Au-delà du cercle arctique, voyage en Scandinavie

Au-delà du cercle arctique, un voyage en Scandinavie que chaque homme épris de nature devrait entreprendre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints981 au-delà du cercle arctique

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Au-delà du cercle arctique, voyage en Scandinavie

Publié le 30 octobre 2012
- A +

Au-delà du cercle arctique, un voyage en Scandinavie que chaque homme épris de nature devrait entreprendre.

Par René Le Honzec.

« C’est un voyage que chaque homme épris de nature devrait entreprendre, un voyage qui serait le reflet d’une démarche intérieure, un moment où le reflet serait plus réel que l’image du monde telle qu’on veut qu’elle soit, et telle qu’on veut la voir. »

À l’opposé du marketing violemment coloré et politiquement correct d’un Yann-Artus Bertrand adepte de voilures volantes bruyantes et polluantes, Jean-Claude Meslé, le photographe, appartient au genre peu commun de l’homme se levant avant le jour, allant à l’envers du temps et de ses tentations, à la manière du loup-garou. Il peut attendre des heures et des jours dans son affût par moins de 20°C. Avec une rigueur, une opiniâtreté et une patience hors pair, il ne cesse de jouir  de ce monde bruissant et improbable.

Ses photographies sont cadrées à la prise de vue, sans trucage, sans Photoshop. Il nous donne quelques 200 images pour dire la poésie nue en des terres ingrates, nous faisant découvrir des paysages qui nous laissent estomaqués et nostalgiques d’un ailleurs hyperboréen. Double-page pour se laisser dominer par des géants de pierres et de neige, des fouillis d’oiseaux dont on entend le bruissement des ailes assourdissant, la glace qui s’étire, se déchire sur la roche, crisse et crie littéralement. Côtoyant ces masses, le pouillot fitis, pas plus gros qu’une mésange, un géant qui revient du Sahel pour entonner son refrain d’été, saisi au sommet d’un saule nain nous rappelle que l‘auteur considère qu’il est plus difficile de photographier un loriot en haut d’un arbre que le lion dans la savane.

En résonance avec ces images d’une étonnante expression, le texte de Bernard Rio, à l’unisson de cette élégance, moucheté d’ironie, décile notre regard sur les mystères du Septentrion, nous initie à une forme de pensée sauvage nourrie d’une érudition subtile, qui nous fait réviser des classiques marginaux et pourtant essentiels pour changer les coordonnées de notre intelligence du monde. Ainsi saurez-vous le rapport entre le grèbe esclavon et l’origine du mot « esclave »,  entre les quatorze lieder posthumes de Schubert et le chant du cygne, entre le soleil et le poète Thord Kolbeinsson du Xème siècle.

La pensée sauvage exige cette liberté de l’individu, son insoumission au genre, elle impose de chercher et de connaître par soi-même. N’est-ce pas une allégorie de la pensée libérale à l’encontre d’une idéologie dominante que de chercher et trouver dans un livre papier des raisons de croire en la persistance du sens contre l’impression, du fond contre le fugitif, de l’authentique contre la mystification ?

– Jean-Claude Meslé, Bernard Rio, Au-delà du cercle arctique, voyage en Scandinavie, Rando Éditions, 242 pages, septembre 2012.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Samuel Furfari.

La France — mais aussi l’Union européenne — continue de croire qu’elle est au centre du monde de l’énergie. L’objectif illusoire d’une décarbonation rapide de l’économie du « continent européen » aveugle jusqu’aux banques et les médias.

Dans une logique dont on ne sait si elle frise l’orgueil ou l’aveuglement, les médias européens et français ont titré que la France refuse le soutien au projet gazier Arctic LNG2, alors que Reuters titre plus sobrement « Le projet russe Arctic LNG2 obtient des prêts d’un mont... Poursuivre la lecture

Par Sébastien Thiboumery.

Eastman Kodak, on l’oublie souvent, est l’inventeur du numérique. Mais par peur de mettre en péril son activité traditionnelle (la pellicule), l’entreprise a renoncé à provoquer le changement. Pour finalement le subir car d’autres acteurs (japonais) se sont engouffrés dans la brèche.

Après plus d’un siècle de fabrication d’appareils et d’équipements photographiques, Kodak a ainsi annoncé le 28 juillet 2020 sa reconversion partielle dans la fabrication de médicaments génériques. La Maison Blanche avait é... Poursuivre la lecture

Par Gérard-Michel Thermeau.

Apocalypse Never de Michael Shellenberger est un livre événement comme on dit. Il pourrait être une bombe. J’ai bien peur qu’il ne soit qu’un pétard mouillé.

Dans un monde saturé d’irrationalité, où l’écologisme s’est érigé en religion dogmatique, où le catastrophisme est chéri et célébré sur tous les tons, le langage de la raison ne peut guère se faire entendre. Si on ajoute que l’auteur est un partisan du nucléaire, c’est une raison supplémentaire soit pour jeter l’anathème sur son livre soit pour l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles