Les scandales vont-ils avoir raison d’Obama ?

La multiplication des scandales à la Maison Blanche va-t-elle déclencher une procédure contre le président Obama ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les scandales vont-ils avoir raison d’Obama ?

Publié le 21 mai 2013
- A +

L’administration Obama est rattrapée par les scandales : entre des organisations conservatrices ciblées par l’IRS (le fisc américain), des journalistes espionnés et un échec flagrant lors de l’attaque de l’ambassade de Benghazi, le Président peine à maintenir son image de président irréprochable.

Par Emmanuel Arthault, pour le Bulletin d’Amérique.

soucis d'obamaEntre deux maux — tyran ou chef d’une bureaucratie dépassé — le Président a choisi le moindre. La Maison Blanche insiste : Barack Obama n’aurait appris ces scandales que par la presse. Les «abus de pouvoirs» de l’administration américaine ne seraient pas le fait de celui-ci.

Un fisc inquisiteur

Au début du mois de mai, la justice américaine a annoncé l’ouverture d’une enquête après que l’Internal Revenue Service (IRS, le fisc américain) ait reconnu avoir ciblé près de 80 groupes de pression conservateurs, considérés comme appartenant au mouvement Tea Party. Leur demande du statut « 501(C)4 », qui accorde un régime fiscal de non imposition aux ONG ou aux Églises, ont fait l’objet d’un examen pour le moins scrupuleux. Pire, les organisations dont le nom comportait le mot «patriote» étaient particulièrement visées.

Barack Obama a qualifié cet acte de «scandaleux». L’IRS est officiellement un organisme indépendant. Mais les conservateurs n’en démordent pas : pour certains, Obama mène continuellement campagne pour les discréditer. Or, « quand les bureaucrates voient le chef [de l’exécutif] agir ainsi, cela ne devrait pas nous choquer de les voir faire de même. Cela semble avoir été ce qui s’est passé. » Cette affaire révélerait donc pour certains la nature même de l’administration Obama et, pour d’autres, la logique même du Big Government — de l’État omnipotent, qui tend constamment vers davantage d’intervention.

Des journalistes espionnés

Washington voulait contenir les fuites d’informations. Ainsi l’agence de presse américaine Associated Press a t-elle dénoncé une « intrusion massive et sans précédent » du département de la Justice. Celui-ci aurait saisi les relevés téléphoniques d’une vingtaine de journalistes de l’agence. La justice aurait pris cette décision après la publication d’une dépêche datant de mai 2012, dans laquelle l’agence révélait qu’une opération de la CIA au Yémen avait permis de déjouer un projet d’attentat d’Al-Qaïda visant à faire exploser une bombe à bord d’un avion à destination des États-Unis. La justice américaine aurait eu l’intention de traquer l’identité des informateurs.

Le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, a assuré que le président soutenait le premier amendement, garantissant la liberté d’expression, tout en soulignant qu’un « équilibre » était nécessaire avec l’impératif d’enquêter sur des pratiques criminelles. Les démocrates sont néanmoins sceptiques. Le sénateur Harry Reid a jugé cette procédure « inexcusable ». « Il n’y a aucun moyen de justifier [ce que le département de la justice a fait] », a-t-il ajouté.

Le drame de Benghazi

Le 11 septembre 2012, Christopher Stevens, l’ambassadeur américain en Libye, et trois diplomates étaient tués, à Benghazi. Hillary Clinton, alors Secrétaire d’État, avait minimisé cette attaque terroriste, un mois avant l’élection présidentielle.

Après de nombreuses auditions, les parlementaires républicains dénoncent des failles dans le dispositif de sécurité. La chaîne ABC a de surcroît révélé des courriels prouvant que l’Administration Obama était intervenue pour supprimer une référence à Al-Qaïda dans un mémo destiné à Susan Rice, ambassadrice à l’ONU, alors que celle-ci préparait un entretien à la télévision pour témoigner des débuts de l’enquête. Victoria Nuland, alors porte-parole du département d’État, s’était opposée à la divulgation d’informations de la CIA sur une menace islamiste dans l’est de la Libye : «car cela pourrait être utilisé par des membres du Congrès pour attaquer le département d’État en l’accusant d’avoir ignoré les mises en garde».

Pour Barack Obama lui-même, ces critiques relèvent d’une démarche « politique ». Pour l’instant, l’électorat semblerait se désintéresser de ces scandales. Selon un sondage de la chaîne CNN (de tendance progressiste), 53% des Américains seraient « satisfaits » de l’action du président. Mais les candidats démocrates aux élections de 2014 pour le Congrès sont nerveux : au niveau local, les choses pourraient être toutes autres, et la perspective d’une reconquête de la Chambre des représentants, aujourd’hui à majorité républicaine, semble s’éloigner.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Vivement qu’il demissionne !

  • Il devait marcher sur l’eau, multiplier les pains, notre presse était réellement devenue hystérique lors de sa première élection. Elle s’est à peine calmée pour le deuxième mandat d’Hussein Obama, il est vrai vu les résultats minables il y avait moins matière à pérorer, mais ils ne sont pas à cela prés.
    Même les Démocrates convaincus lisant notre presse, disaient que le français était complètement fou. Et, oui ! je confirme, depuis de Gaulle, il ne s’est pas aperçu qu’il était sous le joug d’une dictature socialo-communiste, avec tous ses travers, et que tous leurs ‘’ leurs’’ présidents étaient des alter égo et des clones, d’Hussein Obama : un socialo islamophile.

  • Scandales !

    Libor, matières premières, comptes truqués (banques, gouvernements, cahuzac, etc…) le ps repaire de truands (désir, andrieux, la liste est longue) l’ump pas mieux… Et j’en passe, et j’en repasse…

    La fin de ce qu’ils appelle « démocratie » est proche…

    Les anglais se tirent de l’EURSS ? Z’ont bien raison !!!! Tirons nous aussi !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Février est le mois de l’histoire des Noirs. Il est intéressant de voir comment, malgré une oppression certaines dans plusieurs pays, notamment les États-Unis, ils ont pu maintenir leur dignité et progresser. Martin Luther King Jr. est sans doute celui qui a eu la meilleure réflexion sur les relations raciales en 1963 :

Je rêve du jour où mes enfants seront jugés pour ce qu’il y a dans leur cœur et non pour la couleur de leur peau.

Malheureusement pour lui, la couleur de la peau est tout ce qui semble importer pour les démocrat... Poursuivre la lecture

Par Julien Théron. Un article de The Conversation.

Le retour au pouvoir des talibans en Afghanistan a été célébré par les djihadistes du monde entier. Le Middle East Institute, un groupe de réflexion de Washington, estime que leur succès représente une « victoire majeure » pour les groupes djihadistes comme Al-Qaïda ou l’État islamique (EI).

Moscou, Pékin, New Delhi et même Islamabad sont profondément préoccupés par la situation sécuritaire en Afghanistan. Et pour cause : les liens des talibans avec Al-Qaïda n’ont jamais été rom... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux. Un article de l'Iref-Europe

L’élection présidentielle américaine de 2020 a mobilisé un nombre considérable d’électeurs. Joe Biden et Donald Trump ont tous les deux battu des records en nombre de voix. En 2008, Barack Obama avait atteint 69,5 millions de voix et en 2016, Donald Trump en avait eu 63 millions.

Les deux candidats de 2020 dépassent chacun largement les 70 millions (on ne connaît pas encore le nombre exact, des vérifications étant en cours). On peut donc avancer que cette élection a mobilisé des... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles