Flandres, Catalogne, Bavière, Écosse, Padanie, poussée de fièvre

Si une région choisissait de quitter un pays de l'UE, elle pourrait, après négociations, être absorbée par la structure européenne.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Lion Flamand - Vlaanderen

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Flandres, Catalogne, Bavière, Écosse, Padanie, poussée de fièvre

Publié le 22 octobre 2012
- A +

Si une région choisissait de quitter un pays de l’UE, elle pourrait, après négociations, être absorbée par la structure européenne.

Un article d’Open Europe, depuis Londres, Royaume Uni.

Lion Flamand – Vlaanderen

Comme nous en avons déjà avancé l’argument dans le passé, il y a une leçon à apprendre pour la zone euro, de tous les mouvements semi- ou complètement séparatistes de toute l’Europe. Essayer d’imposer un contrôle central sur une structure qui est de façon inhérente régionalisée, est extrêmement difficile, et essayer d’imposer une identité d’en haut vers le bas reste toujours un défi aussi grand. Dans le même temps, si une région choisissait de quitter un pays de l’UE, elle pourrait, après négociations, être absorbée par la structure européenne, ce qui aurait, à son tour un effet stabilisant sur les événements politiques tumultueux qui en résulteraient.

Ainsi, les mouvements séparatistes dans toute l’Europe montrent simultanément, à la fois la faiblesse et la force du projet européen. Cependant, ce qui est clair, c’est que l’austérité qui balaye l’Europe (austérité douteuse, alors que les dépenses publiques continuent partout d’augmenter inexorablement, NDLR) crée des tensions non seulement entre les capitales nationales et Bruxelles, mais encore entre les capitales nationales et les régions. Juste au cas où vous pensiez que la zone euro était au bord de se mettre d’accord sur une union de redistribution…

Belgique

Les Flamands sont aussi malheureux que jamais de leur union de redistribution intérieure et, le week-end dernier, les élections communales ont vu le parti nationaliste flamand modéré NVA obtenir des gains substantiels, utilisant les 16 milliards d’euros que la Flandre envoie chaque année à la région francophone comme tremplin politique. Un de ses chefs a déclaré au quotidien belge De Morgen que les objections de la NVA au « gouvernement taxeur de gauche de Di Rupo [Elio, premier ministre de la Belgique], ne sont pas très différentes des critiques d’autres pays sur les mécanismes de solidarité [de la zone euro] qui gardent Grecs et Espagnols à flot ».

Espagne

En Espagne, le mouvement indépendantiste catalan monte d’un cran en chevauchant sur les mesures d’austérité imposées par Madrid (et Bruxelles). En septembre, un rassemblement pro-indépendance à Barcelone a réuni entre 600.000 et un million et demi de personnes, selon qu’on demande à la police nationale ou catalane. Le gouvernement catalan a déclaré qu’il voulait tenir un référendum sur l’indépendance, avec une majorité de Catalans en faveur, d’après certains sondages. Une motion autorisant un tel référendum a été refusée par la chambre basse espagnole et pourrait déclencher une crise constitutionnelle, si le premier ministre catalan Artur Mas fait avancer son plan en dépit de ce revers. Le premier ministre espagnol Mariano Rajoy a déclaré que tenir un référendum sans l’assentiment du gouvernement central violerait la constitution espagnole.

Italie

La Ligue du Nord appelle depuis un certain temps à la séparation du reste du pays, des régions du Nord de l’Italie. Il est possible que la principale différence entre le cas italien et les autres est le fait que l’entité géographique évoquée par « Lega Nord » (la soi-disant Padanie qui comprend toutes les régions au Nord du Po), n’a jamais existé en tant qu’État indépendant. De plus, la Lega Nord a habituellement été plus ou moins agressive dans ses réclamations pro-indépendance, selon que le parti se trouve au gouvernement ou dans l’opposition. Néanmoins, de nombreux Italiens du Nord ont le sentiment qu’une trop grosse partie des impôts qu’ils payent est ensuite utilisée pour financer les régions « dysfonctionnelles » du Sud. Potentiellement quelque chose à garder à l’œil, surtout si la Lega Nord (comme il semble probable pour le moment) reste dans l’opposition après les élections de l’an prochain.

Allemagne

Quand bien même il n’est pas question d’une Bavière indépendante pour le moment, en juin le gouvernement régional a annoncé qu’il allait déposer plainte devant la Cour constitutionnelle allemande contre le système allemand des « paiements d’égalisation » entre les États fédéraux allemands les plus riches et les plus pauvres. La Bavière est le principal contributeur net à ce système, avec 7,3 milliards d’euros, partageant le fardeau avec trois autres États, la Hesse, le Bade-Wurtemberg, et Hambourg. La rhétorique des politiciens bavarois sur la crise de la zone euro a aussi été nettement plus dure que celle des autres politiciens allemands, comme nous l’avons noté ici. Entretemps, un récent sondage de Bild a montré que 46% des Allemands étaient contre la partie de l’impôt sur le revenu levée pour la solidarité Ouest-Est, contre 42% qui étaient pour.

Royaume-Uni

En Écosse, le parti national écossais a gagné sa bataille pour un référendum, avec une question unique oui/non sur l’indépendance, qui doit avoir lieu en 2014. Les perspectives que l’Écosse devienne indépendante ont cependant, par contraste avec d’autres régions, été endommagées par la crise de l’euro, des comparaisons favorables avec l’Irlande et l’Islande s’étant retournées en exemples des problèmes que les petites économies rencontrent avec les industries géantes des services financiers. D’autres questions qui commencent à se poser sont de savoir si l’Écosse utilisera l’euro (popularité en baisse) ou retiendra la livre sterling, si elle restera dans l’UE ou si elle aura des contrôles aux frontières. Certains ont aussi noté, jusqu’au sein de la commission européenne, que l’Écosse devrait négocier de zéro son appartenance à l’UE, au lieu d’opter par défaut sur la base de l’accession du Royaume-Uni en 1973.

Pendant ce temps à Bruxelles…

Le président du conseil Herman Van Rompuy a présenté un rapport qui appelle à un « Trésor » central de la zone euro, avec un budget partagé et des eurobonds, très proche d’une UE de la redistribution en bonne et due forme.

À Bruxelles, la logique semble être que deux négatifs font un positif.

—-

Sur le web.

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Le deuxième budget de l’UE est « l’aide aux Régions », cad la destruction du véritable adversaire de l’UE : les pays et les nations. Aujourd’hui le lobby de la bien pensance a imposé le détournement des mots et le pire des qualificatifs est « nationaliste ». Aimer son pays et le dire est synonyme de la pire des barbaries !!!! MAis alors qu’attendent ces députés, Ministres et autres représentants de l’Etat pour démissionner et supprimer leurs charges ?

  • On a trop tendance à considérer que ce sont des motifs égoïstes qui poussent une région plus riche à vouloir faire sécession.
    Est-ce qu’on ne doit pas considérer que l’indépendance de régions est une solution aux déséconomies d’échelles qui frappent les états et les poussent à développer des bureaucraties tentaculaires ?

  • « Le verrou qui doit sauter, c’est la nation » dit un membre de la tribu Rotschild dans les années 70. On sait bien que le mondialisme veut la faire disparaître, mais, comme le regretté Maurice Allais l’a démontré et répété à satiété, ce mondialisme qui met en communication les pays développés et les pays en développement, avec des niveaux de rémunération dans le rapport de un à dix, ou pire, est la principale cause du chômage de masse chez les premiers. Mais tout le monde, surtout les politiques, a refusé d’entendre ce que disait le seul prix Nobel que d’économie que la France ait jamais eu. Maintenant, nous y sommes, et ce n’est qu’un début!

    • D’abord l’Écosse est plus une nation que le Royaume-Uni (qui n’est pas vraiment un État-nation). Ensuite la principale cause du chômage dans les pays développés c’est le bien mal nommé « État providence », ou pour être plus précis la redistribution (taxer le travail pour subventionner l’inactivité c’est nécessairement décourager le premier et inciter à la seconde) et la réglementation ; pas le libre échange.

    • « Mais tout le monde, surtout les politiques, a refusé d’entendre »

      C’est une blague, on entend ce discours dans tout les médias, et dans toutes les classes politiques.

    • « ce mondialisme qui met en communication les pays développés et les pays en développement, avec des niveaux de rémunération dans le rapport de un à dix, ou pire, est la principale cause du chômage de masse chez les premiers »

      Ah! Je vois que vous avez bien appris le discours favori des médias et des politiciens.

  • Open Europe a un vrai problème avec les états nations.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 9 janvier 1822 marque le début de l'indépendance du Brésil. Fico ! Un mot, un seul, et tout a basculé ce jour là . « Se é para o bem de todos e felicidade geral da nação, diga ao povo que fico » proclame Dom Pedro. Ce qui donne en bon français approximativement : « puisque c'est pour le bien de tous, dites au peuple que je reste ». Ce « je reste » (Fico) jeté à la face du Portugal était l'aboutissement d'un processus déclenché plusieurs années auparavant.

L'indépendance brésilienne est la plus originale du continent américain. Les h... Poursuivre la lecture

Depuis une semaine, un enfant de 5 ans et sa famille sont harcelés et menacés par le nationalisme catalan dans la ville de Canet de Mar. Leur tort ? Avoir demandé l’application d’une décision judiciaire du Tribunal Supérieur de Justice de Catalogne, qui consacre le droit des enfants catalans à recevoir 25 % de leur éducation en espagnol. Revenons sur ces évènements, témoins de l’apartheid linguistique qui sévit en Catalogne.

Eléments de contexte : qu’est-ce que l’immersion linguistique ?

La décentralisation politique est un des princip... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Jérémy Elmerich. Un article de The Conversation

Dans les circonstances exceptionnelles de la pandémie, et dans un contexte marqué par une sortie de l’Union européenne qui a profondément divisé la société britannique et par le spectre de l’indépendance écossaise, seul le temps pluvieux sous lequel s’est tenu le scrutin avait de quoi redonner un peu de normalité au tableau.

Pandémie, Brexit, indépendance de l'Écosse : une campagne singulière

Si le référendum d’indépendance de 2014 s’est soldé par une victoire du Non avec 55 % ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles