Téléphonie mobile : une concurrence avantageuse !

L’ouverture de la concurrence dans le secteur de la téléphonie mobile a été un franc succès : baisse des prix au bénéfice des consommateurs, hausse des investissements et de l’emploi.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Modern mobile phones

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Téléphonie mobile : une concurrence avantageuse !

Publié le 4 juin 2013
- A +

L’ouverture de la concurrence dans le secteur de la téléphonie mobile a été un franc succès : baisse des prix au bénéfice des consommateurs, hausse des investissements et de l’emploi.

Par Guillaume Nicoulaud.

Entre 2011 et 2012, selon les données de l’Acerp [1], la facture mensuelle moyenne de celles et ceux d’entre nous qui ont un forfait de téléphonie mobile a baissé de 12,7% – de 31,5 euros HT à 27,5 euros HT. C’est la plus forte baisse jamais constatée depuis qu’il existe des forfaits de téléphonie mobile en France. Naturellement, c’est une moyenne et elle ne tient pas compte du service rendu en contrepartie : à titre personnel, le prix de mon abonnement à baissé d’un euro seulement mais je suis passé de deux heures d’appel à un forfait illimité.

Cette baisse des tarifs est naturellement liée au lancement de l’offre de Free Mobile sur le marché. Depuis janvier 2012, le nouvel opérateur a séduit pas moins de 5,2 millions de clients au 31 décembre 2012 tandis que les offres low-cost créées en 2011 par Bouygues Telecom (B&You), Orange (Sosh) et Sfr (Red) pour faire face à l’arrivée de ce nouveau concurrent affichaient environ 2,5 millions de clients. Au total, selon l’Acerp, ce sont près de 7,2 millions de consommateurs [2] qui ont changé d’opérateur tout en conservant leur numéro en 2012 – soit plus de deux fois plus qu’en 2011.

Mais ce n’est pas tout : comme n’importe quel manuel d’économie vous le confirmera, la baisse des prix a généré une hausse spectaculaire de la consommation. Au total, toujours selon l’Acerp, ce sont 4,55 millions de cartes SIM supplémentaires qui ont été activées en 2012 (+6,6%, la plus forte croissance du marché en dix ans). Par ailleurs, le nombre de minutes d’appel depuis des téléphones mobiles est en hausse de 13,6% à 119,8 milliards, le nombre de SMS émis augmente de 25,1% à 183,1 milliards et le volume de données mobiles transférées explose littéralement de 67,1% à 95,5 pétaoctets. C’est-à-dire que, rapportés aux services rendus, les prix n’ont pas baissés : ils se sont effondrés.

Pour ces 4,55 millions de nouveaux abonnés, c’est soit l’opportunité de remplacer leur carte prépayée par un véritable abonnement, soit un nouveau service qu’ils peuvent s’offrir mais pour les quelques 68,57 millions d’entre nous qui avaient déjà un abonnement en 2011, l’arrivée de Free Mobile va se traduire par un gain de pouvoir d’achat de 3,29 milliards d’euros par an – 3,29 milliards que nous allons pouvoir dépenser sur d’autres postes, qui vont créer à leur tour de la croissance et des emplois.

Ces catastrophes qui n’ont pas eu lieu

Les données de l’Acerp nous permettent également d’apporter une réponse chiffrée et précise aux anticapitalistes primaires qui dénonçaient cette ouverture du marché à la concurrence au motif qu’elle provoquerait un recul de l’emploi dans le secteur et une chute des investissements.

Commençons par l’emploi. Après dix ans de recul à peine interrompus par l’arrivée de Bouygues Telecom en 2004 (de 156 mille emplois en 1998 à un peu plus de 124 mille en 2009), il se trouve que, depuis l’attribution de la fameuse quatrième licence à Free (fin 2009), le nombre d’emplois dans le secteur a augmenté de 3,7% : de 124 232 postes en 2009 à 128 810 aujourd’hui. Au moment où Xavier Niel lançait son offre, le nouvel opérateur comptait déjà 1 638 salariés et il semble que, contrairement aux prévisions apocalyptiques qu’ils se plaisaient à faire circuler dans la presse, les autres opérateurs n’aient pas réduit leurs effectifs mais les aient au contraire augmenté. À titre d’illustration, rien qu’entre 2011 et 2012, Sfr a embauché 27 personnes et a vu sa masse salariale augmenter de 28,5 millions d’euros (+6,1%).

Du point de vue de l’investissement, c’est encore mieux : non seulement les investissements des opérateurs augmentent pour la troisième année consécutive mais ils ont atteint, avec plus de 10 milliards d’euros en 2012 dont la moitié sur la téléphonie mobile, un nouveau record historique. Par exemple, selon les estimations de l’Acerp, les investissements des opérateurs dans le haut débit mobile (3G et 4G) auraient atteint 4 milliards d’euros en 2012 contre 2,4 milliards en 2011. Très simplement, dans un marché compétitif, le seul moyen de préserver ses marges, c’est d’améliorer le service apporté aux clients.

Cerise sur le gâteau

Entre des volumes qui explosent et des prix qui s’effondrent, ce sont ces derniers qui l’emportent : entre 2011 et 2012, les revenus générés par la téléphonie mobile affichent une baisse de 7,3% [3] à 17,6 milliards d’euros. Comme nous l’avons vu plus haut, cette baisse des revenus, entièrement à l’avantage des consommateurs, n’a eu de conséquences négatives ni sur l’emploi ni sur l’investissement : elle a pesé, en revanche, directement sur les marges des opérateurs et donc sur les profits de leurs actionnaires. Le résultat net par action de Sfr passe de 7,64 euros en 2011 à 4,42 euros en 2012 (-42%), chez Orange il baisse de 1,46 euros en 2011 à 0,31 euros en 2012 (-79%) et chez Bouygues Telecom, on est passé d’un bénéfice de 9,13 euros par action à une perte de 0,39 euros.

Et voici la partie la plus drôle : la valeur ajoutée brute du secteur des télécommunications, celle qui contribue à la mesure de notre Produit intérieur brut (PIB), est passée de 25,5 milliards en 2011 à 22,9 milliards ; soit une baisse de 10,2%. C’est-à-dire que du point de vue de la comptabilité nationale, l’arrivée de Free Mobile a provoqué une profonde récession du secteur.

Ce n’est, bien entendu, pas du tout le cas : ce à quoi nous assistons, c’est à la disparition d’une part fictive de notre PIB, une fausse croissance créée de toute pièce par les politiques protectionnistes du gouvernement Jospin (et suivants) ; une fausse croissance qui a permis aux trois opérateurs qui se partageaient le marché de nous faire payer pendant dix ans les abonnements téléphoniques les plus chers d’Europe et les coûts de fonctionnement d’une administration chargée de les surveiller.

Et pendant ce temps, ceux-là même qui participent jour après jour à massacrer un peu plus ce qui reste de notre économie nous expliquent que cette ouverture à la concurrence était une erreur.


Sur le web.

Notes :

  1. Voir Acerp, Observatoire annuel du marché des communications électroniques en France (2012).
  2. Afin d’alléger la lecture de ce qui suit, nous considérerons qu’un consommateur = un abonnement. En réalité, c’est faux : il y a plus d’abonnements téléphoniques que d’habitants en France.
  3. La légère baisse de 2011 (-3,6%) est essentiellement fictive puisqu’elle correspond à une hausse de la TVA que les opérateurs, voyant Free arriver, ont choisi de ne pas répercuter aux consommateurs.
Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • La concurrence sauvage et la dérégulation à l’avantage des consommateur,
    Voilà le credo des libéraux qui feraient mieux de lire le livre du commandant Christian Fletcher (commandant de bord chez Ryanair).
    Christian Fletcher pseudonyme emprunté aux « Révoltés du Bounty », car dans ces compagnies low-cost où règne une nouvelle forme de totalitarisme managérial (pire que sur le Bounty), il ne fait pas bon de parler de son travail à la presse.

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/06/04/97002-20130604FILWWW00463-ryanair-un-commandant-temoigne.php

    • Ils sont ou les fusils à pompe et les chiens qui oblige ces gens à travailler ? Quand il poussera de nouveau des couilles aux gens ils pourront enfin mettre en accord leur paroles et leurs actes.

      • Si j’ai la certitude de retrouver mieux ailleurs, je suis d’accord avec cet argument. Ce n’est absolument pas ce qui arrive en temps de crise. De plus, tu cautionnes les méthodes de Ryanair avec ce commentaire.Cet argument ne m’incite pas à adhérer au libéralisme, dont je ne rejette pas en bloc les fondements. Ce sont surtout les arguments peu convaincants et l’expérience de ses résultats sur le monde. Car le FMI, l’UE, l’OMC…que je sache, ont bien libéralisé les économies mondiales, non ? ! La libéralisation financière en est le fer de lance. Quel beau spectacle, chômage de masse, la moitié des pays d’Europe à l’agonie, la croissance des BRICS fortement ralenties. Et les quantitative easing des Banques Centrales occidentales à doses gargantuesques, qui nous promettent une méga-bulle à venir. Ce libéralisme là, va nous amener l’enfer, endroit dans lequel il aurait dû rester !

        • « Si j’ai la certitude de retrouver mieux ailleurs, je suis d’accord avec cet argument. » Mais si tu as la certitude de trouver mieux ailleurs, tu es déjà parti, non ? Cette logique est discutable et l’argumentaire sans intérêt.

          Si réellement les méthodes de Ryanair sont mauvaises, les cautionner ou pas est totalement hors sujet : aux clients de valider ou de boycotter le produit. Ce n’est pas à la politique mais au marché de juger les entreprises. Le marché, c’est nous tous. Si Ryanair vend malgré les critiques de certains, c’est que la démocratie du marché (la somme de nos jugements, de nos opinions) a jugé ces critiques nulles et non avenues, infondées, impertinentes, peut-être même politisées donc malhonnêtes.

    • Vous voulez parler de Ryan Air, la compagnie aérienne qui va faire le trottoir partout sur le continent européen pour récupérer le plus possible de subventions publiques ? Vous avez une conception bien étrange du libéralisme.
      Vous devriez lire ceci je pense:
      http://www.amazon.fr/Pulp-lib%C3%A9ralisme-tradition-lib%C3%A9rale-d%C3%A9butants/dp/2954084308

    • Mouais, 57% de dépenses publiques et le contrôle plus ou moins indirect de 75% de l’économie, c’est sûr qu’en France la concurrence et la dérégulation sont trop sauvages. C’est surtout le pillage du pays par l’Etat qui est sauvage.

  • Bravo à la politique commerciale de Free , sans qui, nos factures Internet et de téléphonie mobile seraient bien moins intéressantes . Et le prix des SMS, il y a peu, avant que Free entre dans la danse, étaient dans les plus cher d’Europe ! D’ailleurs, ce M.Niel est loin d’avoir les idées de Ronald Reagan .Pour ce qui de la libéralisation des services: l’énergie, les assurances, les banques, les radios. la télévision l’ont été. L’eau, ressource vitale, l’est aussi ! Il ne manque que la police et l’armée à privatiser. Je verrais bien Dassault et Lagardère d’ailleurs.Et à venir, libéralisons l’amour (Durex), le vent (Veolia), le soleil ( par les pétroliersl), la lune (par la Nasa), les femmes (par MarcDorcel), les oligarques(Goldman Sachs JPMorgan, euh, non c’est déjà fait!). Et là, ce serait le système politique idéal en attendant d’être gouvernés par ces communistes de l’UE qui nous empêchent de libéraliser !

  • « Sfr a embauché 27 personnes et a vu sa masse salariale augmenter de 28,5 millions d’euros (+6,1%) »

    Je crois que je vais aller travailler en France! 😉

  • Voila un bel article….
    La concurrence a des mérites indéniables…

    – prendre l’exemple d’un secteur d’activité ultra réglementé par des fonctionnaires jouant les apprentis sorciers… pour défendre les vertus du libéralisme…
    – prendre pour argent comptant les chiffres brutes du secteur, c’est comme croire aux ventes de voiture ou leur consommation officielles des constructeurs… arcep comme opérateurs ont interêts à se voir plus beaux qu’ils ne sont…
    – conclure que c’est bon pour l’emploi, alors que les opérateurs dégraissent lourdement leurs effectifs, avec une forme de douceur que permet une assise financière ou qu’impose un statut de salarié… ce que n’ont pas les sous traitants et fournisseurs oubliés par l’auteur.
    – se rejouir de l’effondrement des marges, dans un secteur où l’investissement et la recherche sont primordiaux… où les concurrents mondiaux n’attendent que le moment propice pour ne faire qu’une bouchée des minuscules opérateurs nationaux européens…

    Pour être objectif, il est vrai que cela accelère les investissements pour déployer la 4g, surtout après la décision d’offrir un couteux et factice cadeau à Bouygues, c’est vrai qu’il y a eu un effet d’aubaine pour de nouveaux consommateurs, à un bon moment de maturité des habitudes de consommation…

    Mais franchement, l’avenir nous dira si mettre un 4° opérateur en France, alors que tous les pays se rapproche de 3… à l’échelle des continents… est ce raisonnable ?

    • « alors que tous les pays se rapproche de 3… à l’échelle des continents » : des exemples pour étayer cette affirmation ?

  • Pour mettre les choses en perspective, on peut regarder l’historique d’évolution des prix:
    http://blitiri.blogspot.fr/2013/06/evolution-des-tarifs-de-telephonie.html

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cela fait pas mal d'années voire de décennies que la liberté d'expression passe un mauvais quart d'heure et subit des atteintes, des restrictions.

D'abord avec les lois qui instituent des délits d'opinion, comme la loi Pleven sur les propos discriminatoires à raison de la religion ou de la race, la loi Gayssot qui pénalise le stupide négationnisme des chambres à gaz donnant ainsi une tribune judiciaire à ses méchants adeptes, les lois mémorielles qui veulent écrire l'histoire, la loi Taubira sur la traite esclavagiste limitée au trafic... Poursuivre la lecture

Par Emmanuel Rincón.

Interrogé sur la meilleure façon de lutter contre les monopoles dans sa série de documentaires intitulée Free to Choose, Milton Friedman a eu une réponse ferme : le marché libre. Certains de ses invités avaient d'autres positions et soutenaient que l'intervention de l'État était nécessaire, mais Friedman n'y croyait pas.

L'affaire Netflix a donné raison à Friedman, une fois de plus

Mercredi 20 avril, les actions de Netflix ont connu une chute impressionnante de 36 %. Les communiqués de presse conventionnels ... Poursuivre la lecture

Avec le pouvoir d’achat, l’écologie et l’immigration, un autre clivage entre les candidats aura été la mondialisation. Marine Le Pen a plaidé le souverainisme français, Emmanuel Macron le souverainisme européen. Mais les réalités de la mondialisation ne se limitent pas au choix du souverainisme. Elles sont en apparence très complexes, et je crois nécessaire de mettre de l’ordre dans les concepts et dans les faits.

Deux types de mondialisation

Je soutiens qu’il existe deux types de mondialisation : une mondialisation politique et une mo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles