L’intervention militaire au Mali est-elle justifiée ?

Dans la précipitation, François Hollande engage militairement la France au Mali. Faut-il saluer cette décision ?

Dans la précipitation, François Hollande engage militairement la France au Mali. Faut-il saluer cette décision ?

Une tribune de Jean-Hugues Kabuiku.

Après l’appel au secours de jeudi dernier et celui lancé hier le 11/01/13 par le président malien, François Hollande a engagé militairement la France. Sans consulter le parlement ? Sous prétexte que ce serait sous le cadre légal de l’ONU ?

Il est vrai que le président est le chef des armées sous la 5e république, et qu’il peut engager les troupes sans l’avis du parlement mais le contexte de crise extrêmement grave se prêtait bien a une consultation du parlement .

Pourquoi cette action dans l’urgence alors que la crise malienne dure depuis janvier 2012, que les autorités maliennes avaient déjà lancé des appels au secours auparavant et que la situation se dégradait de jour en jour ? Peut-être l’intervention éclair de la France est-elle motivée par un accord entre le gouvernement malien et la France pour exploiter ses ressources minières ? Le sous-sol malien fait partie des plus riches du continent noir. Il contient des ressources minières variées comme l’or, le quartz, les carbonates, le bois silicifié, les minéraux liés aux pegmatites et aux métamorphismes, ainsi que du pétrole. N’assisterait-on pas à une politique néo-coloniale ?

N’y a-t-il donc pas d’armée en Afrique ? Malgré les nombreuses manipulations de langage pour justifier cette intervention, on ne trompe personne.

Le président met la France dans une position extrêmement délicate puisqu’elle doit aussi régler la question des six otages français détenus au Mali, pour lesquels le montant des rançons demandées avoisine 150 millions d’euros. Elle n’est donc pas en position de force pour s’engager au Nord en prenant le risque de sacrifier les otages.

Mais qu’à cela ne tienne François Hollande veut son  bourbier malien et il l’aura.

Une bonne voie à suivre aurait été celle de Berlin. L’Allemagne rejette toute participation à une intervention armée. Elle considère que la formation des forces maliennes, un soutien humanitaire plus important et la négociation politique sont des pistes à privilégier. L’Allemagne dépêchera donc des experts militaires au Mali pour la formation des forces maliennes. Je rajouterais que le peuple malien doit se défendre de son propre chef face à l’agression qui est faite contre leur Nation. Avec l’aide des forces africaines.

La France n’a rien à faire au Mali.

—-
Lire aussi : Mali : Hollande soutenu par une classe politique va-t-en guerre