Mais pourquoi des pays veulent-ils encore entrer dans l’Euro ?

On apprend que certains pays sont candidats à la zone euro (la Lettonie notamment). Mais on peut bien se demander pourquoi ?
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mais pourquoi des pays veulent-ils encore entrer dans l’Euro ?

Publié le 6 avril 2013
- A +

On apprend que certains pays sont candidats à la zone euro (la Lettonie notamment). Mais on peut bien se demander pourquoi ?

Par Pascal de Lima, économiste et enseignant à Sciences Po Paris.

Siège de la BCE

On apprend que certains pays sont candidats à la zone euro (la Lettonie notamment). Mais on peut bien se demander pourquoi ?

Mais que diable faire dans cette zone euro ? Pourquoi se porter candidat ?

Eh bien c’est très simple : les avantages qu’on attend de la zone euro sont liés à l’espoir d’une monnaie forte. Elle limite l’inflation. Elle donne des garanties quant à la valeur des remboursements futurs aux prêteurs internationaux et donc elle attire des capitaux. Avec une monnaie forte, obtenir de l’argent coûte moins cher aux investisseurs (Jean-Jacques Rosa 2011). Les emprunteurs permanents comme les États et les grandes entreprises espèrent bénéficier de tout cela. On espère assainir son bilan financier.

Une monnaie forte pénalise les exportations ? Mais pour les grandes entreprises les investissements directs se sont substitués aux exportations de biens et services et une monnaie forte diminue le coût d’achat d’usines à l’étranger. Une monnaie forte réduirait le prix à l’importation. C’est le cas du modèle allemand et les candidats à la zone euro espèrent bien imiter ce modèle. C’est l’argument très souvent avancé et pourtant…

Et pourtant un pays ayant une monnaie indépendante peut parfaitement gérer sa monnaie pour tirer avantage de sa force sur les marchés des changes, c’était le cas de l’Allemagne avec le Deutsche Mark et c’est aujourd’hui encore le cas de la Suisse. C’est dommage que l’on ne puisse pas exposer ces idées alternatives.

On dit aussi que l’un des avantages de l’euro est l’abaissement des coûts de transaction par un change fixe. Puis on pourrait comparer facilement les prix. Et pourtant…

Et pourtant l’acheteur ne se pose jamais la question d’aller acheter sa voiture à Bonn plutôt qu’à Paris à cause de l’absence de change fixe mais plutôt en raison des coûts administratifs ! Les mouvements des changes en réalité n’ennuient que les grandes entreprises opérant sur plusieurs marchés en faisant obstacle à leur volonté de cartellisation. La constitution de cartels nationaux à plus grande échelle, nécessite la fin des monnaies nationales pour l’avantage des producteurs et non des consommateurs. Et l’euro pourtant est devenue une véritable machine à emprunter pour tous…

Les candidats à la zone euro privilégient l’idéologie à la réalité de l’économie, parfois une naïveté presque douteuse à y croire encore, en tout cas pour cette configuration de l’Europe. Car la crise de la zone euro qui a démarré il y a cinq années maintenant nous a enseigné cinq leçons principales : on a appris qu’une monnaie unique pouvait accroître la mauvaise hétérogénéité des États membres, celle précisément qui ne permet pas de faire émerger des avantages comparatifs naturels (dans un contexte structurel normal). On sait aussi qu’il est dangereux de vouloir intégrer la zone euro car la zone euro n’a pas de politique fédératrice ce qui risque de renforcer les déséquilibres économiques notamment dans le domaine des balances courantes. On sait aussi que les pays où se pratique une dévaluation interne inadéquate s’orientent vers quelque chose de pratiquement auto-suicidaire. On sait aussi de la zone euro que nombre de ses banques sont en mauvaise santé et que le cas chypriote récent a ouvert des questions bien inquiétantes ! Que diable faire dans cette galère.


Parution initiale sur Le Cercle Les Échos

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • ce ne sont pas des pays qui veulent entrer dans l’euro , mais plutot une poignée d’individus dédit pays : jusqu’à preuve du contraire , dans les pays euro , ce sont les plus riches qui profittent , pas les populations à qui on a promis monts et merveilles ;

  • Mauvaise langue.
    6 avril 2013 at 11 h 19 min

    Quand on lit ça, on comprend pourquoi les français ne comprennent pas grand chose à l’économie 🙂

  • « un pays ayant une monnaie indépendante » : le mal monétaire, consistant à imposer une monnaie monopole à un pays, impasse économique à l’origine de toutes les crises, est résumé dans cette profession de foi. Il est temps de dépasser le débat stérile entre monnaies nationales et monnaie commune. La question centrale est celle de la concurrence monétaire, de la privatisation de la monnaie.

  • Politiciens candidats actuels à la zone euro = candidats à des subsides.
    Telle est leur première *motivation* parmi des économies largement tributaires et subordonnées à nos pays continentaux …
    Sinon, les mêmes agiraient tels le Danemark et la Suède, se tenant bien à l’écart des tribulations et idioties dont sont si coutumières nos chères (€€€€€€€€€€€€) instances de l’U.E. (elle-même en train de quémander chez leurs E-M un « rééquilibrage des budgets antérieurs » à la suite d’engagaments plus largement entamés que ne leur permettaient les conventions ! Cherchez où se nichent les conneries !

  • En plus ca fait une langue de plus au parlement, c’est des frais de traduction en plus.

    Et si les leader mondiaux comme la Chine ne sont pas intéressé par l’Euro c’est qu’elle n’est pas attractive !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par l'Iref-Europe.

Geopolitical Intelligence Service (GIS) et l'Institut de Recherches Économiques et Fiscales (IREF) proposent un webinar en français ce mercredi 28 octobre à 16 heures avec comme orateurs le Prince Michael de Lichtenstein et le professeur Enrico Colombatto (responsable de l'IREF).

Le panel s'exprimera pendant une quarantaine de minutes et les questions et commentaires des participants suivront.

Après la crise financière et la crise de l'euro, la crise sanitaire est venue aggraver la dépendance de nombre ... Poursuivre la lecture

Par Antonis Giannakopoulos. Un article de Mises.org

Dans le sillage des fermetures économiques désastreuses liées au covid-19, la classe politique a désespérément tenté de sauver le système de l'euro en faillite. Le 21 juillet, les dirigeants européens se sont mis d'accord sur ce qu'ils ont nommé un accord historique. Il ne s'agissait rien de plus qu'un plan de relance de plusieurs billions d'euros.

Toutefois, il est plus probable que le fonds de relance retarde toute chance de voir se réaliser une restructuration économique bie... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Johan Rivalland.

Une étude très récente du Centre de Politique Européenne, un think tank allemand considéré comme fiable et sérieux, tend à montrer que les Français se seraient appauvris en moyenne de 56 000 euros depuis l’avènement de l'euro.

Les Italiens seraient encore plus pénalisés, avec 73 000 euros perdus par habitant. Tandis que le principal bénéficiaire serait l’Allemagne, avec un gain de 23 000 euros par habitant. Les Pays-Bas seraient l’autre grand gagnant, avec un gain de 21 000 euros par habitant, tandis qu’un p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles