Sexe : le porno écolo arrive

Jusqu’où iront les écologistes dans leur soif désespérée d’attention ? Jusqu’au porno, à en croire l’association F*ck For Forest.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Green Sex

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sexe : le porno écolo arrive

Publié le 14 avril 2013
- A +

Jusqu’où iront les écologistes dans leur soif désespérée d’attention pour leurs incessantes alarmes ? Jusqu’au porno, à en croire l’association F*ck For Forest.

Un article d’Anthony Watts, depuis la Californie.

Trouvé sur le Guardian, où ils sont prêts à publier quoi que ce soit, pourvu que ce soit vert…

Les activistes de l’éco-sexe qui veulent sauver le monde

F*** for Forest (« baise pour la forêt ») utilise le porno pour diffuser son message vert. Dans un nouveau documentaire, ils sont emmenés en Amazonie à la rencontre d’une tribu péruvienne menacée. Mais comment peuvent-ils sauver la planète alors qu’ils savent à peine prendre soin les uns des autres ?

Du Sang, du sperme, le mélange parfait. Tout ça c’est bio.

« Du sang et du sperme. Le mélange parfait, dit un hippy tatoué… Les fluides qui donnent la vie, dont nous avons tous si peur. Nous avons si peur de nous mêmes ! Tout ça, c’est bio. »  – « Un nouveau documentaire, F*ck for Forest, qui passe en détail les activités du groupe du même nom. Ils aiment confronter la société au sexe, à la nudité, aux fluides corporels, mais ce qu’ils veulent vraiment faire, c’est sauver le monde. »

Peu de gens pourraient imaginer l’existence d’un quelconque recouvrement entre la pornographie et l’environnementalisme, mais FFF éclate les deux concepts pour n’en faire qu’un, déjà par son nom brutalement cru. C’est un signifiant concis de ce qu’ils font, et d’à quel point ils se soucient peu de ce que vous en pensez. Les ébats en live sont marginaux ; les fonds sont levés en premier lieu via leur site web, qui a des images et vidéos de ses membres, et de toutes sortes de bénévoles qu’ils accostent dans la rue, dans une myriade de permutations sexuelles, allant de personnes nues dans des arbres, jusqu’à de chaotiques orgies. Les abonnés paient à peu près 10 livres sterling par mois, et la recette va à des projets de conservation de la forêt tropicale humide en Amérique du Sud.

Plus ici, si vous pouvez l’encaisser

Certains diront « C’est la vie« , personnellement, je pense qu’ils méritent la liberté de pouvoir se baiser entre eux …

Merci au lecteur de Watts Up With That, David Spurgeon.

—-
Sur le web.
Traduction Contrepoints.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La presque totalité de ce qu’on nomme « énergies renouvelables » sont intermittentes et subies. L’éolien et le solaire dépendent de la météo, l’hydraulique au fil de l’eau dépend du débit des fleuves, les hydroliennes des courants et des marées. On dit qu’elles ne sont pas pilotables à la demande comme le sont les centrales thermiques, nucléaires ou à combustibles fossiles. Mais elles ont d’autres caractéristiques qui les rendent difficilement utilisables sur un réseau électrique interconnecté de haute densité.

 

L’intermitten... Poursuivre la lecture
Écologisme
12
Sauvegarder cet article

Le silence épais des écolos

Tiens, voilà qui est remarquable : alors que tous les feux sont au vert pour les écolos, on ne les entend point. Oui oui, regardez la situation : elle devrait leur être favorable et on devrait les voir monter sur leurs ergots à chaque page de journal, sur chaque plateau télé, sur tous les réseaux sociaux...

Après tout, voilà qu'on crame du charbon comme jamais : 45 % de l'électricité allemande provient des centrales à charbon dont certaines ont été réouvertes récemment. En France, elles n'ont pas redémarré mais les lois qui les y autor... Poursuivre la lecture

La France vise la neutralité carbone en 2050 afin de lutter contre le réchauffement climatique. La certitude que l’on peut avoir est que l’exploitation des énergies fossiles qui a permis la croissance des moyens de production alimentaire et du confort de vie ne pourra perdurer que dans la limite de l’existence de ces ressources.

D’après l’ADEME, 47 % de l’énergie produite est consommée par les ménages à des fins domestiques (éclairage, chauffage, cuisine, hygiène) mais la majeure partie est constituée par le chauffage et le cas échéant... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles