Vers la fin de l’écologie ?

Recension de l’ouvrage de Christian Gérondeau, Écologie, la fin, Vingt ans de décisions ruineuses.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints735 écologie

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vers la fin de l’écologie ?

Publié le 22 septembre 2012
- A +

Recension de l’ouvrage de Christian Gérondeau, Écologie, la fin, Vingt ans de décisions ruineuses.

Par Alex Korbel.

L’idée selon laquelle les activités humaines ont une influence majeure sur le climat de la planète en y renforçant l’effet de serre à cause de l’augmentation de la teneur en CO2 de l’atmosphère qu’elles provoquent s’est maintenant imposée chez les décideurs politiques et les populations.

Le dernier ouvrage de Christian Gérondeau explore cette évolution et tente d’exposer comment, en un quart de siècle, le changement climatique d’origine anthropique est devenu une des principales préoccupations politiques de la planète.

Il analyse aussi le coût des mesures prises pour répondre à une vision de l’évolution de la Terre qu’il juge catastrophiste.

Donnant son titre à l’ouvrage, sa thèse consiste à prédire que la crise économique et financière poussera, dans un souci d’économie et pour favoriser le pouvoir d’achat et l’emploi des populations, les États à abandonner les dépenses publiques liées à la lutte contre le changement climatique.

Le fonctionnement du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) est analysé, le présentant comme un organisme politique donnant l’illusion d’avoir une caution scientifique. L’explication très intéressante des différences de fond et de forme entre le rapport spécial du GIEC, le résumé à l’usage des décideurs et le communiqué de presse illustre cette thèse de manière particulièrement révélatrice. Le rôle des militants, des élus, des administrations et surtout de la presse dans les distorsions, les amalgames et les transpositions simplistes que subit la science n’est peut-être pas assez analysé.

Le mouvement environnemental moderne a commencé avec la publication de trois ouvrages fondamentaux, Silent Spring de Rachel Carson, The Population Bomb de Paul Ehrlich, et The Limits to Growth du Club de Rome. Ces trois ouvrages présentent le monde comme chroniquement pollué, surpeuplé, voyant ses ressources réduites à néant et fonçant à toute vapeur vers une ruine environnementale.

Pour Christian Gérondeau, si cette vision du monde catastrophiste est aujourd’hui dominante, c’est à cause des convictions intimes de trois personnes, partageant une vision négative de l’humanité et le goût pour un interventionnisme messianique de la part des États : le météorologiste suédois Bert Bolin, l’homme d’affaire puis haut fonctionnaire international canadien Maurice Strong et le physicien et astronome américain James Hansen.

L’originalité de l’ouvrage réside dans l’exposé que fait Christian Gérondeau de l’ampleur des coûts directs et indirects des mesures prises pour répondre à  cette vision catastrophiste de l’évolution de la planète. Mais la crise économique et financière actuelle pousse les États à abandonner certains programmes à visées environnementales dans un souci de sauvegarder l’emploi et le niveau de vie des citoyens.

L’illusion de devoir ou de pouvoir sauver la planète a de graves conséquences sur l’économie en détournant les investissements de là où ils seraient les plus utiles vers des impasses économiques mais aussi techniques et sociales. L’auteur passe ainsi en revue différents secteurs-clefs de l’économie (électricité nucléaire et éolienne, gaz de schiste, pétrole, route, rail et voiture électrique).

Un fascicule intelligemment construit, qui regroupe en fin d’ouvrage les illustrations des différents chapitres, est essentiel et peut faire l’objet d’une lecture autonome.

Christian Gérondeau enquête sur le réchauffement climatique et l’écologie en général depuis maintenant dix ans. Il a également publié Écologie la grande arnaque, Albin Michel et éditions du Toucan. Comme il aime à le rappeler, il est polytechnicien et son amour pour sa formation peut quelquefois le porter à faire des commentaires surprenants, comme lorsqu’il déclare page 140 : « Il est impossible de comprendre ce qui se passe en Chine si l’on ne sait pas que le Parti Communiste qui y tient tous les leviers se trouve entre les mains d’ingénieurs, ce qui est du reste l’une des causes de la réussite économique exceptionnelle du pays ».

Évitant l’écueil de la théorie du complot, Christian Gérondeau tombe parfois dans celui consistant à qualifier ses adversaires intellectuels de personnes sectaires faisant la promotion d’une nouvelle religion verte. Le refus du débat ainsi que les réactions quelquefois bornées et insultantes de ces détracteurs semblent trop souvent lui donner raison sur ce point.

Complet et accessible, l’ouvrage n’apporte pas de fait nouveau au lecteur s’étant déjà penché sur cet important débat. Mais sa clarté et ses qualités de synthèse sont à recommander pour quiconque souhaite s’informer de la vision climato-sceptique du changement climatique et du mouvement environnementaliste moderne.

Christian Gérondeau, Écologie, la fin : Vingt ans de décisions ruineuses, Éditions du Toucan, 320 p, 20€.

—-
Sur le web.
Publié initialement sur 24hgold.com.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • le coté religieux est une évidence, sutout quand on a vécu dans un pays étrangers religieux, chez qui on observe les même lavage de cerveaux, les même pression sociales et poplitiques, la même dérive intégriste…

    derrière ce besoin religieux, il y a une souffrance due paradoxalement à la décroissance, la stagnation, qui nous déprime en occident et dans les pays du monde arabe étendu…

    c’est pour ce que le pense que la prochaine fenêtre de masslow initiée par la Fusion froide, qui devrait commencer à passer en commercial dans 1-3ans devrait renvoyer les talibans occidentaux dans leur caves.
    logiquement vous ne me croyez pas (je ne me croirais pas non plus si je n’avais pas vérifie, et notamment vu que National Instruments l’a vérifié et soutient cette révolution silencieuse)…
    la baston va être dure entre cette énergie flexible et libérale, et d’un coté les talibans de la repentance, et d’autre pas les lobbies monopolistiques de la grosses industrie qui veulent garder leur dîme sur notre vie.

    http://lenrnews.eu/?p=769

  • Comme d’habitude, les libéraux préfèrent renier l’évidence : l’homme constitue bien une menace pour son environnement dès lors qu’il surexploite les ressources naturelles. Ce qui est logique pour le commun des mortels l’est beaucoup moins pour un soi disant libéral, qui a fait l’objet d’un lavage de cerveau répété depuis sa prime enfance (je fais allusion au commentaire de Alain, qui fait un parallèle douteux entre écologisme et religion….)

    • je cherche les arguments. je suis même pas libéral, si ce n’est par nécessité car c’est le seul truc qui marche , mais que le vrai libéralisme n’est pas si courant… souvent il est éclipsé, comme le socialisme, par le copinage et le conservatisme.
      (lisez http://thenextconvergence.com/ pour savoir ce qu’est le vrai humanisme qui marche)

      quand au délire écologique, disons que si j’admet le concept théorique de finitude, et que comme ingénieur je soutient les efforts d’optimisation, je ne peux que constater la débilité technique des annonces apocalyptique, des catastrophes annoncées, et la tendance générale a échapper au problèmes par l’intelligence hédoniste et non par le repentance néo-religieuse.

      je note aussi que la lutte contre la pollution vienst avec le développement économique, qui ne vien que si on accepte et gère 50 ans de révolutions sociétale, au lieu de pleurer sur le sorts des huttes tribales.

      pour avoir soutenu des politiques volontaristes, et certaines transitions écologique, je ne peux que tristement constater que je me suis planté sur l’utilité, et que la réalité a changé de direction sans me prévenir…

      bref j’ai été con, mais je me suis soigné.

      la fusion froide m’a surprise http://lenrnews.eu/?p=769 , et je me préparais a nucléaire et a l’éolien… et avant ca les gas de schistes m’ont surpris… notre débilité de pays en décadence m’a soufflé…

      mais en relisant l’histoire, c’est habituel, et ca passe…

      http://21stcenturywaves.com/

      mais bon, la religion ne se discute pas. je n’espère convaincre que les agnostiques.

      ps: si la fusion froide marche, vous deviendrez libéral-humaniste comme MICHAEL SPENCE? je suis prêt à signer avec mon sang…
      je vous invite a ne pas lire mes liens avant de signer…

  • Gauche comme droite utilisent le concept écologique pour justifier un déferlement de taxes, de règlements, de reniement de la propriété privée, de la liberté tout court (surveillance hystériques et culpabilisantes des faits et gestes les plus quotidiens)…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
photo d'une ville
1
Sauvegarder cet article

Ceci est la première partie d’une analyse sur la disqualification de l’industrie.

Je suis souvent perplexe devant la manière dont les acteurs de l’industrie se perçoivent. Ils se contentent souvent d’être le zèbre pas-tout-à-fait-le-plus-lent de la horde, qui continue de brouter joyeusement parce qu’aujourd’hui les lions se repaissent de la carcasse d’un autre.

Mais que feront ces zèbres demain, lorsque des militants anti-industrie reviendront dans la savane réclamer du sang ? Vont-ils radicalement changer d’attitude ? La horde ... Poursuivre la lecture

viticulteurs
5
Sauvegarder cet article

Jadis, les fiers Gaulois (dont certains extrémistes chuchotent qu’ils seraient nos ancêtres) avaient peur que le ciel leur tombe malencontreusement sur la tête. Quelques millénaires plus tard, la Science™ aidant, ces superstitions évidemment ridicules se sont évaporées et ne reste plus que la douce réalité de la programmation gouvernementale rigoureuse.

C’est d’ailleurs grâce à ce contrôle précis du temps (le chef de l’État ne s’est-il pas jadis proclamé maître des horloges ?) que Babeth Borne, la première des ministres, a récemment ad... Poursuivre la lecture

Par François Brunschwig et Michel Gay.

 

Les récentes déclarations de la ministre Agnès Pannier-Runacher lors de son interview le 3 novembre 2022 par la chaîne Public Sénat et quelques jours plus tard lors de l'examen devant le Sénat de la loi d'accélération des énergies renouvelables, interrogent sur les intentions du gouvernement.

 

Des slogans pour arguments

La ministre traduit-elle une manipulation habile de l'opinion publique (qui manifestement fonctionne) et un piège tendu aux sénateurs (dans lequel... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles