Le Bayern de Munich est champion d’Europe ! Analyse d’un modèle gagnant

Le Bayern de Munich est champion d’Europe ! Analyse d’un modèle gagnant

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
bayern munich

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Bayern de Munich est champion d’Europe ! Analyse d’un modèle gagnant

Publié le 26 mai 2013
- A +

Popularité, valeurs, stabilité, innovation, rigueur, indépendance : telles sont les clés du succès du club bavarois sur les plans sportif et financier.

Par Philippe Bouchat.

Ainsi le FC Bayern de Munich a remporté hier soir sa 5ème Ligue des Champions [1] dans le temple du football qu’est le stade mythique de Wembley et ce, au terme d’une rencontre haletante où le suspens a duré jusqu’au bout… Ce sacre européen vient s’ajouter au 23ème titre national en Bundesliga conquis de façon ultra-dominatrice avec 25 points d’avance sur… le Borussia Dortmund, celui-là même qui est devenu son dauphin hier soir à Londres. Et ce n’est pas tout, car ce samedi 1er juin le Bayern pourra également conquérir sa 16ème Coupe d’Allemagne face au club de Stuttgart. S’il y parvient, il réussira du même coup le fameux triplé historique [2] : Coupe d’Europe, Championnat et Coupe nationales. Plus que jamais, le Bayern ist über alles ! Sportivement, cela ne souffre aucune discussion.

On pourrait penser que le club bavarois est un vieux club. Certes, il a été créé en 1900, mais il n’est devenu professionnel qu’en 1963. Ce que l’on sait moins, c’est que le Bayern est le 2nd club à compter le plus de clubs de supporters au monde [3] et que ses Ultras sont considérés comme les meilleurs supporters d’Allemagne au point de vue de l’ambiance, mais aussi des valeurs prônées : ils luttent contre l’homophobie, le racisme et le nazisme. Popularité et valeurs, voilà déjà une caractéristique et un début d’explication du succès du Bayern. Voilà aussi ce qui le distingue par exemple d’un club comme le PSG, dont les « supporters » ont démontré leur absence totale de valeurs récemment…

Depuis son accession au professionnalisme il y a cinquante ans, le club n’a connu que cinq présidents [4], ce qui lui assure une stabilité certaine. Depuis son accession en Bundesliga, en 1965, le Bayern est fidèle à son équipementier, Adidas, ce qui est exceptionnel.

Le FC Bayern est également un club innovant. Ainsi, il est un des tous premiers en Europe à utiliser la technique dite du naming [5] pour financer son nouveau stade, l’Allianz Arena, ce qui lui rapporte 6 millions d’euros par an pendant 15 ans.

Au niveau financier, cela fait 20 ans maintenant que la rigueur de sa gestion lui permet de présenter des comptes excédentaires (ainsi à la fin de la saison 2011-2012, le Bayern a réalisé un boni de 11 millions d’euros), en s’appuyant à la fois sur une maîtrise des coûts [6] et la diversification des sources de recettes. Cette rigueur exemplaire a été érigée en modèle en Allemagne puisque la DfB (fédération allemande de football) a décidé, en 2002, que 50% + 1 part d’un club professionnel allemand doivent appartenir à ses membres, consacrant ainsi l’actionnariat populaire et l’indépendance financière ! Pour le Bayern, l’actionnariat est ainsi composé à 82% par un actionnariat populaire de presque 190.000 membres, auquel il faut ajouter les parts détenues par Adidas (9%) et Audi (9%). Cette structure de l’actionnariat empêche ainsi toute OPA sur le club : pas de menace de rachat par des magnats du pétrole ou des oligarques russes… On sait ce qu’il en est dans d’autres grands clubs européens… Autre avantage : les actionnaires ne demandent aucun dividende au club qui peut donc réinvestir ses bonis dans l’acquisition de joueurs et le financement du club. Cette gestion lui permet d’attendre avec sérénité le fair-play financier qui, selon les vœux du président de l’UEFA Michel Platini, entrera en vigueur à partir de la saison 2014-2015 [7]. À noter que les droits télé ne représentent que 11% des recettes du club, ce qui le rend indépendant des chaînes de télévision.

Popularité, valeurs, stabilité, innovation, rigueur, indépendance : telles sont les clés du succès du club bavarois sur les plans sportif et financier. Il y a quelques jours, Najat Vallaud-Belkacem affirmait qu’« on ne gère pas la France comme une entreprise » [8]. Pour ma part, je rêve que non seulement nos clubs soient gérés sportivement et économiquement comme le Bayern de Munich, mais aussi que nos pays – la France, la Belgique – soient gérés également avec la même rigueur, la même popularité et le même succès. Ne serait-ce pas ce à quoi la chancelière Merkel tente de conduire l’Europe ?

En politique, comme en football, l’Allemagne est à la pointe. Osons l’imiter mutatis mutandis


Notes :

  1. Le Bayern de Munich a remporté les titres en 1974, 1975 et 1976, lors d’un triplé historique avec le « Kaizer » Frank Beckenbauer (c’était alors la Coupe des Champions) et en 2001. Il fut également cinq fois finaliste en 1982, 1987, 1999, 2010 et 2012.
  2. Seul Manchester United a réussi ce triplé jusqu’à présent en 1999 ; quant au Barcelone FC, il est le seul club au monde à voir remporté, en 2009, toutes les compétitions où il était engagé : Championnat et Coupe et Super Coupe d’Espagne, Ligue des Champions, Super Coupe UEFA, Coupe du monde des Clubs.
  3. Plus de 3.200, derrière le Benfica de Lisbonne.
  4. À titre de comparaison, durant la même période (1963-2013), l’Olympique de Marseille a connu 22 présidents !
  5. Technique qui consiste à donner le nom d’un stade à une marque moyennant rétribution. En Europe, seul le club londonien du FC Arsenal fait mieux avec 10 millions d’euros par an reçus pour son Emirates Stadium. À l’inverse, le club bruxellois du Sporting d’Anderlecht (32 titres nationaux et 5 titres européens) s’appelle toujours le stade Constant Vandenstock, du nom de l’ancien président du club…
  6. Ainsi, la masse salariale est plafonnée à 47% de ses revenus. À Manchester City, on est au-delà de 100% !
  7. Cette règle impose aux clubs de ne pas dépenser plus que les revenus qu’ils générèrent, sous peine d’exclusion de toutes compétitions européennes. Une plainte contre le fair-play financier vient d’être déposée auprès de la Commission européenne récemment, au motif qu’elle figerait la hiérarchie actuelle. Affaire à suivre donc.
  8. Voir Figaro du 21 mai 2013.
Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Article de grande qualité, sauf cette phrase connotée positivement, « les actionnaires ne demandent aucun dividende », qui est une erreur.

    Il faudrait arrêter de relayer le discours anti-dividendes qui fait actuellement florès, succédané de l’anti-capitalisme classique et de la haine inextinguible des socialistes envers les actionnaires privés. Le fantasme de « l’entreprise sans actionnaire » vient notamment en appui de la théorie perverse de l’économie sociale et solidaire, secteur quasi collectivisé qui ne peut survivre qu’à l’aide d’avantages exorbitants (subventions, dispositifs légaux) obtenus avec la complicité de l’Etat, au mépris de la concurrence et des clients.

    Les dividendes sont indispensables aux entreprises sauf dans les cas spécifiques des start-up ou des entreprises cotées (lorsque les dividendes sont remplacés par les plus-values de cession) ou des coopératives (où les dividendes sont versés sous forme de salaires ou d’avantages en nature). Ces situations particulières ne sont pas généralisables.

    De nombreux actionnaires du Bayern sont des supporters « rémunérés » par la qualité du spectacle auquel ils assistent. Quant aux investisseurs professionnels, on comprend bien que leur « investissement » est rémunéré en nature, par la publicité qu’il génère. En ce sens, le club ressemble à une coopérative. Pourquoi pas ? C’est parfaitement respectable mais en aucun cas cela ne peut ni ne doit devenir la norme.

    Rémunérer les actionnaires avec des dividendes est aussi essentiel à l’économie que de verser leurs salaires aux salariés qui travaillent dans l’entreprise. Sans dividende, il n’y a pas d’actionnaire, donc pas d’investissements, pas de bénéfices et aucun réinvestissement possible. On commence aujourd’hui par demander aux actionnaires de renoncer à toute rémunération. Demain, ce sera au tour des salariés de renoncer à leur salaire, remplacé par un dividende universel de survie uniformisé qui restera l’unique rémunération pour tous.

    Présenter positivement le fait que les actionnaires ne perçoivent aucun dividende est un pas de plus en avant sur le chemin de la collectivisation de l’économie.

    • Ça dépend des investisseurs. En ce qui concerne le retour total sur investissement d’une action, Modigliani et Miller ont démontré que recevoir ou non des dividendes est sans importance. http://www.tutorsonnet.com/homework_help/dividend_decisions/miller_and_modigliani_model_assignment_help_tutoring.htm

      Bien entendu, les dividendes sont importants pour certaines classes d’investisseurs ayant besoin d’un flux de revenu, on peut penser aux retraités (pensionnés).

      • Merci Nicolas! Mais n’y a-t-il pas une version moins absconse, plus pédagogique ? Les formules et moi …. 🙂 belle journée! phb

      • Sauf erreur, je ne pense pas avoir dit autre chose, à partir du moment où les titres sont liquides (j’avais d’ailleurs évoqué l’inutilité des dividendes pour les sociétés cotées, en commentaire d’un article précédent sur Apple). En revanche, les titres des sociétés non cotées sont généralement plus difficiles à réaliser et les dividendes sont alors la méthode de rémunération normale de l’actionnaire.

    • Merci Cavaignac pour votre (vos) réaction , toujours plus passionnantes … essayons de dire les choses clairement et franchement , c’est tellement mieux .

      • et bravo à l’auteur pour cet article tellement vrai , un exemple à suivre que ce club de foot , je ne regrette pas d’avoir acheter le maillot du bayern à mon fils il y a deux ans à Munich , lui non plus d’ailleurs .. 😉

  • Merci Cavaignac pour le commentaire. En fait, je me suis mal exprimé : le positif n’est pas le fait que les actionnaires ne demandent pas de dividende (vous avez raison), mais le fait que grâce à cette absence de dividende, le club peut procéder à des investissements. Mea culpa donc pour la mauvaise formulation; beau lundi, phb

    • Bonjour, Philippe. Au-delà de nos petites critiques (l’accessoire), c’est à nous de vous remercier pour vos articles passionnants (l’essentiel) ainsi que les réponses que vous nous donnez (une forme de courage qui n’est pas si fréquente). Bonne journée également.

  • La France a de l’avance : elle est gérée comme la Grèce qui a été championne d’Europe en 2004.

  • Merci à Enjoy et cavaignac pour leurs commentaires sympathiques! belle fin de journée! phb

  • Le foot ? Je m’en bats les couilles à coup de pattes de homards asséchés. Je suis l’extraterrestre, qui lors de la l’avant dernière coupe du monde sur sa télé, jouait avec son fils à la Play Station, et lors de de de la dernière avait autre chose de plus intelligent à faire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le gouvernement allemand a demandé aux exploitants le maintien en réserve jusqu’au 15 avril 2023 de deux centrales nucléaires dont la fermeture était prévue au 31 décembre 2022 afin de fournir, si nécessaire, de l’électricité au cours de l’hiver à venir.

« La tâche consiste à assurer la sécurité de l’approvisionnement » a déclaré le ministre fédéral de l’Économie et de la Protection du climat, Robert Habeck.

Est-ce la dernière cigarette du condamné, ou le mégot qui permettra de rallumer le foyer du nucléaire allemand ?

&n... Poursuivre la lecture

Par Reiner Marcowitz.

 

Le chancelier social-démocrate Olaf Scholz a déclaré lors de la session extraordinaire du Bundestag du 27 février 2022, en référence à l’invasion de l’Ukraine par la Russie qui avait commencé trois jours plus tôt : « Nous vivons un changement d’époque. »

Il a répété cette même formule lors du discours de politique générale européenne qu’il a prononcé le 29 août dernier à l’université Charles à Prague.

Ce changement d’époque (zeitenwende) est notamment marqué, pour Berlin, par une nouvel... Poursuivre la lecture

Quand se présente une crise d’envergure, les partis et mouvements politiques bourdonnent d’explications en sens contraire, fonction de leurs intérêts et préjugés. C’est d’autant plus vrai dans des pays tels la Belgique, l’Allemagne et la France dont la presse relaie les thèses les plus fantaisistes des écologistes en politique.

Tentons de démêler le principal de l’accessoire.

La crise énergétique de l’Europe est d’abord la crise, non d’un système, mais d’un pays. Ce pays, c’est l’Allemagne.

 

La transition énergé... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles