David Petraeus, le général tué par internet

C’est le scandale qui défraie la chroniques outre-Atlantique, quelques jours seulement après la réélection d’Obama : la démission du directeur de la CIA pour une liaison extraconjugale.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
David Petraeus

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

David Petraeus, le général tué par internet

Publié le 12 novembre 2012
- A +

C’est le scandale qui défraie la chroniques outre-Atlantique, quelques jours seulement après la réélection d’Obama : la démission du directeur de la CIA pour une liaison extraconjugale.

Par Guy Sorman.

À la une de l’actualité nord-américaine : la chute de David Petraeus, l’auteur de la nouvelle stratégie militaire américaine, le « vainqueur » de l’Irak et de l’Afghanistan (« je suis celui qui n’a pas perdu la guerre », disait-il), contraint de démissionner de son poste de patron de la CIA moins pour avoir trompé sa femme que pour avoir adressé des milliers de mails à sa maîtresse sur un système en principe crypté.

Amoureux sans doute, au point de perdre tout sens commun, le Général avait oublié que, si naguère on pouvait brûler une correspondance douteuse, aujourd’hui internet n’offre aucune protection et celle-là ne disparaît jamais.

Oserais-je écrire que je ne suis pas étonné ? Je connais bien Petraeus et les lecteurs de mes chroniques se souviendront peut-être qu’il y a souvent été mentionné. Il avait deux manies qui l’ont perdu. Il ne cessait d’envoyer des mails à toute heure et en toutes circonstances, fût-il au cœur d’une bataille. Sa réactivité était surprenante, un peu troublante : le Général était en somme addicté aux mails.

L’autre travers qui atteint tout homme de pouvoir est de se croire au-dessus des lois et des normes (souvenons-nous de DSK) : Petreaus, trop épris de sa propre image, trop impliqué dans ses propres relations publiques, adulé par ses troupes, les médias, Bush puis Obama, est tombé dans les bras d’une journaliste qui écrivait sa biographie. Une fable contemporaine, avec morale.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Quelle hypocrisie quand même !

  • Toutes ces médailles la, c’est toutes les gonzesses qu’il s’est tapées?

  • C’est tout de même dommage de gâcher son talent à ce point…
    Il me semble que Napoléon lui-même n’avait pas conservé une clarté d’esprit de chaque instant en apprenant les infidélités de Joséphine pendant la campagne d’Egypte.

  • Le général Petraeus était aussi un candidat potentiel a de futures élections présidentielles US et là est hors course, comme DSK tiens, sauf que ce général dans son domaine de compétence était un bon LUI!

  • Hummm… par internet je ne sais pas. Mais la coincidence de l’affaire Benghazi pour laquelle il a publiquement refusé de faire endosser la responsabilité par la CIA, son audition devant le congrès, la mise à la retraire du Général Ham, tout ça fait beaucoup pour être ignoré et se concentrer uniquement sur la version promue par le gouvernement d’Obama.
    Comme toujours on allume des contrefeux, histoire de faire oublier l’essentiel. Ce qui est étonnant, c’est que ça marche.

  • Hors sujet (ou pas), mais la collection de décorations de Petraeus fait immanquablement penser aux ridicules présentoirs bling-bling des vieux généraux de l’URSS. Les USA sont sur une mauvaise pente.

  • Quel rapport entre un DSK qui couchait à droite à gauche voire tentait de violer, avec ce général qui a simplement trompé sa femme (ce qui ne regarde que lui)?
    Comparaison n’est pas raison.

  • La comparaison avec DSK est vraiment étrange. Après, moi on me met les mots « CIA », « journaliste », « maîtresse », « vainqueur », « démission »… je n’ai pas vraiment besoin des mots « mail », « normes »… ; c’est peut-être parce que j’ai l’esprit mal tourné.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Par Yannick Chatelain et Jean-Marc Huissoud.

 

En Chine, le pouvoir dispose de plus de 280 000 « fonctionnaires » rémunérés pour « fabriquer » l’opinion publique. Leur appellation ? La water army (l’armée de l’eau) créée en 2010. Cette « armée » se compose d’utilisateurs et utilisatrices – qui peuvent faire partie de firmes privées – rémunérés pour publier des commentaires en chinois sur des sites web selon les directives gouvernementales. Ils opèrent généralement sur les plateformes en ligne les plus prisées comme le site ... Poursuivre la lecture

Article disponible en vidéo ici.

Qu'est-il arrivé à Téléperformance ?

L’entreprise Téléperformance était connue pour sa santé de fer et ses performances boursières. Son cours a été multiplié par 10 000 % depuis son introduction en bourse, au point de la faire entrer au CAC40 en 2020.

L'entreprise emploie 420 000 personnes à travers le monde pour sous-traiter des services consommateurs distants, comme les centres d’appels pour le SAV ou la vente, ou encore le contrôle d’identité lors de l’inscription à une néobanque en ligne.

... Poursuivre la lecture

Le message que les agences de communications distribuent à prix d’or à tous les politiciens, de quelque bord qu’ils soient, est à peu de choses près le suivant :

« Il faut vous rapprocher des gens, faire plus humain, plus près de leurs préoccupations ».

Il faut dire qu’il n’y a pas grand-chose de plus dévastateur qu’un prétendant au pouvoir incapable de donner le prix d’une baguette de pain ou d’un ticket de métro. Ce genre de méconnaissance peut en quelques secondes fusiller votre carrière, ou tout du moins vous obliger à passe... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles