Rumeurs sur la mort de Fidel Castro

Fidel Castro (Crédits : Antonio Milena - ABr, licence Creative Commons)

Invisible depuis le 28 mars, Fidel Castro est-il dément ou même mort? La rumeur enfle sur les réseaux sociaux et sur certains sites d’information.

Invisible depuis le 28 mars, Fidel Castro est-il dément ou même mort ? La rumeur enfle sur les réseaux sociaux et sur certains sites d’information.

Par la rédaction de Contrepoints.

Nous attirons l’attention de nos lecteurs sur la nécessaire prudence à conserver sur les informations ci-dessous.

Fidel Castro est-il mort ou dément ? Les rumeurs agitent Internet et tout particulièrement les réseaux sociaux après que Fidel Castro n’ait pas félicité son camarade socialiste Hugo Chavez de sa réélection comme président au Venezuela. Seul Raul Castro avait publié un message de félicitations dans Granma, la Pravda locale.

Comme l’a écrit le Havana Times, pourtant proche du gouvernement cubain« Such silence is beginning to provoke speculation on Fidel’s health. The Cuban media has remained silent. » (Un tel silence commence à nourrir des rumeurs sur la santé de Fidel Castro. Les médias cubains se taisent sur le sujet). Toutefois, un message de félicitations de l’ancien président cubain a été lu publiquement depuis par Hugo Chavez. Ces informations viennent après des articles soulignant à quel point les derniers textes du dictateur devenait incompréhensibles et courts.

Le dissident cubain Alberto Müller a pour sa part écrit sur son site (dans un article ultérieurement retiré puis modifié) : « De acuerdo a nuestras fuentes cercanas a su familia, desde hace meses la demencia de Fidel Castro viene agravándose paulatinamente, hasta el punto que ya no se reúne con mandatarios ni personajes de la cultura y en su propia residencia » (Selon des sources proches de sa famille, la santé mentale de Fidel Castro n’a cessé de progressivement se dégrader ces derniers mois, au point qu’il ne rencontre plus aucun dirigeant ou artiste). Et d’ajouter qu’il ne serait plus en mesure de marcher, de parler ou même de respirer sans machines.

Le journaliste vénézuélien Nelson Bocaranda, un des plus réputés du pays et célèbre pour avoir révélé l’année dernière le cancer de Hugo Chavez, a écrit hier sur un site espagnol qu’il croyait savoir par des sources que la mort de Castro serait annoncée dans les 72 heures. Selon lui, il serait actuellement dans un état de mort clinique, ce qui explique l’absence de présence publique du dictateur depuis le 28 mars 2012. Et d’ajouter : « Je sais qu’il y a des milliers de fois où la mort de Fidel a été annoncée par erreur, mais cette fois, avec cette information, je suis presque certain d’avoir raison ».

Le fils aîné de l’ancien président cubain a démenti les rumeurs de démence de Castro mi septembre, déclarant que son père « était lucide et travaillait dur ». Un blogueur très proche du régime cubain déclarait quant à lui hier soir : «Je dois donner de mauvaises nouvelles aux terroristes du sud de la Floride : Fidel Castro est vivant».

De son côté, la dissidente et blogueuse cubaine Yoani Sanchez, partenaire de Contrepoints, a appelé à la prudence sur son compte Twitter, déclarant que son téléphone n’arrêtait pas de sonner à cause de ces rumeurs. En particulier elle écrit que, le jour où Castro serait mort, les cubains seraient les derniers à le savoir, et que parler en permanence de sa mort n’avait qu’un effet : amplifier l’importance du personnage puisqu’il renaît comme un phénix quand on apprend qu’il n’est pas mort.

Bien que non confirmée, la rumeur ne cesse d’enfler. Ce ne serait pas la première fois que Twitter ou Internet en général annonce à tort la mort d’une personnalité. Fidel Castro en particulier est régulièrement annoncé mort, mais jamais avec autant de diffusion qu’aujourd’hui, y compris dans la presse. L’information a en tout cas suscité un tourbillon de réactions amusées sur Twitter, comparant Fidel Castro à Kenny de la série South Park, dont la caractéristique est de mourir dans presque tous les épisodes des premières saisons.

Une chose est sure en tout cas dans ce tourbillon d’informations à confirmer, personne ne regrettera le dictateur cubain. Ces dernières années encore, ce sont des dizaines de milliers de cubains qui fuient au péril de leur vie le « paradis socialiste » cubain pour les États-Unis. Espérons que sa disparition, prochaine ou plus tardive, permette enfin aux Cubains de lever le joug de la dictature socialiste.