Le ministère du Tourisme et les chambres à coucher

Pourquoi le ministère du tourisme viendrait-il mettre le nez dans nos chambres à coucher ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
montréal

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le ministère du Tourisme et les chambres à coucher

Publié le 5 juin 2013
- A +

Pourquoi le ministère du Tourisme viendrait-il mettre le nez dans nos chambres à coucher ?

Par Youri Chassin depuis Montréal, Québec.
Un article de l’Institut économique de Montréal.

Les touristes français, avec leurs préconceptions pittoresques de leurs cousins québécois, sont friands du concept « coucher chez l’habitant ». Au lieu d’aller à l’hôtel, Mathilde et Jules pourront rencontrer Ginette et Raymond qui les accueilleront chez eux ! Aujourd’hui, avec des sites en ligne, tout cela s’arrange très facilement.

Pour plusieurs, c’est une occasion de rencontrer des gens et d’avoir un petit revenu supplémentaire. Laissez-moi verser un brin dans les clichés en ajoutant que pour certains retraités, c’est même une solution idéale à l’isolement social et à un revenu de retraite fixe. J’ai moi-même fait l’expérience d’une nuitée chez l’habitant, dans les Laurentides, et j’en garde un excellent souvenir.

Mais attention, cette pratique est interdite !

La loi stipule qu’un « établissement d’hébergement touristique » a l’obligation de détenir une certification, délivrée par la Corporation de l’industrie touristique du Québec (CITQ).

Le règlement qui accompagne cette loi précise qui doit être certifié, et qui est exempté. Par exemple, une chambre très zen peut être exemptée selon l’article 8 exemptant les établissements « meublés rudimentaires ». Pour les wigwams par contre, l’article 6 est moins clair.

Quel mal y a-t-il à ce qu’une personne loue une chambre à des touristes ? Là où le bât blesse, c’est que certains se conforment à la loi et sont certifiés comme gîte ou « Bed-and-Breakfast » et d’autres, non.

Pour qui veut passer à travers les multiples étapes du processus, remplir les formulaires, fournir la preuve de conformité à la réglementation municipale d’urbanisme, contracter une assurance responsabilité civile d’au moins deux millions de dollars, puis payer au moins 265 $ par année, la certification présente certains avantages. Elle peut être présentée comme une garantie de qualité et permettre une certaine publicité. Certains s’enregistrent toutefois non pas en raison de ces avantages, mais parce qu’ils sont tenus de le faire. C’est précisément cette obligation qui ne fait pas sens.

Pour ceux qui ne veulent pas de certification, il est certainement difficile de comprendre qu’on ne puisse pas louer ses propres chambres à d’autres adultes consentants en toute liberté. Pourquoi le ministère du Tourisme viendrait-il mettre le nez dans nos chambres à coucher ?

On se doute de la réponse : le lobbyisme de l’Association des hôteliers du Québec, qui dénonce cette concurrence, y est probablement pour quelque chose. C’est pourquoi le ministre du Tourisme promet de sévir et de poursuivre en justice les gens qui s’aventurent à louer leurs chambres sans la bénédiction des fonctionnaires.

Cette décision est décevante, mais reflète la propension du gouvernement à s’immiscer partout. Dans ce cas-ci, il est aussi plus facile pour un ministre de satisfaire une association bien organisée qu’une constellation d’individus sans organisation et souvent inconscients de l’illégalité de leurs gestes.

Je connais personnellement le ministre Pascal Bérubé et certains de ses collaborateurs. J’aurais apprécié qu’il défende les citoyens qui utilisent leurs propres biens comme cela leur plaît. Encore mieux, j’aurais aimé voir un geste concret du ministre pour rendre volontaire cette certification.

Cela ne veut pas dire que personne ne voudra de la certification, qui offre des avantages, rappelons-le. Cela signifierait seulement que Ginette et Raymond pourront toujours recevoir leurs étonnants visiteurs français en toute quiétude, sans déroger à une loi plutôt mesquine.


Sur le web.

Et si on reprenait nos vies ?

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Chacun doit pouvoir faire de sa chambre d’ami ce qu’il veut, qu’elle soit belle ou moche. Voire même proposer un canapé pliant dans le hall …

    Il suffit de ne pas parler de rémunération, mais de participation aux frais du ménage.

    Que Big Brother et la corporation hôtellière aillent se faire voir, ce n’est pas du tout la même clientèle.

  • Je n’ai rien contre la libre entreprise, mais il faut que ce soit juste… Si je dois payer 265$ par année, et que je dois collecter les taxes pour le gouvernement, alors pourquoi est-ce que vous auriez le droit de louer vos chambres sans obligations ? Allons y avec la dereglementation de l’industrie touristique, et alors ca serait juste pour tous

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par la rédaction de Contrepoints.

 

Quand les libéraux voyagent, que remarquent-ils de si différent par rapport à la France ? Leur regard nous permet de nous rendre compte que ici ou là, des espaces de liberté existent encore, alors que nous avons parfois tendance à les oublier.

 

Vacances en Europe

Frédéric était en Norvège et a constaté l'emprise de l’État sur la distribution de l'alcool :

"Les joies du monopole d'État sur les alcools en Norvège : la bouteille de Champagne bas de gamme à 999 NOK ... Poursuivre la lecture

Le gouvernement s’agite pour faire croire qu’il va améliorer le pouvoir d’achat à la suite de la réapparition de l'inflation, comme si une loi avait le pouvoir miraculeux de changer les règles de l’économie.

Voici quelques évidences qui ne paraissent pourtant pas l'être tant que ça aux yeux de nos médias.

 

Gouvernement et Parlement ne peuvent pas améliorer le pouvoir d'achat des Français

Il est donc étonnant et même inquiétant de constater que depuis plusieurs semaines l’ensemble des médias et des politiques accepte... Poursuivre la lecture

Le Canada traverse une importante crise de la représentation qui a culminé en février dernier durant la révolte des camionneurs. Si la confiance d’une partie de la population envers la classe politique est chancelante, sa confiance envers les médias traditionnels est en chute libre, la montée dudit « complotisme » étant la plus forte manifestation de cette récente rupture. Au Québec, 50 % des gens croient aujourd’hui que les journalistes cherchent délibérément à les tromper, selon un sondage de la firme Edelman, publié fin mars dernier.

<... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles