L’emploi à domicile, nouvelle victime du gouvernement

L'emploi à domicile sera déclaré au réel et le régime du forfait n’existera plus. Une mesure qui encouragera le travail au noir.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints711 Trierweiler Hollande

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’emploi à domicile, nouvelle victime du gouvernement

Publié le 19 septembre 2012
- A +

Selon la réforme envisagée par le gouvernement, l’emploi à domicile sera déclaré au réel, sans exception. Le régime du forfait n’existera plus. Une mesure qui encouragera le travail au noir et créera du chômage.

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Est-ce un relent de vieux marxisme du XIXème qui ferait croire à nos socialistes que les emplois à domicile aujourd’hui en France sont des domestiques au services de bourgeois rentiers et nantis ? Au vu de la décision annoncée hier matin, on pourrait le croire. Le gouvernement envisage très sérieusement de supprimer la possibilité pour les quelques 2 millions de particuliers employeurs de déclarer leurs salariés au forfait. Conséquence immédiate ? Le coût de la main d’œuvre à domicile va augmenter. L’objectif déclaré de la mesure est d’augmenter les cotisations perçues par la Sécurité sociale et de renforcer les droits sociaux des salariés. Comme d’habitude, le contrecoup sera à l’opposé des intentions affichées. Un certain nombre de petits emplois à domicile seront supprimés, paupérisant encore plus la frange la plus fragile de la population. D’autres se maintiendront mais par le biais du travail au noir qui diminuera les cotisations perçues par la Sécurité Sociale et qui, s’accompagnant d’une inscription à Pôle Emploi, coûtera des prestations chômage à la collectivité. Total de la mesure à moyen terme, du chômage en plus chez les plus pauvres, des cotisations en moins à la Sécu, un coût social en plus, des droits sociaux des employés en moins.

Deux enseignements sont à tirer de cette annonce comme de celles qui nous arrivent jour après jour. L’objectif des 3% de déficit budgétaire à l’horizon 2013 sera payé par les forces vives de la Nation, pas par une réforme de l’État. Ce sont toutes les forces vives qui paieront. Entreprises, PME, salariés, retraités, et ce quels que soient leur niveaux de revenus. Le mythe du riche qui paiera a vécu. L’aide ménagère ou le jardinier qui va perdre son emploi grâce à la mesure d’aujourd’hui paiera, par sa diminution de revenu, les choix politiques du gouvernement. Les socialistes ont clairement décidé de ne pas remettre en cause le fonctionnement de la machine publique. Ou juste à la marge, comme par hasard sur des secteurs régaliens qui mériteraient de focaliser l’attention. On économise sur l’armée et la défense de la Nation, on économise sur la justice, on économise sur la police et les forces de l’ordre, mais on n’engage aucune réflexion sur le périmètre d’intervention et le mode d’intervention de l’État sur tous les autres secteurs, les collectivités locales continuent d’augmenter leurs dépenses de manière quelques fois inconsidérées, le montant des subventions accordées aux « associations » évoluant dans l’orbite du Parti Socialiste continue d’enfler de manière exponentielle.

Nous ne le répéterons jamais assez, cette politique est folle car elle conduit tout droit à la récession. Jamais le périmètre public n’a généré de richesse. Il ne vit que grâce à la richesse produite par l’activité industrieuse des salariés, des entrepreneurs, des créateurs, des employeurs, des investisseurs. Lorsque les revenus ne sont plus suffisants pour faire fonctionner la machine, pomper encore plus sur les forces vices au lieu de réduire le coût de fonctionnement de la dite machine, c’est appauvrir ceux là même qui génèrent de la richesse, donc, c’est diminuer encore les revenus futurs. C’est ce qui s’appelle entrer en récession. Si le gouvernement ne change pas son fusil d’épaule rapidement, soit en abandonnant son objectif de 3% de déficit l’année prochaine, soit en se décidant à tailler à coups de serpe dans les dépenses publiques, et en redéfinissant son rôle et son mode d’intervention sur les secteurs non régaliens, la France risque de sortir exsangue de son expérience socialiste.

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Les gens s’adapteront et ceux qui travaillent à domicile seront payés  » au noir  » tout simplement , comme pour le bâtiment …

  • Petite précision, les cotisations forfaitaires sont basées sur le SMIC quel que soit le salaire versé, donc cette mesure touchera surtout les employés à domicile déclarés en cesu qui gagnent plus que le SMIC (exemple un prof de 25 à 30 euros de l’heure). Ca ne change pas grand chose quand le salaire versé est proche du SMIC (autour de 10 à 12 euros).

    Cette mesure encourage soit à baisser drastiquement les salaires plus élevés que le SMIC – nos amis socialistes aiment tellement les pauvres qu’ils adorent les multiplier pour avoir encore plus d’amis – soit à développer le travail au noir.

    Autre remarque, Plus le salaire se rapproche du SMIC, plus la réduction d’impôts diminue, au point que ça vaut franchement pas la peine de se casser le tronc à avancer des charges patronales et faire des déclarations pour finalement récupérer des miettes. Donc aucun intérêt de déclarer, sauf si on tient absolument à se protéger (mais bon, le prof de maths du petit risque pas de tomber du toit ou de l’échelle, ou de se tailler un doigt avec la tronçonneuse).

    Moralité, comme l’indique l’article, retour massif au travail au noir, baisse des salaires et donc des cotisations et mise au chômage de secteurs qui se sont développés autour du chèque emploi service.

    Quand on vous dit qu’on prend le chemin de la Grèce…

  • Même quand le bateau coulera à pic, Flamby ne fera rien pour le remettre à flots. Il continuera à ponctionner les Français car il ne connaît que ce mode de fonctionnement. Son but n’est pas de sauver l’Etat, mais de vivre, avec ses riches amis socialistes, à ses dépens, envers et contre tout. Un voleur s’en fout de l’état de santé de ses victimes du moment qu’il trouve à manger.

  • François Mitterrand était socialiste par machiavélisme. François Hollande par connerie. Jamais un président de la Ripoublique ne se sera autant acharné à couler son propre pays…..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Mohamed Mouti. Un article de l'Iref-Europe

Des interactions sociales ressenties comme injustes suscitent généralement une demande de rectification par la loi. Mais ce type d’intervention n’est pas sans coût et a des conséquences imprévisibles.

Le 28 octobre, la Commission européenne a lancé une procédure législative visant à garantir un "salaire minimum adéquat" dans les États membres de l’UE en réponse à la pandémie de coronavirus, afin d’aider les travailleurs touchés par la crise. Il serait exigé que les pays de l’UE fixe... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Laurent Sailly.

Jeudi 19 novembre dernier, le gouvernement a lancé un nouveau site « 1jeune1solution », sorte de LinkedIn pour jeunes. L’objectif de celui-ci est de mettre en relation cette population avec des employeurs potentiels.

Reconnaissons, à ce niveau de notre réflexion, l’honnêteté et le réalisme gouvernemental qui ne s’engage pas à offrir aux jeunes un emploi mais seulement une solution ! Une solution, mais pour qui exactement ?

Le confinement et le chômage des jeunes : un sujet économique, social et… électoral... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Le 27 octobre dernier, la Direction des statistiques du ministère du Travail (DARES) nous livrait ses chiffres du chômage pour le troisième trimestre 2020. Ô merveille, le nombre de demandeurs d’emploi sans aucune activité (catégorie A) s’établissait à 3 924 100, soit un recul de 11 % en France entière par rapport au terrible trimestre précédent qui incluait six semaines de confinement.

Et nos journaux préférés de titrer en chœur sur la « forte baisse du chômage »(Le Figaro, Le Parisien) et sur « l’embelli... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles