Le bras de fer entre Google et l’État

Une affaire de contentieux fiscal a été révélée la semaine passée par Le Canard Enchaîné.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints031 Google-

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le bras de fer entre Google et l’État

Publié le 3 novembre 2012
- A +

La « taxe Google », réclamée par les plus gros éditeurs de presse, n’est pas le seul sujet de discorde entre la firme californienne et l’État français. Un autre épisode, de contentieux fiscal, a été révélé la semaine passée par Le Canard Enchaîné.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Un Milliard d’Euros de redressement

Le Canard Enchaîné l’a révélé la semaine dernière, le fisc français réclame à Google environ un milliard d’euros de redressement au titre de quatre années d’activité. Même si ce chiffre semble un tantinet exagéré (cela représenterait 250 millions d’euros par an, soit un taux de marge compris entre 48 et 60% selon les années, à comparer aux 32,5% sur le reste du monde…), il est possible car l’habitude du fisc est de toujours gonfler la facture au départ pour avoir une marge de manœuvre par la suite. Pour l’instant, Google nie l’information, déclarant : « Google n’a pas reçu de notification de redressement fiscal de la part de l’administration fiscale française. Nous continuerons à coopérer avec les autorités françaises, comme nous l’avons fait jusqu’à présent. Google se conforme aux législations fiscales de tous les pays dans lesquels l’entreprise opère, et avec les règles européennes ». En tout état de choses, cette somme fera l’objet de négociation et, en dernier ressort sera  contestée devant les tribunaux.

Une éventuelle procédure judiciaire intéressante pour de nombreuses entreprises

Dans cette dernière hypothèse, la procédure judiciaire, l’issue intéressera au plus haut point bon nombre d’entreprises. En effet, la procédure, qui dure depuis plus d’un an et qui avait provoqué en juin 2011 un descente dans les bureaux français de Google, s’appuie sur un concept franco-français de « cycle commercial complet ». Cette procédure donne la possibilité à l’administration de fiscaliser des entreprises, même délocalisées pour peu que l’on prouve qu’elles réalisent la totalité de l’activité sur le territoire. Or, justement, le Canard explique que « l’enquête a porté sur les « prix de transfert » entre Google France et sa holding irlandaise », c’est-à-dire sur la facturation par la société irlandaise de prestations réalisées en sous traitance par sa filiale française.

Ce montage, jusqu’ici légal surtout à l’intérieur de l’UE, risque donc d’être remis en cause par cette procédure. Cela impactera toutes les grosses sociétés de l’industrie numérique implantées en France. Apple, Facebook, Amazon, Microsoft, pour ne citer que les plus importantes, utilisent ce montage afin d’échapper aux taux confiscatoires du fisc français. Pour l’instant, le fisc français n’a jamais gagné. Ainsi, Bercy a perdu en mars dernier un procès contre Microsoft, qui a mis en place un système d’optimisation fiscale similaire à celui de Google – Microsoft France faisant office de bureau d’agent commercial au service de Microsoft Irlande. L’État a été obligé de rembourser à l’éditeur de logiciels 24 millions d’euros au titre des redressements imposés entre 1999 et 2001. D’autres procédures sont toujours en cours.

Plus à perdre qu’à gagner

S’il est vrai qu’il est rageant pour l’État français de voir une partie de l’impôt théoriquement dû en France versé à un autre pays (en l’occurrence l’Irlande), il serait temps de réfléchir à l’axiome « trop d’impôt tue l’impôt ». Une victoire du fisc français dans ce bras de fer risque fort, à terme, de se transformer en victoire « à la Pyrrhus ». Si pour éviter d’entrer dans le champs d’application du « cycle commercial complet », il suffit de faire réaliser tout ou partie des prestations directement d’Irlande ou de Grande Bretagne, ce n’est pas ça qui va arrêter ces mastodontes… La France ne gagnera pas plus sur le plan fiscal et perdra au passage des emplois !

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Une bonne guerre avec le reste du monde est le seule moyen de réparer toutes les injustices dont est victime la pauvre France.

    « Aux armes…. »

  • Encore des pitreries fiscales de nos administrations arriérées…

  • Et si la DST payait des impôts….

    Certes il est difficile de valoriser l’évitement d’une perte, c’est moins bankable que le bénéfice. Il faudra sans doute apprendre plus de la gestion de risque pour maintenir l’Europe hors du contrôle des US.

    Pourquoi GooGle est-il incontournable en terme de spéculation et de contrôle invasif dans la vie et dans l’avenir électronique.

    Ce big brother est un relai à beaucoup de systèmes dérivés

  • Imaginez un hôpital réclamer une somme d’argent à un chauffeur de taxi pour lui avoir amené un patient!

  • Le montant ne peut pas correspondre à l’IS. Je pense que le fisc leur reclame peut etre la TVA. Je paye pour un service google et il n’y a pas de tva dessus, hors le code des impots stipule que pour les services (dont informatique), la tva doit etre réglée dans le pays ou le service est rendue (c’est une regle intracommunautaire somme toute logique).
    Et l’état français n’est pas le seul : http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20121103trib000728757/les-groupes-etrangers-devraient-pres-de-7-milliards-d-euros-au-fisc-britannique.html

  • L’essentiel n’est pas véritablement de gagner ledit procès.
    Il est surtout de faire un maximum de ramdam public pour faire croire aux gogos socialistes et sympathisants que leur cher Etat fait tout ce qu’il peut pour « faire payer les riches », particuliers ou entreprises.
    Cela permettra ensuite de faire passer les mesures directes contre ces futurs riches qui s’ignorent encore l’être.

  • Le fisc français qui déborde de France : les crânes d’œuf de CyBer ne manquent pas d’air !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cet article est disponible en podcast ici.

Ce 10 décembre, une faille de sécurité baptisée log4shell et touchant la brique logiciel log4j a été découverte. Dès lors, des millions de serveurs, y compris ceux d’Apple, Google, Amazon ou Tesla devenaient piratables.

Cette faille montre comment, sans même commettre d’erreur en programmation, une faille critique peut apparaître. Elle montre aussi l’énorme château de cartes que représente chaque application informatique.

Log4shell : une faille ne reposant sur aucune erreur ... Poursuivre la lecture

Par Patrick Carroll. Un article de la Foundation for Economic Education

La deuxième plus haute juridiction de l'UE s'est prononcée contre Google la semaine dernière après que la société a fait appel d'une amende de 2,8 milliards de dollars infligée dans le cadre d'une affaire antitrust en 2017.

Selon CNBC :

« Cette décision intervient après que la Commission européenne [...] a déclaré en 2017 que Google avait favorisé ses propres services de comparaison de prix et a infligé à la société une amende de 2,42 milliards d'euro... Poursuivre la lecture

Par Alexis Vintray.

Google et Facebook sont habitués des procédures antitrust depuis longtemps désormais, mais les révélations folles continuent encore à sortir à un rythme effréné.

Jedi Blue, l'alliance secrète Google et Facebook

Dernier scandale en date, une apparente collusion du nom de Jedi Blue, entre Google et Facebook. Le tout contre votre vie privée et pour tuer la concurrence sur le marché de la publicité en ligne. C'est du moins la thèse avancée par l'accusation, dans le cadre de la plainte portée par une vingtaine d'é... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles