Exil fiscal : Gérard Depardieu s’est installé en Belgique

Conséquence du niveau de la fiscalité française, l’exil fiscal va croissant en France, avec dernièrement Gérard Depardieu.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Exil fiscal : Gérard Depardieu s’est installé en Belgique

Publié le 9 décembre 2012
- A +

Conséquence du niveau de la fiscalité française, l’exil fiscal va croissant en France, avec dernièrement Gérard Depardieu.

Par la rédaction de Contrepoints.

Suite à la très forte hausse de la fiscalité française, les départs d’entrepreneurs, d’artistes ou de créateurs ne cessent de se multiplier. Après Bernard Arnault qui a demandé la nationalité belge, c’est l’acteur Gérard Depardieu qui s’est installé en Belgique en décembre 2012. Le célèbre acteur a élu domicile à Estaimpuis, à une vingtaine de kilomètres de Lille et un kilomètre de la frontière, depuis le 7 décembre. L’information, dévoilée par la RTBF, a été confirmée par le bourgmestre, socialiste, de la ville. Pour cette commune belge, la surtaxation française est une aubaine, puisqu’elle attire nombre de français fuyant la pression fiscale, comme des membres de la famille Mulliez qui contrôle Auchan.

La Belgique attire nombre de français par son absence d’imposition sur le capital, ou l’absence d’imposition des plus-values sur actions. À l’inverse, la France est classée par Forbes comme le pire pays au monde en termes de « misère fiscale ».

 

 

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Mais où diable va-t-il désormais pouvoir se soigner maintenant ??

    • Parce qu’il n’y a qu’en France que l’on est soigné. Ailleurs, en Belgique, en Suisse, aux Pays-bas, en Allemagne, aux Etats-Unis, en Angleterre, pas de médecins, pas d’infirmiers, pas d’hôpitaux, pas de cliniques. Les gens crèvent dans la rue en se tordant dans d’affreuses souffrances. C’est bien connu !

    • Cette remarque sur des soins de santé de qualité qui n’existeraient qu’en France, et sur la carte Vitale qu’il faut s’empresser de confisquer aux expatriés fiscaux, revient sans cesse dans les commentaires socialauds. Ces encartés ont-ils seulement mis le pied un jour à l’extérieur de la France pour y constater ce qui existe ? Il semble que non. Et puis, croire que MM. Arnaud, Depardieu, Mulliez, et quelques autres, n’ont pas les moyens de se faire soigner à l’étranger en cas de coup dur, c’est de la bêtise crasse, pour ne pas dire plus.

  • moi je serais trés content qu’on continue à le soigner chez nous ne serai ce que pour tous les impôts payés et les royalties ammenées par son travail

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Pascal Salin et Philippe Lacoude.

Première partie de la série ici Seconde partie de la série ici Troisième partie de la série ici Quatrième partie de la série ici Cinquième partie de la série ici Sixième partie de la série ici Septième partie de la série ici Huitième partie de la série ici

Comme nous l’avons vu précédemment, les impôts directs sur le capital (tels l’IGF, l’ISF, l’IFI ou les droits de succession) ne pourraient avoir un impact positif sur la croissance économique à long terme que dans la mesure où l’usage qui ... Poursuivre la lecture

Par Jean-Philippe Delsol. Un article de l'Iref-Europe

Un second rapport du Comité d’évaluation des réformes de la fiscalité du capital a été publié ce 8 octobre pour poursuivre l’analyse des réformes engagées notamment au titre de la transformation de l’ISF en IFI et de l’instauration du Prélèvement forfaitaire unique et libératoire de 30 % -le PFU- sur les revenus du capital mobilier. Ce Comité conclut globalement, et avec prudence bien sûr, que trop d’impôt sur le capital peut aussi tuer le capital et coûter à l’État.

La baisse d... Poursuivre la lecture

Par Jean-Philippe Delsol. Un article de l'Iref-Europe

Cet article a été publié en mai 2018.

Certes, la politique fiscale du gouvernement est plus qu’ambiguë. Plus d’une dizaine de nouvelles taxes et les coûts de mise en œuvre de la retenue à la source renchérissent la charge que supportent les contribuables. L’exonération partielle de la taxe d’habitation relève de l’arbitraire fiscal. Bien sûr, les déclarations fiscales sont toujours plus complexes et ceux qui déclarent l’IFI ne le démentiront pas.

Mais l’annonce par Emm... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles