Nuages noirs sur l’Asie

Climat dépressif en Asie. La région a trop longtemps dépendu de la Chine, trop parié sur sa croissance infinie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nuages noirs sur l’Asie

Publié le 14 mai 2013
- A +

Climat dépressif en Asie. La région a trop longtemps dépendu de la Chine, trop parié sur sa croissance infinie.

Par Guy Sorman.

Un périple par Séoul, Tokyo, Taipei, Hong Kong laisse dans son sillage un sentiment d’inquiétude à la fois économique et stratégique. Nous considérons trop aisément pour acquis que la Chine est le moteur de la croissance mondiale, en collaboration étroite avec ses voisins et que le commerce dans la région adoucit les mœurs. Or, toutes les conversations privées et publiques au cours de mes escales ont gravité autour du ralentissement de la Chine, de l’impact destructeur de ses exportations subventionnées chez ses voisins et de ses revendications territoriales préoccupantes.

Les statistiques chinoises sont peu fiables mais il semble acquis par les économistes de la région que la croissance gravite autour de 7%, loin derrière les 10% affichés ; ces 10% correspondaient à une période de rattrapage et d’exode rural massif. Il conviendrait aussi de déduire de ces 7% le taux de l’inflation que l’on ne connaît pas et la surévaluation de la bulle immobilière. L’innovation tant attendue ne se manifeste toujours pas en Chine et la création d’entreprises privées nouvelles y devient difficile : les crédits bancaires sont pompés par des entreprises publiques qui fonctionnent à perte et exportent grâce à des subventions occultes.

Les exportations chinoises à prix cassé détruisent le tissu industriel de Taïwan mais les entrepreneurs de cette autre Chine, libre, ont maintes fois démontré leur capacité de se reconvertir vers du plus haut de gamme ; du textile à l’électronique et maintenant de l’électronique à ses applications. La Corée du Sud aussi est quelque peu affaiblie par cette concurrence déloyale des exportations chinoises ; de plus, le marché chinois ralentissant, asphyxie les entreprises coréennes trop dépendantes du marché intérieur chinois. De même, les Japonais sont affectés par le ralentissement chinois mais ils bénéficient toujours d’une immense avance technique, en particulier dans l’industrie des composants.

7% de croissance nous objectera-t-on, n’est-ce pas énorme ? Pas tellement dans la mesure où la Chine comble toujours son retard pour résorber la pauvreté de masse et que ce taux n’est plus suffisant pour absorber l’exode rural loin d’être terminé : la population flottante entre villes et campagnes, gonfle et se déplace en masse de chantiers en chantiers.

Dans tous ces pays d’Asie, la question du chômage des jeunes, inconnue jusqu’alors, devient une priorité politique et sociale : certes, les taux de chômage restent bas, de l’ordre de 3 ou 4% à Taïwan, en Corée du Sud, au Japon : mais en grande partie parce que les jeunes acceptent tout petit boulot en l’absence d’assurance chômage et parce que de tradition, la famille prend en charge ces jeunes chômeurs. Mais en Corée du Sud, à Taïwan, au Japon, en Chine, le diplôme tant convoité dans ces sociétés méritocratiques n’est plus une garantie de carrière.

Comment expliquer ce climat dépressif ? La région a trop longtemps dépendu de la Chine, trop parié sur sa croissance infinie. Soudain la Chine n’est plus un moteur fiable mais un concurrent dangereux. Par ailleurs, les dragons d’Asie considéraient comme acquis chez eux, des taux de croissance de l’ordre de 5 à 7% alors que dans des économies mûres, un trend de 2 à 3% (le taux américain actuel) est la norme de long terme.

L’Asie et le monde – car il existe aujourd’hui une économie mondiale plus que des économies nationales – sortent d’une période exceptionnelle, de 1980 à 2008, où l’émergence de nouveaux pays, Chine, Brésil, Inde, Indonésie… avait dopé la croissance en laissant croire que des taux de 8% ou 10% étaient normaux : la norme c’est plutôt maintenant, un retour à la réalité. Voici qui exige de la part de gouvernements qui avaient anticipé sur des revenus sans fin, de reconfigurer à la baisse leurs dépenses administratives, militaires, sociales. À commencer par l’Europe.

Plus troublant encore que l’économie est la prolifération des conflits territoriaux. La Chine s’est lancée dans des agressions multiples, tous azimuts : occupation de la frontière indienne, harcèlement des bateaux japonais autour de l’archipel de Senkaku, et vietnamiens autour des Paracels. Entre le Japon et la Corée du Sud, les rochers de Dokdo sont devenus un sujet de contentieux qu’aucun de ces deux gouvernements pourtant démocratiques, acceptent même de discuter. Seuls le Japon et Taïwan, deux nations aux relations amicales, sont parvenus à un accord sur des zones de pêches contestées. Si la Septième flotte américaine ne maintenait pas la paix entre ces voisins turbulents, un conflit serait inéluctable.

Plus troublant encore est la montée des discours nationalistes : chacun qui parle publiquement, hait son voisin, remue de vieilles rancœurs, exige des excuses pour des malversations passées. La France elle-même n’est pas exclue de ces relents : dans le nouveau musée de Séoul consacré à l’histoire de la Corée moderne, l’exposition débute par une image de l’incursion française de 1867, sans rappeler que ce débarquement de courte durée répondait à l’assassinat de missionnaires catholiques français sur ordre du gouvernement coréen. Lors d’un débat avec un universitaire chinois, en principe consacré à l’économie mondiale, il me fallut écouter une longue diatribe, écrite, contre les Occidentaux qui envahissaient la Birmanie alors que ce pays se développait si bien grâce aux investissements chinois… Bref, la Chine vient de perdre sa colonie birmane ; elle s’arrimera d’autant plus à son allié nord-coréen (dont on attend à Séoul quelque future menace, ce qui incite un nombre croissant de politiciens sud-coréens à vouloir se doter eux aussi d’une arme nucléaire… ce qui conduit les Japonais à l’envisager pour eux-mêmes).

Imaginons un voyage identique en Europe en 1913 ! Les conclusions auraient été sombres. Une différence avec l’Europe d’alors : le gendarme américain. Il reste la seule garantie de ne pas voir l’Asie du Nord-Est dégénérer dans la guerre économique et l’affrontement militaire. Les dirigeants américains le savent, les Japonais, Coréens, Taïwanais, Vietnamiens, Philippins aussi. Les Chinois ? On ne sait pas.


Sur le web.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Pas très rassurant tout ca. Le Monde est au bord de l’abime

  • On redécouvre ce qu’on avait vu en 14, le commerce est un stabilisateur, s’il se grippe, on part dans les conflits.

  • Monsieur Sorman

    impact (de la Chine)destructeur de ses exportations subventionnées chez ses voisins.
    Et l’impact en France, vous ne l’avez jamais mentionné dans vos écrits?
    Vous

  • et revoila l’oiseau de mauvaise augure qui nous predit que tout est foutu en asie, heureusement qu’il y a la flotte US !

    le chine n’a QUE 7 % de croissance, heureusement que la france a 0 %, c’est beaucoup mieux !

    la chine n’a pas encore finit son exode rural ! en france, depuis 1945, 5 millions depaysans ont quités leur fermes: resultats, 5 million de chomeurs. les produits agricoles se portent mieux depuis queques années, que les paysans asiatiques restent sur leurs fermes en se modernisant, pour en profiter, qu’il ne suivent surtout pas le modèle US d’agriculture, importé en europe !
     » allié nord coréen de la chine  » tu parles d’un allié !

    les conflit locaux vont dégénèrer  »
    entre le cambodge et la thailand, tous les deux ans, un temple est bombardé. tous le monde sait que ca n »ira pas plus loins.

     » concurence deloyale des exportations chinoises  »
    ce qui est deloyale, c’est de payer des travailleurs etrangers deja sous payé ( les chinois ) avec de la fausse monnaie de singe ( le dollar made in bernanke ) et d’estimer normal, qu’un chomeur ( francais ) gagne plus qu’un chinois qui bosse dure !

    en 1914, c’est l’equlibre de la terreur, qui a causé la catastrophe. en asie, cette equilibre n’existe normalement pas car la chine est beaucoup plus puissante que ses voisins. c’est la presence de la flotte US, qui entraine cet equilibre inquietant, a la periode que nous traversont.

    •  » millions depaysans ont quités leur fermes: resultats, 5 million de chomeurs »
      donc un retour à la terre pour tout le monde et le problème du chômage, résolu. ça sent le grand bond en avant.

  • La Chine subit évidemment la chute de la demande occidentale, mais il faut bien remarquer qu’elle est fort présente en Afrique et dans certains pays d’Amérique latine, où elle sème pour récolter.
    Son vrai problème est le paradoxe de son système « communisto-libéral » et de son excédent de pouvoir des fonctionnaires, comme le poids du secteur public dans l’économie.
    On voit d’ailleurs que Hong Kong ou Taiwan, publiquement décomplexés, ne sont ni belliqueux ni en panne.
    La Chine ne peut pous se refermer sur elle-même, ni croiser le fer avec tous ses voisins. Elle va devoir faire sa vraie révolution en passant la main au privé dans de très nombreux domaines.
    L’exercice sera assez simple pour la population (tout chinois est un manager indépendant dans l’âme), mais la difficulté viendra d’une administration conservatrice, rigide, qui n’a rien compris à l’économie de marché, et dont les appréciations sont soit vénales, soit dogmatiques tendance bornée …
    Quand on voit la difficulté de la Russie actuelle à se débarrasser du boulet de la mentalité communiste, on comprend que le chemin sera long !

    • la russie ne peut pas etre comparée a la chine, pour plusieurs raisons:

      le communisme y a sevi bien plus longtemps: de 17 a 89, soit plusieurs generations. en chine, de 48 a 76, soit a peine une generation.

      les russes ne sont pas les mème que les chinois: les premiers sont des soldats et des artistes, alors que les deuxièmes , comme vous l’avez dit, sont des commercants hors pair, comme les juifs ou les arabes.

      les problèmes de la russie viennent aussi de sa demographie faible dans un pays immense, alors que la chine, connait une des densité de population les plus elevée du monde.

      sans parler du climat, qui est beaucoup plus favorable en asie orientale.

      concernant l’agressivité de la chine, que l’auteur semble craindre, on ne peut evidement pas predire le future. mais la chine a rarement été une puissance agressive, elle n’a jamais vraiment dominé la corée, jamais envahi le japon, le vietnam est indepandant depuis 1000 ans elle ne s’est jamais etendu dans le pacifique …

  • On ne peut pas connaitre les vrais chiffres…comment les analyser. Imaginons un instant la Fance. Un placard immense où l’on empile les rapports de la cours des comptes, les rapports des ministres sur le terrain…pour rien. Enfin si, on les paies avec nos impots. Cela nous donne un 0% de croissance et une tonne d’impot. C’est sur, les Chinois sont moins communistes que nous.

  • Guy Sorman pourrait avoir raison. Mais alors pourquoi préconisait-il il n’y a pas si longtemps une baisse drastique des dépenses militaires en France. Très contradictoire tout ça.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a quelque intérêt à ne pas effacer de la mémoire collective ce qu’ont pu être les grands débats qui ont infléchi notre histoire.

Les acteurs de ces débats ont en effet avancé des prédictions qui ont pesé sur la décision du peuple souverain lorsqu’il a été appelé à se prononcer, comme ce fut le cas pour le référendum sur le traité de Maastricht. On est en droit de juger de ces arguments et de ces prédictions à l’aune de ce que l’on a pu observer dans la durée.

 

Il y a juste 30 ans, le 20 septembre 1992, les Fran... Poursuivre la lecture

Par Brad Polumbo.

L'adoption généralisée du bitcoin et d'autres crypto-monnaies a laissé de nombreux fonctionnaires à l'écart. Pour tenter de participer à l'action, de nombreux gouvernements ont lancé l'idée d'une "monnaie numérique de banque centrale" (CBDC), c'est-à-dire une crypto-monnaie émise par le gouvernement et utilisant la technologie blockchain. Le président Biden a demandé au gouvernement fédéral d'explorer cette idée, et de nouveaux rapports suggèrent que l'administration Biden pourrait bientôt faire avancer les efforts po... Poursuivre la lecture

asie Chine Russie UE Pologne
1
Sauvegarder cet article

La Russie sera-t-elle encore un pays européen dans les années à venir ? Le conflit en Ukraine a accentué le tournant asiatique de la Russie. La coupure politique et économique avec l’Occident depuis le 24 février 2022, pousse Moscou à chercher des alternatives géopolitiques en Asie, et plus précisément avec la Chine et l’Inde. Le récent exercice militaire commun entre les trois pays en est un exemple.

Cette posture russe, bien qu'ancienne, va dans le sens d’un tournant asiatique de l’ordre mondial avec en toile de fond, la rivalité ent... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles