L’économiste est-il un poujadiste ?

Lorsque l’économiste dénonce vertement l’incompétence de l’homme politique, en charge de la gestion du bien public, il est dans son rôle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’économiste est-il un poujadiste ?

Publié le 21 janvier 2013
- A +

Lorsque l’économiste dénonce vertement l’incompétence de l’homme politique, en charge de la gestion du bien public, il est dans son rôle.

Par Jean-Louis Caccomo.

Une lecture superficielle du discours économique, cultivée par une certaine pensée radicale qui contamine grandement tous les relais d’opinion, pourrait laisser penser que l’économiste est systématiquement contre les hommes et femmes de l’État, prenant ainsi le risque de cultiver les pulsions poujadistes des citoyens et le rejet de la classe politique. Évidemment, une démocratie ne peut pas être dirigée par des militaires (dictature), ni par les syndicats (démocratie populaire). Nous sommes donc d’accord pour dire que nous avons besoins d’hommes et femmes politiques, et donc des partis politiques qui les forment et les font émerger sur la scène politique. Puisqu’il y a une demande, il faut bien une offre politique.

Mais c’est justement parce que nous avons besoin que la démocratie vive et fonctionne, que ce personnel politique doit être compétent, rigoureux et responsable. Il appartient au marché du travail d’organiser la sélection des compétences. Soucieux d’efficacité, bénéfique à tous, l’économiste s’efforce seulement de traquer et de dénoncer l’incompétence, qui, si elle n’est pas détectée pour être corrigée, conduit aux pires dérives et gaspillages, surtout lorsqu’il s’agit des affaires publiques.

Et cette contrainte d’efficacité s’impose à tous en raison même des lois de l’économie. C’est pour cela que nous devons tous rendre des comptes dans notre vie quotidienne, notamment à notre employeur (celui qui nous nourrit en fait). Un salarié qui ne fournit pas correctement son travail, alors qu’il perçoit régulièrement son salaire, met en difficulté son entreprise et risque à terme un licenciement. Un manager qui conduit son entreprise dans le mur, et met donc en danger tout son personnel, risque d’être débarqué par ses actionnaires ou faire l’objet d’une OPA qui reprendra le contrôle de l’entreprise mal gérée afin de la redresser. Un trader fou, qui joue avec l’argent de ses clients, lesquels lui ont fait pourtant confiance, ne peut pas rester impuni. Une école supérieure qui délivre un diplôme, qui n’aboutit sur aucun débouché, ne peut pas continuer à fonctionner…

Il en est de même pour les hommes politiques qui sont en charge de la gestion du bien public, qui est notre bien collectif aussi précieux que les autres biens et services privés. Il doit donc être bien géré. Normalement, dans un État de droit fondé sur des institutions démocratiques, les électeurs sanctionnent, par les urnes, les gouvernements jugés incompétents. Et si les gouvernements ne les écoutent pas, ils voteront avec les pieds. Mais, au nom de l’alternance, il ne mène nulle part de remplacer des incompétents par de nouveaux incompétents…

Pourtant, en France, on assiste impuissant, depuis trente ans, à la dérive des comptes publics, qui entraîne une dette dont le financement écrase à petit feu tout le secteur productif. Alors l’économiste rigoureux a le devoir d’alerter les autorités et l’opinion. L’impôt, comme la dette, ne sont légitimes que dans certaines proportions. C’est toujours une question d’équilibre. Et c’est précisément ce qui est proclamé dans le texte de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 et dans l’Esprit des Lois de Montesquieu.

On en est aujourd’hui bien loin. Ainsi, le nouveau directeur de Sciences-Po Paris vient de découvrir que certains professeurs titulaires n’assumaient pas leur service horaire de cours mais percevaient malgré tout l’intégralité de leur traitement. Mais la cour des comptes enfonce le clou : « des primes en hausse de 60%, des rémunérations attribuées sans contrôle, des emprunts dangereux et un État qui ferme les yeux » publie Le Monde dans son édition du 9 octobre 2012. Moi qui croyais que ce genre de plaisanteries était réservé aux universités provinciales…

Foncièrement optimiste, un économiste est évidemment un être naïf. Pourtant, je suis sûr qu’à Science-Po, il doit y avoir d’excellents économistes… Rassurez-moi !


Sur le web.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • « Pourtant, je suis sûr qu’à Science-Po, il doit y avoir d’excellents économistes… »
    Monsieur Caccomo, arrêtez l’abus des liqueurs fortes !

  • Dénoncer l’incompétence d’un parti ou d’un homme n’est à lier à aucun mouvement de pensée ou d’idéologie. C’est un acte citoyen de bon sens. C’est tout !

  • Monsieur Caccomo, je lis depuis des années (malgré une longue interruption de votre blog) vos écrits de bon sens, mais il y a une chose que vous oubliez : nous vivons dans une vaste prison dirigée par des fous (comme disait je ne sais plus quel dissident à propos de l’ex URSS). Les « Science-Po » font partie des gardiens. Je le sais, j’en ai cotoyés

  • Les français sont loin de voir les économistes comme des poujadistes ! Pour la simple raison que ceux qu’ils voient à la TV vont dans le sens des politiques.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tous les groupes au Palais Bourbon vont voir un certain nombre de leurs troupes quitter l’Assemblée nationale. Au total 113 députés sortants (décompte à fin mai 2022) ne se représenteront pas aux élections législatives des 12 et 19 juin ; soit 20 % des effectifs de l’Assemblée nationale (il y a 577 députés au total). C’est un chiffre significatif mais pas exceptionnel.

En 2012, déjà, environ 20 % des sortants avaient décidé de ne pas briguer un nouveau mandat. Quant aux élections de 2017, elles semblent être une exception : plus de 37 ... Poursuivre la lecture

L’économiste est devenu une figure incontournable dans les campagnes présidentielles. On écoute le politique nous présenter son programme, et on consulte l’économiste pour valider la faisabilité du projet. Même le politique se doit aujourd’hui de connaître le langage de l’économiste, au cas où une question lui serait posée sur le financement des retraites par exemple. Et si en plus le politique se montre à l’aise avec le calcul de coin de table, alors c’est la cerise sur le gâteau.

L'économiste engagé

Mais il y a mieux encore. C’est lo... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Il y a les mandats de proximité, souvent populaires, comme celui de maire ; les mandats moins bien identifiés par le public (conseiller général ou conseiller régional) ; et les mandats nationaux (députés, sénateurs, parlementaires européens), souvent perçus comme lointains et ne comptant pas forcément parmi les plus appréciés, du fait du gouffre institutionnel et financier qui se creuse entre la France d’en bas et la France d’en haut.

La France compte la plus importante concentration d’élus de la planète

Une pléthore d’élus

Député... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles