Le populisme est devenu un dérivatif

Afin d’échapper au droit de regard du peuple, les élites se servent du filon anti-populiste pour couper court aux débats.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
populisme

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le populisme est devenu un dérivatif

Publié le 23 mai 2013
- A +

Afin d’échapper au droit de regard du peuple, les élites se servent du filon anti-populiste pour couper court aux débats.

Par Marc Crapez.

Un économiste peut-il être un pur esprit s’il cumule un poste de fonctionnaire dans une université et des fonctions rétribuées dans le secteur financier ? La question du conflit d’intérêt vient d’être tranchée dans un sens restrictif concernant les parlementaires. Il a été décidé de restreindre les possibilités de cumul du mandat de député avec des fonctions d’avocat d’affaire ou d’obliger, au bout d’un certain laps de temps, les fonctionnaires-députés à perdre une partie des avantages de leur statut.

C’est une question où l’on doit peser le pour et le contre sans idéologie. Concernant les économistes médiatiques, qui cumulent des fonctions dans l’Université et dans la finance, il faut se méfier des dénonciations qui pourraient être motivées par la rancœur ou la jalousie, émanant de « petits » économistes sans tribunes médiatiques ou qui n’arrondissent pas leurs fins de mois. Ce n’est pas parce qu’un économiste est rétribué par une banque qu’il est un « laquais de la finance à la solde du capitalisme ».

Cette réserve posée, la question du conflit d’intérêt, donc du cumul des fonctions, donc de la transparence est légitime. Or, non seulement les économistes médiatiques refusent de l’aborder, mais ils le refusent avec une grande véhémence. « Les amalgames me répugnent », répond Christian de Boissieu. Plus explicite, Jean-Hervé Lorenzi déclare : « Chaque crise a des relents bien nauséabonds et tout cela a le triste goût des écrits des années 30 » (« Quand les économistes perdent le sens commun », Le Point, 15/09/11).

Les œillères de l’anti-populisme

Pour délégitimer une question, rien de mieux donc que de l’extrême-droitiser. Une autre technique consiste à juger la question malpolie. Le 15 mai, une émission télévisée dénommée « Pièces à conviction », consacrée aux banques depuis la crise, interviewe un universitaire ayant aussi des fonctions dans deux banques :

– Est-ce que vous êtes un économiste ou un banquier ? Qui nous parle ?

Je ne mélange jamais les genres, c’est-à-dire que je suis en permanence en situation de conflit d’intérêt, entre guillemets, mais les conflits d’intérêts ça se gère, quand je parle en tant qu’économiste je donne mon point de vue et mon point de vue peut heurter la profession bancaire… c’est le cas la plupart du temps.

– L’essentiel de vos revenus vous les obtenez de quelle activité ? Est-ce que l’activité de professeur vous rapporte plus d’argent que celle de banquier ?

Est-ce que vous croyez que cette question, et la réponse à cette question soient nécessaires à votre émission […] vous plaisantez, vous imaginez un quart de seconde que je vais répondre à cette question ? En quoi ça vous regarde ?

Où l’on voit l’économiste, d’abord volubile et docte, devenir extrêmement courroucé. Dans un livre consacré aux banques, ce même économiste qualifie de « populiste » la proposition de rétablissement d’une séparation entre activités de gestion de dépôts et activités financières. Or, on peut être contre cette proposition qui transposerait le Glass-Steagall Act, sans qu’il vienne, pour autant, à l’esprit de la juger populiste.

Autre exemple encore plus caricatural, celui de la députée socialiste Sylvie Andrieux, qui dégaine le mot « populisme » pour désigner tout ce qui lui déplaît. Elle vient d’être condamnée pour détournement de fonds publics à un an de prison ferme, plus deux avec sursis et cinq ans d’inéligibilité. Elle arrosait de façon clientéliste des pseudo-associations pour que les « cités » votent pour elle. J’avais attiré l’attention sur son cas à plusieurs reprises (« Affaire Cahuzac : le filon anti-populiste », Contrepoints, 10/04/13 ; « L’européisme est l’opium des élites », Nouvelles de France, 27/03/13 ; « La commission Jospin ne sert à rien », Contrepoints, 09/11/12 ; « Front républicain et moralisation de la vie politique », Contrepoints, 21/06/12).


Suivre les articles de l’auteur sur Facebook.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Tout cela a un étrange parfum de fin de règne!Comme à la veille de la chute de l’ex-Union soviétique…Je n’ose penser au chaos qui à suivi et qui très probablement suivra!

  • le populisme, c’est avant tout caresser exagérément les électeurs potentiels dans le sens du poils, jouant sur leurs peurs, encourageant leurs exutoires simplistes et faciles à attiser…
    le populisme, c’est le refus de prendre le temps d’expliquer les choses, de dire des propos qui déplaisent à l’auditoire…

    les exemples ne manquent pas…

    Faut il blâmer les politiques de tout bords ? ou les citoyens ?

    Bien peu de citoyens sont prêts à entendre des vérités ….

    1- l’immigration est une chance pour nos pays vieillissants
    2- l’Europe est une chance pour la préservation de notre modèle sociale
    3- nous vivons depuis trop longtemps au dessus de nos moyens, nous n’échapperons pas à des coupes sombres…
    4- les promesses de pensions faites à partir des années 70 ne peuvent plus être tenues avec le taux de personnes actives… il faut donc baisser de manière significative le montant des pensions versées actuellement ( les aligner sur les calculs de ceux qui partent aujourd’hui par exemple)

    etc…

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La justice brésilienne et le président Luiz Inácio Lula da Silva ont toujours formé un couple compliqué, avec des relations d’adversité, mais aussi, parfois, d’étranges complaisances.

Aujourd’hui, Lula démontre avec un évident plaisir sa volonté de faire de la justice une institution à sa botte en nommant, le 1er juin, son propre avocat, Cristiano Zanin, juge à la plus haute instance judiciaire du pays, le Tribunal suprême fédéral. Les pouvoirs de cette institution sont nombreux et déterminants, agissant comme une Cour constitutionnell... Poursuivre la lecture

Par Marion Bourbon.

 

La crise politique dans laquelle nous semblons installés témoigne bien d’un certain ratage de la promesse démocratique et avec elle de celle d’une certaine pratique du pouvoir censée la réaliser. La difficulté réside dans l’ambiguïté intrinsèque de ce qu’on entend par « ce pouvoir (kratos) du peuple », difficulté qui plus est redoublée depuis que la démocratie est représentative : les coordonnées modernes du problème politique font reposer la démocratie sur un consentement par lequel le citoyen délègue... Poursuivre la lecture

Les êtres humains sont des animaux sociaux. Mais pour les individualistes, les êtres humains se servent de la société, de son économie, de sa culture, pour s’épanouir pleinement. Pour les collectivistes, les êtres humains sont au service de la société. Ils n’ont d’autre objet que de la renforcer et d’assurer sa perpétuité. Ces deux positions sont irréconciliables.

Toute philosophie politique vise à contourner ce dilemme :

Soit le projet politique a pour but la préservation et la vitalité de la collectivité. Il vise donc au renfo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles