L’homme, menace pour l’environnement ?

Pour protéger l’environnement, prenons les mesures qui fonctionnent, pas les folies liberticides de certains écologistes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’homme, menace pour l’environnement ?

Publié le 16 février 2013
- A +

Pour protéger l’environnement, prenons les mesures qui fonctionnent, pas les folies liberticides de certains écologistes.

Par Boris Navio.

Cher être humain, toi qui a une conscience aigüe de ta condition de parasite, toi qui tue lentement ta mère Gaïa pour ton petit confort, toi qui a honte de prendre ta voiture pour aller faire tes courses (et je ne parle même pas d’utiliser un sac plastique, malheureux !), toi qui a peur du jour pas si lointain où Mère Nature te fera payer tes fautes en reprenant ta misérable vie, c’est à toi que je m’adresse.

Tout comme toi je suis impressionné par les démonstrations des écologistes. Comme toi j’aime la nature, et comme toi j’ai envie de laisser à mes enfants une planète agréable à vivre. Et je le dis franchement : si les écologistes ont raison sur l’état de notre planète, et surtout sur ses causes, alors leurs solutions méritent d’être écoutées attentivement. Car si le développement du capitalisme débouche inévitablement sur des dégradations environnementales irréversibles, sur un réchauffement climatique incontrôlable aux conséquences funestes, alors il faut d’urgence changer de système de développement, cesser de mettre au monde d’innocents bambins qui hériteront d’un désert en guise de planète. Oui, moi aussi j’ai vu Avatar, Wall-e, 2012, Le Jour d’Après, Le Syndrome du Titanic, et les émissions de Nicolas Hulot. Certes je frise l’overdose d’écologie, mais si nos crimes contre la nature sont ceux qu’on nous décrit, alors on ne parlera jamais assez de la planète.

Allons, revenons quelques instants sur Terre, si j’ose dire, et regardons un peu ce qui cloche dans le procès que l’Homme fait à l’Homme.

Pour commencer, les alarmistes ont tendance à grossir le trait, parce que pour un média le sensationnel est plus vendeur, et que dans la masse des experts les plus alarmistes sont assurés de devenir les plus médiatiques. Une course au catastrophisme s’est donc engagée depuis des années, et elle s’autoentretient : plus on fait croire que la situation est grave et plus le sujet passionne. Plus le sujet passionne et plus le public est réceptif au discours alarmiste. Et ainsi de suite, jusqu’à la situation de délire écologique que nous vivons désormais. Mais il ne faudrait surtout pas en rire, lorsque nous en sommes au point où les exaltés font la pluie et le beau temps au niveau mondial, comme le GIEC, qui rougit à peine en reconnaissant avoir falsifié et manipulé des résultats d’études : on a alors entendu dire en guise d’excuses que la fin justifiait les moyens… Beaucoup veulent en finir définitivement avec le débat scientifique contradictoire sur le réchauffement de la planète pour enfin avoir les mains libres sur le champ politique.

Ensuite il est ridicule de blâmer le capitalisme et le marché libre. De fait, ni l’un ni l’autre n’ont de volonté propre. D’ailleurs le marché libre n’est pas une réunion d’industriels sans foi ni loi qui complotent pour faire toujours plus de profits. Le marché libre a autant d’acteurs que d’êtres humains, et les conséquences de notre capitalisme industriel et financier ne sont que les conséquences de la volonté ajoutée d’une partie plus ou moins grande des consommateurs. Les écologistes sont bien plus inspirés lorsqu’ils éduquent à la consommation responsable, car la consommation responsable est un projet réaliste, pour peu qu’on n’en attende pas une révolution du jour au lendemain. Cependant si une majorité de la population s’accorde sur le besoin de protection environnementale, le marché y répondra, comme il le fait déjà de manière croissante : sacs réutilisables, aliments bio, voitures propres, tourisme vert, etc. N’oublions pas que le respect des droits de propriété est la meilleure garantie contre la pollution. Si les lois étaient telles que les pollueurs devaient réellement payer pour leurs actes, ils se soucieraient bien plus d’écologie !

Enfin ceux qui calculent combien il faudra de planètes à nos petits enfants pour maintenir notre niveau de consommation perdent leur temps, car ils oublient une donnée fondamentale : le progrès technique, l’innovation. Voiture hybride, panneaux solaires, ou peut-être nouvelle source d’énergie grâce à l’hydrogène si le projet ITER réussit, ces innovations existent déjà, mais personne ne peut imaginer ce que l’être humain et son inventivité incroyable mettront au point dans le futur. Et sans le savoir il serait aberrant d’hypothéquer la prospérité économique du monde entier, car c’est bien le déclin qui nous menace si jamais les écologistes les plus exaltés prenaient le pouvoir demain.

Cher être humain, il ne tient qu’à toi de na pas être une menace pour la nature dont tu fais partie au même titre que les plantes ou les ours polaires. Tu peux avoir foi en l’Homme pour préserver son environnement, il n’est aucun défi qu’il n’a su relever quand il l’a voulu et qu’on l’a laissé libre et responsable de ses actes.

—-

Le capitalisme détruit-il l’environnement ?

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Voilà une approche respectable, le problème c’est que la raison et la modération em.. ennuient tout le monde, et je suis bien placé pour le savoir.

  • Cher être humain, toi qui sors de terre tes ancêtres, toi qui pollues hors-sol ce dont te fait tenir debout et qui vote pour ces misèrables qui te demandent de retourner d’où tu viens, tu dois respecter ce monde hors-sol qui ne t’appartient pas et appartient à… à qui au fait ? A qui appartient le droit de vivre et de devoir sortir de terre ce que tu consommes ?
    La Terre c’est sale ! Pas toucher ! Caca ! Tu manges des tomates qui poussent dans du fumier ! Des animaux qui bouffent des vers de terre !
    Tu ne parleras pas des
    http://huemaurice7.blogspot.fr/2009/12/16-porte-containers-polluent-plus-que.html
    ni du pétrole abiotique
    http://huemaurice5.blogspot.fr/2012/11/si-demain-le-petrole-abiotique-devenait.html
    ni de l’arnaque gouvernementalo/banquière
    http://huemaurice5.blogspot.fr/2012/06/reveillez-vous.html

  • Remarquons toutefois qu’un facteur décisif est la croissance démographique débridée.

    Quand une oasis peut désaltérer 400 personnes et leurs troupeaux, elle n’est plus que lieu de disette si la population passe à 3.000 … Bizarre que personne n’évoque la nécessité d’agir en parallèle sur les vaccinations et les poses de stérilets …

    • L’angle démographique n’est pas, ne peut pas être LA solution unique !
      Auquel cas on dit à l’Afrique de crever tout de suite !
      Les moyens technologiques actuels et encore mieux ceux de demain, sauront nous fermer bien d’autres « GAP » démographiques !
      Si nous devions vivre de chasse et de cueillette avec 7 milliards d’individus …. Ce serait peine perdue ! C’est pourquoi l’humain a inventé l’agriculture ….

  • Le premier geste écologique à faire en France,toutes affaires cessantes, c’est de faire taire, les Duflot, Batho, Placé, Joly et autres « personnes » de cet acabit!

  • Un article intéressant, dont le début semble prometteur. Mais il faudrait approfondir vos arguments.

    A la problématique centrale « L’homme, menace pour l’environnement ? ». On peut facilement répondre oui sur quelques exemples rapides.
    La pêche à la dynamite, les CFC, les armes bactériologiques, les insecticides organochlorés. Sont à mon avis les quelques exemples de menaces concrètes.
    Où il faut le reconnaître, l’interventionnisme à eu raison d’intervenir. Sans quoi les seules vertus, de la loi du marché n’auraient pu mettre fin à ces dangereuses pratiques humaines.
    Maintenant tout n’est pas toujours bon dans les projets de « l’écologie politique ». Bien que « l’écologie de combat » n’a pas grand chose à revendiquer dans l’arrêt de ces seuls exemples. Il faut reconnaître qu’une humanité de 7 milliards d’individus a obligatoirement plus d’empreinte que celle du paléolithique.
    Toujours est-il que lorsque vous dites :
    « Cependant si une majorité de la population s’accorde sur le besoin de protection environnementale, le marché y répondra, comme il le fait déjà de manière croissante : sacs réutilisables, ALIMENTS BIO, voitures propres, tourisme vert, etc. »

    – Les sacs réutilisables, oui c’est un mieux écologique. Dans certains cas le sac bio-dégradable serait encore mieux.

    – La voiture propre …. Vous voulez parler des futures voitures ? Parce que pour le moment …. Je ne connais pas de solution parfaitement « propre ».

    Quand à « l’alimentation BIO » ? Là on est bien dans la supercherie de la communication des « écolos de combat » !
    Comment l’agriculture BIO pourrait être plus respectueuse de l’environnement ?
    Produire du blé panifiable en biologique, est un challenge agronomique, alors pour atteindre le niveau de la viennoiserie, c’est de la science fiction !
    Les standards qualitatifs actuels sont à revoir, si l’on doit produire tout notre blé en BIO.
    Passons aux volumes produits, combien de gens ont en tête les rapports ONUsiens qui sous-tendent que « oui on pourrait nourrir la planète en BIO » ?
    Seulement il y a encore de gros écueils !
    Pour produire des rendements respectables en BIO, il faut avoir recours à la fertilisation d’origine animale et des rotations culturales de 7 ans.
    Ce qui veut dire concrètement, que là où le méchant céréalier conventionnel va produire X quintaux chaque année. L’agri-BIO ne produira qu’une fraction proche de X tous les 7 ans.
    Pour arriver à des rendements comparables au conventionnel en BIO. Il faut un stock de fumier, donc il vous faut des prairies et des surfaces d’alimentation pour les animaux. Pour optimiser tout ça on introduit généralement des plantes qui produisent de l’azote (luzerne, pois, fèveroles) qui en plus seront données aux animaux.

    Seulement avec les 6 années préalables à la production de céréales. On réduit la productivité de chaque hectares par 5 !!!! Au minimum !!!! Et on peut aussi multiplier par 3 le cheptel bovin de notre seul pays pour remplacer la fertilisation minérale par du fumier !!!!!

    Donc si l’humanité doit se nourrir essentiellement en BIO. Il faut à l’heure actuelle multiplier par 3 au minimum les surfaces consacrées à la production agricole, pour simplement maintenir les volumes !!!
    (Toutes les surface agricoles de la planète ne sont pas exploitées à leur maximum, d’où le facteur 3 seulement)

    Mais comme l’on sait déjà qu’il faudra TRIPLER la production de céréales dans les 30 ans à venir ….. Dites au revoir à la majeure partie des forêts !!!!
    Pour faire de la protection de « l’environnement » on pourrait rêver mieux !

    Ce à quoi les gentilles ONG écolos répondent, limites des gaspillages, consommer différemment (« rationnement » serait plus honnête). Certains comme Yves Cochet n’y vont pas par quatre chemins et parlent carrément de décroissance démographique !
    Ce qui est plus honnête sur les vrais objectifs des l’écologie de « combat » : l’idéologie malthusienne !
    Quand on a fait ce constat on comprend mieux le harcèlement continu exercé par l’écologie politique sur le nucléaire (l’énergie bon-marché) et l’agriculture conventionnelle (l’alimentation bon-marché), ces éléments étant de sérieux facteurs expansionnistes de la démographie …..

    • « Mais comme l’on sait déjà qu’il faudra TRIPLER la production de céréales dans les 30 ans à venir ….. Dites au revoir à la majeure partie des forêts !!!! »

      Il suffit de se mettre au low carb. 🙂

      • Ou développer sérieusement les biotechnologies, stocker les eaux de ruissellement l’hivers, augmenter les capacités de stockage de céréales, améliorer, adapter, vulgariser les techniques de semis-direct, supprimer les règles dites « d’orientation » des cultures pour coller au marché, être plus rationnels dans les homologations de produits de traitement …. si l’agriculture est plus productive c’est toute la société qui en profite !

  • A la base il faudrait rappeler que l’écologie est une « science ». La science c’est basé sur l’observation des « faits ». L’écologie politique elle ne s’encombre pas des « faits », ni de la science d’ailleurs. Seule la « cause » compte ….

  • bonjour
    je me suis permis de prendre la photo de terre MERE GAÏA pour mon etablissement situé à la reunion pour que les gens qui y passe prennent conscience de la déterioration de notre planéte , et en dessous j’y et noté : ne prenez pas la terre pour une poubelle mais plutôt comme notre mére et notre oxygéne

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Rainer Zitelmann. Un article de la Foundation of Economic Education.

L'un des arguments les plus fréquemment avancés contre le capitalisme est qu'il est le principal moteur de la pollution environnementale et du changement climatique.

Mais si l'on compare le classement des pays les plus performants en matière d'environnement établi par l'université de Yale avec l'indice de liberté économique de l'Heritage Foundation, une corrélation très différente apparaît.

Le classement de performance environnementale

Depuis plus de... Poursuivre la lecture

Par André Heitz.

À Marseille, le Congrès de l’UICN a adopté une motion, « Vers l’élaboration d’une politique de l’UICN sur la biologie de synthèse en rapport avec la conservation de la nature » qui, faute d’accord sur le fond, balaie le travail accompli précédemment.

#IUCNcongress #Resolution075 passed. Thus, @IUCN commits to an inclusive process, using approaches of participatory #technologyassessment in order to collect open questions on #GMO & #genedrives which will feed into a draft policy on #synthe... Poursuivre la lecture

entrepreneur
0
Sauvegarder cet article

Par Max Falque.

« Un entrepreneur environnemental est une personne qui trouve des moyens pertinents et novateurs afin de transformer les problèmes environnementaux en atouts, en recourant aux droits de propriété et au marché. » Laura Huggins, PERC, 2013

Une conférence internationale et un ouvrage

Si la protection et la gestion de l’environnement sont des objectifs partagés par tous, les moyens à mettre en œuvre font, en revanche, l’objet de points de vue divergents. En France le rôle de la puissance publique est capital, via la ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles