Le budget de l’Union Européenne dans l’impasse

Mais pourquoi ? Qui l’établit et qui le vote ? L'incohérence de l’Europe politique.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints027 europe impasse

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le budget de l’Union Européenne dans l’impasse

Publié le 3 novembre 2012
- A +

Mais pourquoi ? Qui l’établit et qui le vote ? L’incohérence de l’Europe politique.

Un article de l’alpes.

Les caisses de l’Union Européennes sont vides, le budget 2012 ne permettra pas de payer les coûts de plusieurs programmes européens, dont le programme Erasmus qui permet aux étudiants européens de faire leur tour d’Europe des universités, comme au temps des « escholiers » médiévaux.

Donc, le responsable du budget, le polonais Lewandowski, a demandé au Parlement une rallonge de 6,8 % des crédits dans le cadre d’un budget rectificatif. Mais le Parlement se heurte au veto des États membres qui ont rejeté toute augmentation de crédit supérieure à 2,8 %. Tout cela paraît bien compliqué et pour cause : tout cela est incohérent.

En effet le Parlement européen n’est pas libre de chiffrer les dépenses publiques européennes. C’est sans doute une bonne chose car si on écoutait nos chers élus à Bruxelles et Strasbourg, les gabegies, démagogies et privilèges seraient vite là. Toutefois c’est le Parlement qui vote l’impôt européen destiné à couvrir les dépenses de l’Union. Mais qui fixe le montant des dépenses ? Ce sont les États, avec Ecofin, organisme de coordination des divers ministères des finances des pays membres. Or, les États ont voulu instaurer l’austérité au niveau de l’Europe, et ont défini une règle de plafonnement pour les budgets rectificatifs, qui ne doivent pas concéder d’augmentation de plus de 2,8 % par rapport au budget primitif. Car les États savent les vertus dépensières des Parlements, et les redoutent car elles devront se traduire au niveau des diverses fiscalités souveraines des États membres, c’est-à-dire sur la feuille de paye des contribuables européens.

L’imbroglio budgétaire n’est que la traduction de l’incohérence d’une Europe qui se voudrait politique mais a affaire à des États qui n’acceptent pas de renoncer à leur souveraineté budgétaire. De quoi satisfaire les libéraux d’ailleurs, car non seulement les dérives des dépenses sont évitées, mais surtout des budgets souverains entrent en concurrence, et la concurrence fiscale est un excellent moyen de réduire progressivement impôts, dépenses publiques, et interventions étatiques en Europe.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • L’europe c’est un gros mensonge.

    C’était pour avoir moins d’administration = non
    il y a des budget pour tout empirer (au propre comme au figuré)

    C’était pour coûter moins cher (eviter les doublons) = non
    il faut encore verifier 10 fois ce que réalise cette adminitration centrale.

    C’est pour dévellopper l’Europe = non
    En dehors de la fermeture d’entreprise, c’est l’échec total. Dévelloppement du temps libre, réussit !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour les uns l’euro serait la cause de tous nos maux économiques : hausse des prix, chômage, désindustrialisation, etc.

Pour les autres, l’euro est une bénédiction, un des socles sur lequel sera construite une Europe fédérale rayonnante des droits de l’Homme, puissante et paisible à laquelle tout individu cultivé et évolué doit aspirer.

Pratiquement, l’euro est à terme condamné.

Concrètement, il a simplifié la vie de ceux qui exportaient et circulaient en Europe, c’est indéniable. Plus de comptes en devises, de frais de c... Poursuivre la lecture

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay et Dominique Finon.

Duplicité et effets d’annonces sont à la manœuvre dans l’Union européenne pour saborder discrètement le nucléaire dans les faits.

Paradoxe et duplicité

La Commission européenne a publié le 31 décembre 2021 un document appelé « taxonomie » sur les critères de classement des technologies pouvant donner lieu à financement privilégié par les fonds verts. Le nucléaire y figure ainsi que les centrales électriques à gaz très émettrices de CO2 (plus de 400 gCO2eq/kWh), sous le prétexte de faciliter la ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles