La dette fédérale canadienne à 600 milliards $

imgscan contrepoints 2217 dette Canada

Selon le compteur de la fédération canadienne des contribuables, la dette fédérale canadienne augmente au rythme de 74,6 millions $ par jour. De 3,1 millions $ l’heure, et de 52 000 $ la minute…

Selon le compteur de la fédération canadienne des contribuables, la dette fédérale canadienne augmente au rythme de 74,6 millions $ par jour. De 3,1 millions $ l’heure, et de 52 000 $ la minute…

Par David Descoteaux, depuis Montréal, Québec.

On critique souvent la gestion des fonds publics par Pauline Marois et le PQ, ou par Jean Charest et le parti libéral avant elle. Mais il faudrait aussi surveiller ce que les fédéraux font avec notre argent.

Tiens, une nouvelle comme ça : la dette du gouvernement fédéral a franchi en fin de semaine le cap des… 600 milliards $ !

Ça implique quoi pour vous ? Entre autres, que pour chaque 100 $ que vous payez au fédéral sur votre rapport d’impôt, entre 11 $ et 12 $ servent uniquement à payer les intérêts sur la dette du Canada. Pas la dette. Juste les intérêts… Et croisez-vous les doigts pour que les taux d’intérêt demeurent bas. Sinon, ce montant pourrait grossir rapidement.

À lui seul, le gouvernement Harper aura ajouté 142,4 milliards $ à la dette nationale d’ici 2016, selon le directeur de la fédération canadienne des contribuables (CTF), Gregory Thomas. Une chance que des « conservateurs » nous dirigent. Imaginez ce qu’aurait fait un parti de gauche…

Pouf !

Entre 1997 et 2008, les Canadiens avaient réussi à réduire la dette de plus de 100 milliards $, souligne la CTF. Disparus, tous ces efforts. Depuis 2008, le gouvernement Harper a réemprunté tout autant, et même plus…

Même avec des taux d’intérêt très bas, les paiements d’intérêt de cette dette représentent 31 milliards $ cette année. C’est plus que les budgets combinés de l’assurance-emploi et des prestations pour enfants, note M. Thomas.

On peut toujours blâmer le contexte économique. Mais cette « crise » commence à avoir le dos large. Surtout que le gouvernement a tout de même profité d’un boom immobilier sans précédent, et d’un endettement record des citoyens, qui a bien fait paraître l’économie. Deux moteurs qui risquent d’ailleurs de ralentir dans les mois et années qui viennent.

Le bonheur, c’est contagieux

Vous souvenez-vous de la fameuse déclaration du ministre des Finances Raymond Bachand en 2010 ? Devant les difficultés budgétaires, il avait dit « La finalité n’est pas d’équilibrer le budget, c’est d’être heureux comme peuple ». Juste avant de nous bombarder de nouvelles taxes…

Le bonheur, c’est contagieux. Parce qu’en admettant son impuissance à équilibrer le budget en temps voulu, le ministre fédéral des Finances Jim Flaherty a lui aussi découvert une façon positive de voir la vie. Il faut tenir compte de la situation économique mondiale, dit le ministre. Et surtout, « les budgets équilibrés ne sont pas une fin en soi », mais plutôt « un moyen pour arriver à une fin, et cette fin est un avenir meilleur et plus prospère pour tous les Canadiens. »

Selon le compteur de la fédération canadienne des contribuables, notre « avenir meilleur et prospère » augmente au rythme de 74,6 millions $ par jour. De 3,1 millions $ l’heure, et de 52 000 $ la minute…