Istanbul : en direct des manifestations

De violentes manifestations contre le gouvernement turc ont lieu à Istanbul. Ekin Can Genç, du Mouvement 3H (libéral), relate les évènements pour Contrepoints.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Istanbul : en direct des manifestations

Publié le 2 juin 2013
- A +

De violentes manifestations contre le gouvernement turc ont lieu à Istanbul. Ekin Can Genç, du Mouvement 3H (libéral), relate les événements pour Contrepoints.

De violentes manifestations contre le gouvernement du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan ont lieu à Istanbul, la plus grande ville de Turquie, le samedi 1er juin 2013 et se propagent à d’autres villes, dont la capitale, Ankara, alors que des dizaines de milliers de manifestants sont descendus dans les rues lors d’une deuxième journée de troubles civils et ont affronté les gaz lacrymogènes et les canons à eau de la police.

En fin de journée, la police s’est retirée de la place Taksim, l’épicentre des événements, ce qui a permis aux manifestants de se réunir sans entrave à l’endroit même ou s’étaient formées les manifestations la semaine dernière, suite aux plans gouvernementaux de transformer ce parc au cœur de la ville en réplique de casernes ottomanes et en centre commercial.

Le départ de la police, qui avait été largement critiquée pour ses tactiques violentes vendredi, a déclenché des scènes de liesse et de vandalisme, certains manifestants buvant et faisant la fête alors que d’autres détruisaient des véhicules de police et des bulldozers.

Alors que ces manifestations avaient débuté contre la destruction du parc Gezi, de nombreux manifestants les utilisent pour communiquer leur frustration envers les 10 années du gouvernement Erdogan, accusé d’autoritarisme.

Ekin Can Genç, responsable des relations internationales du Mouvement 3H, un mouvement turc luttant pour les libertés civiles, sociales et économiques, l’état de Droit et la tolérance, est le témoin privilégié de ces manifestations et a accepté de relater les événements pour Contrepoints.

 

Dimanche 2 juin, 13h49

Ekin Can Genç : « La place Taksim se remplit à nouveau de manifestants. Le Premier ministre Erdogan vient de qualifier les manifestants de « vagabonds »’ dans un discours télévisé, en relativisant leur nombre. »

 

Dimanche 2 juin, 11h44

Ekin Can Genç : « Pour l’instant, tout est calme. Les manifestants envisagent de retourner au parc Gezi. Les fortes pluies de la matinée ont affecté l’événement. Erdoğan a vu que son pouvoir pouvait être contesté dans la rue. »

 

Pas de « Printemps turc »

Dimanche 2 juin, 01h13

Ekin Can Genç : « La Turquie reste « dans une certaine mesure » une démocratie donc je ne pense pas que ces manifestations vont se transformer en Printemps turc. C’est juste un mouvement d’indignation contre le gouvernement et il est probable que des concessions vont être faites. »

 

Dimanche 2 juin, 01h09

Ekin Can Genç : « Cette page Facebook est considérée par beaucoup comme étant la page de référence des manifestations : https://www.facebook.com/geziparkidirenisi »

 

Dimanche 2 juin, 01h09

Ekin Can Genç : « Cette vidéo témoigne bien de la réalité sur le terrain : http://vimeo.com/67432788 »

 

Dimanche 2 juin, 01h04

Ekin Can Genç : « L’avenue Istiklal est jonchée de bouteilles de bière. Des vendeurs ont commencé à vendre des bières dans les rues, ce qui est une première. Sans doute à cause du gouvernement qui veut règlementer la vente d’alcool. En un sens, cela ressemble à une Kulturkampf : les conservateurs culturels contre les libéraux culturels. Cependant, certaines personnes culturellement conservatrices sont du côté des manifestants simplement parce qu’elles sont en faveur des libertés politiques ; et il va sans dire que toutes les personnes culturellement libérales ne sont pas politiquement et  économiquement libérales, comme on peut le voir au sein de CHP, le principal parti d’opposition. »

 

Dimanche 2 juin, 01h02

Ekin Can Genç : « Il règne une ambiance post-apocalyptique sur la place Taksim. Les gens dansent, mais c’est un peu le chaos. J’ai vu des gens qui tentent de bloquer les routes menant à la place Taksim afin d’empêcher à la police d’y accéder. La lutte a maintenant lieu dans le quartier de Beşiktaş, plus au nord. Pour la première fois, des drapeaux du parti pro-kurdes BDP et du parti kémaliste-socialiste CHP ont été vus côte-à-côte sur la place. Le parti CHP a officiellement annulé sa participation aux manifestations. »

« Le président de la République a mis en garde la police contre l’usage excessif de la force ; le gouverneur d’Istanbul a reconnu que les autorités avaient fait des erreurs dans la gestion de cette crise. »

 

Les cliniques privées, écoles privées, taxis et restaurateurs assistent les manifestants

Dimanche 2 juin, 01h02

Ekin Can Genç : « D’un point de vue libéral, ces manifestations sont intéressantes car elles s’organisent spontanément. Les manifestants utilisent les réseaux sociaux pour s’informer des meilleures manières de lutter contre les gaz lacrymogènes. Presque tous ont de l’eau et des tablettes Talcid, du citron et du lait. Il y a des mises à jour constantes pour informer sur la localisation des forces de police et comment leur faire face. Beaucoup de personnes ont fabriqué des masques anti-gaz lacrymogène artisanaux à partir de bouteille en plastique. L’université publique UIT n’a pas ouvert ses portes aux blessés alors que les écoles privées Bilgi et Bahçeşehir l’ont fait. »

« Le gouvernement, ayant le monopole des transports publics, a annulé la circulation sur toutes les lignes alors que certains chauffeurs de taxi offraient des courses gratuites aux manifestants. Des médecins des hôpitaux privés de la région se sont rendus sur la place pour porter bénévolement les premier secours aux manifestants. Des hôpitaux privés tels que Italyan Hastanesi ont annoncé qu’ils vont gratuitement soigner les manifestants blessés. Beaucoup de restaurants ont déjà annoncé qu’ils fourniraient gratuitement de la nourriture aux personnes sur place. Ils ont également donné les codes d’accès de leur réseau wifi aux manifestants pour que ceux-ci puissent accéder à Internet, alors même que le gouvernement a bloqué les réseaux téléphoniques et les connexions 3G. J’ai vu aujourd’hui des bus publics transporter, non des usagers, mais bien des forces de police. L’État utilise sa situation de monopole pour contrecarrer les efforts des manifestants. »

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Les deux derniers paragraphes sur « les cliniques privées, écoles privées, taxis et restaurateurs qui assistent les manifestants » alors que « l’Etat utilise sa situation de monopole pour contrecarrer les efforts des manifestants » sont les raisons pour lesquelles je suis libéral. Merci pour cet article. La même chose arrivera en France, peut être en pire.

  • J’étais encore récemment en Turquie, et le fossé entre les idées « voilées » d’Erdogan, et la décontraction libre et heureuse de ce peuple incroyablement dynamique et industrieux est sidérant.

    Bien sûr, en parlant d’Allah à des musulmans, on peut faire passer pas mal de choses, mais il y a des limites qu’Erdogan, héritier raté de la grand tradition laïque d’Ata Turk, a franchi sans grande finesse.

    S’il ne saute pas, on va se retrouver dans une situation à la tunisienne, où la population se forme, s’implique dans le tourisme et le business, mais où le pouvoir laisse des intégristes tenter d’étouffer toute velléité de liberté.

    Autre aspect non invoqué : le turc « aéré » ne supporte pas le soutien qu’apporte Erdogan aux islamistes qui ruinent la Syrie, et la désinformation est insuffisante pour le convaincre. Cela doit également jouer dans le raz le bol général …

  • Bravo, donc on tait plusieurs mois de répression en France ou presque parce que certains avec des syllogismes font passer la loi Taubira pour une loi libérale (au passage une personne d’accord avec cette loi ignoble pourrait très bien s’indigner de la répression politique) mais on préfère parlé de quelque jours de répressions largement moindre en Turquie, vraiment contrepoints m’indigne là dessus, c’est fini pour moi, il cautionne presque le régime avec cela.

    • Oser comparer les répressions en Turquie avec le maintien de l’ordre face aux casseurs par les forces de l’ordre…
      Les conservateurs n’ont vraiment honte de rien.

      • Attention pas d’insulte, je ne suis pas un casseur, et la plupart des gens casseur, mais qu’est ce qui a été cassé, fléchissez un peu, un casseur casse, est ce des voitures ou des magasins.

        La verité c’est que hors quelque policier en civils qui ont jetté des bouteilles et entraînés quelques personne qui n’en peuvent plus du régime Hollande avec eux (souvent en mettant leurs brassard et les arrêtant à la fin) le bute du peuple aux Invalides et soit dit au passage que le soir sans les veilleurs ont étés des milliers et non 300, (on a d’ailleurs expulsé la police de la place à plusieurs reprise, était non pas de se battre avec la police ni de casser mais simplement d’occuper la place pacifiquement.

        C’est un peu façile de dire « répression » pour la Turquie et « maintien de l’ordre » pour la France ha langue de bois quand tu nous tiens.

        Et la répression en France ne se limite pas aux invalides ni même au 24 mars, pas même aux mineurs arrêtés et des vieillards et enfants gazés, (par respect pour 6 millions de victimes je vous demande de ne pas faire comme Valls et les utilisés pour détourné le débat de ses turpitudes) combien de personnes ont étés arrêté pour port de vêtements contestataire, combien de personne arrêté pour un drapeau, personnellement je peux même temoigné qu’un ami à dit à un policier au sortir d’une veillé « à demain » et à eu le droit à 26h de garde à vue.

        Un curé qui a défendu un mineur se faisant écrasé la tête c’est fait arrêter.

        Des gens qui venaient simplement assisté aux procès d’opposants aux régimes se sont fait arrêté ou du moins ne sont pas passé loin.

        Pour finir POUR JUGER DE LA DURETÉ D’UNE RÉPRESSION, il faut nécessairement prendre en compte L’INTENSITÉ DU TROUBLE CAUSE, et là d’un côté un Turquie il y a des gens qui à tord ou à raison brûle et détruisent et en France des gens qui tout au plus bloquent des rues ou occupent des places avec quelque personnes en marge qui utilise quelque objet à jeter pour se défendre face à une police casqué, boté, armé ex…

        LE TROUBLE ETANT PLUS IMPORTANT EN TURQUIE IL EN RÉSULTE QU’ON PEUT ADMETTRE UN PEU PLUS DE RÉPRESSION LA-BAS, POURTANT RIEN N’INDIQUE QUE LA RÉPRESSION SOIT PLUS FORTE LA BAS QU’ICI, peut être le silence de la presse régimiste, mais je ne pense pas que cela soit bon signe.

        CONCRÈTEMENT PAR EXEMPLE, LE FAIT DE GAZE UNE FOULE VIOLENTE COMME EN TURQUIE PEUT EVENTUELLEMENT CE COMPRENDRE MAIS PAS DE GAZE UNE FOULE PACIFIQUE COMME CELLE DU 24 MARS.

        Enfin un petit point, regardez les photos de manif pour tous vue par la préfecture et celle de la police turque, rien à voir eux au moins il donnent des images claires.

  • Rien de plus récent ? Il faudrait une mise à jour permanente…

    • Et surtout pas un mot sur les atrocités commise sur le sol français.

      Franchement je ne vois pas en quoi cette histoire Tuque et ridicule, il y a des manif et après, ils viennent de commencer comme en Egypte ou d’autre pays la presse de chez attise les braises, je ne trouvait pas cela noble déjà à l’époque mais alors avec le printemps français que le régime essaye d’étouffer c’est vraiment…

      Bref en fait le bien pensant ce dit: on veux des chutes de gouvernement du sang, et de la guerre mais pas chez nous.

      Risible.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France a été pendant 7 siècles environ un acteur majeur dans la région, c’est-à-dire des pays allant d’ouest en est de l’Égypte à l’Iran et du nord au sud de la Turquie au Yémen. Donc des pays presque tous musulmans, à l’exception de moins en moins nette du Liban, et surtout d’Israël.

La France puis l’Angleterre y ont longtemps été très présentes, avant de céder la place aux États-Unis, qui eux-mêmes n’ont gardé une influence, d’ailleurs réduite, que dans certains pays.

Commençons par interroger l’histoire.

 

... Poursuivre la lecture
Sri Lanka
4
Sauvegarder cet article

Au Sri Lanka, rien ne va plus.

Ce petit pays de 22 millions d’habitants n’était pourtant pas mal parti : le revenu par habitant y était traditionnellement, et il le reste encore, bien plus élevé qu’en Inde. Il est aujourd’hui au bord du gouffre. Le pays n’a plus de riz, plus d’essence, plus de crédit, plus de touristes, presque plus de thé. Des émeutiers affamés ont envahi le palais du président, qui s’est enfui. Le Premier ministre (son frère) a aussi annoncé sa démission. Les causes de cette dégringolade tragique sont nombreuses, mai... Poursuivre la lecture

turquie otan
2
Sauvegarder cet article

Un curieux jeu à trois se déroule sous nos yeux. Ses trois acteurs se veulent impériaux : la Turquie rêve de l’empire ottoman, la Russie de l’empire qu’étaient l'URSS et la sainte Russie ; et l’OTAN, qui est aussi une sorte d’empire, américain ou occidental au choix.

Russie et Turquie sont de vieux rivaux, et c’est une des raisons, et peut-être même la seule, de l’appartenance de la Turquie à l’OTAN. Mais, dans cette dernière, la Turquie est à la fois considérée comme indispensable et un corps étranger depuis le tournant autoritaire de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles