David Petraeus, le général tué par internet

C’est le scandale qui défraie la chroniques outre-Atlantique, quelques jours seulement après la réélection d’Obama : la démission du directeur de la CIA pour une liaison extraconjugale.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
David Petraeus

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

David Petraeus, le général tué par internet

Publié le 12 novembre 2012
- A +

C’est le scandale qui défraie la chroniques outre-Atlantique, quelques jours seulement après la réélection d’Obama : la démission du directeur de la CIA pour une liaison extraconjugale.

Par Guy Sorman.

À la une de l’actualité nord-américaine : la chute de David Petraeus, l’auteur de la nouvelle stratégie militaire américaine, le « vainqueur » de l’Irak et de l’Afghanistan (« je suis celui qui n’a pas perdu la guerre », disait-il), contraint de démissionner de son poste de patron de la CIA moins pour avoir trompé sa femme que pour avoir adressé des milliers de mails à sa maîtresse sur un système en principe crypté.

Amoureux sans doute, au point de perdre tout sens commun, le Général avait oublié que, si naguère on pouvait brûler une correspondance douteuse, aujourd’hui internet n’offre aucune protection et celle-là ne disparaît jamais.

Oserais-je écrire que je ne suis pas étonné ? Je connais bien Petraeus et les lecteurs de mes chroniques se souviendront peut-être qu’il y a souvent été mentionné. Il avait deux manies qui l’ont perdu. Il ne cessait d’envoyer des mails à toute heure et en toutes circonstances, fût-il au cœur d’une bataille. Sa réactivité était surprenante, un peu troublante : le Général était en somme addicté aux mails.

L’autre travers qui atteint tout homme de pouvoir est de se croire au-dessus des lois et des normes (souvenons-nous de DSK) : Petreaus, trop épris de sa propre image, trop impliqué dans ses propres relations publiques, adulé par ses troupes, les médias, Bush puis Obama, est tombé dans les bras d’une journaliste qui écrivait sa biographie. Une fable contemporaine, avec morale.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Quelle hypocrisie quand même !

  • Toutes ces médailles la, c’est toutes les gonzesses qu’il s’est tapées?

  • C’est tout de même dommage de gâcher son talent à ce point…
    Il me semble que Napoléon lui-même n’avait pas conservé une clarté d’esprit de chaque instant en apprenant les infidélités de Joséphine pendant la campagne d’Egypte.

  • Le général Petraeus était aussi un candidat potentiel a de futures élections présidentielles US et là est hors course, comme DSK tiens, sauf que ce général dans son domaine de compétence était un bon LUI!

  • Hummm… par internet je ne sais pas. Mais la coincidence de l’affaire Benghazi pour laquelle il a publiquement refusé de faire endosser la responsabilité par la CIA, son audition devant le congrès, la mise à la retraire du Général Ham, tout ça fait beaucoup pour être ignoré et se concentrer uniquement sur la version promue par le gouvernement d’Obama.
    Comme toujours on allume des contrefeux, histoire de faire oublier l’essentiel. Ce qui est étonnant, c’est que ça marche.

  • Hors sujet (ou pas), mais la collection de décorations de Petraeus fait immanquablement penser aux ridicules présentoirs bling-bling des vieux généraux de l’URSS. Les USA sont sur une mauvaise pente.

  • Quel rapport entre un DSK qui couchait à droite à gauche voire tentait de violer, avec ce général qui a simplement trompé sa femme (ce qui ne regarde que lui)?
    Comparaison n’est pas raison.

  • La comparaison avec DSK est vraiment étrange. Après, moi on me met les mots « CIA », « journaliste », « maîtresse », « vainqueur », « démission »… je n’ai pas vraiment besoin des mots « mail », « normes »… ; c’est peut-être parce que j’ai l’esprit mal tourné.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après la présentation, ainsi que des analyses précises et détaillées portant sur les enjeux liés aux techniques et technologies du numérique, objets d’un premier volume, puis la portée économique prodigieuse de ces technologies, étudiées dans un second tome, cette importante somme de connaissances et de réflexions se poursuit à travers ce troisième et ultime volume, consacré aux enjeux sociétaux et aux nombreuses questions que soulève la pratique du numérique.

Réunissant une nouvelle fois les contributions de multiples spécialistes ven... Poursuivre la lecture

Il y a 20 ans, presque jour pour jour, la Commission européenne imposait une amende record de 497 millions d’euros à Microsoft et lui imposait de produire une version de Windows sans Internet Explorer et sans Windows Media Player.

Ceci mettait fin à des années de procédures antitrust et arrivait à contre-temps alors que la concurrence avait déjà amplement limité le monopole de Microsoft sur ces deux produits.

Quelle ironie que Microsoft ait récemment renoncé à mettre à jour Internet Explorer et ait choisi de le remplacer par Edg... Poursuivre la lecture

 

« Le privé est politique » expliquait récemment la candidate malheureuse à la primaire des écologistes Sandrine Rousseau au micro du web-magazine féminin-féministe Madmoizelle, « privé » signifiant ici vie privée, vie personnelle. En vertu de quoi elle voudrait voir reconnaître un délit de non-partage des tâches domestiques au sein des couples, écoféminisme de combat oblige.

La nouvelle idée de Sandrine Rousseau

On pourrait évidemment se dire que la propension de Sandrine Rousseau à proférer des âneries pour se faire rema... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles