Budget de l’UE : c’est le blocage

La date limite pour arriver à un accord sur le budget de l’UE a été dépassée. Le Royaume-Uni protège son rabais, et la France ses subventions agricoles.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
bruxelles-budget-ue

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Budget de l’UE : c’est le blocage

Publié le 18 novembre 2012
- A +

La date limite pour arriver à un accord sur le budget de l’UE a été dépassée. Le Royaume-Uni protège son rabais, et la France ses subventions agricoles.

Par Richard North, depuis Bradford, Royaume Uni.

À peine les discussions annuelles sur le budget de l’UE se sont elles effondrées, qu’Hermann Van Rompuy a jailli avec une proposition de budget multi-annuel, ajoutant encore plus de confusion à la question qu’il n’y en avait déjà.

C’était un brouillon de compromis de budget multi-annuel, avec pour but « d’amadouer la Grande Bretagne qui veut des coupes dans la dépense, au risque de fâcher la France en réduisant les subventions à l’agriculture. » Ce brouillon réduirait de 80 milliards le budget pour 2014-2020, qui fait à peu près 1000 milliards d’euros tels que proposés par la commission européenne, pour être prêts pour les discussions du 22-23 novembre.

En même temps, on nous a dit que la proposition allait préserver le rabais britannique, ce qui, c’était prévisible, signifiait que la France le rejetterait, ce qu’elle s’est empressée de faire.  Jean-Marc Ayrault, le premier ministre français, a objecté contre des coupes profondes dans les dépenses dans l’agriculture, et a aussi « exprimé du déplaisir » à propos de la réduction proposée des fonds de cohésion.

Ayrault a néanmoins promis que la France continuerait de travailler de façon constructive pour arriver à un accord général, une phrase normalement dépourvue de sens, qui a rapidement acquis la signification suivante : « La France va se faire la Grande-Bretagne ». Et sans tarder, nous avons entendu divers reportages, culminant avec celui du Guardian (qui continue de perdre de l’argent), qui nous dit qu’on a écrêté un milliard par an du rabais britannique, et ramené le budget total sur sept ans à 950 milliards d’euros.

Ainsi, dans le désarrois apparent sur le front multi-annuel, toute info sur la crise du budget pour 2013 a disparu de l’écran radar. Résultat : l’eurodéputé Alain Lamassoure (PPE, France), président du comité du budget au parlement européen, ne trouve pas ça amusant. Il déclare que l’UE « n’est pas crédible », commençant comme elle le fait à négocier le budget à long terme pour 2014-2020, avant de s’être mise d’accord sur les paiements courants.

Lui, et lui seul, semble avoir pris conscience de l’impasse sur la correction à apporter au budget 2012, qui a fait s’écraser les propositions de budget pour 2013, ce qui nous a amené à la situation bizarre où les chefs de l’UE vont se rencontrer pour tenter de se mettre d’accord sur le budget pour 2014-2020 en l’absence d’accords pour 2012 et pour 2013.

Mais le fait d’avoir Lamassoure qui nous dit que l’UE « n’est pas crédible », ça c’est vraiment quelque chose. Tout le processus du budget est en train de tomber dans un chaos tel que nous n’en n’avons jamais vu.

—-

Sur le web.

Lire aussi : L’UE se vote une hausse de budget de 6,8%.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La vague anti-russe continue. Elle déferle en Occident, punissant des citoyens russes dans des domaines n’ayant rien à voir avec la politique, tels que la culture et le sport. Les avoirs de citoyens russes, sans lien apparent avec le Kremlin, ont été gelés sans que cela ne semble déranger personne.

Maintenant, même l’achat de biens immobiliers en Europe pourrait bientôt être interdit aux Russes. En effet, le sixième paquet de sanctions poussé par l’Union européenne a aussi pour objectif d’interdire à la plupart des Russes d’acheter ou ... Poursuivre la lecture

Bien sûr, il est question ici d’énergie et non d’armes nucléaires, domaine dans lequel je n’ai aucune expertise. Mais dans le domaine de l’énergie nucléaire, l’Union européenne (UE) paie certainement un lourd tribut à son désarmement nucléaire unilatéral.

Le traité Euratom a peu à peu été détruit

Dans quelques jours, les 1er et 2 juin, cela fera 67 ans que les fondateurs de l’UE ont lancé le concept du traité Euratom, qui était destiné à promouvoir — promouvoir ! — l’utilisation pacifique de l’énergie atomique ; l’idée sous-jacente éta... Poursuivre la lecture

Davantage de centralisation continentale et une « communauté politique » pour « doubler » l’Union. Le discours d’Emmanuel Macron devant le Parlement européen ce lundi a permis de dévoiler les intentions du président français vis-à-vis de l’Union européenne. Les propos ont été particulièrement français : des idées très générales sur un fond vaguement dirigiste. D’un côté, Emmanuel Macron propose une révision générale des traités, de l’autre, il envisage la création d’une « communauté politique » européenne visant à faire coopérer des nations d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles