Budget de l’UE : c’est le blocage

La date limite pour arriver à un accord sur le budget de l’UE a été dépassée. Le Royaume-Uni protège son rabais, et la France ses subventions agricoles.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
bruxelles-budget-ue

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Budget de l’UE : c’est le blocage

Publié le 18 novembre 2012
- A +

La date limite pour arriver à un accord sur le budget de l’UE a été dépassée. Le Royaume-Uni protège son rabais, et la France ses subventions agricoles.

Par Richard North, depuis Bradford, Royaume Uni.

À peine les discussions annuelles sur le budget de l’UE se sont elles effondrées, qu’Hermann Van Rompuy a jailli avec une proposition de budget multi-annuel, ajoutant encore plus de confusion à la question qu’il n’y en avait déjà.

C’était un brouillon de compromis de budget multi-annuel, avec pour but « d’amadouer la Grande Bretagne qui veut des coupes dans la dépense, au risque de fâcher la France en réduisant les subventions à l’agriculture. » Ce brouillon réduirait de 80 milliards le budget pour 2014-2020, qui fait à peu près 1000 milliards d’euros tels que proposés par la commission européenne, pour être prêts pour les discussions du 22-23 novembre.

En même temps, on nous a dit que la proposition allait préserver le rabais britannique, ce qui, c’était prévisible, signifiait que la France le rejetterait, ce qu’elle s’est empressée de faire.  Jean-Marc Ayrault, le premier ministre français, a objecté contre des coupes profondes dans les dépenses dans l’agriculture, et a aussi « exprimé du déplaisir » à propos de la réduction proposée des fonds de cohésion.

Ayrault a néanmoins promis que la France continuerait de travailler de façon constructive pour arriver à un accord général, une phrase normalement dépourvue de sens, qui a rapidement acquis la signification suivante : « La France va se faire la Grande-Bretagne ». Et sans tarder, nous avons entendu divers reportages, culminant avec celui du Guardian (qui continue de perdre de l’argent), qui nous dit qu’on a écrêté un milliard par an du rabais britannique, et ramené le budget total sur sept ans à 950 milliards d’euros.

Ainsi, dans le désarrois apparent sur le front multi-annuel, toute info sur la crise du budget pour 2013 a disparu de l’écran radar. Résultat : l’eurodéputé Alain Lamassoure (PPE, France), président du comité du budget au parlement européen, ne trouve pas ça amusant. Il déclare que l’UE « n’est pas crédible », commençant comme elle le fait à négocier le budget à long terme pour 2014-2020, avant de s’être mise d’accord sur les paiements courants.

Lui, et lui seul, semble avoir pris conscience de l’impasse sur la correction à apporter au budget 2012, qui a fait s’écraser les propositions de budget pour 2013, ce qui nous a amené à la situation bizarre où les chefs de l’UE vont se rencontrer pour tenter de se mettre d’accord sur le budget pour 2014-2020 en l’absence d’accords pour 2012 et pour 2013.

Mais le fait d’avoir Lamassoure qui nous dit que l’UE « n’est pas crédible », ça c’est vraiment quelque chose. Tout le processus du budget est en train de tomber dans un chaos tel que nous n’en n’avons jamais vu.

—-

Sur le web.

Lire aussi : L’UE se vote une hausse de budget de 6,8%.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après le bref passage de Liz Truss au poste de Premier ministre britannique, le Parti conservateur britannique continue de lutter, accusant un retard de 15 points de pourcentage sur l'opposition travailliste dans les sondages d'opinion. Il est intéressant de noter que Boris Johnson et Liz Truss ont lancé un défi à l'autorité du nouveau Premier ministre Rishi Sunak en rejoignant une rébellion conservatrice soutenant les parcs éoliens pour faire face à la crise énergétique.

Le journaliste britannique de GB News, Tom Harwood, a déploré la... Poursuivre la lecture

La couverture médiatique du G20 a été dominée par des sujets brûlants comme l'Ukraine et Taïwan. Mais une initiative intéressante est passée presque inaperçue : les plus grandes nations tropicales ont formé une triple alliance pour sauver leurs forêts.

Les trois nations abritant l’essentiel des forêts tropicales du globe, le Brésil, la République démocratique du Congo et l'Indonésie, qui représentent à elles trois 52 % de la forêt tropicale de la planète, ont officiellement lancé, lundi 14 novembre, un partenariat visant à coopérer à l... Poursuivre la lecture

Le 10 novembre 2022, le Parlement européen a voté une résolution sur les jeux vidéo et l’esport. Si celui-ci reconnaît le rôle positif de cette industrie et de ce loisir, certains éléments montrent une volonté d’utiliser ce secteur comme un outil d’influence politique et culturelle.

On ne peut pas nier que les jeux vidéo ont désormais une influence dans la culture. Ce que propose le Parlement existe donc déjà sans interventionnisme, lequel peut être rapidement à double tranchant.

 

Que contient la résolution ?

Certai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles