Discours d’adieu de Ron Paul au Congrès américain

Contrepoints vous propose la vidéo du discours d'adieu de Ron Paul au Congrès américain, dans laquelle il fait le bilan de son action.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Discours d’adieu de Ron Paul au Congrès américain

Publié le 15 novembre 2012
- A +

Contrepoints vous propose la vidéo du discours d’adieu de Ron Paul au Congrès américain, dans laquelle il fait le bilan de son action.

Par la rédaction de Contrepoints.

Ron Paul, le célèbre représentant libertarien du Texas, a fait hier 14 novembre un discours d’adieux à la Chambre, après 23 ans à y siéger. Contrepoints vous propose la vidéo de son intervention, dans laquelle il fait le bilan de son action :

Pour les lecteurs de Contrepoints qui ne connaîtraient pas encore Ron Paul, voici un extrait de Wikibéral :

Ron Paul (né le 20 août 1935) est un homme politique américain, membre du Parti républicain.

De profession gynécologue obstétricien, il habite la région de Houston au Texas.

Il est élu à dix reprises à la chambre des représentants pour l’état du Texas.

En 1988, il est candidat à la présidence des États-Unis pour le Parti Libertarien où il obtient un peu plus de 400.000 voix.

Républicain libertarien, il est indépendant et très isolé dans son propre camp. Sous les mandats de George W. Bush, il a ainsi voté contre les propositions de lois républicaines sur l’augmentation des dépenses militaires ou le Patriot Act, a appelé à un retrait rapide des troupes américaines d’Irak et à une réduction des pouvoirs de la Réserve fédérale.

Selon une étude du journal New American paru en 2006, c’est le plus libéral de tous les membres de la chambre des représentants et du Sénat.

En 2007, il a annoncé son intention de briguer l’investiture républicaine pour l’élection présidentielle. Il ne l’a cependant pas obtenue, malgré une primaire pendant laquelle il a levé des montants très importants auprès de plusieurs dizaines de milliers d’électeurs.

Pour lui, le gouvernement fédéral devrait s’en tenir aux devoirs spécifiés dans la Constitution. Il vote contre toutes les lois qui selon lui violent la constitution américaine. Il n’a jamais voté pour augmenter les impôts, ou les revenus des membres de la Chambre des Représentants. Il refuse de bénéficier du système de pension du Congrès. Il a toujours voté contre le « USA Patriot Act », le « Military Commissions Act of 2006, et la Guerre en Irak.

C’est le père de Rand Paul, lui aussi libertarien et sénateur dans le Kentucky depuis 2010.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Il va me manquer. Je suis un grand fan de Ron Paul.

  • En espérant sincèrement, que d’autres potiticiens poursuiveront son combat …
    Merci à vous cher Ron Paul

  • Idem, Je ne suis pas certain que d’autres seront tenir fermes sur ces positions. Mais ne désespéreront pas .

  • Entièrement d’accord sur l’État-providence, sa perversité, et so nissue calamiteuse.

    Pas du tout sur le pacifisme: Comment peut-on défendre Saddam Hussein au nom du rejet de la violence d’État ?!?!?
    Quel État fut plus effroyablement violent que celui-là ?

    C’est l’erreur des libertariens: Leur idéal est le bon, mais cela ne suffit pas à son avènement. Il ne peut advenir que par la lutte contre les diverses formes de tyrannie (État-providence compris), politiquement si possible, par les armes si nécessaire.

    RP doit aussi comprendre que ses adversaires ne sont pas les peuples mais leurs dirigeants; et que si lui répugne par-dessus tout à la coercition, ses adversaires, eux, l’aiment.
    Les libéraux n’ont pas voulu ce conflit et ne peuvent donc pas choisir les modalités du combat pour la liberté.

    Enfin sur les moeurs, les libertariens se fourvoient sur le mariage gay: qui n’est pas une question de liberté. Ce le serait s’il était question de réprimer l’homosexualité; mais pas quand la question est de savoir si elle doit être promue et récompensée comme l’union d’un homme et d’une femme en vue de fonder une famille et d’élever les enfants issus de cette union.
    Promouvoir l’union gay serait totalement arbitraire, puisqu’elle n’a aucune vertu sociale – au contraire, un couple gay, c’est deux couples hétéros en moins, sans compter le problème du parent no 3 pour faire des enfants… Clairement, soutenir cela au nom de la société, donc de vous et moi, est illibéral.

    • Le refus de partir en guerre a tout va n’est pas « défendre Saddam Hussein » ni aucun autres dictateurs. Ce n’est pas une question binaire « êtes-vous pour ou contre Saddam Hussein. »

  • L’Institut Coppet termine la traduction de ce discours. Il sera en ligne d’ici demain.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Pascal Salin et Philippe Lacoude.

Première partie de la série ici Seconde partie de la série ici Troisième partie de la série ici Quatrième partie de la série ici Cinquième partie de la série ici Sixième partie de la série ici Septième partie de la série ici Huitième partie de la série ici Neuvième partie de la série ici Dixième partie de la série ici Onzième partie de la série ici Douzième partie de la série ici

On peut appeler seigneuriage le profit obtenu dans la production de monnaie. Mais on parle aussi souvent de l’imp... Poursuivre la lecture

Par Aurélien Chartier.

Il y a seulement 7 ans de cela, l’avenir semblait radieux pour le mouvement libéral aux États-Unis. Alors que des années très creuses avaient succédé à la présidence de Ronald Reagan, une nouvelle génération naissait dans le sillage des campagnes à la primaire républicaine de Ron Paul en 2008 et 2012. Dans un parti où l’aile néo-conservatrice religieuse avait fini par obtenir un contrôle quasi-total, un candidat défendait enfin un programme radical de défense du capitalisme et d’isolationnisme en politique extéri... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Damien Theillier.

Ce texte est librement adapté de divers discours de Ron Paul, ancien candidat à l’élection présidentielle américaine (2008 et 2012), aujourd’hui à la retraite. On me demande souvent s’il vaut la peine de s’impliquer en politique. Je réponds qu’il ne suffit pas de voter ou d’espérer gagner le pouvoir. L’enjeu est d’abord intellectuel et moral, avant d’être politique, au sens militant du terme. Il s’agit de formuler un ensemble de principes simples, applicables dans tous les domaines pour atteindre l’harmon... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles