Le secteur bancaire tunisien est au bord de la crise

En Tunisie, même les banques vont mal. Le secteur bancaire qui présente un risque de krach suscite de l’inquiétude.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
La Tunisie dans le Maghreb

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le secteur bancaire tunisien est au bord de la crise

Publié le 21 octobre 2012
- A +

En Tunisie, même les banques vont mal. Le secteur bancaire qui présente un risque de krach suscite de l’inquiétude.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

La Tunisie dans le Maghreb

En Tunisie, depuis le « printemps » arabe et la mainmise des partis musulmans sur le pays, les libertés individuelles vont mal, les libertés religieuses vont mal, l’État de droit va mal, le code de la famille va mal, la sécurité va mal, des camps d’entraînement au jihad fonctionnent au vu et su de tous, des stocks d’armes sont constitués en vue d’opération militaires ou paramilitaires contre des régimes voisins jugés pas suffisamment respectueux des préceptes de l’islam. Sur le plan économique, la saison touristique, bien que meilleure que la précédente, est loin d’avoir retrouvé les niveaux d’avant la destitution de l’ancien régime.

Aujourd’hui, un nouveau secteur suscite l’inquiétude. Les banques présentent un risque de krach en Tunisie.

Plus exactement un risque classifié 8 sur l’échelle de Standard & Poor’s qui comporte 10 échelons.

Les banques françaises en première ligne

Comme dans tous les « bons coups », nous retrouvons un trio de banques françaises :

  • Société Générale qui détient 52,34% de l’Union internationale de Banques,
  • BNP Paribas qui dispose de 110 agences en Tunisie au travers des 50% de sa participation au sein du groupe UBCI (50% appartiennent à des actionnaires privés tunisiens),
  • Et l’inévitable Crédit Agricole qui est présent sur le marché à travers ses activités de banque de financement et d’investissement, d’affacturage et de gestion d’actifs.

Pour l’instant, les banques françaises n’envisagent pas de sortir du marché, au contraire, la SocGen a toujours pour ambition de devenir la première banque à capitaux privés et la BNP s’est lancée depuis l’instauration du nouveau régime dans une vaste campagne de crédit à destination des professionnels et débloqué une enveloppe de 15,5 millions d’euros pour soutenir les projets de développement des artisans, commerçants et professionnels libéraux.

Un niveau important de créances douteuses

Le premier facteur avancé par Standard & Poor’s pour attribuer un tel rang au secteur bancaire tunisien, est celui du niveau des créances douteuses des banques. Ce taux est officiellement de 13,3% à la fin 2011, mais S&P l’évalue plus aux alentours de 20%. La situation semble plus critique que cela pour les pages éco du site de Jeune Afrique qui  insiste sur le fait que les établissements bancaires publics sont ceux qui ont accumulé le plus de créances douteuses.

Ces établissements accumulent en outre un stock inquiétant de créances douteuses. Si les résultats consolidés de STB pour 2011 n’ont pas encore été publiés, la banque affichait déjà en 2010 1,9 milliard de dinars de créances classées dont seulement 50% sont provisionnées, selon les analystes d’AlphaMena. La situation n’est pas plus reluisante chez ses consœurs. En 2011, BNA présentait ainsi 1 milliard de dinars de prêts compromis, provisionnés à 71%, et BH 672 millions de dinars, provisionnés à 53%. En moyenne, les créances douteuses des banques publiques représentent 20% du total de leurs crédits, un chiffre légèrement supérieur à la moyenne des établissements tunisiens (presque 16%) et près de cinq fois plus important que pour le secteur bancaire marocain.

Le FMI a tiré la sonnette d’alarme en août dernier

Le Fonds Monétaire International (FMI), dans son rapport d’août 2012 sur l’évaluation de la stabilité du système financier en Tunisie, est lui aussi critique. Ses observations portent sur le provisionnement insuffisant, sur la fiabilité des données communiquées et sur la détérioration de la qualité des actifs. Le FMI se plaint aussi du fait que ses recommandations n’ont été suivies, mais cela n’a rien de bien étonnant ni d’alarmant.

En fait, comme le souligne Jeune Afrique dans un autre article, il faudrait restructurer complètement le secteur bancaire tunisien qui ne joue absolument plus son rôle dans l’économie du pays. Un chantier de plus pour ce gouvernement qui semble ne plus tenir vraiment la destinée de son pays entre ses mains.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Les banques françaises ne prêtent pas aux français mais prêtent aux tunisiens avec d’énormes risques. Le contribuable européen paiera .

  • « En Tunisie, depuis le « printemps » arabe et la mainmise des partis musulmans sur le pays, les libertés individuelles vont mal, les libertés religieuses vont mal, l’État de droit va mal, le code de la famille va mal, la sécurité va mal, des camps d’entraînement au jihad fonctionnent au vu et su de tous, des stocks d’armes sont constitués en vue d’opération militaires ou paramilitaires contre des régimes voisins jugés pas suffisamment respectueux des préceptes de l’islam. »
    ….
    Faut vraiment rien connaître à la Tunisie sous Ben Ali pour parler d’Etat de droit, de respect des libertés individuelles ou même religieuses. La rengaine « c’était le bon temps » a ses limites… Car oui, écrire que la situation s’est détériorée depuis la révolution (qui a moins de 2 ans), c’est un raccourci un peu trop gros..

  • Pour connaitre le dossier un peu de l’intérieur, une banque marocaine (la bcm pour ne pas la citer) avait durant l’ère ben ali tentait d’investir en Tunisie. Ils ont vite vu que les banques distribuaient là-bas les crédits comme les bonbons et que le taux d’endettement des ménages était stratosphérique. Ils durent se retirer avec de lourdes pertes.
    Moralité les déséquilibres ne sont pas le froid de la révolution, mais les tunisiens doivent tout de même régler l’ardoise.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

Durant mon enfance, dans les années 1980, il était coutume d’entendre nos maîtres d’école attirer notre attention sur la menace que constituait l'URSS pour la France. L'importance de l’espace soviétique révélée sur les planisphères politiques de l'Europe accrochés aux murs des classes, accentuait chez nous cette impression de danger existentiel.

Notre compréhension enfantine du monde nous interdisait de le savoir, mais nous étions alors en pleine crise des euromissiles. C'était le temps révolu de la Guerre froide, dont nul n’envisageai... Poursuivre la lecture

Avec la chute du mur de Berlin en 1989 a commencé l’une des plus importantes transitions économiques de tous les temps. Comme le note Joseph Stiglitz près de 15 ans plus tard dans La Grande Désillusion (Le livre de poche, 2003) : « Elle a donné en Russie des résultats très inférieurs à ce que les partisans de l’économie de marché avaient promis ou espéré ».

C’est un euphémisme, car de cet épisode très douloureux pour la société russe est né un capitalisme des copains et des mafieux mais non une économie de marché. Les élites alors au p... Poursuivre la lecture

Aujourd’hui, nous aborderons deux points : l’absence d’un mécanisme de compensation dans un système de Banque Centrale, et l’éventualité qu’une surexpansion bancaire se produise dans un système de Banque libre à réserves fractionnaires. Ce faisant, cet article est dans la suite directe du précédent concernant la loi des compensations adverses.

Le problème de la connaissance : les Banquiers centraux ont besoin d’une information qu’ils ne peuvent pas obtenir

Un partisan de la Banque centrale ferait remarquer que celle-ci a accès à des i... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles