Hollande et la politique de l’offre : légende urbaine

Les médias prétendent que Hollande promeut une politique de l’offre. Il n’en est rien. Démonstration.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hollande et la politique de l’offre : légende urbaine

Publié le 5 juin 2013
- A +

Les médias prétendent que Hollande promeut une politique de l’offre. Il n’en est rien. Démonstration.

Par Jean Yves Naudet.
Un article de l’aleps.

Le discours de Leipzig en a surpris plus d’un : « François Hollande se prend pour Gerhard Schröder » a titré la Nouvelle Lettre la semaine dernière. Parmi les commentaires, voici celui de Vincent Placé, Président du groupe Vert au Sénat, précisant que « la politique de l’offre » du Président Hollande « était un échec ». Notre confrère Les Échos n’avait-il pas écrit quelques jours plus tôt : « Le chef de l’État assume clairement une politique de soutien à l’offre » ? Double méprise : d’une part, un discours n’engage que ceux qui l’écoutent, d’autre part, la politique actuelle est keynésienne et colbertiste. Pour mesurer tout ce qui sépare François Hollande d’une politique de l’offre, je rappelle les trois piliers de cette politique : défiscaliser, déréglementer et désétatiser. Et c’est bien de cela dont nous aurions besoin.

Politique de la demande contre politique de l’offre

L’une est keynésienne, l’autre libérale. Entre les deux il existe des différences majeures. La première est macroéconomique et vise à manipuler quelques grandeurs globales un peu comme un technicien manœuvrant quelques manettes : l’État omniscient agit sur ces manettes à contre-courant, freinant quand l’économie est en surchauffe, accélérant lorsqu’elle ralentit. L’économie serait une machine dont les rouages obéissent au doigt et à l’œil. Dormez citoyens, l’État agit pour vous. Présomption fatale aussi.

Les politiques libérales de l’offre visent au contraire à encourager les agents décentralisés, en les libérant de leurs chaînes fiscales, sociales, réglementaires : elle est microéconomique, faisant confiance à la capacité d’action et d’imagination des entreprises et des ménages, du moment qu’on les laisse faire : « Laissez faire, laissez passer », c’est le principe de toute politique libérale. Une véritable économie de marché n’a pas besoin de politique économique. Mais voilà des lustres que nous ne sommes plus dans une vraie économie de marché et la politique libérale consiste à y revenir.

Une autre différence majeure : pour Keynes, le moteur de l’économie c’est la dépense. En cas de récession on stimule la demande, en cas d’inflation on la freine. Mais d’où vient l’argent que l’on dépense ? Pour les libéraux le moteur de l’économie c’est l’offre, c’est-à-dire la production de biens et services susceptibles d’être approuvés par le marché. La loi de Say doit être comprise ainsi : « l’offre crée sa propre demande ». Autrement dit, le pouvoir d’achat qui permet de dépenser ne peut avoir pour origine que les recettes des entreprises, c’est-à-dire la rémunération du travailleur, de l’épargnant et de l’entrepreneur qui ont contribué à créer la valeur de ces produits. Il n’y a pas de politique économique libérale au sens strict du terme, puisque les mesures proposées ne sont ici que libération des initiatives privées.

Macroéconomie et manipulation de la demande

La politique du Président Hollande est donc fondamentalement keynésienne, agissant du sommet, en manipulant les manettes à la disposition de l’État, et elle est macroéconomique. L’ampleur des déficits publics, de l’ordre de 4% du PIB, surtout avec le « sursis » de deux ans pour parvenir aux 3%, signifie que les dépenses publiques sont supérieures aux recettes, ce qui est le B.A BA d’une politique de relance de la demande. Dire que le déficit est un peu réduit – ce qui restera à démontrer avec le sursis accordé – n’enlève rien au fait que la demande publique reste au cœur du dispositif. En outre, le keynésianisme repose sur l’idée que la dépense publique est plus efficace que la dépense privée ; quand on arrive à 56% du PIB en dépenses publiques, c’est qu’on croit à leur magie !

Défiscaliser ?

La défiscalisation est la mesure type de la libération économique : il doit y avoir moins d’impôts, pour développer l’incitation à produire, entreprendre, investir, travailler plus, etc. L’impôt n’a pas seulement un impact sur la demande ; il a surtout un impact sur l’offre : plus le taux de l’impôt est élevé, plus l’incitation à produire se réduit ; le cœur d’une politique de l’offre consiste donc à réduire la progressivité de l’impôt, pour encourager ceux qui entreprennent le plus, et à réduire le poids des prélèvements obligatoires. Il faut être aveugle pour voir une défiscalisation dans la politique de François Hollande. Depuis un an, on a enregistré un déluge d’impôts nouveaux et de hausses d’impôts existants, des prélèvements au plus haut (à 46% du PIB), l’impôt sur les sociétés le plus élevé d’Europe (33,33%), des tranches marginales en hausse, sans parler des diverses versions de l’imposition à 75%. Arthur Laffer n’a pas suggéré, pour libérer l’incitation à offrir plus, une hausse, mais une baisse des impôts ; nous assistons à l’inverse.

Déréglementer ?

Avec 400.000 textes et normes, la France est le pays le plus réglementé d’Europe. Notre code du travail est le plus épais. Le colbertisme est omniprésent dans tous les domaines, alliant régulation et centralisation.

Le gouvernement a-t-il pris la moindre mesure dans ce domaine ? On fait grand cas de la « flexibilité » introduite sur le marché du travail, au grand dam de la CGT. Un petit peu plus de souplesse rendue possible, dans certains cas, sur le temps de travail ou les salaires, cela n’a rien à voir avec une vraie déréglementation du marché du travail, qui passerait par la suppression de la durée légale du travail, par la flexibilité totale des salaires (et la suppression du SMIC), par la possibilité de licencier rapidement en cas de nécessité, condition nécessaire pour favoriser les embauches. Et le fameux « choc de compétitivité » consistant à transférer une partie des charges sociales sur d’autres prélèvements est surtout un tour de passe-passe. Parler « d’exigence de compétitivité » en augmentant les prélèvements, c’est original !

Au-delà du marché du travail, la déréglementation, ce serait la liberté totale des prix des biens et services (combien restent encore contrôlés !) et des prix des facteurs (y compris le taux d’intérêt) ; l’ouverture totale des services publics à la concurrence (alors qu’on ne parle que de les renforcer), l’ouverture totale des frontières, l’ouverture des professions fermées à la concurrence. Chaque jour le gouvernement sort de nouveaux textes régulant ici la finance, là les services, ailleurs l’industrie. Où est la simplification administrative annoncée ?

Désétatiser ?

La désétatisation enfin : le recul de l’État dans l’économie. Où est la désétatisation, quand les entreprises publiques le restent, et que l’on en a créées de nouvelles (voir la Banque publique d’investissement) ? Quand la protection sociale est totalement étatisée : retraites, Assurance maladie : où est la fin des monopoles publics dans ce domaine ? Quand les dépenses publiques dépassent largement la moitié du PIB ? Désétatiser, ce serait déplacer la frontière entre secteur privé et secteur public : privatiser dans tous les domaines, entreprises, école, protection sociale. Est-ce l’objectif du Président ?

La subversion commence par celle du vocabulaire. Le gouvernement pratique une politique keynésienne et étatiste, avec une hausse des impôts. Appeler cela une politique de l’offre, c’est retirer aux mots leur signification. Et c’est ajouter aux maux de notre économie les mots du mensonge.

Pour ne pas terminer sur une note trop pessimiste, je reconnais que si François Hollande devait être notre Gerhard Schröder, il aurait sans doute une tâche plus difficile, mais il aurait aussi le soutien de tous les libéraux, que l’on sait si nombreux en France !


Sur le web.

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Aucun homme politique a ce jour n’a dans son discours une seule de ces mesures droit et gauche confondues les français depuis plus de trente ans ont les gouvernants qu’ils méritent le général de Gaulle ne disait il pas « les français sont des veaux  » ? les municipales vont prouvées une fois encore que malgré leur agitation leur mécontentement qu’ils renouvellent leur soutien a cette politique qu’ils contestent

  • La France entraine peu ou prou toute l’Europe vers son univers carcéral, où les certains serfs travaillent pour leur pitance, où tout va à l’Etat, qui utilise tout à distribuer ses faveurs selon des caprices dignes d’Ubu Roi.
    Contrôles généralisés de tout et à tous moments, culpabilisation de ceux qui auraient l’audace de « réussir », allocataires-rois, abrutissement scolaire, remplacement de population (un riche qui part 5 pauvres qui entrent), protectionnisme ruineux, préoccupations factuelles et déni du long terme, budget de la « Culture » supérieur à celui de la Justice (c’est plus fun), explosion du nombre de logements subsidiés, attaques incessantes à la propriété privée, punition de toute évolution favorable et souvent durement acquise par les « plus-values », satrapes haineux et aveugles tapant sur tout ce qui bouge, et une politique qui ne discute même plus d’idées, mais se concentre sur des conflits personnels, c’est tout simplement la fin d’une civilisation, et l’approche de troubles dramatiques d’où rien de bon ne pourra sortir.

  • Comme d’habitude en France, le débat n’est qu’un enfumage destiné à camoufler le fond du problème. Ce choix entre politique de l’offre et de la demande est un bon exemple. Bien qu’important, ce n’est pas le problème principal en France. En effet, quelque soit le choix du gouvernement, celui-ci n’aura pas de marge de manœuvre pour l’appliquer, faute de réformes structurelles profondes. Cet incapacité à faire des réformes structurelle fait que quelque soit la politique choisie, elle sera uniquement basée sur des transferts. Bref, déshabiller Paul pour habiller Pierre … Pendant longtemps, le gouvernement s’est appuyé sur la dette (transfert des générations futures aux générations actuelles), l’inflation/dévaluation (transfert de l’épargne vers la consommation) et les impôts (transferts des agents économiques vers le collectifs) … Quelque soit l’utilisation choisie, on voit bien que les effets négatifs de ces transferts vont de toute façon annuler ou fortement diminuer les effets positifs. Il est clair que quand Flamby décide de faire une politique de l’offre (CICE par exemple), il la finance par des impôts supplémentaires (hausse de la TVA) qui va en détruire les bénéfices.

    Le vrai problème français est l’absence de réformes structurelles. Toutes les autres politiques sont pour le moment voués à l’échec et ne sont que des moyens de gagner du temps et de cacher la volonté de ne pas réformer.

  • Un autre problème assez clair est que les visions économiques sont souvent trop simplistes. Bien souvent, les principes utilisés utilisent des modèles linéaires statiques. L’idée que les dépenses publiques ont un levier supérieur à 1 est un bon exemple. C’est vrai dans certaines conditions et de façon statique. L’erreur, c’est surtout de s’en servir comme une loi universelle. Par exemple, la volonté publique de construire des routes en dur quand il y a uniquement des pistes boueuses aura un levier largement supérieur à 1 ! Mais les années suivantes, quand les grands axes auront déjà été goudronnés, le levier va s’effondrer. En France, déjà très équipé en infrastructure, la plupart de ces investissement auront donc un levier inférieur à 1 … Le problème est donc surtout que les politiques utilisent des théories économiques vraies dans un certains contexte uniquement pour servir de justificatif à leurs actions idéologiques dans un autre contexte !

  • On assiste encore aux ravages de l’inculture économique dans notre pays…
    Les prétendus hommes d’Etat peuvent se payer de « mots du mensonge » et « retirer aux mots leur signification » sans que personne ne réagisse. C’est une prouesse admirable en soi. Il faut bien le reconnaître, le commun des mortels arrive difficilement à un tel résultat que ce soit à son travail ou avec son entourage…

  • « Les médias prétendent que Hollande promeut une politique de l’offre. »

    Pfff!

  • si chaque responsable essayait d’avoir une approche systemique plutot qu’une approche parametrique dans l’analyse des sujets, on commencerait a avancer un peu. malheureusement, j’ai l’impression qu’ils sont trop paresseux ou tout simplement trop cons pour ca.

  • article de belle qualité et bonne recension de mps

  • Je rapelles ici que les assurances sociales sont en concurence en l’application des lois européennes!Mais bon ca ne suffit pas à creer une économie prospere.La monnaie est aussi importante!

    • Oui, enfin, le problème c’est que ni les « usagers » ni les para-administrations concernées ne sont au courrant de cette concurrence. Et que les « concurrents » potentiels sont fortement « découragés » de venir offrir leurs services en France.

      Ce qui montre assez que du texte à la réalité il y a souvent une grande distance !

  • « Les Français sont des veaux » disait De Gaulle. Il n’avait peut-être pas tout à fait tort, cependant rien ne l’obligeait à nous prendre pour des cons: ne savait-il pas qu’en nous infligeant l’élection du Président au suffrage universel il sabotait la lettre et l’esprit de la Constitution de 58 et remettait en selle les Partis qu’il dénonçait et ouvrait la voie à une campagne présidentielle permanente avec ses veuleries, ses combines, ses coups fourrés, ses trahisons, maintenant une ambiance de guerre civile larvée soumettant notre pauvre France à des clans qui ne pensent qu’à leurs clientèles, qu’à leurs intérêts et ce, vitam eternam.Ce croque en jambes de De Gaulle a rendu ce Pays ingouvernable et ingouverné.
    Des Réformes, des Réformes, nous chantent nos mentors sur tous les tons. Mais celles-ci sont impossibles.
    Ce pauvre Louis 16 avait plein de réformes en tête: il ne put les mettre en oeuvre tant les privilégiés s’opposait à son Pouvoir.
    De nos jours, ce sont les privilégiés qui ont confisqué le Pouvoir.
    Pensez-vous qu’il vont scier la branche sur laquelle ils sont assis?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Main tenant une bougie éteinte.
9
Sauvegarder cet article

Les politiciens sont rarement les crayons les plus affûtés de la trousse mais tous comprennent toujours très vite qu’il ne faut jamais gâcher une bonne crise : si celle-ci permet d’accroître son pouvoir, tout sera donc fait pour ! Il en va dès lors de la faillite de FTX comme du reste et déjà les opportunistes se bousculent pour proposer de nouvelles bordées de régulations à la suite de cette débâcle.

Difficile de ne pas noter non plus l’engouement subitement renouvelé de certains États pour les cryptomonnaies de banques centrales : la... Poursuivre la lecture

Les contribuables, qui sont résidents fiscaux de France et qui font l’objet d’une imposition relativement élevée à l’impôt sur le revenu, recourent le plus souvent à des astuces bien connues de défiscalisation, tels que l’emploi d’un salarié à domicile ou encore l’investissement dans les PME.

Bien que permettant de réaliser d’appréciables économies d’impôt sur le revenu, ces niches fiscales sont plafonnées à 10 000 euros par an (18 000 euros dans certains cas).

Ce plafond peut vite être atteint lorsque le contribuable bénéficie ... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore.

 

Frankenstein est l'une de ces histoires dont on entend parler durant l'enfance sans pouvoir se rappeler dans quelles circonstances. Quoi qu'il en soit, c'est mon cas.

Nous savons que le monstre est grand et vert, qu'il a une tête carrée et des cicatrices. Nous savons qu'il était mort et a été ramené à la vie par un médecin fou. Nous pressentons qu'il n'est pas exactement mauvais mais incompris. Du moins, c'est ce dont je me souviens.

Voyez-vous, je n'ai lu pour la première fois le roman ef... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles