Rémission pour l’assurance maladie ?

Des économies ont été réalisées, mais l’hospitalisation publique creuse le trou.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Rémission pour l’assurance maladie ?

Publié le 28 janvier 2013
- A +

Des économies ont été réalisées, mais l’hospitalisation publique creuse le trou.

Un article de l’aleps.

Bilan apparemment mitigé pour l’assurance maladie en 2012. La presse a souligné les progrès réalisés : pour le coût des médicaments, grâce aux génériques, pour les indemnités d’arrêt de travail, grâce à un contrôle renforcé, pour les consultations de médecins et dentistes, au montant stationnaire cette année. Au total, les dépenses classées sous la rubrique « soins de ville » n’ont que faiblement augmenté (+ 0,5%), une hausse inférieure à ce qui était prévu. Ces bonnes performances ont permis aux Échos de titrer (mercredi 9) « Coup de frein historique sur les dépenses de santé ».

Par contraste, l’hospitalisation publique s’est à nouveau distinguée par un surcoût de 400 millions par rapport aux budgets. Ici l’accélération s’est confirmée. On fait remarquer qu’il y a eu un genre de transfert de charges : la médecine « de ville » coûte moins cher parce que les Français s’adressent de plus en plus directement aux hôpitaux, qui doivent donc dépenser davantage. Il y a une grande part de vérité dans cette analyse, mais il faut l’approfondir : les gens vont à l’hôpital parce que le nombre et la disponibilité des médecins « de ville » diminuent sans cesse, et il en est ainsi compte tenu des honoraires imposés dans les conventions avec les caisses d’assurance maladie. Peut-être le retour à la liberté des honoraires entraînerait-il un retour de la médecine libérale, dont l’attractivité financière n’a cessé de s’effondrer depuis des années.

En allant encore plus loin dans l’analyse, on devrait lier la surconsommation hospitalière à l’irresponsabilité des patients, elle-même provoquée par un système de tiers payant, d’aide médicale, et finalement de répartition : les biens portants payent pour les malades. Dans une vraie logique assurancielle, les assurés auraient des carnets individuels de santé, qui pourraient être abondés pour les plus démunis, mais qui de toutes façons rendraient les Français conscients de leur patrimoine capitalisé, et de ce qu’ils en font. C’en est au point que le MEDEF propose d’étendre à l’ensemble des entreprises les complémentaires santé accordées par les grandes sociétés à leurs salariés. Généreux mais coûteux : plusieurs milliards d’euros.


Sur le web.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les drames aux urgences ont rebondi avant l'été avec le retour massif à l’hôpital des malades non covid. En 2019 les services d’urgences connaissaient déjà la crise la plus grave depuis plus de 10 ans avec 25 000 000 passages par an. Il n’était pas rare de rester 12 heures sur un brancard avant d’être pris en charge. Désertées par les malades paniqués par la covid pendant la pandémie elles connaissent un nouvel afflux alors que 20 % des lits sont fermés faute de personnels.

François Braun, ancien Président de Samu-Urgences de France n'... Poursuivre la lecture

Saviez-vous qu’il y a eu une vague covid en mars-avril, avec un pic hospitalier le 13 avril, c’est-à-dire trois jours après le premier tour des élections présidentielles ?

Sans doute que non.

Mais vous avez sans aucun doute entendu parler de la septième vague qui devrait bientôt nous submerger, puisque tout le monde en parle et que le gouvernement est à nouveau sur ses ergots, prêt à charger à la première occasion.

 

Covid quand on veut bien

La vague de mars-avril n’a bizarrement tellement pas eu lieu, qu’on a... Poursuivre la lecture

C’était une catastrophe annoncée. Le système sanitaire français s’effondre par pans entiers.

L’ensemble des secteurs sont concernés. La ville, la campagne, la médecine prétendument libérale, la médecine hospitalière publique ou privée, les EHPAD, etc.

Ce qui focalise l’attention des médias en ce moment est la fermetures des services d’urgences hospitaliers.

Malgré l’hospitalocentrisme qui a guidé la politique de santé française depuis des décennies, le secteur hospitalier français public est en grande difficulté. Le secte... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles