Le populisme est devenu un dérivatif

Afin d’échapper au droit de regard du peuple, les élites se servent du filon anti-populiste pour couper court aux débats.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
populisme

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le populisme est devenu un dérivatif

Publié le 23 mai 2013
- A +

Afin d’échapper au droit de regard du peuple, les élites se servent du filon anti-populiste pour couper court aux débats.

Par Marc Crapez.

Un économiste peut-il être un pur esprit s’il cumule un poste de fonctionnaire dans une université et des fonctions rétribuées dans le secteur financier ? La question du conflit d’intérêt vient d’être tranchée dans un sens restrictif concernant les parlementaires. Il a été décidé de restreindre les possibilités de cumul du mandat de député avec des fonctions d’avocat d’affaire ou d’obliger, au bout d’un certain laps de temps, les fonctionnaires-députés à perdre une partie des avantages de leur statut.

C’est une question où l’on doit peser le pour et le contre sans idéologie. Concernant les économistes médiatiques, qui cumulent des fonctions dans l’Université et dans la finance, il faut se méfier des dénonciations qui pourraient être motivées par la rancœur ou la jalousie, émanant de « petits » économistes sans tribunes médiatiques ou qui n’arrondissent pas leurs fins de mois. Ce n’est pas parce qu’un économiste est rétribué par une banque qu’il est un « laquais de la finance à la solde du capitalisme ».

Cette réserve posée, la question du conflit d’intérêt, donc du cumul des fonctions, donc de la transparence est légitime. Or, non seulement les économistes médiatiques refusent de l’aborder, mais ils le refusent avec une grande véhémence. « Les amalgames me répugnent », répond Christian de Boissieu. Plus explicite, Jean-Hervé Lorenzi déclare : « Chaque crise a des relents bien nauséabonds et tout cela a le triste goût des écrits des années 30 » (« Quand les économistes perdent le sens commun », Le Point, 15/09/11).

Les œillères de l’anti-populisme

Pour délégitimer une question, rien de mieux donc que de l’extrême-droitiser. Une autre technique consiste à juger la question malpolie. Le 15 mai, une émission télévisée dénommée « Pièces à conviction », consacrée aux banques depuis la crise, interviewe un universitaire ayant aussi des fonctions dans deux banques :

– Est-ce que vous êtes un économiste ou un banquier ? Qui nous parle ?

Je ne mélange jamais les genres, c’est-à-dire que je suis en permanence en situation de conflit d’intérêt, entre guillemets, mais les conflits d’intérêts ça se gère, quand je parle en tant qu’économiste je donne mon point de vue et mon point de vue peut heurter la profession bancaire… c’est le cas la plupart du temps.

– L’essentiel de vos revenus vous les obtenez de quelle activité ? Est-ce que l’activité de professeur vous rapporte plus d’argent que celle de banquier ?

Est-ce que vous croyez que cette question, et la réponse à cette question soient nécessaires à votre émission […] vous plaisantez, vous imaginez un quart de seconde que je vais répondre à cette question ? En quoi ça vous regarde ?

Où l’on voit l’économiste, d’abord volubile et docte, devenir extrêmement courroucé. Dans un livre consacré aux banques, ce même économiste qualifie de « populiste » la proposition de rétablissement d’une séparation entre activités de gestion de dépôts et activités financières. Or, on peut être contre cette proposition qui transposerait le Glass-Steagall Act, sans qu’il vienne, pour autant, à l’esprit de la juger populiste.

Autre exemple encore plus caricatural, celui de la députée socialiste Sylvie Andrieux, qui dégaine le mot « populisme » pour désigner tout ce qui lui déplaît. Elle vient d’être condamnée pour détournement de fonds publics à un an de prison ferme, plus deux avec sursis et cinq ans d’inéligibilité. Elle arrosait de façon clientéliste des pseudo-associations pour que les « cités » votent pour elle. J’avais attiré l’attention sur son cas à plusieurs reprises (« Affaire Cahuzac : le filon anti-populiste », Contrepoints, 10/04/13 ; « L’européisme est l’opium des élites », Nouvelles de France, 27/03/13 ; « La commission Jospin ne sert à rien », Contrepoints, 09/11/12 ; « Front républicain et moralisation de la vie politique », Contrepoints, 21/06/12).


Suivre les articles de l’auteur sur Facebook.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Tout cela a un étrange parfum de fin de règne!Comme à la veille de la chute de l’ex-Union soviétique…Je n’ose penser au chaos qui à suivi et qui très probablement suivra!

  • le populisme, c’est avant tout caresser exagérément les électeurs potentiels dans le sens du poils, jouant sur leurs peurs, encourageant leurs exutoires simplistes et faciles à attiser…
    le populisme, c’est le refus de prendre le temps d’expliquer les choses, de dire des propos qui déplaisent à l’auditoire…

    les exemples ne manquent pas…

    Faut il blâmer les politiques de tout bords ? ou les citoyens ?

    Bien peu de citoyens sont prêts à entendre des vérités ….

    1- l’immigration est une chance pour nos pays vieillissants
    2- l’Europe est une chance pour la préservation de notre modèle sociale
    3- nous vivons depuis trop longtemps au dessus de nos moyens, nous n’échapperons pas à des coupes sombres…
    4- les promesses de pensions faites à partir des années 70 ne peuvent plus être tenues avec le taux de personnes actives… il faut donc baisser de manière significative le montant des pensions versées actuellement ( les aligner sur les calculs de ceux qui partent aujourd’hui par exemple)

    etc…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
François Mitterrand
2
Sauvegarder cet article

La vie politique française n’oppose plus la droite et la gauche. Emmanuel Macron se réclame « en même temps » de la droite et de la gauche. Il innove ainsi du point du vue du jeu politicien, mais certainement pas du point du vue de l’histoire politique. Il y aura toujours des progressistes et des conservateurs.

Pourquoi alors ne sont-ils plus regroupés en deux camps se réclamant de deux visions différentes de l’avenir ? Pourquoi trois pôles, le centrisme, la droite radicale et la gauche radicale se partagent-ils désormais l’essentiel d... Poursuivre la lecture

Par François Facchini. 

De nombreux événements font craindre un démantèlement des démocraties libérales et une multiplication des régimes autoritaires dans le monde. Le succès des partis populistes serait une première raison de craindre un tel processus. Le Mouvement des cinq étoiles en Italie, Podemos en Espagne, les Démocrates suédois en Suède, l'élection de Donald Trump aux États-Unis seraient autant d'événements qui remettraient en cause les fondements des démocraties libérales occidentales.

L’arrivée au pouvoir de Viktor Or... Poursuivre la lecture

Dans l’histoire constitutionnelle et politique de la France des temps modernes, l’un des principaux invariants réside dans l’affirmation progressive mais répétée de l’indivisibilité de son organisation institutionnelle ; de la monarchie encore balbutiante aux Conventionnels jacobins, celle-ci a traversé les âges et les régimes politiques, au point d’articuler le corps social autour de ce principe unitaire fondateur.

À mesure que le XXIe siècle approchait, le tissu social français se fractura. À grands coups de dénonciation de séparatis... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles