Chypre : vers l’agonie du système de banque à réserves fractionnaires ?

Rétrospectivement, il se pourrait que la crise de Chypre apparaisse un jour comme l’un des tournants décisifs de l’histoire monétaire contemporaine.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Chypre : vers l’agonie du système de banque à réserves fractionnaires ?

Publié le 22 avril 2013
- A +

Rétrospectivement, il se pourrait que la crise de Chypre apparaisse un jour comme l’un des tournants décisifs de l’histoire monétaire contemporaine.

Par Joseph T. Salerno(*), traduction Henri Lepage.

Un article du Mises Institute, via l’Institut Turgot.

Les trente dernières années ont été marquées par la récurrence de crises financières et monétaires dans le déroulement desquelles le mécanisme des réserves fractionnaires a joué un rôle essentiel : Russie, Mexique, crise Asiatique, Argentine… L’effilochage du système est devenu de plus en plus apparent avec le krach financier de 2008 et le déclenchement d’un mouvement de paniques bancaires qui a touché quelques unes des plus grandes et des plus vénérables institutions financières mondiales. L’effondrement final n’a été évité que grâce au gigantesque sauvetage de l’industrie bancaire organisé à coups de multi-milliards de dollars par la Fed et les autres grandes banques centrales mondiales.

Ceci dit, plus encore que l’extraordinaire ampleur de la crise de 2008, il se pourrait bien que les récents événements de Chypre apparaissent dans l’histoire comme l’un des tous derniers épisodes lui ayant porté le coup final. Un système à réserves fractionnaires ne peut en effet exister et fonctionner que pour autant que les déposants ont une confiance totale dans la capacité des banques qui reçoivent leurs dépôts à les rembourser à tout moment en espèces monétaires au pair, et cela quelles que soient les difficultés financières qui les assaillent.

Depuis la seconde guerre mondiale, l’assurance publique des dépôts appuyée sur le pouvoir de création monétaire de la banque centrale donnait le sentiment que cette confiance était fondée sur du roc. De fait, le système bancaire à réserves fractionnaires était perçu par les gens comme étant équivalent à un régime de réserves à 100% offrant une garantie totale de remboursement des dépôts. Tous les déposants se comportaient comme s’ils étaient assurés qu’à tout moment leur argent « était à la banque », et cela grâce à la capacité des banques centrales d’émettre à tout moment, et à partir de rien, autant de monnaie que nécessaire pour assurer la liquidité du système.

Paradoxalement cette croyance des déposants n’a cessé de se renforcer au fil des crises qui ont marqué l’histoire financière depuis la fin des années 1980 parce que, à chaque fois que des banques et des institutions financières étaient en difficulté, on a toujours volé avec empressement à leur secours – surtout lorsqu’il s’agissait des banques les plus importantes et financièrement les moins solides. C’est ainsi qu’est née la doctrine du « Too Big To Fail » (trop gros pour faire faillite). Selon ce principe, il paraissait normal que, dans le cas des plus grandes banques, les gros déposants non-assurés et les créanciers privés soient protégés de toute perte dans la mesure où il était entendu que la confiance dans le système bancaire était par définition une chose fragile et évanescente que la faillite d’un seul gros établissement pouvait à tout moment briser et dissiper.

Il est clair que, d’un point de vue libéral, l’accord de Chypre est loin d’être un arrangement idéal. Dans un véritable système d’économie de marché, on ne saurait envisager une solution qui limite autoritairement les retraits de comptes bancaires, qui impose tant aux résidents nationaux qu’aux investisseurs étrangers des contrôles de capitaux de type fascisant, et contraigne les contribuables de l’ensemble de la zone euro à participer au sauvetage pour un montant d’au moins 10 milliards d’euros.

Il n’en reste pas moins que cet accord, aussi imparfait soit-il, adresse un message salutaire à l’ensemble de la communauté mondiale des déposants et des créanciers des banques. Il le fait en contraignant les déposants non assurés et les porteurs de dette senior des banques chypriotes qui étaient jusque là intouchables à supporter par eux-mêmes une grande partie du coût de l’opération de sauvetage.

L’heureux résultat sera que les déposants, aussi bien ceux couverts par l’assurance que ceux qui ne le sont pas, tant en Europe que dans le reste du monde, deviendront beaucoup plus prudents, et même beaucoup plus méfiants lorsqu’ils s’adresseront à des banques pratiquant le mécanisme de la couverture partielle. Au moindre signe ou à la moindre rumeur de difficulté ils seront désormais tout prêts à sauter sur leur argent et à le retirer de la banque. Ce qui incitera celles-ci à changer radicalement les sources de financement auxquelles elles s’adressent pour financer leurs prêts et leurs investissements. Elles abandonneront la quête des dépôts et feront davantage appel à l’apport de fonds propres ainsi qu’à l’endettement. Ainsi qu’une dépêche de Bloomberg l’expliquait récemment, c’est déjà ce qu’anticipent de nombreux analystes :

L’une des retombées potentielles de l’accord du 26 mars concerne l’effet induit que celui-ci aura sur le mode de financement des banques, y lit-on. Traditionnellement les banques se financent en combinant le recueil de nouveaux dépôts, la levée de nouveaux fonds propres ainsi que l’émission d’effets de premier rang, de billets subordonnés ou d’obligations sécurisées adossés à un portefeuille d’actifs de très haute qualité qui restent dans le bilan du prêteur. La conséquence pourrait ainsi être que, lorsqu’elles auront besoin d’augmenter leurs ressources, et que leur capacité d’émettre de simples obligations sécurisées atteindra les limites réglementaires autorisées, les banques s’orienteront vers une émission croissante de Cocos (contingent convertible bonds) dont la spécificité est d’être ensuite automatiquement convertis en actions en cas de nécessité (lorsque la banque atteint par exemple un certain niveau de capitaux propres ou que le régulateur l’estime nécessaire).

« Nous nous attendons à une fuite des dépôts et à ce que les sources de financement évoluent vers une combinaison d’obligations sécurisées, de fonds propres et de quasi fonds propres », explique ainsi Chris Bowie d’Ignis Asset Management Ltd. à London, qui supervise la gestion d’un portefeuille de plus de 110 millliards de dollars.

Si cela se concrétise, cela représentera un formidable pas en avant vers un système financier de type réellement libéral où le désastreux déséquilibre des échéances entre actif et passif se trouvera éliminé une fois pour toutes. Quelques crises bancaires de plus en Europe – surtout si on fait participer à leur résolution les déposants, même les petits -, et il est vraisemblable que la foi dans le système d’assurance public des dépôts s’évanouira complètement, entraînant simultanément la ruine de la confiance dont bénéficiait jusque là le système de banque à réserves fractionnaires.

Pourrait alors émerger naturellement un système où capitaux propres, obligations et véritables dépôts à terme qui ne peuvent pas être remboursés avant le terme de leur échéance deviendraient la seule source de financement exclusive pour les activités de crédit bancaire et d’investissement. Les dépôts à vue, adossés ou non à un compte chèque, seraient regroupés au sein d’établissements spécialisés, véritables banques de dépôts astreintes à 100 % de réserves et assurant toute la gamme des services de caisse (services de guichet et retraits sur cartes).

Même si cette perspective peut encore paraître comme outrageusement optimiste, il n’en reste pas moins qu’on est aujourd’hui infiniment plus proche d’un tel résultat que ce n’était assurément le cas avant que n’intervienne « l’accord de Chypre ». Bien sûr, nous en serions encore bien plus proches s’il n’y avait plus de « bail out » et si le coût des faillites cessait d’être partiellement pris en charge par le contribuable, et était intégralement supporté par l’ensemble des créanciers et des déposants . La véritable nature du système de réserves fractionnaires apparaîtrait alors au grand jour et ne ferait plus aucun mystère pour personne.

(*)Joseph T. Salerno est un économiste américain de l’école autrichienne d’économie, actuellement professeur d’économie de l’université Pace et est également chercheur au Ludwig von Mises Institute.

Article original en anglaisArticle sur le site de l’Institut Turgot

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Des « banques de dépôts astreintes à 100 % de réserves ». Qu’implique ce modèle ? Que les dépôts sont entièrement stockés, inactifs, stérilisés, comme s’il s’agissait d’or au fond de la cave. Mais une telle banque aurait des frais, disons 5% du montant des dépôts. Dès lors, jamais elle ne restituera les dépôts : seuls 95 euros sur 100 seront redonnés aux déposants au terme d’une année. Avec ce modèle, comment ceux qui ont besoin d’investir accèdent à la liquidité, puisque toute la monnaie disponible reste figée dans les banques de dépôts ? Alors bien sûr, nous avons ici la description d’une situation extrême, semblable à la crise des années 30, où une fraction importante de la monnaie disponible était stérilisée. Plus certainement, certains d’entre nous continueront à investir une partie de leur avoirs sans les déposer. Mais, globalement, les montants investis seront bien plus faibles que dans le système à réserves fractionnaires. Interdire les réserves fractionnaires fait régresser l’économie vers une économie de subsistance. L’interdiction constructiviste des banques à réserves fractionnaires conduit au ralentissement de la vitesse de circulation de la monnaie et piège les entrepreneurs innovants en les faisant dépendre exclusivement d’investisseurs ponctuels, seuls à même de leur fournir les ressources nécessaires.

    Il est regrettable que certains libéraux méconnaissent la nécessité de la concurrence monétaire en réclamant une interdiction constructiviste des banques à réserves fractionnaires ou, pire, le retour de l’or monétaire. Ils devraient au contraire consacrer leur énergie à réclamer la concurrence monétaire, la privatisation des monnaies. Dans un modèle de concurrence monétaire, certaines banques, certaines monnaies donc, choisiront peut-être 100% de réserves ou un étalon physique. D’autres banques (d’autres monnaies) opteront pour des réserves plus faibles. Au final, c’est par les mécanismes de marché que nous seront en mesure de juger laquelle de ces options est la meilleure, et de nous adapter collectivement aux circonstances des cycles économiques, sans avoir à passer par les phases de crises provoquées par les décisions centralisées inopportunes des banques centrales et des politiciens manipulant la monnaie.

    • « Qu’implique ce modèle ? Que les dépôts sont entièrement stockés, inactifs, stérilisés, comme s’il s’agissait d’or au fond de la cave.  »

      on parle là des dépôts A VUE. L’équivalent de votre porte-monnaie, rien de plus. Et il n’y a aucune raison pour que ça coute très cher : aujourd’hui on trouve des banques gratuite qui offre une carte bleue. Elles ont très peu de frais (informatique rodée, peu de personnel) et se rémunèrent sur les commissions d’utilisation des cartes bleue.
      En pratique le compte gratuit peut être un « produit d’appel », la banque gagnant plus sur les dépôts à plus long terme.

      Et accessoirement vous raisonner comme si les dépôts n’était que des billets de banque (BCE), ou du métal (or). Mais on peut déposer bien d’autres choses que du métal inutile. Des titres de propriété de maison. Des créances commerciales. Des actions, des obligations. etc.

      • Ça ne change rien au problème. Aujourd’hui si on à des banques gratuites, c’est parce qu’elles fonctionnent sur des réserves fractionnaires. ce qui permet de dégager un bénéfice sur les dépôts des clients qui couvre les frais de fonctionnements plus une marge.

        Dans un système à réserve intégrale, cela n’est plus possible, et c’est aux clients de supporter les couts de fonctionnement et le prix du service. Qu’ils supportent déjà en fait via des taux de rémunération des comptes plus faibles, mais ils ne dépensent pas d’argent pour ça, ils en gagnent simplement moins.

        Comme d’autres l’on dit, la seule façon de savoir quel taux de réserves fonctionne le mieux serait de ne pas le fixer par la loi et de laisser faire la concurrence monétaire.

  • @cavaignac
    Excellente réponse, ce qui compte est la liberté de tout à chacun de pouvoir choisir sa monnaie.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Eddie Willers.

S’il y avait eu plus de réglementation, la crise de 2008 ne serait jamais survenue. L’explication est simple, elle a l’avantage de convenir à tout le monde et de justifier l’immixtion toujours plus profonde de l’État dans notre société. Une dé-réglementation semble en particulier concentrer les foudres : la fin du Glass Steagall Act.

De son véritable nom, Banking Act, le GSA instaure la séparation entre les activités d’investissement et de dépôt des banques. Une banque de dépôt correspond traditionnellement au... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Chloé Lourenço. Un article de Trop Libre

[caption id="attachment_280851" align="aligncenter" width="590"] Cyprus flag By: Leonid Mamchenkov - CC BY 2.0[/caption]

Selon la légende, Chypre serait le lieu de naissance d’Aphrodite, déesse grecque de l’amour. Et pourtant, cette petite île méridionale d’à peine 9250 km² est un pays profondément divisé par un conflit qui dure depuis 42 ans et qui oppose les Chypriotes grecs au sud, et les Chypriotes turcs au nord. Une situation qui n’est pas sans rappeler celle de l’Allemagne au mo... Poursuivre la lecture

Par Ferghane Azihari.

[caption id="attachment_270713" align="aligncenter" width="640"] By: Philip Brewer - CC BY 2.0[/caption]

Les tarifs bancaires vont encore augmenter en 2017. Pourtant les banques ne rémunèrent pas nos dépôts qu’elles prêtent. Ces frais ne sont pas justifiés par la sécurité des dépôts mais par le manque de concurrence.

Les tarifs bancaires augmenteront de manière significative en 2017, et notamment les frais de tenue de compte. Les données du cabinet Sémaphore Conseil relayées par Les Échos dans un art... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles