Sécurité routière : légaliser l’interdit

Une nouvelle ligne politique de sécurité routière : les pilotes de scooter mourront désormais en toute légalité.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
scooter_accidenté

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sécurité routière : légaliser l’interdit

Publié le 7 février 2013
- A +

Une nouvelle ligne politique de sécurité routière : les pilotes de scooter mourront désormais en toute légalité.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Probablement vous souvenez-vous de ce passage du Petit Prince de Saint-Exupéry dans lequel le monarque d’un monde factice ordonne au Petit Prince de faire… ce qu’il veut. Allégorie de ces hommes de pouvoir qui n’en sont pas et qui, pour donner l’impression de diriger le monde ne font qu’entériner les actes, mêmes désordonnés, de leurs sujets. Nous vivons une époque qui quotidiennement illustre ce principe de faiblesse. Mais ce n’est pas de l’ouverture de salles de shoot, illustration paroxysmale du principe, que je souhaite vous entretenir, mais de… sécurité routière !

Légalisation de la circulation inter-files

Dans son rapport de 154 pages, le préfet Régis Guyot, responsable du groupe de travail sur la sécurité des deux roues dépendant du ministère de l’Intérieur, visant à améliorer la sécurité routière des deux roues, fait un amer constat : 86% des 537 accidents de motos dénombrés en moyenne chaque année en Île-de-France entre 2005 et 2011 concernaient des situations d’inter-files (circulation des motards entre les files de voitures). Sur la même période,  cette pratique a représenté, en Île-de-France, 79,46%  des blessés hospitalisés et 89,43% des blessés légers (sachant que l’IDF regroupe 22,45%  de la totalité des motards blessés hospitalisés et 51,66% des motards légèrement blessés à l’échelon national). Des chiffres terribles.

Que préconise le préfet ? Légaliser la pratique ! « Cette circulation inter-files, en progression constante dans les grandes aires urbaines, est aujourd’hui tolérée de fait. Il paraît peu réaliste, politiquement, psychologiquement et pratiquement, de revenir en arrière, mais il n’est pas plus envisageable de rester durablement dans cette situation juridiquement confuse », souligne le préfet Guyot dans son rapport. « Il paraît possible, et même préférable, de la reconnaître, l’encadrer et l’enseigner.»

Autrement dit, puisqu’on ne peut pas ou qu’on ne veut pas les empêcher de se tuer, au moins, qu’ils meurent « légalement » !

Quelques conditions pour se donner bonne conscience

Hors agglomération, le préfet propose donc d’autoriser la circulation inter-files sur les routes départementales à double sens, et « sans séparation centrale à configuration autoroutière ». En agglomération, la pratique serait autorisée « dans une situation d’arrêt des files de véhicules ou de circulation au pas », c’est-à-dire au feu de signalisation ou en cas de bouchon. Dans ce cas, la vitesse autorisée ne devrait pas excéder 30 ou 40 km/h.

Seuls les scooters et motos de plus de 125 cm3 à 2 ou 3 roues, ainsi que les scooters  à 3 roues y seraient autorisés. La pratique resterait donc interdite aux vélos et aux cyclomoteurs.

Quelques éléments de sécurité passive, tout de même…

Histoire de ne pas s’arrêter à un tel aveu de faiblesse et parce que deux précautions valent mieux qu’une, le rapport préconise aussi le renforcement de la sécurité des conducteurs et passagers de deux-roues, quelle que soit la catégorie de cylindrée. Il s’agirait par exemple d’imposer le port des gants à moto, puis « d’inciter au port systématique des équipements de protection » (blouson, protections dorsale et lombaire, gilet airbag, chaussures montantes) ou encore d’imposer aux sociétés de moto-taxis la fourniture à leurs clients d’un équipement de protection individuelle offrant une protection adaptée à leurs trajets (casque intégral, gants, blouson, veste ou gilet de protections dorsale et lombaire).

Automobilistes, à vos porte-monnaies !

Inutile de vous dire que les motards, du moins ceux qui utilisent quotidiennement leur deux roues et font du gymkhana entre les voitures applaudissent des deux mains ! La mise en place de files réservées ? Trop cher, mieux vaut laisser le risque comme il est et  le légaliser, cela permettra désormais de faire peser l’intégralité des coûts sur l’assurance de l’automobile qui, dès lors que la circulation inter-files est autorisée se trouve de facto systématiquement en tort lorsqu’elle shoote un deux roues ou ne lui laisse pas la place nécessaire pour circuler… Cela entraînera une augmentation des prestations d’assurance et… devinez, une augmentation des primes d’assurance pour les automobilistes !

Je rêve du jour où le préfet Guyot, poursuivant sa logique implacable reconnaîtra que malgré vingt années de répression, les Français, incorrigibles, continuent à ne pas respecter les limitations administratives de vitesse et proposera de légaliser les excès de vitesse… Évidemment, dans un cas l’État économise, dans l’autre il se crée un manque à gagner, alors…


Sur le web.

Voir les commentaires (35)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (35)
  • Holà, holà, l’auteur ! Utilisez un peu vos neurones ! 100% des deux roues circulent entre les files il est imparable que les accidents est lieu là.
    À titre indicatif j’ai 40 ans de motos, 0 accident inter files mais deux graves en files, la voiture derrière moi avait oubliée de freiner, cool non ?

  • Il faut se calmer ! on est sur un site qui promeut les libertés !!!
    Si il faut le légaliser car c’est une pratique qui existe et qui n’est pas plus dangereux que de rouler sur la route si elle est fait prudemment.
    En la légalisant, on apprendra aux motards à le faire de façon calme. et aux automobilistes à faire attention ! C’est à dire, mettre son clignotant et tourner la tête pour regarder l’angle mort quand on change de file, chose que les automobilistes sont déjà censé le faire !

    • Le gouvernement ne fait déjà qu’entériner l’anarchie qui règne dans ce pays, qu’il protège au moins ces cons de motards d’eux-même ! D’ailleurs, c’est la moto qu’il faudrait interdire, c’est bien trop casse-gueule (sans parler des funambules, encore plus cons !).

  • Alors là, je dois avouer que je suis très surpris de ce billet sur un site comme Contrepoints… Pour une fois que le législateur agit dans le sens d’une plus grande liberté individuelle adossée à une responsabilisation de ceux qui l’exercent, je ne vois vraiment pas matière à le critiquer.

    En tant que conducteur de scooter je passe mon temps à remonter les files mais en faisant très très attention car je sais que c’est dangereux. Que le législateur m’autorise officiellement à exercer mon libre arbitre d’adulte tout en protégeant les gamins (cf l’interdiction pour les 49 cc) est au contraire une excellente nouvelle.

    Il manque certes la mesure qui consisterait à autoriser les 2 roues à emprunter les voies de bus, mais à part ça…

  • je n’ai pas de moto. Mais j’ignorais que c’était interdit.
    c’est spontanément qu’on se resserre un peu pour laisser passer les motos.
    par contre le dernier paragraphe m’intrigue.
    qui sera en tort en cas de collision? le motard a le droit d’être en interfile, l’automobiliste a le droit d’être sur sa file… et donc?

    • Si il y a collision il y a forcement changement de file de l’un ou de l’autre. Donc, est en tort celui qui change de file…
      En ce qui concerne l’article lui meme, je ne comprend pas le point de vue de l’auteur, car oui, cette nouvelle regle est la bienvenue et sera a mon gout benefique pour tout le monde…

  •  » faire peser l’intégralité des coûts sur l’assurance de l’automobile qui, dès lors que la circulation inter-files est autorisée se trouve de facto systématiquement en tort lorsqu’elle shoote un deux roues ou ne lui laisse pas la place nécessaire pour circuler… »
    Et alors ? L’automobile « shoote » un 2RM …Voilà qui fleure bon la motophobie … Circulation inter-files légalisée ou pas, ça n’enlève rien à la responsabilité du conducteur automobile.
    Pour rappel, plus de 70% des accidents de 2RM sont causés par les automobilistes.
    Il serait bien que l’auteur de cet article fasse la différence entre moto et scooter et cesse de nommer l’ensemble des usagers de 2RM comme étant des « motards ».
    Quand au « jymkhana entre les voitures » … Cela vaut-il pour tous les utilisateurs de 2RM ? J’en doute !
    Si on suis son raisonnement, il faidrait donc imposer aux 2RM de rester sagement intercalés dans les files d’usagers (automobiles, camions et autres bus), alors que c’est la configuration la plus dangereuse qui soit pour un deux roues.
    Ensuite, que la loi évolue et s’adapte n’est pas un mal et si en plus elle « confirme » l’entière responsabilité de l’automobiliste, c’est encore mieux, car trop souvent ces derniers oublient ce point: Téléphone,GPS,musique à fond au point de ne plus rien entendre de l’extérieur, absence de clignotants, de contrôles dans les rétroviseurs, changements de direction intempestifs, arrêts inopinés, etc, etc … Difficile quand même d’attribuer ces comportements aux usagers de 2RM.

  • En tant que motard, je ne peux aller dans ce sens. En même temps à 60km/h en inter-file c’est trop dangereux, il faut rouler à 30 km/h, c’est au motard à faire attention. Je suis conscient qu’il y a des fous mais il y en a qui sont aussi responsables. Ces stats comprennent les scooters aussi je pense, les 125 n’ont pas de formation, le problème est là! Les scooters je les vois doubler à droite, faire des wheelings, tourner sans clignotant,, zig-zager. Il faudrait s’attaquer à ça en premier. Les motards ont une formation, si après ils sont assez cons pour prendre des risques tant pis pour eux! Aller à 220 sur l’autoroute c’est suicidaire, aller à 60 km/h en interfile également.
    Interdire les motos comme j’ai lu dans un commentaire, si je jour arrive, je vous promets que l’axiome de non-aggression n’existera plus dans ma tête!

  • Surprenant article : plus de regulation, moins de responsabilite (juridique ou financiere… et personelle) !
    C’est sur Liberation (sic) qu’il faut publier cette plaidoirie.
    Sans parler de la motophobie qui s’en degage dont les relents rappelent les meilleures heures de Minute.
    En verite, un bon exemple de reflexions bien ‘democratiques’ francaise…
    un 1er avril j’aurai compris, mais aujourd’hui je suis surpris !

  • « les pilotes de scooter mourront désormais en toute légalité. »
    Effectivement, c’est scandaleux : on s’est battu pour interdire aux gens de mourir et voilà que les politiciens commence à faire des exceptions. On sait très bien comment tout cela va finir : ça va d’abord être les alpinistes, ensuite militaires et finalement tout le monde va mourir et il ne restera plus personne pour verbaliser les comportements à risque !

    • Il ne s’agit pas d' »interdire de mourir » mais de permettre de vivre ensemble.

      Et pour cela, il faut des règles et il faut les faire respecter. C’est ainsi… C’est même la base de toute société humaine.

  • Cher Thibault,
    Je crois que vous vous méprenez quant aux objectifs de cette nouvelle mesure.
    Sa destination première est avant tout de clarifier la situation de cette pratique en regard de la loi. Jusqu’alors, la loi ne la prenait tout simplement pas en compte, et dès lors cette pratique n’était pas illégale!
    La pratique n’est donc pas légalisée à proprement parler, elle est maintenant simplement (enfin, diront certains) prise en compte par la loi.
    Je vous devine fulminant dans votre voiture au milieu des embouteillages alors que passent ces deux-roues a quelques centimètres de votre rétroviseurs.
    Restez calme, il faudra désormais que les automobilistes se résignent à admettre cette pratique plutôt que de se croire en droit de la combattre par des manœuvres d’intimidation.
    Faute de pouvoir supporter la vue de deux-roues se faufilant entre les lignes de voitures, conformez-vous donc plutôt aux lois de l’Évolution et devenez vous-même un motocycliste.
    Il y a fort à parier que vous auriez dans cette circonstance autant à reprocher à cette minorité d’automobilistes qui se conduit dangereusement en téléphonant au volant, en dépit des lois l’interdisant.

    • J’ai utilisé une moto, et aussi une voiture.
      Les interfiles en région parisenne sont ultra dangereuses, au volant on regarde plus le rétro qu’on ne regarde devant ce qui est très dangereux.
      Je leur laisse toujours la place pour les laisser passer, mais pour cela encore il faut avoir sans cesse les yeux dans le rétro, on a autre chose à faire aussi.
      Que les motos utilisent l’interfile quand les voitures sont à l’arrêt OK.
      Certains sont prudents c’est vrai, mais beaucoup vont trop vite, et responsabiliser les automobilistes systématiquement est grave, car les motos vont se sentir protégés et il y a trop d’irresponsables.
      Ce billet a toute sa place sur ce site, car on touche à la liberté des automobilistes, je ne vois pas pourquoi seules les motos ont tous les droits.

    • « La loi ne la prenait tout simplement pas en compte, et dès lors cette pratique n’était pas illégale ».

      Non, c’est une vue de l’esprit. C’est le mythe journalistique du « vide juridique », qui rappelons-le n’existe pas. La circulation interfiles, en l’état actuel du droit, est interdite, dans tous les cas. Le code de la route ne distingue pas motos et automobiles du point de vue de la circulation. C’est bien ou c’est pas bien, mais c’est comme ça.

      Cette loi légaliserait donc bien la circulation interfiles dans certains cas.

      Bien que plutôt défavorable à cette légalisation, je m’étonne de l’absence d’un argument dans cet article: si j’ai bien compris, les défenseurs de la mesure citent le rapport comme tirant de l’expérience belge l’enseignement que, une fois légalisée, la circulation interfiles s’avère peu accidentogène. Si c’est vrai, ça mérite considération.

      Le chiffre de 70% de responsabilité des automobilistes, aussi, peut avoir deux sens: (1) les automobilistes font n’importe quoi; (2) le code de la route est très déséquilibré en leur défaveur. Je n’ai pas vraiment d’éléments pour en juger, mais je soupçonne qu’un tel chiffre peut difficilement ne pas s’expliquer au moins en partie par des raisons structurelles.

  • Que pense l’auteur des routes nues ?
    Des routes nues sont des routes sans panneaux pour responsabiliser l’ensemble des usagers, pour les rendre acteurs de leur propre sécurité.
    Expérimentation positive en Hollande, en GB (Exhibition Road )….

  • Cher Monsieur Doidy de Kerguelen,

    Votre publication est très intéressante. Il est aisé de comprendre à quel point les discours publiés instillent la nécessité de passer par des lois pour régir la vie des individus !

    Je partage votre avis pour considérer que cette loi est belle et bien inutile (comme plus de la majorité des lois d’ailleurs), peut-être pas pour les mêmes raisons. L’objectif d’une loi n’est pas de créer de la justice ou de régenter la vie des individus : il faut impérativement stopper la dérive à la protection des individus contre eux-mêmes.

    En matière de sécurité routière, les seules règles qui devraient exister sont celles faites pour protéger les individus, non pas contre eux-mêmes, mais contre les injustices. C’est-à-dire uniquement à des fins de matérialisation de la réparation les préjudices nés de l’exercice des libertés individuelles.

    Concrètement : l’existence d’un feu tricolore a sa raison d’être et sa sanction également. Obliger les automobilistes au port de la ceinture est une atteinte à la liberté des individus ! En France, personne ne s’en étonne…

    Vous énoncez clairement que cette légalisation signifie « qu’on ne peut pas ou on ne veut pas les empêcher de se tuer … (les motards) ». Pourriez-vous nous dire :
    1. Qui est « on » ?
    2. Que signifie clairement « on ne peut pas ou on ne veut pas les empêcher de se tuer » ? Que proposeriez-vous concrètement et qui serait mieux ?
    3. Avez-vous d’autres interdictions à nous proposer ? Une autre type de réglementation permettant à une catégorie d’individus d’obtenir des avantages au détriment d’autres individus ?
    4. Etes-vous pour la liberté ?
    Bien à vous,

    • Quel charabia. Je fais de la moto depuis 34 ans, j’ai eu quelques accidents, dont les responsables, a part le dernier, ont toujours ete des automobilistes qui ne faisaient pas attention. Heureusement, on developpe un 6eme sens pour reperer l’abruti qui va faire la manoeuvre idiote et qui s’excusera apres, et ca permet de durer un peu.

      Le dernier en date etait du a un mauvais entretien de la route.

      Le cote amusant, et qui montre bien que l’auteur ne connait rien sur ce sujet, est que les automobilistes en France sont generalement deja tres attentifs aux 2 roues et s’ecartent volontairement bien que la pratique de remonter les files etait donc illegale. En Angleterre, ou c’est permis, les automobilistes sont beaucoup plus inattentifs et dangereux.

      En fait, je ne comnprends pas tres bien l’interet de cet article, d’autant plus sur contrepoints.

      Enfin, dans cette loi, on propose d’enteriner une situation de fait, mais on n’oublie quand meme pas d’en rajouter sur les obligations vestimentaires et de protection. Comme quoi, le prefet revient bien a ses reflexes habituels d’emmerdement des gens.

      Vous, le prefet ou tous ceux qui me veulent du bien, n’etes pas qualifies pour me proteger de moi meme. J’ai fait de la moto aux Etats Unis sans casque, je dois etre vraiment chanceux.

      Quand a blamer une eventuelle augmentation des primes d’assurance pour les automobilistes, on atteint vraiment un abysse. Cela revient a dire que si un 2RM est renverse par un/une automobiliste qui change de file sans regarder, c’est forcement la faute du 2RM et le pauvre automobiliste est victime.

      Non vraiment, cet article est une honte.

      • Monoi: « que les automobilistes en France sont generalement deja tres attentifs aux 2 roues et s’ecartent volontairement »

        Très vrais et démontre d’une manière éclatante l’adaptabilité sans règlements: la plupart des motards remercient du pied et les automobilistes sont d’autant plus attentifs: une compétition agressive à priori est devenue une coopération gratifiante pour les deux parties.

        En ville je ne sais pas mais sur les nationales de campagne dans l’est de la France c’est un automatisme qui est rentré dans les mœurs.

        —————————-
        Pour l’article, beuh ??? Bof !

    • « Obliger les automobilistes au port de la ceinture est une atteinte à la liberté des individus ! En France, personne ne s’en étonne… »

      Et bien oui, aujourd’hui mettre sa ceinture de sécurité en voiture est devenu un réflexe. L’Etat a changé nos comportements. C’est très mal. On n’a plus la liberté de suivre ses instincts primaires de ne pas mettre sa ceinture et maintenant on la met mécaniquement. Ça sauve des vies et l’Etat a bien fait.
      Oui c’est inquiétant que l’Etat change nos comportements, ça peut être pour le pire. Mais ici ce n’est pas le cas et c’est au contraire bénéfique.

      • @ marcosocho : « Ça sauve des vies et l’Etat a bien fait. »

        Vous dites ça parce que vous ne savez pas penser par vous même, vous avez besoin d’une maman… Vous recherchez la sécurité que vous auriez pu avoir par vous-même avec un comportement responsable ou en assumant vos actes.

        Un jour vous grandirez, et vous serez content d’être enfin libre.

        • « Vous dites ça parce que vous ne savez pas penser par vous même, vous avez besoin d’une maman… Vous recherchez la sécurité que vous auriez pu avoir par vous-même avec un comportement responsable ou en assumant vos actes. »
          Vous prenez donc l’homme pour un être 100% responsable de ses actes. Il n’y a pas de l’irrationnel qui nous pousse à des actes. Quand nous faisons un choix nous faisons un tableau excel en notant chacun des critères et en les pondérant. De cette façon nous obtenons la meilleure solution.
          D’ailleurs c’est pour ça que les entreprises ne font pas de marketing, pas de pubs parce que l’homme n’est pas influencé par des choses viles comme ça ou même influencé par sa culture….

          L’homme n’est pas toujours rationnel et ne fait pas que des choix qu’il aurait assumé. Ne pas mettre sa ceinture de sécurité est-ce assumer sa liberté pleinement? Est-ce glorieux de mourir dans un accident parce qu’on n’a pas voulu mettre sa ceinture?
          Les gens qui ne mette (mettaient) pas leur ceinture c’est parce qu’ils avaient l’habitude de ne pas la mettre ce n’était pas un choix ils n’y pensaient même pas. Ils ne suivent pas leur liberté ils suivent leurs instincts..

          Un jour vous grandirez et vous vous rendrez compte que le monde mais aussi votre corps et votre esprit ne se plient pas totalement à votre volonté.

          Et au lieu de pleurer comme un enfant qui n’a pas exactement ce qu’il veut, vous exercerez votre autonomie c’est-à-dire votre liberté de vous fixer des règles dans la limite de vos capacités (ce qui est souvent ce qui compte vraiment).

          Oui, de temps en temps, je ne sais pas penser par moi même. Suis-je faible? Non je suis humain. Mais tout contrôler, contrôler ses battements de coeur, sa respiration, le fait de cligner les yeux ce n’est pas vraiment possible. Alors je suis très content que de temps en temps quelqu’un s’en occupe à ma place pour s’occuper des choses importantes.
          (Il faut bien sûr toujours rester vigilant pour pas que ça prenne trop de place bien sûr mais, encore une fois, ce n’est pas possible de tout contrôler et on doit « déléguer »)

          Les personnes qui contrôlent tout, qui sont totalement rationnelles et pour qui le modèle libéral marcherait parfaitement ,seraient des robots.

          Mais pour des Êtres Humains ça ne marche pas.

          • Etre libre, ça ne veut pas dire que l’on ne fait pas d’erreur. Cela veut seulement dire qu’on les accepte.

            Donc oui on assume, c’est ça, la responsabilité.

            Vous êtes plein de contradictions dans vos écrits. Je n’aimerai pas être dans votre peau.

            A vous lire, bientôt il faudra faire une loi pour empêcher les gens de mourir…

  • Très bon papier. Vraiment. Un angle original et juste sur la manière dont le gouvernement fait ses choix.

    Une théorie est bonne quand elle permet de prévoir. On sait maintenant comment les choix de société seront faits : sans esprit de responsabilité.

  • Pour une fois, je trouve cette mesure excellente. Le bon sens est si rare chez les politiques qu’on ne va pas bouder une si bonne mesure.
    Je ne comprends vraiment pas le point de vue de l’auteur.

  • Je suis surpris que tous les commentaires ignorent à ce point que la liberté des uns (en l’occurrence les motards) s’arrête là où commence la propriété des autres (en l’occurrence l’assurance des automobilistes). Donc si l’on permet aux motards un comportement donné, ce à quoi je suis favorable, on doit simultanément garantir qu’en cas d’accident, c’est bien celui qui en est responsable, automobiliste ou motard, qui en subira les conséquences. Or le but de l’autorisation est bien d’amnistier à priori le motard, suivant l’exemple de ce qui a déjà été fait pour les piétons.

    Le libéralisme, ça n’est pas seulement la liberté, c’est aussi l’obligation d’être responsable. Quand on exempte de cette obligation, on attaque la liberté de toutes les victimes potentielles des irresponsables.

    • @ MichelO : si je comprends bien votre commentaire, vous êtes en train de nous dire que si un motard est parterre, il y aura une présomption irréfragable de responsabilité de l’automobiliste ?

      Pour rappel : même si cette loi ne passe pas, c’est une règle du code de la route de regarder dans son rétro et de signaler son changement de file… Vous aurez du mal à nous convaincre que si vous signalez votre changement de file (et pas au moment de tourner), le motard aura fait exprès de se jeter sur vous !

      • Il y aura, comme pour les accidents avec les piétons, dissociation des responsabilités pénale et civile, et obligation pour l’automobiliste d’indemniser le motard même si ce dernier est dans son tort.

        Je ne cherche pas à vous convaincre que les motards font exprès de se jeter sur les automobilistes dans leur bon droit, mais que les accidents arrivent, et quand cela se produit, que les responsabilités doivent être établies a fortiori et non a priori et que les responsables, par exemple par imprudence, doivent assumer leur responsabilité.

        • Oui, de ce point de vue, je suis d’accord…

          Mais on ne sait pas si une présomption de responsabilité sera instituée (loi de 1985), donc je ne comprends pas le procès d’intention. Et au demeurant, aujourd’hui les remontées de files, contrairement à ce qui est écrit dans de nombreux commentaires, ne sont pas interdites.

          Loi ou pas, cela ne change rien au respect de la signalisation : rétroviseurs puis clignotants.

    • Tout à fait d’accord avec vous, MichelO. Le Libéralisme n’est pas l’Anarchie. C’est tout à fait différent… Beaucoup de commentaires tendent à l’ignorer.

      • Ce qu’y me fait marrer c’est la levé de boucliers … des motards ! Ah la France des corporatismes.
        Bien d’accord sinon avec michelO

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alain Astouric.

Croyez-moi ou pas mais j’ai connu une époque où conduire était un plaisir.

Depuis que les autorités ont trouvé plus intelligent et surtout plus facile de multiplier les radars plutôt que verbaliser les fainéants qui se croient seuls et « oublient » le clignotant ;

depuis que je dois dépenser presque autant d’énergie à deviner la vitesse à laquelle j’ai le droit de rouler qu’il n’en faut pour surveiller la route ;

depuis qu’il existe des limitations impossibles à respecter, surtout quand un poids... Poursuivre la lecture

Par Yannick Harrel.

La Sécurité routière a délivré ses chiffres d’accidentologie pour mars et avril 2020, ce qui aurait permis de jauger de l’efficacité de confinement sur le taux de mortalité routière. Sauf qu’il est préférable désormais de délaisser, ou plutôt de dépasser, le commentaire de chiffres. Car ils n’ont au final que peu d’importance en raison de la politique invariable du gouvernement français.

Celle-ci demeure intangible puisqu’actée sur le fondement d’une autre logique, celui de la sécurité rentière et d’une haute... Poursuivre la lecture

Par Philippe Lacoude.

Ici, les hautes autorités françaises de la pseudo-sécurité routière luttent d’arrache-pied contre les méchants automobilistes en dressant des amendes pour excès de vitesse – dans plus de la moitié des cas (!) cas contre d’affreux chauffards qui ont dépassés la limite de seulement 1 à 5 km/h, les inconscients !

Pourquoi augmenter les limitations de vitesse ?

En Autriche, on cherche à réduire le nombre de morts sur les routes. Avec sérieux.

Et comme nous l’avons vu (ici et là), réduire les accidents en... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles