La production de pétrole américaine talonne et dépasse celle de l’Arabie Saoudite

La production américaine de pétrole (raffiné, brut, gaz et éthanol) dépasse à présent celle de l’Arabie Saoudite.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Puit de pétrole (Crédits : Flcelloguy, GFDL)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La production de pétrole américaine talonne et dépasse celle de l’Arabie Saoudite

Publié le 19 décembre 2012
- A +

Je tombe sur cette petite nouvelle (que je vous encourage à aller lire) et qu’il est toujours intéressant de relayer : les États-Unis ont probablement dépassé l’Arabie Saoudite comme premier producteur de pétrole dans le courant de la première semaine de Décembre 2012. On apprend en effet dans une communication de l’Arabie Saoudite elle-même vers l’OPEP que le royaume a moins produit en Novembre, à 9.49 millions de barils, soit 550.000 barils de moins qu’en Août.

D’un côté, l’Arabie Saoudite semble donc avoir diminué sa production à 11.2 millions de barils par jour dans la dernière semaine de Novembre (afin de conserver un prix du pétrole élevé, en raison de l’augmentation de production des États-Unis et de l’Irak). Les États-Unis ont augmenté leur production de pétrole (brut, gaz naturel liquide, éthanol et autres, avec des gains dans les processus de raffinement) pour dépasser celle de l’Arabie Saoudite dans la première semaine de Décembre (à 11.3 millions de barils par jour). Les États-Unis ont ainsi ajouté 660.000 barils par jours depuis Août.

11.33 millions pour les USA, 11.2 pour l’Arabie Saoudite, voilà qui change (un peu) la donne.

 

Dans les dernières semaines, les USA ont ajouté 35.000 barils par jour à leur production de brut, et 99.000 barils par jour de gaz naturel liquide et de renouvelables ; la production de brut est à son plus haut niveau depuis 18 ans, et en augmentation de plus d’un million de barils par jour par rapport à la même période l’année dernière.

À présent, pour que les USA produisent plus que l’Arabie Saoudite sans tenir compte des gains de raffinement, cela reviendrait à ce que les Américains augmentent à nouveau leur production de 1.1 millions de barils par jour, c’est-à-dire répéter la croissance observée en 2012. Enfin, signalons que si la demande mondiale continue à être faible comme actuellement, et si l’Irak continue d’augmenter sa production de 400.000 barils par jours, l’Arabie Saoudite pourrait choisir de réduire la sienne à 8 millions de barils par jour pour conserver des rangs de prix jugés acceptables par le Royaume.

Pendant ce temps, en France, on s’est très proprement interdit l’exploitation des Gaz de Schistes, des fois qu’on devienne indépendants énergétiquement et que ça fasse baisser notre facture énergétique.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Michel Gay et Jean-Jacques Nieuviaert.

 

La crise énergétique européenne de ce début 2022 est d’une gravité qui n’avait plus été connue depuis les chocs pétroliers des années 1970.

Mais contrairement à ce que la Commission Européenne tente de nous faire croire, les causes de cette crise ne sont pas principalement externes à l’Europe, et le conflit russo-ukrainien est loin d’en être la cause déterminante.

Depuis plus de 10 ans la Commission européenne n’a aucune stratégie ni aucune vision pour assurer à la ... Poursuivre la lecture

Les prix élevés pour les métaux ?

Un analyste de l’Agence internationale de l’énergie, cité par l’AFP, donne la solution : « investir dans des nouveaux projets miniers. »

Mais où ? Avec quel argent ?

Cela ne risque-t-il pas de vous mettre à dos les écolos ?

Qui a envie d’investir ?

Les métaux ont chuté à travers le plancher en début de 2020, en raison de la fermeture des usines. Si des restrictions bloquent à nouveau les économies, les sociétés vont à nouveau essuyer des pertes.

L’opérateur d’une mine... Poursuivre la lecture

Après de nombreuses tergiversations, l’Europe a finalement décidé dans la nuit de lundi à mardi d’un embargo partiel sur les importations de pétrole russe. « Partiel » car il vise exclusivement les importations par voie maritime (soit deux tiers des importations).

Elles devraient être arrêtées d’ici décembre 2022. En revanche, l’acheminement par oléoduc se poursuivra jusqu’à une date non fixée. Il se matérialise notamment par l’oléoduc de l’Amitié (son nom Russe est « Droujba ») transitant depuis la Sibérie Occidentale 1,5 millions de ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles