Deutsche Bank, banque la plus exposée aux produits dérivés au monde

La Deutsche Bank est la banque la plus exposée aux produits dérivés au monde, pour plus de vingt fois le PIB allemand.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Le siège de la Deutsche Bank à Francfort

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Deutsche Bank, banque la plus exposée aux produits dérivés au monde

Publié le 5 mai 2013
- A +

La Deutsche Bank est la banque la plus exposée aux produits dérivés au monde, pour plus de vingt fois le PIB allemand.

Par Philippe Herlin.

Le siège de la Deutsche Bank à Francfort

C’est la petite info de la semaine, qui est passée sous les radars, mais sur laquelle il faut revenir : la banque qui possède la plus forte exposition aux produits dérivés dans le monde n’est pas la JP Morgan, comme on le pensait, mais la Deutsche Bank. Comme l’indique son rapport annuel 2012, la banque est exposée à hauteur de, attention retour à la ligne :

55 605 039 000 000 euros, autrement dit 55.605 milliards d’euros, 55 mille milliards d’euros, ou 55,6 trillions d’euros, ouf.

Par comparaison, le PIB de l’Allemagne s’élevait à 2012 à 2.644 milliards d’euros, ce qui signifie que les engagements de la première banque du pays dans les produits dérivés sont vingt fois plus élevés que toute la richesse créée en un an dans la première puissance économique européenne. Converti en dollars, cela représente 72,8 trillions de dollars, soit un peu plus que la JP Morgan. L’Europe détient le record, la première banque au cœur du pays le plus solide, bravo !

Mais il ne faudrait pas s’inquiéter selon les comptables de la banque allemande, car tous ces engagements sont compensés et, au final, l’exposition nette ressort à 20,3 milliards d’euros seulement. C’est ce qu’expliquent les dirigeants des grandes banques lorsqu’on met ce sujet sur la table : les positions s’équilibrent. Quand un engagement est pris sur un produit dérivé, la banque achète une protection (la position inverse) pour se prémunir.

Mais au fait, à qui achète-t-elle cette protection ? À une autre banque… En réalité toutes les grandes banques se vendent des produits dérivés, ce qui signifie que si l’une d’entre elles fait faillite, toutes les autres plongent ! Les protections vendues par la banque en faillite s’évanouissent, et les autres banques voient leur exposition nette exploser et tombent également. C’est ce qui a failli se produire avec la faillite d’AIG en septembre 2008 qui était la contrepartie de nombreux établissements financiers, et qui a été sauvée en catastrophe par l’État américain. Le calcul de l’exposition nette est ainsi purement théorique. Les dépôts de la Deutsche Bank représentent un centième de ces 55,6 trillions d’euros de produits dérivés, Chypre à côté c’est de la rigolade.

Toutes les grandes banques se tiennent ainsi en équilibre sur une montagne de produits dérivés qui devient très friable en période de crise. Il y a tout de même un point positif dans cette affaire : le siège de la Deutsche Bank se trouve à Francfort, comme celui de la BCE, ainsi Mario Draghi n’aura que quelques rues à traverser en cas de problème.


Sur le web.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • 72,8 trillions de dollars : avez-vous remarqué que ce montant est proche du PIB mondial ?

    « Si l’une d’entre elles fait faillite » : dans notre système de monopole monétaire, c’est la banque centrale qui décide si une banque va faire faillite ou non. La faillite ne peut pas être un évènement imprévisible, incontrôlé. Du fait de l’existence des banques centrales, la faillite d’une banque résulte nécessairement d’une décision politique (cf Chypre en Europe ou Lehman aux USA), pour faire un exemple.

    L’incertitude réside moins dans les rapports entre banques à travers les produits dérivés que dans les rapports entre les principales banques centrales (Fed, BCE, BoE, BoJ, BNS, BPC).

    « One unsolved economic problem of the day is how to get rid of the Federal Reserve. » (Milton Friedman : http://www.minneapolisfed.org/publications_papers/pub_display.cfm?id=3748).

  • Au-delà des protections de la DB, il faut aussi savoir que les produits dérivés ne sont pas tous des « actifs toxiques » (expression à la mode…). Depuis des dizaines d’années que le secteur financier construit des produits dérivés par exemple sur l’encours des cartes bancaires et cela n’a jamais posé de problèmes.

    Le principal problème n’est pas le produit dérivé mais son sous-jacent :
    – si le produit dérivé a été bâti sur des crédits subprime américains qui ont tourné à la catastrophe ou sur la dette publique de certains Etats européens, la valeur de ce produit dérivé est bien sûr affaiblie
    – si le produit dérivé est bâti sur des bases solides, sa valeur n’est pas en cause : il n’a pas de problèmes avec les produits dérivés sur la dette publique de pays ou d’entreprises prospères ou encore de crédits sains consentis aux ménages.

  • Encore une heureux banque, qui fait froid dans le dos.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Deutsche Bank
0
Sauvegarder cet article

Par Frédéric Duval. 

L’Allemagne est à mes yeux un colosse aux pieds d’argile !

Deux problèmes structurels la menacent :

1. Le secteur bancaire plombé par la crise de 2008

La Deutsche Bank est la plus grosse banque européenne, et l’une des plus importantes du monde). Elle représente 45 000 milliards de dollars de produits dérivés, soit près de 20 fois notre PIB !

Or cette banque a dû d’urgence faire un plan d’action extrêmement drastique pour se sauver d’une faillite inéluctable :

vague de licenciements gigan... Poursuivre la lecture

Par Karl Eychenne.

« Exilé sur le sol au milieu des huées, Ses ailes de géant l’empêchent de marcher. » Charles Baudelaire, L’albatros

« La Deutsche Bank, en difficulté, a annoncé dimanche qu’elle procéderait au licenciement de 20 000 personnes sur ses 91 500 employés, et au transfert de 50 milliards de prêts douteux à une « structure de défaisance » (bad bank). » (Bloomberg)

On se doutait un peu que les choses n’allaient pas fort du côté de la belle Allemande :

baisse de près de 90 % du cours boursier depuis la cris... Poursuivre la lecture

Par le minarchiste, depuis le Canada.

Quand j’étais enfant, mon repas préféré chez McDonald’s (et peut-être même d’entre tous) était les McNuggets accompagnés d’une délicieuse sauce au miel. Je ne me doutais pas à l’époque que ce n’est que grâce à une innovation des marchés financiers que ce magnifique produit a pu être commercialisé.

Ray Dalio est le fondateur de Bridgewater Associates, le plus important hedge fund  au monde. Au début des années 1980, la firme de consultation en gestion des risques de Dalio comptait McDonald’s ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles