Affaire Cahuzac : la justice donne enfin raison à Rémy Garnier

Rémy Garnier, aka Columbo, celui qui a vu sa carrière brisée pour avoir voulu dénoncer Jérôme Cahuzac est enfin réhabilité par la justice.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Rémy Garnier

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Affaire Cahuzac : la justice donne enfin raison à Rémy Garnier

Publié le 3 juin 2013
- A +

Rémy Garnier, aka Columbo, celui qui a vu sa carrière brisée pour avoir voulu dénoncer Jérôme Cahuzac est enfin réhabilité par la justice.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Un acharné, un teigneux, ce Rémy Garnier. Un de ces fonctionnaires qui n’ont pas compris qu’ils étaient aux ordres d’un État tout puissant, maître absolu, qui exerce sa domination sur ses sujets avec encore plus de zèle discrétionnaire que n’en a jamais mis quelque monarchie absolue communément présentée comme « injuste ». Rémy Garnier, c’est un républicain, un démocrate, un rêveur. Il croit aux principes de la « République », vous savez, la liberté individuelle, l’égalité devant la loi, toutes ces choses dont on entend si souvent parler et dont on voit si rarement l’application.

En 2007, ayant déjà passablement usé les nerfs de ses supérieurs, l’inspecteur Garnier est placardisé au bureau d’études et de programmation de la direction du contrôle fiscal du Sud-Ouest, à Agen. Un super poste, spécialement créé pour lui. Les juges administratifs estimeront d’ailleurs qu’« il n’avait été chargé d’aucune mission spécifique, sa direction ne lui ayant défini aucun axe de recherches auquel il aurait dû se tenir ».

Naturellement, Columbo, plutôt que de bayer aux corneilles, « s’adonne à Adonis ». Vous connaissez Adonis, l’amant d’Aphrodite ? Eh bien, ce n’est pas lui. Il s’agit d’une  base de données qui compile l’intégralité des renseignements fiscaux concernant les particuliers.

Mais, pour une fois que les journalistes (après la bagarre, bien sûr…) font leur boulot et interrogent les bonnes personnes, laissons leur la parole. Par la même occasion, dans cette vidéo, vous verrez que l’affaire Cahuzac était connue de tous, du moins dans les services de Bercy, que tous les citoyens ne sont pas égaux devant le contrôle fiscal et que la commission d’enquête parlementaire cherche autant à savoir la vérité que Monsieur Moscovici ne l’a pas cherchée en questionnant la Suisse…

Vous vous souvenez de « Rubik » ?

Alors ? Édifiant, n’est-ce pas ? J’en profite, soit dit en passant, pour régler quelques comptes avec les nombreux (quelques dizaines tout de même) internautes qui, au mieux, ne m’ont pas cru, au pire m’ont insulté, à l’occasion de mon article sur le refus de la France de signer les accords « Rubik ». J’y dénonçais l’imposture qui consistait à se parer de toutes les vertus en « refusant le compromis », alors qu’il ne s’agissait que de protéger les comptes des amis de tout prélèvement… Comme vous l’avez entendu dans la vidéo de la part de quelqu’un qui ne cache ni son nom ni son visage, dans la seule banque dans laquelle il travaillait, il a eu connaissance de plusieurs dizaines de politiques, dont d’anciens et d’actuels ministres, possédant des comptes non déclarés. Signer les accords Rubik, c’était soumettre ces comptes à un prélèvement fiscal. Refuser Rubik, c’était conserver à Bercy tout pouvoir discrétionnaire de poursuivre ou non tel ou tel. Et ce sont les mêmes qui sont en permanence en train de vouloir donner des leçons « d’égalité » !

Rémy Garnier réclame 600.000€

Mais revenons à notre Rémy Garnier. Vous avez compris toutes les vilenies que sa « chère » administration de tutelle lui a fait subir. Vendredi dernier 31 mai 2013, quatre jours après la tenue de l’audience et à l’issue d’un délibéré d’une rare célérité, la cour administrative d’appel de Bordeaux a annulé l’avertissement disciplinaire que lui avait infligé Éric Woerth, le ministre du Budget de l’époque. « J’ai déjà gagné 12 fois », constate Rémy Garnier. L’agent a obtenu en justice l’annulation de toutes les sanctions disciplinaires dont il a fait l’objet, y compris la plus grave, son exclusion du corps pendant un an prononcée en 2004 par le ministre de l’Économie de l’époque, Nicolas Sarkozy.

Aujourd’hui à la retraite, l’ancien inspecteur du fisc n’a rien d’autre à faire qu’à mener le combat judiciaire qui devrait, en bonne logique, victoire après victoire, le conduire à obtenir réparations et dommages et intérêts pour une carrière brisée, une retraite sous-évaluée. Rémy Garnier réclame près de 600 000 euros à l’État. « À peu de chose près, c’est la somme que Jérôme Cahuzac a planquée à Singapour, ironise-t-il. On pourrait peut-être faire un virement de compte à compte. »

Le contribuable français, le dindon de la farce

En tous cas, le dindon final de la farce sera, comme prévu, le contribuable français qui, après avoir renfloué l’État des sommes que ses « chers » politiques ont planqué, devra maintenant payer les indemnités versées au contrôleur empêché de contrôler… Sans compter bien évidemment que tous ceux qui sont à l’origine de ces « bavures » disposeront tous de leurs retraites à taux « plein et débordant » payées par… laissez moi deviner…

Lire aussi :


Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Monsieur Garnier serait donc  » un républicain, un démocrate, un rêveur enfin réhabilité après une carrière brisée « .
    La position de chevalier blanc reconnue ici à Monsieur Garnier n’est pas sans similitude avec celle de Médiapart… vilipendé puis quasi-sanctifié depuis les aveux de M.Cahuzac.
    Pourtant, on peut s’interroger sur le pouvoir de nuisance des chevaliers blancs quand ils outrepassent leurs droits et sur les dégâts qu’ils peuvent causer quand ils se trompent de cible.
    Faut-il vraiment souhaiter voir se multiplier les fonctionnaires zélés qui feraient la chasse aux fraudeurs comme d’autres font la chasse aux « cons » et les épinglent sur un tableau ?
    Contrairement à d’autres, Monsieur Garnier n’est pas mu par l’appât du gain ( encore que le montant des dommages et intérêts demandé soit conséquent ), cela en fait-il un fonctionnaire exemplaire pour autant ?
    Chacun son repoussoir, je préfèrerai toujours la critiquable faiblesse d’un Danton à l’effrayante vertu d’un Robespierre.

    • Dans un vrai état de droit, il n’est pas besoin de fonctionnaire zélé pour faire fonctionner la justice !
      C’est d’abord là que ce situe le problème !

      • Tout dépend du « droit »
        Le droit français est une machine à gaz ou tout est interdit sauf exception (droit positif ?), le tout cautionné par une constitution tout aussi aléatoire.
        J’imagine que la Corée du nord est un « état de droit »
        Une constitution solide qui limite strictement l’action de l’état serait, à mon avis, préférable.

    • euh ! Danton était un effroyable assassin, aussi.

  • Ce que l’on ne souligne pas assez, c’est que la corruption de nos élites nuit surement aussi au pays via leur vulnérabilité à tout chantage extérieur. Croire que les services secrets étrangers (américains, allemands, anglais, russes, chinois, …) ne sont pas au courant des comptes secrets existants en Suisse ou ailleurs et des scandales diverses et variés de nos politiques est faire preuve de naïveté. Tout cela veut dire que de nombreux politiques français peuvent subir des pressions amicales de tous les côtés. Le gouvernement de Flamby a subit durement le scandale Cahuzac. Comment réagirait-il face à la menace d’en sortir un autre équivalent ?

    • Par exemple, pour DSK, on a évoqué beaucoup de complot franco-français. Mais imaginons que ce soit plutôt des étrangers qui ait voulu éviter qu’une telle mine à scandale arrive à la présidence en France. On peut par exemple imaginer que l’éclatement d’un scandale équivalent sur notre président ruinerait l’influence de la France en Europe, laissant tous les rênes à l’Allemagne. Les USA aurait très bien pu se décider à anticiper pour éviter que cela se produise …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le scandale Cahuzac éveille enfin l'opinion au manque de probité et d'intégrité des élus. En réalité, ce n'est pas leur faute : c'est la faute du système. Amnistions les élus.

Par Baptiste Créteur.

[caption id="attachment_238277" align="aligncenter" width="640"] Jérôme Cahuzac (Crédits : Parti socialiste, licence CC BY-NC-ND 2.0)[/caption]

On ne compte plus les élus que la justice a condamnés, ou ceux qu'elle devrait condamner ; à tel point qu'il semble devenu impossible de trouver un seul élu exemplaire. Les politiciens ... Poursuivre la lecture

Par Emmanuel Martin. Un article de l'IREF-Europe

[caption id="attachment_226507" align="aligncenter" width="660"] Euros - billets de banque (domaine public)[/caption]

Mené par les écolos-gauchistes d’ATTAC, le mouvement des « faucheurs de chaises » a fait encore parler de lui le 8 février. Alors que s’ouvrait le procès Cahuzac, le collectif demandait un procès de l’évasion fiscale en pointant du doigt les banques. « L'État français doit montrer l'exemple et ne plus travailler avec des banques qui possèdent des avoirs dans les pa... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Carène Tardy

Après la publication du livre de Valérie Trierweiler Merci pour ce moment, le président est mis KO par son ex-compagne et ex- première dame. Il est vrai que la méthode n’est pas très élégante mais ceux qui connaissent la femme attendaient ce moment, elle allait se venger, c’était une question de temps « je te détruirai comme tu m’as détruite ».

Les premières pages du livre semblent tenir toute la promesse. Au-delà de la vengeance, Valérie Trierweiler trace le portrait d’un homme froid, menteur, narcissiq... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles