Une courte histoire de prix qui baissent

Si, en France, c’est le marasme, il n’en va pas partout pareil et on peut parfois s’accorder une note d’optimisme.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une courte histoire de prix qui baissent

Publié le 19 mars 2013
- A +

Et pendant que la France continue avec persévérance son chemin vers un socialisme plus pur et plus complet, le reste du monde, lui, a choisi de tester les voies du (vilain) capitalisme et des (méchantes) innovations technologiques qui remettent progressivement en cause les acquis tenus pour certains. Aujourd’hui, plutôt que m’appesantir sur le sort d’un pays de toute façon condamné à la décrépitude, j’ai décidé de partager avec vous quelques articles éclairant cette tendance réjouissante.

Avant de rentrer directement dans le vif du sujet, je suis tombé sur cet intéressant article de Business Insider qui a eu l’idée de rassembler quelques graphiques montrant la variation de prix, dans le temps, de différents biens et services, exprimés en once d’or.

Si cet exercice peut sembler relever d’un pur amusement mathématique puisqu’en pratique et de nos jours, il semble pour le moins délicat (si ce n’est impossible) d’acheter ou de vendre directement des biens et services en or, il n’en reste pas moins une illustration assez claire d’une part que la manie d’imprimer des petits billets (verts comme le dollar, en l’occurrence) ne crée pas de richesse au contraire de ce que semblent croire les keynésiens, et d’autre part, les courbes issues de l’exercice en question permettent de tempérer grandement l’affirmation maintes fois entendue que tout deviendrait plus cher (ma brave dame) et que le monde court à une perte certaine, ses ressources s’épuisant – ce que traduirait logiquement un prix qui grimpe, la pénurie approchant.

En pratique, si l’on prend deux biens relativement standard, l’essence et le café par exemple, on se rend compte qu’exprimés en grammes d’or, leur prix diminue. Cela tient tout autant à l’effondrement de la valeur du dollar qu’à la capacité accrue ou améliorée de produire ces deux substances.

gas and coffee in gold

Si l’on regarde l’énergie en général et l’électricité en particulier, exprimé en or, les prix décroissent là aussi :

electricity in gold

On m’objectera (à bon droit) que, compte-tenu de la variation des prix de l’or sur les 10 dernières années (l’once a plus que doublé dans cette période), l’écrasement vers le bas des prix exprimés en or démontre surtout la baisse du dollar. C’est en partie vrai, comme je l’ai dit plus haut, mais pas seulement. Lorsqu’on regarde les prix de la nourriture, en termes mondiaux (et donc, toute monnaie confondue), on retrouve cette même tendance à la baisse. En revanche, le cas du revenu moyen américain, lui, illustre exactement la dégringolade du dollar et la déconfiture du pays dans sa chute vers un socialisme de plus en plus assumé :

food and income in gold

Ces graphiques montrent à mon goût assez bien une idée importante : le prix, cet attribut de marché qui représente notamment la disponibilité d’un bien, exprimé avec un étalon régulièrement utilisé depuis plusieurs milliers d’années, a tendance a diminuer pour un grand nombre de produits dont on entend pourtant souvent qu’on va manquer ou qu’ils deviennent plus chers. Les manipulations actuelles sur les monnaies fiat rendent très délicates les comparaisons et les études de tendances de prix sur le long terme lorsqu’ils sont exprimés avec ces monnaies. Si tant est que le marché de l’or n’est pas lui-même complètement manipulé (ce qui semble de plus en plus douteux), les tendances globales à la baisse permettent d’estimer que, malgré tout, l’humanité croît, produit mieux, plus facilement et en plus grande quantité.

Bien évidemment, je pourrais me contenter de le dire, mais d’autres éléments s’accumulent, tous les jours, pour prouver cette affirmation. Chacun n’est pas, en soi, une révolution et ne constitue au mieux qu’une petite amélioration, une évolution vers une situation un peu meilleure. Mais pris dans leur ensemble, ces éléments brossent un tableau dont il est difficile de ne pas ignorer les accents optimistes.

Ainsi, jusqu’à récemment, la production de titane souffrait d’un défaut majeur : bien que métal abondant sur la surface de la Terre, son raffinage le rend coûteux, certes moins que l’or, mais bien plus que l’acier. Le titane est un métal qui, dans différentes industries, dans différents alliages ou pour différents usages, permet de réels gains de résistance, de légèreté, de résistance à la corrosion ou à l’érosion. C’est un métal biocompatible et dont les propriétés mécaniques sont communément utilisées pour des pièces fines et légères.

Cependant, et comme le dévoile un article de The Economist paru récemment, de nouveaux procédés de production sont en cours de développement qui permettront de diminuer de plusieurs ordres le coût du métal, dont on pourra multiplier les usages. Par une amélioration drastique des procédés de production et d’exploitation, c’est comme si l’humanité venait d’accéder d’un coup à une nouvelle source de métal fort pratique et peu coûteux. Mieux : ce qui est vrai pour le titane semble pouvoir se transposer au tantale ce qui ouvre la voie à des condensateurs bien moins chers et pourrait modifier de façon importante le marché de l’électronique dans lequel ce métal est notoirement utilisé.

On a parlé de produits et de biens, on peut aussi parler services. Et s’il y a un service pour lequel les gens sont prêts à payer des fortunes, c’est bien celui de la santé. Tous les ans, les comparaisons mondiales, depuis les plus pauvres des pays jusqu’aux pays industrialisés, montrent que des fortunes sont investies pour améliorer notre existence, diminuer, soigner, réparer, prévenir un nombre croissant de maladies.

depenses santé par habitants, 2008

Et tout comme les produits sont sujets à des améliorations constantes dans leur mode d’extraction, de production, de raffinage, de distribution ou de mise sur le marché, les services connaissent aussi, au niveau mondial, ce perfectionnement continu que chaque acteur s’emploie à appliquer pour augmenter son profit (eh oui, décidément, les vils capitalistes sont partout et œuvrent égoïstement, sans la moindre vergogne, à l’amélioration du sort de tous, les fourbes).

La santé n’échappe pas à la règle : non seulement, la médecine progresse tous les jours, mais elle est en passe de connaître une révolution fondamentale dans les prochaines années puisqu’IBM envisage par exemple d’assister les praticiens à l’aide de Watson.

IBM WatsonWatson, pour ceux qui ne le savent pas, c’est cette réalisation informatique, mélange d’une architecture matérielle puissante (des milliers de processeurs en parallèle) avec un ensemble de logiciels dédiés à la résolution de différentes tâches complexes qui permettent à l’ensemble de résoudre des problèmes exprimés de façon humaine, c’est à dire lacunaire, imprécise, fausse ou ambiguë. Watson s’était illustré en remportant haut la main le jeu Jeopardy il y a quelques années, jeu dans lequel il s’agit de trouver le sujet répondant à une définition, généralement alambiquée, éventuellement pleine de jeux de mots ou d’ellipses volontairement humoristiques ou confuses.

Les ingénieurs d’IBM, après le succès de leur création dans ce jeu éminemment humain, ont entrepris de modifier et spécialiser les bases de données et référentiels de Watson dans le domaine de la santé, afin d’en faire un outil de diagnostic puissant et précis. Le service proposé par Watson serait ensuite accessible via téléphone mobile, et relativement simple d’emploi pour le praticien désirant un avis sur un ensemble de symptômes rencontrés.

Si les performances de Watson sont aussi bonnes que lors du Jeopardy (et tout indique qu’elles seront certainement excellentes, cet ordinateur n’oubliant aucun cas, aucune étude médicale, aucune interaction médicamenteuse), on peut s’attendre à la diminution drastique des coût d’un service (celui du diagnostic médical), auparavant fort coûteux car réservé à un ensemble d’individus restreint, à la formation longue, complexe, et dont le prix nécessite des investissement (financiers, temps, travail) importants.

Cela va plus loin : chaque ajustement qui permet d’économiser, chaque évolution qui évite une dépense, reporté sur des millions, des milliards d’individus, sur des milliers de dollars par tête de pipe, se traduit mécaniquement par des sommes colossales qui sont redirigées vers d’autres secteurs. La diminution des sommes consacrées à la santé se traduira par une augmentation sur une multitude d’autres secteurs que je laisse à l’imagination de chacun.

Pessimistes de tous pays, il va falloir vous faire une raison : la décroissance n’est pas pour demain. Et pire encore : c’est la faute au capitalisme.

Place St Pierre, Rome : 8 ans d'innovations
—-
Sur le web

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • J’adore la derniere image 😉

  • Genial !
    J’adore watson et la photo. Finalement tout n’est pas foutu.

  • On peut parier (si on trouve une contrepartie) que notre modèle (a)social français avec l’aide de ses bureaucrates si coûteux et de ses corporations retardera pendant des années l’utilisation de Dr Watson en France.

  • Je trouve la dernière image très attristante. L’innovation consiste-t-elle à faire oublier à l’homme qu’il peut voir sans photographier, penser sans internet, mémoriser sans wikipedia ? Watson sait résoudre des énigmes, mais le diagnostic est-il circonscrit à une énigme, et si oui, qui l’a posée ?

    • En quoi le fait de photographier vous empêche de voir ? En quoi le fait d’utiliser internet vous empêche de penser ? D’ailleurs, en quoi le fait d’avoir une voiture vous interdit de faire du vélo ou de trotter avec des chaussures de sport, la langue pendante et la truffe au vent ?

      En rien du tout. Après, on peut se la jouer philosophe de comptoir et bougonner sur le mode « C’était mieux avant ».

      • Ca, c’est de la théorie. Oui, je remercie le capitalisme des innovations dont j’apprécie la puissance en tant qu’outils : être connecté multiplie ma capacité de raisonnement, titille mon esprit critique, supplée aux limites de ma mémoire. Mais je suis une anomalie, à ce que je constate autour de moi. Il devient impossible de retirer les innovations des griffes du crony capitalism (comparez donc les résultats d’un moteur de recherche sur une question technique ou scientifique maintenant et à leurs débuts), il est impossible de faire admettre que ce qui n’a pas été télévisé ou photographié existe ou a existé, que Wikipedia peut raconter des bêtises, que les individus peuvent faire des choix seuls plutôt qu’en suivant les conseils optimisés par des logiciels écrits on ne sait par qui ni en fonction de quels critères. Enfin, si j’ai bien ma petite idée, les critères sont principalement la satisfaction du plus grand nombre et du politiquement correct (à mon avis, hein !).

        Je vous rassure, je trottine souvent la truffe au vent, c’est comme ça que j’ai toujours le mieux avancé dans mes réflexions, j’utilise largement les innovations et je ne trouve pas du tout que pour moi « c’était mieux avant », mais oui que les gens étaient d’un commerce plus agréable quand ils n’avaient pas le mobile pour leur monopoliser l’oreille, la tablette le regard, ou la paresse assistée par ordinateur le cerveau.

        • « les gens étaient d’un commerce plus agréable quand ils n’avaient pas le mobile pour leur monopoliser l’oreille »

          Ca, c’est un problème d’éducation et de savoir-vivre, de coups de pied au derche qui se sont perdus un jour dans leur jeunesse, mais ça n’a rien à voir avec le « progrès », la « technologie » ou que sais-je.

    • Ce que les yeux ne peuvent pas voir, l’APN ne fera pas mieux. Par contre une belle lumière d’un coucher de soleil sort mieux avec l’APN qu’avec les yeux. Et puis de toute façon on voit ce que l’on veut car on peut toujours fermer les yeux ou tourner la tête.

  • « J’adore la derniere image  »
    Tu parles d’un progrès…..

  • Tous ces progrès sont admirables mais comme vous dites dans la premiere partie, c’est seulement lorsque l’on regarde le prix des produits en or que l’on detecte une baisse généralisée.

    Pour que les gens en profitent, il faudrait d’une manière ou d’une autre s’assurer que la quantité de monnaie reste constante. Sinon, c’est l’Etat qui profite, et la population qui s’appauvrit, comme en ce moment.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une centaine de services d'urgences sont en danger de fermeture cet été. Emmanuel Macron a annoncé le lancement d'une mission flash. En réponse à Gabriel Attal qui défendait les mesures déjà exposées par Brigitte Bourguignon, Jordan Bardella a répondu « Il faut arrêter de gérer l'hôpital comme on gère une entreprise ». C’est une erreur fréquente de croire que l’hôpital français est géré comme une entreprise, sous entendu « privée ».

À la base de l’entreprise privée il y a l’entrepreneur, son audace, sa créativité et son adaptabilité. I... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer

« L’humain d’abord » – le slogan est connu. C’était celui de Jean-Luc Mélenchon pour les élections présidentielles de 2012, alors qu’il se présentait sous la bannière du Front de Gauche. Mais c’est aussi le magnifique objectif affiché de tous les gouvernements inspirés du marxisme-léninisme depuis la révolution d’Octobre 1917. De la Russie à Cuba, en passant par le Cambodge ou le Venezuela, les faits se sont chargés d’en démontrer la parfaite inanité, voire la criminelle fausseté. Mais certaines légendes ont la vi... Poursuivre la lecture

programme Marine Le Pen
0
Sauvegarder cet article

J’ai analysé les programmes santé d'Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

Lequel propose les solutions les plus crédibles pour restaurer le système de soins qui a reculé à la 24e place ?

Dans sa Lettre aux Français du 3 mars, le candidat Macron écrivait vouloir "préserver et même améliorer ce modèle social auquel nous tenons tant et qui a fait ses preuves. Davantage de solidarité entre les générations, de préventions, de démocratie sanitaire, telles sont ses orientations.

Comment ferait-il après sa réélection ? L’histoire res... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles