pour acheter des produits de première nécessité au monde libre, accélérant sa chute entre 89 et 91.

    Qui sait ? Il est plus probable que nos dirigeants, disposant une fois encore de trop de pouvoir, ont joué comme d’habitude aux apprentis sorciers. Et les conséquences de leur inconséquence criminelle se font ressentir encore aujourd’hui.

    Mais quand donc ces faquins prétentieux, imbus de leur pouvoir de nuisance politique, vont-ils comprendre qu’ils ne doivent rien faire, jamais, même pas par hasard ? Voilà quand même 2000 ans qu’une autorité supérieure leur a appris qu’il faut « rendre à César ce qui appartient à César », autrement dit que le pouvoir politique est un pouvoir de pacotille.

  • La croissance moyenne du PIB japonais était de 4,7% entre 1980 et 1990 et n’était plus que de 1,2% entre 1991 et 2000! C’est pour cela qu’on parle de décennie perdue!

  • Stats du Japon depuis 1980 (source FMI) :

    A/ PIB réel (moyenne)

    1980-1990 : 4,7%
    1991-2000 : 1,2%
    2001-2010 : 0,82%
    2011-2018 (projection) : 1,13%

    B/ Taux de chomage (moyenne) :

    1980-1990 : 2,47%
    1991-2000 : 3,31%
    2001-2010 : 4,68%
    2011-2018 (projection) : 4,18%

    Il y a bien un avant 1990 et un après!

    • Evidemment que le Japon est en crise.
      Mais Lio vous devez comprendre que l’on fait une montagne de cette crise pour démontrer que le Japon est fini, has-been, démodé… alors qu’il ne pouvait tout simplement pas connaître une croissance infinie.

      La crise japonaise, croyez ceux qui y vivent, n’a rien à voir avec la crise que connait la France! et le dynamisme et le potentiel de rebond du Japon n’ont rien à voir avec la déprime et le pessimisme bureaucratisé français.

      Enfin… les Japonais (depuis Plaza) investissent un peu partout dans le monde, et en fait une puissance industrielle mondiale. On ne peut plus analyser le Japon qu’en regardant les chiffres du Japon.
      où investit la France? La France a-t-elle les moyens d’investir ? avec quel argent ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le gouvernement doit chaque année résoudre un problème récurrent : le budget.

Il consiste à faire correspondre une liste de dépenses prévues, ordinairement classées dans l’ordre des ministères qui les présentent à l’approbation des parlementaires, avec une liste d’impôts et de taxes. Les gouvernements n’ont en effet aucun autre moyen que ces deux instruments pour se procurer de l’argent.

Depuis plus de 40 ans néanmoins, devant la difficulté d’équilibrer ses comptes, le gouvernement a fait appel au crédit. Comme chacun le sait, c... Poursuivre la lecture

L’inflation présente depuis quelques mois inquiète : est-elle durable ? Provoquera-t-elle une crise ? Tantôt expliquée par la reprise économique mondiale après les confinements, tantôt justifiée par la guerre en Ukraine. Il semblerait que l’inflation provienne d’un mal bien plus profond qui oblige à une observation des politiques menées sur la dernière décennie.

 

2012 : la zone euro est exsangue

Tout commence le 26 juillet 2012. Mario Draghi, gouverneur de la BCE, déclare que la banque centrale sauvera l’euro « whatever it... Poursuivre la lecture

En cette rentrée, l’un des sujets économiques majeurs est le retour de l’inflation.

Il faut dire qu’on l’avait bien oubliée. Depuis des années en France, nous étions autour de 1 % par an de hausse des prix ; il faut remonter aux années antérieures à 1984 pour trouver des chiffres comparables à ceux d’aujourd’hui, supérieurs à 5 % ! Cela fait presque 40 ans, ce qui fait qu’une personne de moins de 50 ans n’a pratiquement jamais connu l’inflation. D’où la stupéfaction de beaucoup, quand ils voient ce qui se passe aujourd’hui. Il faut avo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles