Mali : l’incompréhensible alignement de la presse française

L'ensemble de la presse soutient de façon étonnante l'intervention militaire française au Mali.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Intervention-militaire-française-au-Mali-unes-300x203

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mali : l’incompréhensible alignement de la presse française

Publié le 27 janvier 2013
- A +

L’ensemble de la presse soutient de façon étonnante l’intervention militaire française au Mali.

Par le Parisien libéral.

Il se passe une chose doublement extraordinaire en ce moment en France. D’une part, nous sommes en guerre. D’autre part, la presse appuie globalement cette guerre.

Pourquoi extraordinaire ? D’une part, Hollande a été élu sur la promesse, non pas de terminer l’engagement de la France en Afghanistan (Sarkozy l’avait également promis), mais de le hâter : Hollande a été perçu par ses électeurs comme une sorte d’homme de paix soucieux d’épargner le sang des soldats français, là où Sarkozy était perçu comme un atlantiste agressif. D’autre part, et c’est le second point, n’a t-on pas vu et lu, en long et en large, que l’engagement des Américains en Irak et en Afpak était une insupportable agression injustifiable à laquelle la France n’avait pas à se mêler ? Les éditorialistes ne nous ont-ils pas répété que la guerre contre le terrorisme était le pire du Bushisme ?

Et que lit-on aujourd’hui ? Le Figaro : « l’heure n’est pas au débat » ; L’Humanité : « la reconquête du Nord commence par Konna » ; La Croix : « Mali : nouveaux raids aériens français contre des groupes islamistes armés » ; Var Matin : « Mali : nouveaux raids aériens français contre des groupes islamistes armés » (tiens, un copier-coller d’un billet de l’AFP ?).

Dans les autres copier-coller, faites une recherche Google sur « Le Drian: « Il fallait agir au Mali avant qu’il ne soit trop tard ». Le 11 septembre 2001, 2996 personnes meurent dans les attentats. Les États-Unis répliquent par la guerre contre la terreur. Rappelez-vous ce que disaient les Demorand, Dely, Joffrin et autre Pulvar ! Ils n’étaient, d’ailleurs, pas à une contradiction près puisque tout en critiquant le bushisme, ils refusaient d’entendre les alternatives à la thèse officielle du 9/11. Souvenez-vous de ce qu’ils pensaient des quelques Français qui préféraient Romney à Obama (voir notamment Rue 89).

Ces contradictions ont un nom, elles ont déjà été décrites par un certain Orwell. Elles s’appellent la doublethink, la capacité à accepter simultanément deux points de vue opposés et ainsi mettre en veilleuse tout esprit critique. En effet, nous ne sommes plus seulement dans le fait de renommer le mal en bien si une action de Sarkozy, Bush ou tout autre étatiste de droite est pratiquée par un étatiste de gauche (Obama, Hollande, etc.). Nous sommes plus loin encore. Il s’agit tout simplement d’oublier volontairement ce qui a été dit la veille. Avec des journalistes qui n’évoquent jamais la prise de pouvoir de l’ultra-étatisme sur les libertés civiles et avec un gouvernement qui veut contrôler Twitter, il se trouve que nous n’avons jamais été aussi proche du stade où des Georges Winston réécriront très facilement l’Histoire. Quand vous lirez « la guerre, c’est la paix », « l’esclavage, c’est la liberté » ou « l’ignorance est une force », alors la presse mainstream aura réussi sa mission. Avec notre argent, à coup de subventions, en plus.


Sur le web.

Source de l’illustration des unes : l’Écume des Jours.

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • A ce titre, j’ai bien aimé Patrick COHEN sur France inter lors d’une émission en Allemagne pour le 50éme anniversaire de l’amitié franco-allemande. Il y avait un ministre français (CAZENEUVE) et un député allemand. Pour l’intervention au Mali, le député allemand a expliqué que l’intervention au Mali permettait à la France de protéger ses intérêts au Niger, à savoir les mines d’Uranium. Le ministre français a du faire la tête et Patrick COHEN (le journaliste) a vivement arrêté l’intervention du député allemand. Le Ministre français a pu faire une mise au point après (terrorisme, …) !
    http://www.franceinter.fr/emission-l-invite-guenther-krichbaum-et-bernard-cazeneuve

  • La presse est de gauche . Quand Bush attaque l’Irak c’est une guerre impérialiste qui n’a d’autre but que de s’accaparer le pétrole. L’anti- américanisme étant une vertu en France on se lache pour dire tout et n’importe quoi. Ce racisme est même encouragé et il a pignon sur rue.
    L’intervention au Mali, elle, est juste car il s’agit d’une intervention humanitaire, et une lutte contre le « terrorisme sans visage » et c’est l’union sacrée qui est de mise. La moindre critique est une atteinte à l’unité nationale, gauche et droite confondues approuvent la décision de notre chef des armées, qui prend du même coup une stature d’homme d’Etat.On le croyait mou, incapable de fermeté mais on s’est trompé. Le mou c’est pas lui mais les autres ( UE+USA) qui ne viennent pas l’aider tout en lui envoyant des télégrammes de soutien.
    Personne pour aider la France mais c’est normal l’UE et les USA n’ont pas bien compris que le « terrorisme » était un danger pour notre sécurité. C’est pourquoi investie de la mission du Bien la France devait simplement aider par sa logistique les troupes africaines mais comme « soeur Anne-ne -voyant- rien- venir » elle est intervenue et fait la guerre à la place des africains qui curieusement ne trouvent rien à redire.
    Les troupes sont au sol mais c’est normal car la situation est urgente.
    Alors dire que la France défend ses intérêts dans cette région du monde c’est faux car la gauche est pure, et serait même prête à la manière de soeur Térésa de nuire à ses propres intérêts et à sacrifier ses soldats.
    Mais ce qui est certain c’est que les « terroristes » eux n’ont aucun doute sur les raisons de cette intervention et ne se privent pas pour tuer et prendre en otage des français qui travaillent pour les intérêts de la France.
    Il me semble que ce pays est en train de perdre la boule en accueillant Florence Cassez comme une héroïne et en la présentant comme une , otage de la justice mexicaine et ne prend même pas la peine d’honorer la mémoire de ce français tué par les islamistes en Algérie, alors que nous sommes cencés leur faire la guerre.

  • « Chacun a son Amérique à soi, et puis des morceaux
    d’une Amérique imaginaire qu’on croit être là mais
    qu’on ne voit pas. » Andy Warhol

    « Il n’y a pas de chute de l’Amérique pour la simple raison
    que l’Amérique n’a jamais été innocente. Il est impossible de
    perdre ce qu’on n’a jamais possédé. » James Ellroy

  • Sauf que contrairement à la guerre en Irak la presse française a plutôt soutenu au départ la guerre en Afghanistan et la guerre en Libye. Et au Mali aussi on peut compter sur elle pour se retourner à la moindre difficulté.

  • la gôche, le capitalisme , le mondialisme, tous ne font qu’UN !

    et les patrons des merdias en sont. Tout ce tient !

  • les commentaires et l’article de rue89 sur les libéraux sont magiques. Tout y passe, les clichés, les vieilles lunes marxistes, les idées généreuses en réalité ruineuses, tout! Merci pour le lien!

  • C’est très simple : en Afrique, tout est autorisé quand on est degôche : faire la guerre, soutenir les pires dictateurs, kidnapper des enfants sous couvert d’humanitaire.

    « Nous admettons qu’il peut y avoir non seulement un droit, mais un devoir de ce qu’on appelle les races supérieures, revendiquant quelquefois pour elles un privilège quelque peu indu, d’attirer à elles les races qui ne sont pas parvenues au même degré de culture et de civilisation »
    Léon Blum, en 1925.

  • Et puis aussi ça permet de faire remonter (timidement) la cote de popularité de Flamby. La presse ne va tout de meme pas se tirer une balle dans le pied en critiquant celui qui la subventionne.

  • Charentais libéral
    27 janvier 2013 at 22 h 48 min

    Bien sûr qu’il y a deux poids deux mesures en matière journalistique, surtout lorsqu’il s’agit de l’Amérique. Regarder la couverture médiatique française de la guerre d’Irak, notamment en se rappelant le livre du journaliste français Alain Hertoghe, du journal Lacroix, licencié le lendemain de la parution de ce livre « Guerre à outrance » qui gênait Chirac…. sur le nombre de titres des journaux contre Bush et ceux pour Sadam. La désinformation reste et la manipulation reste d’actualité.
    L’écrivain américain Randoph Bourne disait que la guerre est la santé de l’état. Je crois qu’il avait raison.

  • La presse comme tous les points stratégiques est judéo-maçonnique…

    un exemple, libé, un journal au bord de la faillite pour petit bobo parisien financé par rotschild…

  • Chaque fois que je lis « judéo-maçonnique » je traduis « je ne connais rien aux juifs ni aux franc-maçons et j’en pérore d’autant mieux. »

    • pi31416: « Chaque fois que je lis « judéo-maçonnique » je traduis « je ne connais rien aux juifs ni aux franc-maçons et j’en pérore d’autant mieux. » »

      Moi je traduis par: « De toutes les connaissances humaines disponibles sur internet j’ai choisi de croire systématiquement les pires conneries, complots et autres blagues lamentables, et j’ai construit ma vision du monde avec ce tas de merde là »

      On est grosso modo dans le même créneau à quelques poils de cul prêt. 😉

    • IImryn

      Tout à fait d’accord avec vous. Cela devient fatiguant d’entendre tout et n’importe quoi à propos de la maçonnerie, de ses liens avec le judaïsme et du complot judéo-maçonnique.

  • les gens ne sont plus dupes, ils savent qui contrôlent, cessez de prendre le gentils, le goyim pour une sous merde, la vérité et parfois dure à entendre mais elle finit toujours par régner…

  • Le seul satisfécit que j’avais accordé au nouveau Président de la République était d’en avoir fini pour nos soldats en Afghanistan plus tôt que NS Mais l’action menée au Mali me laisse « pantois » et est d’ailleurs contraire à tout ce à quoi FH s’était engagé pendant et après la campagne électorale Confiance en nos soldats : mille fois oui Pour l’état major et nos politicards : certainement pas !  » !Malgré l’enthousiasme initial de FH ( Moi je ) et ses affirmations aussi péremptoires de « légitimité  » de « pays ami » de « devoir » etc il est à craindre que notre Président ait « agi » plus par « idéologie « que par mûre réflexion ! Aujourd’hui , pourquoi nos soldats dépassent ils les objectifs ? Un autre bourbier ,type Afghanistan se préparerait il ?Attendons la suite , pour connaître , peut être , la vérité vraie !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Les narratifs s’épuisent

par h16

Il règne une étrange ambiance dans la presse, les médias officiels et les nombreux fact-checkers plus ou moins autoproclamés : progressivement, il apparaît qu'on doive donner un peu de crédit aux thèses farfelues (évidemment farfelues) des complotistes, ces petits rongeurs agaçants, qui sentent le dessous de bras et suintent la haine d'extrême droite voire le populisme rance et facile.

Bien évidemment, ces médias officiels ne peuvent ni l'admettre ni, à plus forte raison, expliquer où, quand et combien ils se sont trompé... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par h16.

S'il faut bien sûr reconnaître qu'être pris en otage est une circonstance éminemment douloureuse, elle permet parfois de mettre le nom de certains dans tous les médias.

Et s'il est vrai que cette médiatisation peut être utile pour permettre un dénouement heureux de la séquestration, il ne faut pas trop se leurrer : dans le cadre de la République française, cette médiatisation permet surtout d'engendrer soutien diplomatique et financier. Eh oui : si, en général, la France se tamponne allègrement de ses ressortissants à l... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

par h16

Dans de récents billets, je notais la multiplication des demandes de censure des réseaux sociaux. L'analyse montre qu'elle ne doit évidemment rien au hasard et qu'elle est même une tendance inévitable de ces plateformes.

Schématiquement, cela fait 30 ans qu'internet atteint les masses, 20 ans qu'il est commercialement rentable, et 10 que les réseaux sociaux se sont mis en place.

Les États ont senti, d'abord confusément, que ce réseau servirait leur soif de taxes et de propagande, sans saisir au début sa nature dis... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles