L’État providence à l’assaut des lions

Démasquer l’Envie sous l’État-providence.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
George Stubbs (1724-1806) : Lion attaquant un cheval, National Gallery of Victoria, Melbourne.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’État providence à l’assaut des lions

Publié le 20 octobre 2012
- A +

Démasquer l’Envie sous l’État-providence.

Une fable de Thierry Guinhut.

George Stubbs (1724-1806) : Lion attaquant un cheval, National Gallery of Victoria, Melbourne.

 

Qui, du grand capital, des banques financières,
N’a vu la prédation ronger le prolétaire ?

Les lions il faut abattre et de Justice sociale
Lénifier le pouvoir, arroser loir, cheval,
Jusqu’à la souris blanche, et qu’ainsi chacun danse
Grâce au Sénat canin de l’État providence,
Administré par les fonctionnaires nounours…

Ces lions du patronat, ces tigres de la bourse,
Qu’on leur rogne les dents, qu’on leur rase crinière !
Qu’ils paient de lourds impôts et des taxes sévères !
Qu’on subventionne rat et assiste serpent,
Ces pauvres méprisés, ces immigrés aimants…
Qu’on brise l’héritage et répartisse l’or,
Que la rente au troupeau devienne un doux trésor…

Devant la Pauvreté, le spectre du Chômage
Qui, contre plume et poil, perpétuent leur ravage
Il nous faut menotter, castrer l’entrepreneur,
Ce félin spoliateur, carnassier exploiteur
Qui vide l’entreprise et la délocalise…

Ainsi fut fait grâce au roquet législateur,
Pour la plus grande joie de nos vachettes grises,
Du mouton chicaneur, du porcelet râleur.
Que croyez-vous qu’advint en pays de Justice,
Sous la coupe réglée de fiscale police ?

Nos féroces félins furent chats fainéants,
Ou choisirent l’exil pour offrir leurs talents.
Leur grève militante fut bien silencieuse,
Laissant l’ingrat pays à sa bévue vicieuse.
Comme peau de chagrin la manne s’épuisa
Et Dette et Déficit coururent pas à pas…

Enfin l’Égalité ! Tout devint efflanqué :
La faillite étrangla élite et gouvernés,
Les moutons saignèrent les loups,
Les canidés sénateurs vomirent d’un coup
Leurs privilèges assis sur un impôt fou
Qui avait fondu comme miel au nez de l’ours.

Ne travaillaient-ils plus, ces tyrans de la Bourse ?
Seule la Pauvreté savait ne pas chômer,
La Délinquance et le Crime avaient embourbé
L’ornière de l’Histoire où mourait l’animal.

On sut connaître enfin la racine du mal :
Penaud, on rappela les Sieurs Tigres et Lions,
Libérant leur richesse. À l’impôt, on dit non !
Mais trop tard. Car ailleurs, leur peuple enrichissant,
Grâce à leurs sûrs talents et leur goût d’entreprendre,
Ils rugirent de rire au groin des perdants
Qui ne reçoivent plus à force de trop prendre.
Et démasquant l’Envie sous l’État-providence,
Mulets, chevaux pelés, ânes en déchéance,
Aux chiens du Sénat, queue basse, ultime séance,
À la Paresse, au Fisc, adressent la sentence.

—-
Sur le web.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La redistribution des ressources ou des revenus est généralement considérée comme l’une des activités essentielles de l’État et on prétend même souvent que l’existence d’un État est justifiée précisément par sa capacité à établir une égalisation des ressources ou des revenus entre les individus ou entre les familles. Très récemment, il a été suggéré que l’État français intervienne pour que les revenus de certaines personnes deviennent égaux à ceux d’autrui.

 

Si l’égalité entre les personnes (ou les familles, ou les membres... Poursuivre la lecture

liberté
10
Sauvegarder cet article

Il est communément dit qu’en France, le libéralisme n’aurait aucun ancrage populaire, aucune existence politique, aucun passé et donc par voie de conséquence, aucun avenir.

On est en droit de se poser la question de savoir si c'est une réalité ou un mythe savamment entretenu à la fois par les libéraux désespérés du niveau de collectivisme du pays et par les collectivistes habitués à prendre leurs vues pour des réalités.

Si cela était vrai, pourquoi entendons-nous parler tout le temps de libéralisme ?

Certes, c’est princip... Poursuivre la lecture

Par Finn Andreen.

Les libertariens se demandent souvent pourquoi le socialisme continue à être si populaire, alors qu’il s'est avéré être un tel échec en tant qu’idéologie politique et système économique. Bien que l’idéologie de l’éducation publique et des médias traditionnels soient des raisons importantes qui expliquent cela, la persévérance obstinée du socialisme est aussi quelque peu fictive, car le socialisme a évolué : le socialiste d'aujourd'hui n'est pas le socialiste d'antan.

Cette distinction est importante à garder en... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles