UE : Et pourquoi pas le Prix Nobel d’Économie, tant qu’on y est !

Le ton d’auto-satisfaction qu’avaient les hauts responsables européens en recevant le Prix Nobel était impoli, arrogant et dangereux.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

UE : Et pourquoi pas le Prix Nobel d’Économie, tant qu’on y est !

Publié le 16 décembre 2012
- A +

Le comité norvégien a accordé le 12 octobre le Prix Nobel de la Paix à l’Union européenne. Le ton d’auto-satisfaction qu’avaient les hauts responsables européens en recevant le prix était impoli, arrogant et dangereux.

Par Daniel Hannan.

C’est donc ainsi que fonctionne la paix en Europe ?

Est-ce que quelqu’un pense sérieusement que le Grand Duché de Luxembourg pourrait annexer la province portant le même nom si l’UE n’était pas là ? Ou que, s’ils n’étaient pas tenus par Bruxelles, les Italiens retenteraient d’occuper Nice ? Y a-t-il quelqu’un qui imagine aujourd’hui que les pacifistes allemands, difficiles à convaincre de s’unir aux opérations de maintien de la paix de l’OTAN, désirent secrètement envoyer des divisions de tanks en Silésie et Poméranie ?

Regardez un peu le profil démographique de l’Europe nom de Dieu. Il n’y a jamais eu un ratio travailleur/retraité aussi bas. S’attaquer à ce problème doit nous concerner bien plus que l’idée des citoyens européens trainant le pas en cadence en déambulateur en formation militaire.

Je ne ferai pas perdre de temps à mes lecteurs en rabâchant mes arguments concernant le fait que l’UE est bien plus une conséquence qu’une cause de la paix en Europe – une paix basée sur la défaite du fascisme, la diffusion de la démocratie bourgeoise et de l’alliance de l’Atlantique. Laissez-moi simplement dire que le ton d’auto-satisfaction qu’avaient les hauts responsables européens en recevant le Prix Nobel était impoli, arrogant et dangereux.

Impoli car il s’agit d’une terrible offense faite aux peuples d’Europe – en particulier allemands, qui sont souvent pointés du doigt – d’insinuer qu’ils auraient besoin d’être sauvés d’eux-mêmes. Le fait que cet argument provienne souvent de la bouche d’eurocrates et politiciens eux-même allemands ne rend pas la chose moins grave. Arrogant car on a attribué cette paix non pas aux électeurs qui ont soutenu une démocratie pluraliste après 1945, mais à une oligarchie non élue. Et dangereux car cela encourage le concept de « fin qui justifie les moyens » de l’UE : gaspillage, corruption, suppression de résultats de référendum – tout ceci serait un prix bien peu cher à payer si la seule autre alternative était de se tirer dessus les uns les autres sur le front ouest.

Les dirigeants de l’UE se sont rendus en masse à Oslo pour recevoir leur prix : José Manuel Durrao Barroso pour la Commission, Herman Van Rompuy pour le Conseil, Martin Schulz pour le Parlement, des douzaines de gros bonnets, des centaines d’assistants et Nick Clegg.

Si seulement ils avaient eu l’ouverture d’esprit de regarder autour d’eux. La Norvège est d’un pacifisme légendaire. Ses diplomates ont aidé à mener des dialogues pour la paix à travers le monde : Soudan, Sri Lanka, Israël-Palestine, Asie du Sud-Est. Je n’arrive pas à trouver un seul pays ayant commencé une guerre depuis son indépendance. Et pourtant les Norvégiens ont choisi de ne pas rejoindre l’UE : les sondages d’opinions y ont été défavorables à deux contre un depuis tellement longtemps que même les politiciens les plus euro-fanatiques ont laissé tomber l’affaire.

La Norvège est le deuxième État le plus sain après la Suisse. D’après l’ONU, qui mesure entre autres l’espérance de vie, la mortalité infantile, le taux d’alphabétisation, etc., il s’agit du meilleur pays dans lequel naître. Le pays est libre de signer des accords de commerce avec d’autres pays non-membres de l’UE, comme le Canada, et il exporte un peu plus de deux fois et demi par tête que ce que font l’UE ou la Grande-Bretagne. Comme diraient les cousins, c’est à n’y rien comprendre !

—-
Sur le web.

Traduction : Virginie Ngo pour Contrepoints.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Article tout à fait juste!!

  • [La Norvège est le deuxième État le plus sain après la Suisse.] dites-vous.

    Certes oui, mais ceux des norvégiens qui composent le comité Nobel nous confirment être de parfaits crétins par les choix distordus de leurs « attributions » !
    Arafat Nobel ?
    Al Gore Nobel ?
    U.E. Nobel ?
    Qui faut-il ajouter à cette courte liste, déjà édifiante ???

  • « La Norvège est le deuxième État le plus sain après la Suisse. D’après l’ONU, qui mesure entre autres l’espérance de vie, la mortalité infantile, le taux d’alphabétisation, etc., il s’agit du meilleur pays dans lequel naître. Le pays est libre de signer des accords de commerce avec d’autres pays non-membres de l’UE, comme le Canada, et il exporte un peu plus de deux fois et demi par tête que ce que font l’UE ou la Grande-Bretagne. Comme diraient les cousins, c’est à n’y rien comprendre ! »

    Un début d’explication: http://www.norvege.no/About_Norway/business/Industrie/oilgas/

    Je ne vois pas pourquoi le « c’est à n’y rien comprendre ».

    Sinon, pour le reste, je suis d’accord.

  • la suisse un pays sain?? quelle saloperie

    avec les banques qui trafiquent de l’argent noir?

    quand on voit à qui on attribue le nobel d’éco je ne vois pas où est le problème

    • La Suisse est un modèle démocratique pour le monde.
      Elle prouve les vertus de la démocratie directe.
      C’est l’étatisme qui cause les perversions qui ont profité de l’espace de liberté offert par ses banques.
      C’est le déni du droit de propriété par d’autres pays qui pousse à y chercher refuge.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Par Marc Deffrennes et Samuele Furfari[1. Hauts fonctionnaires retraités de la Commission européenne (Direction générale de l’énergie) Ingénieurs, Responsables respectivement de weCARE et de la SEII].

Une politique énergétique équilibrée doit reposer sur trois piliers :

La sécurité de l’approvisionnement. Une saine économie. La protection de l’environnement.

 

Cet équilibre est au cœur des actions de weCARE et la Société Européenne des Ingénieurs et Industriels, à savoir : promouvoir un mix énergétique fiable, abor... Poursuivre la lecture

La vague anti-russe continue. Elle déferle en Occident, punissant des citoyens russes dans des domaines n’ayant rien à voir avec la politique, tels que la culture et le sport. Les avoirs de citoyens russes, sans lien apparent avec le Kremlin, ont été gelés sans que cela ne semble déranger personne.

Maintenant, même l’achat de biens immobiliers en Europe pourrait bientôt être interdit aux Russes. En effet, le sixième paquet de sanctions poussé par l’Union européenne a aussi pour objectif d’interdire à la plupart des Russes d’acheter ou ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles