La banque pour ceux qui ne sont pas d’accord

Une banque, comment ça fonctionne ?
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La banque pour ceux qui ne sont pas d’accord

Publié le 1 avril 2013
- A +

Une banque, comment ça fonctionne ?

Par Georges Kaplan.

Un groupe d’actionnaires investissent $10 de capital dans la création d’une nouvelle société. Le jour de son lancement, le bilan de la société peut donc être représenté comme suit :

Le business plan initial des actionnaires consiste à (i) émettre $30 d’emprunts à 10 ans sur le marché et (ii) à utiliser les capitaux ainsi levés pour acheter un portefeuille d’obligations à 10 ans qui offrent des rendements particulièrement attrayant – i.e. du high yeld. Selon leurs estimations, leurs emprunts devraient leur coûter environ 4% par an tandis que le portefeuille qu’ils comptent acheter devrait, si tout se passe bien, générer du 6% ; il suit donc qu’ils devraient gagner 2% de spread ($0,6) – soit un rendement de 4% sur le capital investi. Le bilan de la société ressemble maintenant à ceci :

C’est à ce stade que les actionnaires ont une idée absolument géniale. En plus de capter un spread de crédit, ils vont aussi essayer de capter un spread de taux : l’écart entre les taux court et les taux à long terme – c’est-à-dire la pente de la courbe des taux. Pour ce faire, c’est très simple : il suffit de créer un système appelé dépôt qui permet d’emprunter de l’argent sur une durée très courte – 1 jour – et d’utiliser les fonds collectés pour acheter des titres à long terme. Avec des taux au jour-le-jour de l’ordre de 2%, ils doublent la profitabilité de l’opération.

Mieux encore : quitte à développer un réseau pour collecter de l’épargne à court terme, pourquoi ne pas en profiter pour prêter directement cet argent à des entreprises trop petites pour pouvoir accéder au marché obligataire : c’est beaucoup moins risqué et ça rapporte presque autant (5%). Les actionnaires se lancent, ils parviennent à collecter $60 de dépôts rémunérés à 2%, en profitent pour réduire leurs emprunts à long terme de $10 et utilisent les $50 restants pour accorder des prêts directement à des PME. Au total, je vous passe le calcul trivial, ils obtiennent maintenant un rendement du capital investit de 23% ; si tout se passe bien, bien sûr. Nouveau bilan :

Résumons : nous avons là une entreprise qui (i) emprunte de l’argent via des emprunts et un système de collecte d’épargne et (ii) place cet argent sur des titres ou le prête directement à ses clients tout en gardant un coussin de sécurité de cash. Ce faisant, notre entreprise engrange un spread de taux qui correspond (i) au risque de crédit et (ii) à la pente de la courbe des taux. Naturellement, cette opération comporte des risques qui sont : (i) du risque de crédit, (ii) du risque de taux et (iii) un risque de liquidité lié à la volatilité des dépôts.

Je ne sais pas pour vous, mais moi, j’appelle ça une banque. D’ailleurs, si j’en crois les données de la Fed (H8, 22 mars 2013), une banque américaine, ça ressemble à ça :

C’est-à-dire que :

  • La dimension temporelle de l’affaire n’a pas d’importance. Peu importe que les banques accordent des crédits puis aillent se refinancer ensuite ou qu’elles collectent des dépôts et les prêtent dans un second temps : dans un cas comme dans l’autre, l’égalité comptable de base (actif = passif) doit être respectée. En d’autres termes, au capital près, les banques prêtent de l’argent qu’elles empruntent par ailleurs.
  • Ce que nous appelons monnaie scripturale n’est rien d’autre qu’une créance que nous détenons sur nos banques qui se trouve être acceptée comme monnaie. Lorsque vous signez un chèque, vous transférez cette créance à une tierce partie. Considérez les agrégats monétaires (M1, M2…) et mettez de côté les pièces et billets (monnaie centrale) : le reste, ce n’est que du crédit plus ou moins liquide.
  • Bien avant la réglementation, ce qui limite l’expansion du bilan d’une banque, c’est sa capacité à emprunter à un taux inférieur à celui auquel elle peut espérer prêter ; c’est-à-dire à dégager une marge d’intérêt positive. Si les banques centrales pilotent le niveau des taux et pas la base monétaire elle-même, ce n’est pas juste pour amuser la galerie : c’est parce que c’est le nerf de la guerre de toute l’industrie bancaire.

En principe, je n’ai rien dit d’extraordinaire…

Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • « si tout se passe bien »

    « ce qui limite l’expansion du bilan d’une banque, c’est sa capacité à emprunter à un taux inférieur à celui auquel elle peut espérer prêter  »

    ET l’incertitude, vous oubliez l’incertitude (oui je sais ça ne se met pas en équations). Ici par exemple, les variation de politique de la Banque centrale.

    « Bien avant la réglementation, … »
    ça dépend des taux, à 0,1% je ne suis pas sur, A ce stade le cout de fonctionnement de la banque est le facteur limitatif le pus important. Quand à la réglementation on peut douter tout cours de son efficacité, au moins à long terme.

    • « vous oubliez l’incertitude (oui je sais ça ne se met pas en équations) » : cf les axiomes de Kolmogorov.

      • En sciences humaines nous distinguons risque et incertitude (depuis Frank Knight). Le risque quand il y a des événement connus avec une distribution connue, à l’autre extrême l’incertitude ou aucun des deux ne l’est.
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Frank_Knight

        • Alf, voyez les axiomes de Kolmogorov et vous constaterez que ses équations recouvrent autant le risque que l’incertitude. On ne voit là dedans rien qui s’oppose avec la thèse de Knight. Ce n’est pas parce qu’un problème n’a pas de solution (typiquement, évènement et distribution inconnus) qu’on ne peut pas le mettre en équations.

    • Alf,
      Je n’oublie pas l’incertitude : elle est incluse dans la capacité d’une banque « à emprunter à un taux inférieur à celui auquel elle peut espérer prêter. » C’est la prime de risque.

  • Merci bien, ça fait toujours du bien de rappeler ces petites bases de temps en temps, mais si c’est simplifié dans les calculs, mais une banque ça marche bien comme ça,
    je me suis souvent dit qu’il faudrait créer sa banque, comme être courtier au lieu d’investir en bourse.

  • OK mais quel est le but de cet article ???

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lawrence W. Reed.

La plupart des amoureux de la liberté et des marchés libres défendent la séparation de l'État (politique et politiciens) de beaucoup de choses - l'église, la famille, les affaires, l'éducation, etc. Peut-être que si la Constitution des États-Unis avait expressément interdit la création par le gouvernement fédéral d'une banque nationale, les Américains auraient été épargnés des méfaits sans fin de ses diverses itérations dans notre histoire.

Peut-être que si la création monétaire de la Réserve fédérale conti... Poursuivre la lecture

Par Jerry Barnett. Un article de Quillette

La récente décision d’OnlyFans, l’une des plus grandes marques de l’industrie adulte, d’arrêter de vendre des contenus sexuellement explicites a pris tout le monde par surprise. Les médias sociaux ont réagi avec amusement, de nombreuses personnes suggérant (à juste titre) que cela revenait à ce que KFC abandonne le poulet. OnlyFans a invoqué la pression exercée par Visa et Mastercard, le duopole effectif qui contrôle l’essentiel des paiements en ligne (American Express avait déjà interdit les ... Poursuivre la lecture

Par Joëlle Randriamiarana, Pascal Barneto, et Stéphane Ouvrard.

N26, Revolut, Monzo, MonaBanq, B for Bank, Compte-Nickel (devenu Nickel)… les fintech jouent un rôle de plus en plus important au sein du paysage bancaire français. Ces start-up de la finance disposent en effet d’un certain nombre d’atouts (culture d’internet, recentrage sur l’utilisateur, dynamisme commercial, absence de frais d’ouverture et de conditions de revenus, etc.).

Mais cet essor menace-t-il les banques traditionnelles ? Dans un article de recherche récent... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles