Rémission pour l’assurance maladie ?

Des économies ont été réalisées, mais l’hospitalisation publique creuse le trou.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Rémission pour l’assurance maladie ?

Publié le 28 janvier 2013
- A +

Des économies ont été réalisées, mais l’hospitalisation publique creuse le trou.

Un article de l’aleps.

Bilan apparemment mitigé pour l’assurance maladie en 2012. La presse a souligné les progrès réalisés : pour le coût des médicaments, grâce aux génériques, pour les indemnités d’arrêt de travail, grâce à un contrôle renforcé, pour les consultations de médecins et dentistes, au montant stationnaire cette année. Au total, les dépenses classées sous la rubrique « soins de ville » n’ont que faiblement augmenté (+ 0,5%), une hausse inférieure à ce qui était prévu. Ces bonnes performances ont permis aux Échos de titrer (mercredi 9) « Coup de frein historique sur les dépenses de santé ».

Par contraste, l’hospitalisation publique s’est à nouveau distinguée par un surcoût de 400 millions par rapport aux budgets. Ici l’accélération s’est confirmée. On fait remarquer qu’il y a eu un genre de transfert de charges : la médecine « de ville » coûte moins cher parce que les Français s’adressent de plus en plus directement aux hôpitaux, qui doivent donc dépenser davantage. Il y a une grande part de vérité dans cette analyse, mais il faut l’approfondir : les gens vont à l’hôpital parce que le nombre et la disponibilité des médecins « de ville » diminuent sans cesse, et il en est ainsi compte tenu des honoraires imposés dans les conventions avec les caisses d’assurance maladie. Peut-être le retour à la liberté des honoraires entraînerait-il un retour de la médecine libérale, dont l’attractivité financière n’a cessé de s’effondrer depuis des années.

En allant encore plus loin dans l’analyse, on devrait lier la surconsommation hospitalière à l’irresponsabilité des patients, elle-même provoquée par un système de tiers payant, d’aide médicale, et finalement de répartition : les biens portants payent pour les malades. Dans une vraie logique assurancielle, les assurés auraient des carnets individuels de santé, qui pourraient être abondés pour les plus démunis, mais qui de toutes façons rendraient les Français conscients de leur patrimoine capitalisé, et de ce qu’ils en font. C’en est au point que le MEDEF propose d’étendre à l’ensemble des entreprises les complémentaires santé accordées par les grandes sociétés à leurs salariés. Généreux mais coûteux : plusieurs milliards d’euros.


Sur le web.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il en va des chiffres du covid comme de ceux du chômage ou des comptes publics. Non seulement il est impossible de se fier au discours gouvernemental qui accompagne les différentes publications – mais cela, on le savait ; c’est une donnée pour ainsi dire structurelle du discours politique. Mais surtout, impossible d’en tirer une image adéquate de la situation sanitaire sans chercher d’abord à savoir ce que les chiffres indiqués signifient réellement.

On se rappellera par exemple que le ministre de l’Économie Bruno Le Maire qualifiait d... Poursuivre la lecture

3
Sauvegarder cet article

Le 3 janvier 2022 se tenait de nouveau un débat parlementaire consternant au sujet de la situation sanitaire, quels que soient les bords politiques. Aucun diagnostic sérieux n’est toujours posé sur notre système de santé alors que les débats sur la covid détournent l’attention de ce qui conduit à l’implosion de l’hôpital.

Dans cet article, je prétends qu’un agent infectieux, certes nouveau, mais aux contours globalement classiques, peut faire exploser le système hospitalier. En effet, le vieillissement de la population conduit à une au... Poursuivre la lecture

Par Denis Dupuy.

En septembre 1675, Albert Burgh correspondait avec son maitre, Spinoza. Il lui reprochait vertement ce qu’il avait perçu comme une critique à l’adresse du Créateur Divin :

Misérable homuncule, vil ver de terre, que dis-je, cendre, pâture des vers, prétendez-vous, par un blasphème inqualifiable, être au-dessus de la Sagesse incarnée, infinie, du Père Éternel ?

Poussière, viande à lombric qui ose se placer au-dessus de la sagesse éternelle... Mais Spinoza, que je connais fort mal, distinguait religion et su... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles