10 900 milliards d’emprunts en 2013 pour les membres de l’OCDE

Les besoins d’emprunt bruts des administrations publiques des pays de l’OCDE devraient s‘accroître aux alentours de 10 900 milliards de dollars en 2013. Le déficit reviendrait à 4,6 % du PIB et la dette atteindrait 111,4 % du PIB.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Contrepoints Logo (Tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

10 900 milliards d’emprunts en 2013 pour les membres de l’OCDE

Publié le 28 février 2013
- A +

Les besoins d’emprunt bruts des administrations publiques des pays de l’OCDE devraient s‘accroître aux alentours de 10 900 milliards de dollars en 2013. Le déficit reviendrait à 4,6 % du PIB et la dette atteindrait 111,4 % du PIB.

Les besoins d’emprunt bruts des administrations publiques des pays de l’OCDE devraient s‘accroître aux alentours de 10 900 milliards de dollars en 2013, contre 10 800 milliards de dollars de 2012, d’après un nouveau rapport de l’OCDE.

Le déficit des administrations publiques pour l’ensemble de la zone OCDE a atteint, selon les estimations, 5,5 % du PIB en 2012, soit l’équivalent de près de 2 600 milliards de dollars. Il devrait revenir à 4,6 % du PIB en 2013, soit l’équivalent de près de 2 300 milliards de dollars.

La dette des administrations publiques devrait se situer à 111,4% du PIB en 2013.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hourra, nous n’allons plus payer la redevance télé !

Génial : 138 euros de plus par an, cela va considérablement augmenter le pouvoir d’achat des Français en cette période d’inflation. À titre de comparaison, l’effet de l’inflation sur un salaire médian en France, c’est 1323 euros de pertes annuelles (un mois de SMIC), mais ce calcul ne frappe que le salaire, aucunement les pertes de valeur de l’épargne et des liquidités.

Mais cessons de nous plaindre ! Enfin un pas qui va dans le bon sens : la diminution de la pression fiscale ... Poursuivre la lecture

Le 20 mai dernier, Élisabeth Borne nommait son premier gouvernement. Le second gouvernement Borne, nommé dans la foulée des résultats des élections législatives de mi-juin, s’est révélé n’être en fait qu’un remaniement, sanctionnant les ministres défaits, en difficultés politiques ou nommés à d’autres fonctions. Aussi, les décrets d’attribution des ministères pris le 1er juin 2022 et 8 juin 2022 restent-ils en vigueur. Car les décrets d’attribution des ministres en disent plus sur la politique qui va être menée par le président de la Républiq... Poursuivre la lecture

Je reprends ce que je disais il y a quelques articles à propos de l’inflation qu’on voit repartir gaillardement à la hausse aujourd’hui : s’il ne s’agissait que d’un contretemps purement conjoncturel, résultant uniquement des goulots d’étranglement qui se sont formés dans la chaîne de l’offre consécutivement au redémarrage brutal des activités après la pandémie de covid et maintenant du fait de la guerre russe en Ukraine et des confinements en Chine, les banques centrales n’auraient nullement besoin de s’en préoccuper.

Or elles s’en pr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles