Budget de l’UE : c’est le blocage

La date limite pour arriver à un accord sur le budget de l’UE a été dépassée. Le Royaume-Uni protège son rabais, et la France ses subventions agricoles.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
bruxelles-budget-ue

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Budget de l’UE : c’est le blocage

Publié le 18 novembre 2012
- A +

La date limite pour arriver à un accord sur le budget de l’UE a été dépassée. Le Royaume-Uni protège son rabais, et la France ses subventions agricoles.

Par Richard North, depuis Bradford, Royaume Uni.

À peine les discussions annuelles sur le budget de l’UE se sont elles effondrées, qu’Hermann Van Rompuy a jailli avec une proposition de budget multi-annuel, ajoutant encore plus de confusion à la question qu’il n’y en avait déjà.

C’était un brouillon de compromis de budget multi-annuel, avec pour but « d’amadouer la Grande Bretagne qui veut des coupes dans la dépense, au risque de fâcher la France en réduisant les subventions à l’agriculture. » Ce brouillon réduirait de 80 milliards le budget pour 2014-2020, qui fait à peu près 1000 milliards d’euros tels que proposés par la commission européenne, pour être prêts pour les discussions du 22-23 novembre.

En même temps, on nous a dit que la proposition allait préserver le rabais britannique, ce qui, c’était prévisible, signifiait que la France le rejetterait, ce qu’elle s’est empressée de faire.  Jean-Marc Ayrault, le premier ministre français, a objecté contre des coupes profondes dans les dépenses dans l’agriculture, et a aussi « exprimé du déplaisir » à propos de la réduction proposée des fonds de cohésion.

Ayrault a néanmoins promis que la France continuerait de travailler de façon constructive pour arriver à un accord général, une phrase normalement dépourvue de sens, qui a rapidement acquis la signification suivante : « La France va se faire la Grande-Bretagne ». Et sans tarder, nous avons entendu divers reportages, culminant avec celui du Guardian (qui continue de perdre de l’argent), qui nous dit qu’on a écrêté un milliard par an du rabais britannique, et ramené le budget total sur sept ans à 950 milliards d’euros.

Ainsi, dans le désarrois apparent sur le front multi-annuel, toute info sur la crise du budget pour 2013 a disparu de l’écran radar. Résultat : l’eurodéputé Alain Lamassoure (PPE, France), président du comité du budget au parlement européen, ne trouve pas ça amusant. Il déclare que l’UE « n’est pas crédible », commençant comme elle le fait à négocier le budget à long terme pour 2014-2020, avant de s’être mise d’accord sur les paiements courants.

Lui, et lui seul, semble avoir pris conscience de l’impasse sur la correction à apporter au budget 2012, qui a fait s’écraser les propositions de budget pour 2013, ce qui nous a amené à la situation bizarre où les chefs de l’UE vont se rencontrer pour tenter de se mettre d’accord sur le budget pour 2014-2020 en l’absence d’accords pour 2012 et pour 2013.

Mais le fait d’avoir Lamassoure qui nous dit que l’UE « n’est pas crédible », ça c’est vraiment quelque chose. Tout le processus du budget est en train de tomber dans un chaos tel que nous n’en n’avons jamais vu.

—-

Sur le web.

Lire aussi : L’UE se vote une hausse de budget de 6,8%.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le Maroc est un pays dynamique, son économie est diversifiée, son système politique présente une certaine stabilité dans une région en proie à des crises à répétition. Ce pays a fait montre d’une résilience étonnante face aux chocs exogènes. La gestion remarquée de la pandémie de covid et la bonne prise en main du séisme survenu dans les environs de Marrakech sont les exemples les plus éclatants.

 

Pays dynamique

Sa diplomatie n’est pas en reste. La question du Sahara occidental, « la mère des batailles », continue à engran... Poursuivre la lecture

Les Gilets verts ont bloqué le pays avec leurs tracteurs en demandant notamment que l'on n’importe pas ce que l’on interdit en France. Leurs revendications ont également porté sur l’accès à l’eau et sur la rigueur des normes environnementales françaises, qui seraient plus exigeantes que celles de leurs concurrents.

C'est la hausse du prix du gazole agricole qui a mis le feu aux poudres, en reproduisant les mêmes effets que la taxe carbone sur tous les carburants, qui avait initié le mouvement des Gilets jaunes cinq ans plus tôt.

Poursuivre la lecture
Ukraine : inquiétude sur le front et à l’arrière

Le mois de février aura vu s’accumuler les mauvaises nouvelles pour l’Ukraine. Son armée est confrontée à une pénurie grave de munitions qui amène désormais en maints endroits de ce front de 1000 km le « rapport de feu » (nombre d’obus tirés par l’ennemi vs nombre d’obus qu’on tire soi-même) à près de dix contre un. Ce qui a contribué, après deux mois d’intenses combats et de pertes élevées, jusqu’à 240 chars russes, selon Kyiv, à la chute d’Adviivka, vendredi dernier. La conquête de cette vill... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles