La BCE, comme superviseur bancaire unique de l’Eurozone ?

Nous avons analysé la dernière proposition de compromis pour transformer la BCE en superviseur bancaire unique de l’Eurozone.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La BCE, comme superviseur bancaire unique de l’Eurozone ?

Publié le 15 décembre 2012
- A +

Nous avons analysé la dernière proposition de compromis pour transformer la BCE en superviseur bancaire unique de l’eurozone. Conclusions.

Par Open Europe, depuis Bruxelles.

Mario Draghi, gouverneur de la BCE

La muraille de Chine de la BCE : toujours une passoire ? Nous avons examiné la dernière proposition de compromis pour transformer la BCE en superviseur bancaire unique de l’eurozone. Elle a été concoctée par la présidence chypriote sous forme d’une offre pour finaliser un accord au sommet des ministres des Finances européens du mercredi 12 décembre. Nous présentons ci-dessous nos remarques initiales (que nous pourrons corriger le moment venu).

Les mesures ayant pour but d”atteindre une séparation claire entre les rôles monétaire et de supervision de la BCE – préoccupation première de l’Allemagne – sont sans aucun doute la partie la plus intéressante. Voici ce que dit la proposition en cours de discussion.

Composition du comité de supervision :

  • Présidence (ne peut être un membre du Conseil des gouverneurs)
  • Vice-présidence (membre du directoire de la BCE)
  • 3 représentants de la BCE (avec droits de vote mais ne peuvent agir sur les responsabilités liées à la politique monétaire en même temps)
  • Des superviseurs nationaux de chaque État membre participant, c-à-d incluant les pays hors de l’eurozone souhaitant la rejoindre.

Prise de décision :

  • Majorité simple (la présidence peut voter en cas d’égalité)
  • Vote à majorité qualifiée pour les réglementations « ayant un impact substantiel sur les institutions de crédit » – bien qu’il n’y ait pas de définition claire sur ce qu’est un impact « substantiel » ou qui le détermine.

Que fait le comité de supervision ?

Il établit des ébauches de décisions et les propose au Conseil des gouverneurs de la BCE pour adoption, « conformément à une procédure à établir par la BCE » – les détails doivent donc encore être étoffés. Le Conseil des gouverneurs a encore dix jours pour s’opposer à l’ébauche de décision, mais doit donner une justification écrite – et est encouragé à exprimer n’importe quelle préoccupation relative à la politique monétaire en particulier.

Si une décision prise par le comité de supervision est modifiée suivant les objections formulées par le Conseil des gouverneurs, un pays hors eurozone peut exprimer son désaccord (une précaution, étant donné qu’aucun pays hors eurozone ne siège pas au Conseil des gouverneurs). Le pays peut aussi aviser la BCE qu’il ne respectera pas la décision considérée s’il n’est pas satisfait du résultat. Néanmoins, dans ce cas la BCE « considèrera l’éventuelle suspension ou fin de la coopération rapprochée avec cet État membre » – donc si un pays s’oppose à une seule proposition, il court le risque d’être exclu de l’union bancaire.

Dès lors, ce brouillon contient quelques progrès sur l’organisation des comités et un peu plus sur la manière dont ils interagiront, mais le processus crucial de prise de décision manque toujours de détails. En particulier sur l’interaction exacte entre le Conseil des gouverneurs et le Comité de supervision si le Conseil s’oppose à une proposition.

Il est également clair que le pouvoir final réside au Conseil des gouverneurs et, bien que les pays hors eurozone aient une sorte de clause de sortie, la séparation entre la politique monétaire et la supervision financière semble toujours limitée. (Comme nous l’avons suggéré ce sera toujours le cas (en) à cause des contraintes légales).
Encore beaucoup de travail à faire, spécialement sur les points sensibles.


ECB’s Chinese Wall Still full of Holes, article original de Open Europe Blog. Traduction Eclipse pour Contrepoints.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Avec un ancien de Goldmann à la tête de la BCE, nous pouvons dormir tranquilles !:)

  • Ou comment remplacer un contrôle des marchés par du flicage et transformer un système multiple et évolutif pouvant s’améliorer par un monolithe nous exposant à un risque systémique.

  • Toujours pareil avec l’UE, transférer des compétences démocratiques vers des technocrates/banquiers non-élus. Et avec ça ils veulent que les peuples aiment l’Europe… Qu’ils commencent par le début :

    1) demander aux peuples s’ils veulent construire une Europe fédérale
    2) si oui, la faire démocratique, faire des élections et institutions à l’image des US.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Au Forum financier international qui vient de se tenir à Paris, le gouverneur de la Banque de France a confirmé l’intention des banques centrales de créer un euro numérique. En même temps, dans un article récent, Le Figaro se demande : « Euro numérique : à quoi servira la nouvelle monnaie européenne ? » Excellente question, à laquelle j’ai bien peur que la réponse soit « à rien ».

Dans nos pays développés, nous disposons d’une vaste gamme de moyens de paiement : outre les chèques et les espèces, une multitude de cartes de crédit et plu... Poursuivre la lecture

Les banquiers centraux sont en réunion sous le soleil du Portugal cette semaine… Ils ne pouvaient pas sûrement pas l’annuler et ainsi faire des économies d’énergies, ce qui est réclamé à la population : « L'effort [pour économiser l’énergie] doit être immédiat, collectif et massif. Chaque geste compte » écrivent des zombies dans Le Journal du Dimanche. Mais les dirigeants avaient besoin de se voir et de s'embrasser. Ne se mettent-ils pas en danger d’une contamination ? Ont-ils porté le masque à tout moment ? Ces manquements-là ne sont rien pa... Poursuivre la lecture

Article disponible en podcast ici.

Plus Christine Lagarde renie Bitcoin, plus elle met en évidence les bénéfices de Bitcoin face à sa gestion monétaire.

Nous verrons donc les trois bénéfices du Bitcoin les plus détestés de Christine Lagarde.

 

Gestion apolitique et neutre

Que vous soyez de gauche comme de droite, femme ou homme, jeune ou vieux, Français, Russe ou Chinois, en guerre ou en paix, le Bitcoin est ouvert à tous sans aucune restriction.

Tout le monde peut utiliser le bitcoin aussi bien comme ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles