La production de pétrole américaine talonne et dépasse celle de l’Arabie Saoudite

La production américaine de pétrole (raffiné, brut, gaz et éthanol) dépasse à présent celle de l’Arabie Saoudite.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Puit de pétrole (Crédits : Flcelloguy, GFDL)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La production de pétrole américaine talonne et dépasse celle de l’Arabie Saoudite

Publié le 19 décembre 2012
- A +

Je tombe sur cette petite nouvelle (que je vous encourage à aller lire) et qu’il est toujours intéressant de relayer : les États-Unis ont probablement dépassé l’Arabie Saoudite comme premier producteur de pétrole dans le courant de la première semaine de Décembre 2012. On apprend en effet dans une communication de l’Arabie Saoudite elle-même vers l’OPEP que le royaume a moins produit en Novembre, à 9.49 millions de barils, soit 550.000 barils de moins qu’en Août.

D’un côté, l’Arabie Saoudite semble donc avoir diminué sa production à 11.2 millions de barils par jour dans la dernière semaine de Novembre (afin de conserver un prix du pétrole élevé, en raison de l’augmentation de production des États-Unis et de l’Irak). Les États-Unis ont augmenté leur production de pétrole (brut, gaz naturel liquide, éthanol et autres, avec des gains dans les processus de raffinement) pour dépasser celle de l’Arabie Saoudite dans la première semaine de Décembre (à 11.3 millions de barils par jour). Les États-Unis ont ainsi ajouté 660.000 barils par jours depuis Août.

11.33 millions pour les USA, 11.2 pour l’Arabie Saoudite, voilà qui change (un peu) la donne.

 

Dans les dernières semaines, les USA ont ajouté 35.000 barils par jour à leur production de brut, et 99.000 barils par jour de gaz naturel liquide et de renouvelables ; la production de brut est à son plus haut niveau depuis 18 ans, et en augmentation de plus d’un million de barils par jour par rapport à la même période l’année dernière.

À présent, pour que les USA produisent plus que l’Arabie Saoudite sans tenir compte des gains de raffinement, cela reviendrait à ce que les Américains augmentent à nouveau leur production de 1.1 millions de barils par jour, c’est-à-dire répéter la croissance observée en 2012. Enfin, signalons que si la demande mondiale continue à être faible comme actuellement, et si l’Irak continue d’augmenter sa production de 400.000 barils par jours, l’Arabie Saoudite pourrait choisir de réduire la sienne à 8 millions de barils par jour pour conserver des rangs de prix jugés acceptables par le Royaume.

Pendant ce temps, en France, on s’est très proprement interdit l’exploitation des Gaz de Schistes, des fois qu’on devienne indépendants énergétiquement et que ça fasse baisser notre facture énergétique.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Dans un article publié sur Atlantico en décembre dernier, Damien Ernst s’efforce de montrer que l’affirmation de Jean-Marc Jancovici selon laquelle la disparition du pétrole condamne l’avion n’est pas fondée.

Hélas, un examen rationnel et lucide des conséquences de cette disparition ne peut déboucher sur une autre conclusion. Aussi, professer que le seul moyen de contrarier la marche funeste du climat est de sevrer l’économie de sa nourriture principale fait-il courir un risque considérable aux sociétés humaines.

Pour Damien Ern... Poursuivre la lecture

Le vendredi, c’est traditionnellement poisson. Ce jour-ci, ce sera du Ordralfabétix, c’est-à-dire pourri, et par la tête comme il se doit.

La surprise est totale : on apprend par deux sources, Investigate et Disclose, que l’actuelle ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, est directement liée par des intérêts financiers et familiaux avec la seconde compagnie pétrolière en France, Perenco.

Apparemment, les trois enfants de la ministre – âgés de 5, 10, 13 ans en 2016 – et un de leurs cousins ont pris place à... Poursuivre la lecture

Il fut longtemps considéré comme un truisme que, outre l’honnêteté, la qualité la plus attendue d’un gouvernement est la compétence, la disposition la plus appréciée le talent rehaussé d’une dose de courage et d’une pincée de clairvoyance.

Hélas, depuis près de 30 ans, une trivialité toujours plus insolente gagne dans l’indifférence générale ce qui n’aurait jamais dû cesser d’être un sanctuaire de la méritocratie comme celui qui éleva la jeune nation américaine au rang des nations les plus développées, grâce au chemin de fer et à un vi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles