L’erreur stratégique de la théorie des bases-arrières 2/2

Au Mali, on réédite une guerre qui n’a pas fonctionné en Afghanistan, contre des bases-arrières supposées du terrorisme.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’erreur stratégique de la théorie des bases-arrières 2/2

Publié le 28 janvier 2013
- A +

Au Mali, on réédite une guerre qui n’a pas fonctionné en Afghanistan, contre des bases-arrières supposées du terrorisme.

Par Marc Crapez.

Lire la première partie : L’erreur stratégique de la théorie des bases arrières 1/2

Au Mali, comme dans la plupart des situations de guerre, l’enjeu idéologique est élevé. Faute d’option idéale, on est partisan de la moins pire des solutions. Cela donne le sentiment d’échapper au pire. Chaque camp a beau jeu de pointer les inconvénients de la position adverse. Ceux qui soutiennent l’opération française sont poussés à l’intolérance du fait de leur motif humanitaire.

D’un autre côté, il n’y a aucun lien de cause à effet direct entre la guerre en Libye et celle au Mali. Un Kadhafi resté en place ne se serait pas gêné pour tenter de fomenter des troubles en zone sahélienne. De même, l’Afghanistan n’est pas un échec complet. Les talibans sont revenus et vont revenir encore davantage dans le jeu. Mais l’Occident est allé porter le germe du doute au cœur de la forteresse mentale de ce pays. Toute la question est d’évaluer si l’entrée en guerre dans ces pays a eu plus d’avantages que d’inconvénients en comparaison de la projection d’autres scénarios.

Lors du 11 septembre, l’Amérique se persuada qu’elle avait commis deux erreurs : l’une en 1993, en évacuant la Somalie ; l’autre en 1991 en laissant Saddam Hussein en place. C’est alors que naît la théorie des bases-arrières, selon laquelle on ne peut pas laisser prospérer un État qui servirait de base au terrorisme international. Et non seulement on ne le peut pas, mais ce serait criminel, ce qui forclos le débat.

Grand Moyen-Orient ou Asie Occidentale ?

Convaincue que le 11 septembre a été rendu possible par la constitution d’une base arrière géographique dans l’Afghanistan des talibans et d’une base arrière financière dans la péninsule arabique, l’Amérique veut faire une démonstration de force et administrer une leçon afin que le crime ne demeure pas impuni. Elle va balayer le régime des talibans et faire trembler les bases-arrières financières en balayant Saddam Hussein.

Ce double coup de force est alors rationalisé par divers prétextes (détention d’armes de destruction massive), par la caution de motifs humanitaires (sort des fillettes afghanes) et par un projet constructiviste (nation building) censé combler le vide : la démocratisation clef en main du Grand Moyen-Orient (Greater Middle East), notion permettant de lier (linkage) le règlement des problèmes du Proche-Orient à ceux de ce qu’on pourrait appeler l’Asie Occidentale (région au sud des mers Noire et Caspienne regroupant l’Irak, l’Iran, l’Afghanistan et le Pakistan).

L’invention de la notion de Grand Moyen-Orient à la place de celle d’Asie Occidentale allait générer une erreur géostratégique basée sur la méconnaissance de la spécificité historique de pays comme l’Afghanistan, la Somalie, le Yémen, le Mali, voire la Libye, où s’entrecroisent les mêmes ingrédients : des traditions nomades, des rivalités tribales, de la corruption et l’absence d’entité étatique assumant ses prérogatives. Partant, toute modernisation à marche forcée est utopique.

Vouloir empêcher, par le fer ou par le feu, la constitution de sanctuaires ennemis représente un coût important au regard des bénéfices avérés. La théorie des bases-arrières réactualise la peur de l’installation des rampes de lancement de fusées sous la guerre froide. À cette différence que rien n’étaye l’efficacité prêtée à ces régions en tant qu’arrière-cours du terrorisme international.

En réalité, le 11 septembre 2001 n’est pas imputable à l’évacuation de la Somalie en 1993. Il l’est plutôt au fait que l’administration Clinton avait pratiqué une forme de désengagement fataliste. Or, il faut livrer certaines guerres à l’islamisme armé. Mais sans vouloir nécessairement le déloger des refuges que l’histoire et la topographie lui concèdent dans certaines régions reculées.


Suivre les articles de l’auteur sur Facebook.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Quelle est votre conclusion ?
    Il fallait les laisser prendre le pouvoir au Mali ?
    Un 2ème billet pour rien, aussi inutile que le 1er.

    • On avait rien à foutre au Mali. On à déjà nos propres problèmes en France, ça me fait marrer d’aller jouer les gendarmes en Afrique (après avoir fustiger les US pour ça pendant des années, au passage) alors qu’on est pas foutus de contrôler la situation chez nous.

      Comme d’habitude, bien ancrés dans nos grands principes, on prend la position de l’agresseur et on espère que ça va bien se terminer, même si ça n’a jamais été le cas jusqu’à maintenant.

  • C’est très joli le Louvre, ne trouvez-vous pas ?.

  • Quand FH annonce que l’armée française s’arrête à Tombouctou, il abonde dans votre sens !

    • On peut voir ça comme ça!
      (ayant une mémoire d’éléphant, j’en profite pour répondre à votre objection pas infondée du 13 septembre : le souci des deniers publics est autant libéral que républicain en principe).

  • « Ce double coup de force est alors rationalisé par divers prétextes (détention d’armes de destruction massive) »

    Le prétexte des ADM a été mis en avant à l’ONU parce que c’était le seul recevable. Si Bush n’avait pas cherché un vote à l’ONU, il aurait été secondaire.

    Les questions de « base arrière » n’ont pas non plus été de premier ordre: Il s’agissait de sortir du bourbier de l’échec de l’embargo, et de ne pas laisser derrière un ennemi irréductible, ultraviolent, et immensément puissant grâce au pétrole irakien (et donc en mesure de se doter rapidement d’ADM, ou d’offrir des bases arrières à nos ennemis islamistes !).

    Il me semble que c’était effectivement un problème considérable.
    10 ans après, la seconde guerre d’Irak reste un sujet trop émotionnel pour en parler rationnellement.

    Conclusion:
    Détruire durablement les « bases arrières » en les démocratisant est certes illusoire; mais le pacifisme qui s’est déchaîné contre les USA est encore bien pire.
    Il faut répondre aux agressions, sans nécessairemen

    • Fucius: « mais le pacifisme qui s’est déchaîné contre les USA est encore bien pire. »

      Bien pire que quoi ?

      Les chiite et le sunnites ne peuvent pas se blairer, cette guerre pour un cout astronomique à sorti les sunnites de la course laissant la main à l’Iran et replongeant un pays 50 ans en arrière, faisant au passage bien plus de mort que le régime initial sans rien régler aux problème des bases arrières qui vu leurs tailles peuvent être absolument n’importe ou.

      J’ai peine à imaginer ce qui serait arrivé de si terrible avec l’Irak de l’époque ? Sans compter qu’avec un régime fort plutôt que le joyeux bordel actuel ou circulent des centaines de milliers d’armes et d’explosifs le contrôle en douce des bases arrière serait bien plus efficace. (la seule stratégie qui vaille contre le terrorisme: Infiltration, ELINT, SIGINT et ROHUM )

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jp Cortez. Un article de la Foundation of Economic Education

Les sombres photos et vidéos qui ont été diffusées en Afghanistan cette année ont poussé de nombreuses personnes à se demander si ce conflit de 20 ans en valait la peine.

Selon Associated Press, jusqu'en avril, plus de 172 000 personnes (américaines et autres) sont mortes au cours de la guerre en Afghanistan. Le montant estimé des coûts directs de la guerre en Afghanistan et en Irak, que les États-Unis ont financés par la dette, est estimé à plus de 2000 milliards ... Poursuivre la lecture

Par Brendon Novel. Un article de The Conversation.

La guerre civile, qui dure depuis un an en Éthiopie, s’est intensifiée d’un cran en novembre, alors que le Premier ministre Abiy Ahmed a annoncé son intention de rejoindre lui-même le front pour mater les insurgés tigréens. Lauréat du prix Nobel de la paix en 2019, il a appelé les Éthiopiens à « repousser et enterrer les terroristes du Front de Libération Populaire du Tigré » (FLPT).

Le Canada, tout comme d’autres pays, a exhorté ses ressortissants à quitter l’Éthiopie.

C... Poursuivre la lecture

Par David Gordon. Un article de Mises Institute.

Les économistes de gauche se souviennent souvent avec nostalgie des années 1950. Par exemple, Paul Krugman et Thomas Piketty regrettent les années 1950, lorsque l'écart de revenu et de richesse entre les riches et les pauvres était moindre qu'aujourd'hui. Certes, les gens étaient moins bien lotis à l'époque qu'aujourd'hui, mais en quoi cela est-il important ? Il vaudrait mieux être égal dans la misère qu'inégal dans la prospérité ?

Robert Kuttner, un journaliste économique qui éc... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles