Le mythe de la Grande crise

En 2014, il sera moins question de Grande crise, cette apocalypse du capitalisme redouté par certains mais que d’autres désirent pour le remplacer par on ne sait d’ailleurs quoi.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints894 grande crise

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le mythe de la Grande crise

Publié le 13 octobre 2012
- A +

En 2014, il sera moins question de Grande crise, cette apocalypse du capitalisme redoutée par certains mais que d’autres désirent pour le remplacer par on ne sait d’ailleurs quoi.

Par Guy Sorman.

En économie, prévoir à long terme – disons sur trois à cinq ans – est plus facile que d’annoncer le taux de croissance de l’année qui vient. Ce qui devrait se comprendre sans trop de peine. Dans la relative longue durée, la croissance est à peu près inévitable parce qu’elle obéit à des ressorts profonds. Le premier est l’innovation technique et scientifique : celle-ci est un processus cumulatif qui conduit de manière quasi nécessaire à de futurs produits et services. Il se trouve qu’en raison du ralentissement économique des quatre dernières années, se sont additionnées dans les laboratoires d’Amérique du Nord, du Japon et de l’Europe, quantité de novations qui vont changer notre vie, en particulier dans nos modes de soins, de communiquer, de nous déplacer, d’habiter. Une autre découverte va réduire considérablement les coûts de production industriels en Amérique du Nord et en Europe, la généralisation de la production de gaz naturel par fracturation des roches : l’Amérique du Nord est aujourd’hui à la veille de son indépendance énergétique et l’Europe pourrait le devenir. Ceci conduira à une ré-industrialisation de nos « vieux » continents.

Les innovations activent la croissance de long terme à condition que des entrepreneurs prennent le relais des savants : or, la planète n’a jamais connu une telle masse d’entrepreneurs parce que toutes les nations, ou presque, Afrique et monde arabe inclus, se sont ralliées à l’économie de marché : il est dorénavant permis d’entreprendre partout. Cette combinaison de la science et du capitalisme est une force de développement économique irrésistible dont on ne voit pas ce qui pourrait l’interrompre. Il faudrait une catastrophe naturelle, brutale et imprévisible par définition : même un hypothétique réchauffement climatique susciterait un surcroît d’investissement capable d’en contenir les effets.

Le court terme est, en revanche, plus aléatoire. Il est le champ des paris qui garantissent la fortune ou la ruine des spéculateurs, financiers, économistes à tendance prophétique, pseudo experts gouvernementaux ou du FMI (à quoi sert le FMI ? Mystère…). Le court terme répond à des impulsions politiques et psychologiques difficilement quantifiables. Ainsi, aux États-Unis, les entrepreneurs attendent les résultats des élections présidentielles et sénatoriales dont dépendront leurs coûts de production futurs, masse salariale avec ou sans assurance, exploitation massive ou non des énergies fossiles locales. Mais, quel que soit le résultat, ces entrepreneurs s’adapteront, ils recommenceront à investir et à tirer la croissance mondiale. La situation est comparable en Europe : les anxiétés majeures sur l’Euro se dissipent mais le cadre légal et politique de l’économie future reste flou. Donc on attend : à la fois les consommateurs, les épargnants et les investisseurs, avant de s’aventurer. L’incertitude politique règne aussi en Chine, en Corée du Sud, au Japon et au Brésil : elle devrait se dissiper dans les prochains mois.

Par une coïncidence extraordinaire, tous les pays moteurs de la croissance mondiale, au début de l’année prochaine, devraient être dotés de gouvernements nouveaux et de stratégies économiques claires. On en conclura que les entrepreneurs retrouveront alors leur dynamisme naturel. Les banques suivront : dans le long terme, pour elles aussi,  il est plus rémunérateur de financer des investissements privés que d’acheter des Bons du Trésor à taux faible, ce qui est leur pratique actuelle dictée par l’angoisse du lendemain.

On n’en trompettera pas que la croissance sera forte en 2014, parce qu’il faudra du temps pour remettre en route les investissements et plus encore recruter du personnel. Disons qu’en 2014, il sera moins question de Grande crise, cette apocalypse du capitalisme redoutée par certains mais que d’autres désirent pour le remplacer par on ne sait d’ailleurs quoi.

—-
Sur le web.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Démographie.
    Découverte de l’immortalité.
    Découverte d’armes nouvelles (graser etc …)
    Religions
    etc…

    Le singe de l’histoire à 4 mains, l’économie n’en est qu’une.

  • ça à l’air tellement bon…alors je vais dire un truc débile !
    Et si on pouvait mettre du libéralisme à la place de ce gros bordel Français….je pense que la vision d’un monde riche en couleur n’est pas la même suivant le vécu des lecteurs. Ainsi une personne qui profite d’un grand train de vie à Paris pourra attendre sans pleurer un retour éventuel de la croissance et se dire : le progrès est en marche !
    Un chinois qui bouffe 15 heures par jour de montage d’iphone avec ses petits doigts pense : y en a marre. Quand un jour le chinois débarque à Paris (guignols de l’info) et donne des ordres : c’est l’évolution. Et là on rigole, les gars bien au chaud disent : ça y est l’économie repart !
    Sauf que le chinois maintenant donne des ordres au Parisien et la c’est la « revolution » !

  • « En économie, prévoir à long terme – disons sur trois à cinq ans – est plus facile que d’annoncer le taux de croissance de l’année qui vient. »

    Les climatologues tiennent ce même discours, sauf que les années sont pour eux des décennies, le principe est le même pour tous les systèmes complexes qui sont chaotiques à court terme, mais dont les tendances de fond finissent par s’imposer.

  • Genre courbe de gauss en bourse ! Non je pense que l on touche à un ras le bol mondial de la courbe de gauss. Surtout quand celle la rend esclave. Un vent de liberté va monter en 2014 et balayer ce vieux systeme qui n est deja plus que l ombre de lui meme.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Finn Andreen.

Les libertariens se demandent souvent pourquoi le socialisme continue à être si populaire, alors qu’il s'est avéré être un tel échec en tant qu’idéologie politique et système économique. Bien que l’idéologie de l’éducation publique et des médias traditionnels soient des raisons importantes qui expliquent cela, la persévérance obstinée du socialisme est aussi quelque peu fictive, car le socialisme a évolué : le socialiste d'aujourd'hui n'est pas le socialiste d'antan.

Cette distinction est importante à garder en... Poursuivre la lecture

Une nouvelle étude de la Fondation Jean Jaurès s’intéresse au rôle de la grande distribution dans la protection du pouvoir d’achat des Français.

Depuis son émergence dans les années 1960, la grande distribution n’a pas seulement transformé notre modèle de consommation. Elle représente également un nouveau symbole pour la classe moyenne, et incarne même un contrepoids à certaines politiques étatiques.

Pourtant vivement critiquée dès le départ, son mode d’organisation et ses méthodes n’ont jamais cessé de prouver leur succès malgr... Poursuivre la lecture

Dans une tribune publiée dans le Financial Times, Janan Ganesh estime que les démocraties occidentales ont un grave problème de personnel. Ce ne sont pas les électeurs qui préfèrent des troisièmes couteaux aux véritables hommes d’État disponibles, mais une classe politique qui peine à recruter : « (d)es personnes aptes, de tendance libérale ou modérée, [qui] ne sont pas assez nombreuses à se lancer en politique ».

L’auteur de la tribune a en tête la succession de Boris Johnson en tant que Premier ministre du Royaume-Uni. Il est facile ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles