Dessine-moi un économiste !

Qu'est-ce qu'un économiste ? En France, c'est n'importe qui ayant une opinion sur l'économie en général.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Malcolm McLean

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dessine-moi un économiste !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 23 mai 2013
- A +

Qu’est-ce qu’un économiste ? En France, c’est n’importe qui ayant une opinion sur l’économie en général.

Par Guy Sorman.

En contrepoint de l’article de Vladimir Vodarevski : L’économie, qu’est-ce que c’est ?

Malcolm McLean

Qu’est-ce qu’un économiste ? En France, c’est n’importe qui ayant une opinion sur l’économie en général. Par exemple, un fonctionnaire du ministère des Finances conseillant le chef de l’État passe pour un économiste alors qu’il ne l’a jamais étudiée ni publié aucune recherche. Un intellectuel public dissertant sur l’euro ou le gaz de schiste passe aussi pour un économiste, surtout s’il est anti Allemand ou anti Américain.

Ailleurs, la science économique se répartit entre plusieurs disciplines, en particulier la micro et la macro-économie. La micro-économie qui se prête mieux à l’expérimentation et à la modélisation est la plus rigoureuse : elle décrit, avec une certaine précision, les comportements des agents économiques, employeurs, employés, consommateurs… Comme elle se prête moins à l’opinion, on n’entend pas les micro-économistes en France. S’ils avaient accès à la parole publique, on saurait mieux que le chômage courant est moins la conséquence d’une « crise » qui nous échappe, que la conséquence du Droit du travail et du coût du travail : en clair, nul ne recrute car le licenciement est impossible.

La vulgarité du débat économique en France a des conséquences : elle accable les faibles et renforce les puissants, élève les singes savants et exile les chercheurs. Enfin, les économistes véritables connaissent les limites de leur savoir : ils étudient l’économie mais ils ne le la font pas.

Considérons, par exemple, le phénomène économique saillant de notre temps : la mondialisation des échanges. Les économistes en analysent les effets globalement positifs (sans elle, à quel prix achèterions-nous un téléphone portable ?) ; les hommes politiques se vantent d’en être les auteurs ou les adversaires. Mais l’homme qui a sans doute déterminé la mondialisation des échanges n’était ni un économiste ni un politicien : Malcom McLean, inventeur du conteneur maritime et du porte-conteneurs en 1956, a plus fait pour la mondialisation que quiconque. Ce nouveau mode de transport a divisé par dix le coût des produits en transit.

Le moteur de l’économie, c’est toujours l’innovation ; le reste souvent n’est que littérature.


Sur le web.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • « Le moteur de l’économie, c’est toujours l’innovation ; le reste souvent n’est que littérature »

    Totalement approuvé
    les phéniciens, grecs, romains, chinois ….antiques le savaient déjà

  • L’agriculteur auvergnat qui sait qu’il doit mettre en réserve du fourrage pour l’hiver, des graines pour le printemps, vendre quelques bêtes bien grasses à l’automne, et faire de la place pour les mises bas du printemps, est évidemment un « vrai économiste » à côté des bavards subventionnés qui croient, de leur chaire à Nanterre 214 ou dans quelques salons, avoir découvert la pierre philosophale en ayant lu quelques extrait de Keynes oiu de Krugman.

    Mais l’agriculteur auvergnat, on ne lui propose jamais l’antenne …

    • Tout à fait d’accord.
      J’ai récemment « mouché » un « gestionnaire de patrimoine(!!)  » en lui demandant la chose suivante:
      « ok , vous voulez un rendez vous? Dans ce cas, proposez moi des placements de maquignon auvergnat » ….je n’ai jamais eu de relance

  • article étonnant de quelqu’un ayant une opinion sur l’économie en général. D’où les raccourcis simplificateurs (pour ne pas dire simplistes)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Marius-Joseph Marchetti.

 

1) Big Players and The Economic Theory of Expectations, de Roger Koppl (2002)

J’ai terminé récemment la lecture de cet ouvrage, que je conseille ardemment à tout un chacun.

Méthodologiquement, Koppl part de deux fondements qu'il qualifie de misésiens, inspirés de Friedrich Hayek et Alfred Schultz. Il construit par la suite une théorie des anticipations cognitives (subjectives) et a-cognitives (objectives), plus ou moins fiables selon la nature des institutions.

Basant sa t... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Par Philippe Lacoude.

Au risque de surprendre, quand j’habitais Paris, j’adorais prendre le taxi. Bien sûr, ils sont chers, parfois dans un état discutable, mais avant les réseaux sociaux, ils étaient l’occasion de faire un vrai sondage de l’opinion publique et d’apprendre les théories les plus farfelues, sur tous les sujets.

C’était également un formidable réservoir d’exemples concrets des mécanismes micro-économiques.

Empilement de catastrophes

Car cette profession fort utile – nous devons tous aller quelque part – doit... Poursuivre la lecture

Par Karl Eychenne.

Un jour, un homme angoissé se rend chez son psy :

« Docteur, j’ai peur : je me prends pour un grain de blé, et je viens de voir une poule ! - Vous savez bien que vous n’êtes pas un grain de blé. - Moi, je le sais, mais elle ? »

Curieusement, cette histoire absurde trouve de nombreux échos dans l'actualité.

Par exemple, elle a été proposée pour expliquer l’épisode du masque (The Appointment in Samara: A New Use for Some Old Jokes), qui n'a pas d’abord pas jugé utile pour nous protéger du virus, p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles