Oui au tourisme médical !

Et si le tourisme médical était la solution pour concilier qualité et rapidité des soins avec accessibilité et universalité ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
tourisme médical

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Oui au tourisme médical !

Publié le 13 février 2013
- A +

Et si le tourisme médical était la solution pour concilier qualité et rapidité des soins avec accessibilité et universalité ?

Par Nathalie Elgrably-Lévy, depuis Montréal, Québec.

Le cas de la Koweïtienne qui a subi une opération au CUSM moyennant 200.000$ a provoqué une onde de choc. Beaucoup de Québécois sont scandalisés, le ministre de la Santé affirme que c’est inacceptable et la Protectrice du citoyen déclenche une enquête. Tout cet émoi parce qu’il serait injuste de soigner une étrangère alors que le système de santé est incapable de répondre à la demande des Québécois. Ce raisonnement est non seulement populiste, mais simpliste et réducteur. On focalise sur les soins prodigués à une étrangère, mais on oublie de considérer que pareille procédure procure à l’hôpital des fonds qu’il n’aurait jamais obtenus autrement.

Supposons que les soins dispensés aient généré un profit de 100.000$. Cet argent pourrait servir, par exemple, à payer le salaire annuel de deux infirmières ou de trois préposés aux bénéficiaires, ou encore à acheter trois appareils de dialyse. Il suffirait de l’équivalent de deux patientes koweïtiennes pour permettre l’acquisition d’un appareil pour radiographie conventionnelle. Avec douze patientes, l’hôpital pourrait acheter une machine IRM. Est-il donc vraiment scandaleux de soigner des étrangers si cela permet d’offrir de meilleurs soins aux Québécois et de réduire les listes d’attente ?

Notre système de santé coûte 31,3 milliards par année, soit 3886$ par habitant ou 7759$ par travailleur. Malgré tout, ses ratés importants sont source d’inquiétude et de frustrations pour les malades, et il faut s’attendre à devoir y injecter encore plus de fonds pour le maintenir à flot. Pensons-y bien : exiger un prix élevé pour soigner un étranger, c’est financer notre système de santé avec son argent. C’est tout simplement refiler aux étrangers la facture pour les soins que nous recevons. Et si le tourisme médical était la solution pour concilier qualité et rapidité des soins avec accessibilité et universalité ?

Le ministre de la Santé, le Dr. Hébert, refuse toutefois d’envisager cette avenue qu’il qualifie d’«inacceptable». Et attendre 18 heures à l’urgence, est-ce acceptable ? Attendre un an pour un examen IRM et six mois pour rencontrer un spécialiste, est-ce acceptable ? Permettre à un cancer traitable de dégénérer en un cancer incurable, est-ce acceptable ?

Le système de santé britannique a inspiré le système canadien. Ce qui s’y passe maintenant permet d’imaginer ce qui nous attend dans l’avenir si nous restons sur la même trajectoire. Par exemple, pour économiser, il est maintenant de notoriété publique que le régime britannique prive chaque année 60 000 patients de soins et de toute forme de nourriture pour les laisser mourir et ce, sans leur accord ni celui de leurs familles. Aujourd’hui, même les nouveaux-nés n’échappent pas à cette pratique lorsqu’ils présentent de graves problèmes de santé.

Et que dire du ministre japonais qui a récemment déclaré que les personnes âgées devraient se dépêcher de mourir pour épargner à l’État les coûts de leurs soins médicaux ?

Il faut s’assurer que ce genre d’abominations ne se produise jamais chez nous. Il faut empêcher notre système de santé de devenir un tueur en série. Si le tourisme médical peut nous éviter des dérapages immoraux, s’il peut nous protéger contre l’institutionnalisation du crime comme cela semble être le cas en Angleterre ou au Japon, pourquoi s’y opposer ? En espérant qu’il ne soit pas déjà trop tard !


Sur le web.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • J’ai été interloqué par l’article en pensant que c’était du pur racisme qui n’était pas d’accord qu’on soigne les étrangers.
    J’ai fait des recherches et ce que ne dit pas l’article c’est que la Koweitienne a payé surtout pour couper la file d’attente. J’imagine que c’est plutôt sur ça que porte l’article: est-ce qu’il faudrait que les places en file d’attente soit mises au enchères?
    L’article aurait du plus mettre ça en avant vu que la plupart des lecteurs n’en n’ont pas forcément entendu parler ailleurs.

    L’article fait des arguments intéressants mais ça ne marche que si le problème est une question de moyens (il n’y a pas assez de médecins, pas assez d’équipements, de lits etc) où là l’article est légitime.

    Par contre pour les ressources en nombre limité (organes notamment mais aussi dans une moindre mesure médecins compétents (parce que si la demande augmente et que le salaire augmente il y aura effectivement plus de médecins compétents mais à long terme vu qu’il faut des études longues)) la question se pose plus sérieusement et je dois avouer que je n’arrive à me faire un avis net.

  • Au Québec la médecine est un secteur très fermé, l’offre de médecin est contrôlée par les ordres professionnel. Si vous êtes étranger oubliez la possibilité de pratiquer tout de suite, selon leur standard même un médecin de la France ne peut pas pratiquer sans refaire des cours et se plier à ue interminable bureaucratie. Les immigrants dans cette province, que ce soit en médecine, ingénérie ne peuvent quasiment rien faire d’autre que chauffeur de taxi.

    Si ma mémoire est bonne, 65% quittent pour une autre province dans les 5 premières années.

    Cette province est foutue.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP Meyer.

Je découvre l’ATIH ou Agence technique de l’information sur l’hospitalisation. Rattachée au ministère de la Santé et à la Sécurité sociale, elle a pour mission de gérer la nomenclature des maladies et des actes médicaux et de livrer ensuite une analyse fine de l’activité hospitalière en France. Pandémie oblige, son rapport 2020 publié récemment comporte un volet spécial sur les hospitalisations liées au Covid-19.

Le rapport de l'Agence technique de l’information sur l’hospitalisation

Amis lecteurs, accroch... Poursuivre la lecture

démission soignants
0
Sauvegarder cet article

Par Bernard Kron.

Les démissions et le blues des blouses blanches ne datent pas de la pandémie.

Cette situation décrite dans le livre Blouses Blanches colère noire paru cette année connaît cependant son acmé avec la covid.

Non seulement les personnels sont surchargés avec la pénurie de soignants mais ils sont aussi épuisés par la surcharge administrative et les exigences sanitaires de la covid. Les tracasseries, les rappels d'urgence les jours de repos compte tenu de la pénurie des personnels multiplient les démissions e... Poursuivre la lecture

Par Bernard Kron.

La pandémie covid-19 et le plan blanc qui en a découlé ont profondément affecté l’activité chirurgicale en France depuis février 2020. Cette situation décrite dans Blouses Blanches colère noire reste préoccupante. En effet, près de 90 % des interventions chirurgicales jugées non urgentes, ainsi que les interventions lourdes réclamant un séjour postopératoire en réanimation, ont été déprogrammées.

Seules les opérations pour urgence vitale ou représentant la seule alternative thérapeutique pour des pathologies gr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles