Rémunération des patrons : Hollande renonce à une mesure néfaste

Ne pas prendre une décision nuisible n’est pas en soi une bonne mesure. Y compris sur la rémunération des patrons.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
euros rémunération

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Rémunération des patrons : Hollande renonce à une mesure néfaste

Publié le 26 mai 2013
- A +

Ne pas prendre une décision nuisible n’est pas en soi une bonne mesure. Y compris sur la rémunération des patrons.

Par Thibault Lanxade.

Le passage à l’an II du quinquennat de François Hollande semble marquer son entrée dans l’âge de raison. C’est une mesure de sagesse de vouloir laisser le soin au patronat de gérer la question de la rémunération des patrons. C’est aussi une fausse bonne nouvelle. Demain, le ministre nous annoncera-t-il qu’il renonce à taxer l’air que nous respirons ?

L’an II doit aussi être l’âge du pragmatisme. Respecter la liberté d’entreprendre et de créer ce n’est en rien faire un cadeau aux patrons. Voici une mesure normale pour une présidence normale. C’est aussi respecter les citoyens tout comme les entrepreneurs et les salariés. Demain, le gouvernement se glorifiera d’une baisse du chômage, il est donc tout à fait normal qu’il mette en œuvre une politique moins agressive et stigmatisante envers ceux qui créent de l’emploi.

Le ministre en renonçant à l’encadrement législatif des salaires vient de changer de pied mais attention à ne pas trébucher sur la taxe à 75 % qui reste excessive et confiscatoire.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Tout simplement, l’Ett n’a aucun pouvoir d’immixtion dans le salaire des patrons, sauf s’il est dans le capital de l’entreprise.

  • Moi personnellement, ça m’insupporte de savoir que des patrons se dorent la pilule sur un yatch à Ibiza, tandis qu’à des milliers de kilomètres ils obligent leurs salariés à bosser le dimanche
    Si Hollande avait fixé un maximum pour les rémunérations des grands patrons, au moins ces derniers se seraient sentis menacés.
    Car sans mesure de contrainte, ces pourris se goinfrent en petit comité s’attribuant des salaires indécents les uns les autres, par copinage dans les conseils d’administration, en se foutant de l’indignation de leurs petits actionnaires.
    Il suffit de voir les retransmission d’AG de grandes entreprises dès qu’un petit actionnaire se lève pour poser une question relative à l’exagération des salaires des dirigeants ou à l’attribution des retraites-chapeaux aux dirigeants qui partent, ces derniers qui président l’assemblée généralement se foutent carrément de sa gueule en répondant à coté de la question ou en éludant le débat.

  • C’est surtout aux actionnaires de voter les rémunérations en AG à une majorité qualifiée!Ce n’est pas à l’état de définir les rémunérations dans une entreprise privée!Ou alors on change de système économique…

  • Ce qui est nuisible c’est l’écrasement des petits actionnaires, ce qui permet aux dirigeants des grands actionnaires de se refiler les bonnes places d’un conseil d’administration à l’autre et de se faire voter les rémunérations indécentes et égoïstes constatées; en somme c’est du copinage ….mais comment un gouvernement issu d’un système reposant sur l’existence de partis politiques pourrait-il le condamner? Chacun peut en effet constater que le copinage des idées mais aussi des postes, cela signifie de fait être dans le même parti.

  • Mais pourquoi le fisc serait le seul bénéficiaire du vol des patrons ? Et tous les employés lésés depuis des années ? C’est pourquoi il faut attaquer les patrons par la justice, mettre en lumière leur fourberie et les faire payer très cher :
    Les membres des CA et du CS PSA augmentés de 80 % en 2011, salariés de 1,7 %.
    «L’exclusion de certains salariés du bénéfice de l’avantage consenti sous la forme d’une mesure générale, applicable à l’ensemble du personnel, en l’occurrence une augmentation de salaires, se présente comme une sanction puisqu’elle était fondée sur un comportement jugé reprochable.» (art. L. 140-1 ch.III B – 32. du code du travail)
    Les licenciés pour faute grave imaginaire à quelques années de la retraite.
    Licenciements pour délit d’opinion. La Constitution (art 10 et 11 des ddl) garantit au citoyen la liberté d’opinion et le Code du travail Art. L. 1232.1
    Délit de marchandage avec les sous-traitants.
    Optimisation fiscale qui transfert les bénéfices français dans les filiales à impôts plus légers. L’intéressement et la participation des salariés sont amaigris d’autant.
    « Le délai légal de 45 jours impartis aux donneurs d’ordre pour payer leurs fournisseurs n’est pas respecté et atteint 3 mois… Ce qui menace la pérennité même des sous-traitants» (ER 31-01-13)

  • en revanche , les socialos ne renoncent pas à emmerder les auto entrepreneur ; il est question de limiter à 2 ans l’activité principale des auto entrepreneurs……histoire de les forcer à changer de statut ,à s’agrandir , etc etc etc ;;; lu sur atlantico

  • Pour une mesure néfaste finalement pas adopté, combien sont quand même passée en ce moment pour des raisons politiques ou idéologiques ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lawrence Reed. Un article de The Foundation for Economic Education

Cet automne marquera le trentième anniversaire du départ du 10 Downing Street de Margaret Thatcher, première femme à la tête du gouvernement britannique et Premier ministre qui sera resté le plus longtemps à ce poste au XXe siècle. Quels mandats stupéfiants !

De la dépendance à l’autonomie

En 1979, la Dame de fer est devenue Premier ministre d’un pays tourmenté par des conflits sociaux, bloqué par la stagflation et ruiné par des décennies d’État-nounou. La Gr... Poursuivre la lecture

Par la rédaction de Contrepoints.

Alors que l’économie française s’est engagée sur la voie de l’étatisation généralisée en réponse à la crise sanitaire, une nouvelle enquête de la Fondation pour l’innovation politique parue ce mardi dévoile l’attachement grandissant aux libertés économiques dans quatre grandes démocraties européennes (France, Allemagne, Italie, Grande-Bretagne).

L’enquête, signée Victor Delage, responsable des études et de la communication de la Fondation pour l’innovation politique, porte sur « la conversion de... Poursuivre la lecture

Par Michael von Liechtenstein. Un article de l'Iref-Europe

Libérer la force du marché libre et l’esprit d’entreprise est la seule voie possible pour l’Europe. Au lieu d’imiter le système de planification centrale chinois, l’Occident doit revenir aux valeurs qui ont fait sa puissance et sa prospérité : l’innovation, la liberté et l’esprit d’entreprise. Ce n’est qu’à cette condition qu’il pourra relancer ses économies mal gérées et renforcer sa position dans le monde.

La technologie n’est en soi ni bonne ni mauvaise. Elle peut êtr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles